Archives par mot-clé : dulong

L’un des noms du riz en ST

Laurent Sagart propose dans ce billet un étymon pour le riz domestiqué commun au sal, au dulong, au tani et au chepang (la forme dulong par exemple est am55). Cet nouvel étymon, qui semble se conformer à ce qui est connu des lois phonétiques et qui est présent dans des langues non contiguës géographiquement, est un bon candidat pour être un mot hérité de l’ancêtre commun de tous ces groupes.

La forme am55 rappelle le verb Khaling |ʔomt| « mûrir », qui peut s’employer à propos de céréales (voir ce dictionnaire, où nous l’avons traduit « ripen (of grains) »). Le -t se trouve dans un certain nombre de verbes déponents, dont certains impersonnels, une particularité partagée avec d’autres langues kiranties (voir cet article), et le o du khaling vient en partie d’une voyelle que je reconstruis *ɑ en proto-kiranti (voir ici) et ce verbe implique donc une racine verbale proto-kirantie *ʔɑm « mûrir » (dont il reste à trouver des cognats ailleurs en kiranti). Il est concevable qu’un terme désignant une céréale ait pu avoir été dérivé de cette racine, et je propose donc que l’étymon pour « riz » ci-dessus est une forme nominalisée de cette racine verbale. Si cette idée est valide, on devrait trouver des traces de cette racine verbale dans d’autres langues, y compris hors du kiranti.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’un des noms du riz en ST," Panchronica, 16/05/2018, https://panchr.hypotheses.org/2245 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts du jingpo en dulong/rawang et en birmique

Un problème encore non résolu de la linguistique sino-tibétaine, mais assez crucial en raison de la place prééminente du jingpo et des autre langues sal (un groupe proposé par Burling comprenant jingpo, bodo-garo, naga du nord et sak), et celui des emprunts que cette langue a donnée à (et aussi reçu de) ses voisines, en particulier les langues birmiques parlées par les autres peuples kachin avec lesquels les locuteurs du jingpo pratiquent l’échange d’épouses selon un schéma qui a eu une influence importante pour la théorie de la parenté), et les langues rawang et dulong, qui sont très importantes pour la famille du fait de leur conservatisme morphologique.

A titre d’exemple, je vais présenter le cas du mot jingpo jà’ [tɕaʔ31] « 硬, dur ». On trouve en dulong et en rawang des mots ressemblants fortement à cet étymon jingpo: dʑɑʔ⁵⁵ et zaq « hard » (en orthographe non-API, voir ce dictionnaire) respectivement. Notons que le jingpo (mais pas tous les dialectes) et le dulong/rawang partagent un changement phonétique *-k > -ʔ, et que ces mots proviennent d’une proto-forme en *-k final.

Comme je l’ai mentionné dans un billet précédent, le jingpo j– a plusieurs origines, dont des groupes en *Cr- ou *rC- comme *sr- et *rj-.

Si l’on admet provisoirement que le mot jà’ n’est pas un emprunt du rawang en jinghpo, et qu’il s’agit d’un mot ST hérité, on peut supposer un proto-jingpo *Crak (j’omets ici les tons). Cette forme rappelle un certains nombre d’étymons dans d’autres langues de la famille, comme le tibétain མཁྲེགས་པོ་ mkʰregs.po « dur » (avec un e venant d’un Umlaut), le garo (langue sal) rak-a « difficult; expensive; fast; hard; strong; tough » (dictionnaire de Burling), le rabha rak « hard » (Joseph 2009). Il n’est donc pas illégitime de supposer que cet étymon jinghpo leur est apparenté, même si l’explication de la divergence du groupe de consonne (proto-jingpo *sr-, tibétain *mkr-, bodo-garo r-) est loin d’être limpide.

Si l’on accepte cette étymologie, un de ses corollaires est que les mots communs au jingpo, rawang et en dulong (langues qui ne partagent pas l’affrication des groupes en *Cr-) ayant la correspondance j: dʑ- : z- exclusivement partagés, et ayant des cognats potentiels en r- ailleurs, sont très probablement des emprunts du jingpo au dulong/rawang. En appliquant systématiquement une méthode du même type:

(i) identifications de changements phonétiques spécifiques au Jinghpo
(ii) collection des mots birmiques et dulong/rawang superficiellement similaires et partagés exclusivement avec le jingpo pouvant avoir été affectés par les changements en (i),

il me semble qu’il sera possible de tirer au clair au moins une partie des contacts compliqués entre ces langues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts du jingpo en dulong/rawang et en birmique," Panchronica, 18/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2093 (ISSN 2494-775X)