Archives par mot-clé : dissimilation

Arapaho noohow- ‘voir’

La plupart des langues algonquiennes (sauf les langues de l’est) ont une série de verbes signifiant « voir » dont la racine initiale est *wāp- (qui signifie également « blanc, clair »), comme en ojibwe le VTA waabam-, le VTI waabandan- et le VAI waabi- « avoir une vision », avec des finales différentes (pour une définition de VTA, VTI et VAI, voir par exemple cette page). Même le cheyenne, dont la phonologie est très innovatrice, a un cognat de ces verbes comme le VTA vóom (voir dans ce dictionnaire avec des fichiers sons), le cognat exact de l’ojibwe waabam- (proto-algonquien *wāp-am-(ēwa)).

Si des cognats de ces verbes existaient en arapaho, nous devrions avoir †nookow- et †nookoot pour les verbes correspondants à waabam et waabandan, selon les lois phonétiques découvertes par Kroeber et Goddard (voir cet article et celui-ci). Or les verbes que l’on trouve (et qui sont d’ailleurs utilisés comme exemples dans les tableaux de conjugaison de la grammaire de Cowell and Moss 2008) sont VTA noohow– et VTI noohoot-, avec un h à la place du k attendu. Je ne pense pas que ces verbes, malgré leur ressemblance superficielle, soient apparentés à waabam et waabandan.

Les proto-formes possibles pour noohow– et sa contrepartie VTI sont assez nombreuses; la partie -ow-/-ob- est obligatoirement la finale *-am-, mais l’initiale pourrait être *[wrs]aas- (le *y devient aussi n, mais n’existe pas en début de mot en proto-algonquien). On trouve en ojibwe la forme waazakone ‘glow’ (apparemment d’un proto-algonquien *wās-askweθē-), avec une initiale apparemment provenant de *wās-. Le problème avec l’hypothèse que cette initiale serait cognate avec celle de l’arapaho est que la forme normale de cette initiale est waas– en ojibwe (avoir quelques exemples d’autres verbes ayant cette initiale). Ives Goddard, auquel j’ai soumis mon idée, pense que le z dans waazakone résulte de la dissimilation avec le k (phonétiquement géminé [kk]) suivant, d’après une loi phonétique attestée par ailleurs en ojibwe (voir Goddard 1973:47, dans des mots comme noozhishenh « mon petit-fils » à la place d’une forme †nooshish attendue d’après la reconstruction *nōhšihsa basée sur les autres langues).

Le mystère reste donc assez épais concernant l’étymologie de ces verbes; sans avoir la prétention d’y avoir apporté une réponse, j’espère au moins pouvoir avoir suscité l’intérêt de lecteurs de ce blog à cette question et à la linguistique historique de l’arapaho en général.

=====
Cowell, Andrew; Moss, Alonzo, Sr. (2008). The Arapaho Language. University Press of Colorado. ISBN 978-0-87081-901-8.
Goddard, Ives (1973). Delaware kinship terminology. Studies in linguistics, 23, 39–56.
Goddard, Ives (1974). « An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina ». International Journal of American Linguistics. 40: 102–16.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Arapaho noohow- ‘voir’," Panchronica, 10/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1816 (ISSN 2494-775X)

Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha

Dans ce billet, j’aborde la questions des deux exceptions à la métathèse *pk- > *kp- proposées par J. Koontz: le nom « tortue » et le verbe « désirer ». Dans des billets ultérieurs, je discuterai du paradigme archaïque phú « je viens », škú « tu viens » et des paradigmes à lénition.

(1) « tortue »
Concernant le nom « tortue », le seul indice d’une reconstruction *pk- est la forme mandan pké. Il est en particulier manifeste que le lakota khé et l’omaha kké peuvent s’expliquer par une proto-forme *hke, car les pré-aspirées du proto-siouane de la vallée du Mississippi (pSVM) donnent des post-aspirées en lakota.

L’élément p- en mandan, comme l’indique le CSD, est un préfixe de classe *wi- réduit qui se retrouve dans beaucoup de noms d’animaux sous forme fossilisée (notamment dans lakota pté « bison », omaha tté). Le fait qu’il s’agisse d’un élément morphologique implique également qu’il est tout à fait possible de poser plusieurs proto-formes en proto-sioux, l’une préfixée *wi-hké d’où proviendrait le mandan, et l’autre non-préfixée qui aurait donné le pSVM.

L’étymon « tortue » n’est donc pas un contre-exemple à la loi de métathèse; d’autre part, notons qu’il serait surprenant que *pk- donne kh- en lakhota, car dans cette langue les autres groupes *Ck ne donnent pas des aspirées.

(2) le verbe « désirer »
Rappelons le paradigme de ce verbe en omaha:
1sg kką́bðe,
2sg šką́hne
3sg gą́ða

voici celui de l’osage (tiré de Quintero 2009):
1sg hkǫ́bra
2sg škǫ́šta
3sg kǫ́ða

Le proto-Dhegiha était (*A note la voyelle à Ablaut, sujet que je réserve pour une autre fois).
1sg *hkǫ́=brA
2sg *škǫ́=šrA
3sg *kǫ́=rA

Le second élément est un thème en *r-. comme le souligne Lameen Souag, les paradigmes en *r- sont plus clairs que ceux à occlusive pour montrer la nécessité de reconstruire un préfixe *w- à la 1sg. Je discute de ce paradigme, et de celui du thème en *y- qui s’est confondu avec lui, dans cet article.

Il y a à mon avis plusieurs façon de rendre compte de la forme de 1sg. Celle que propose Lameen Souag, à savoir un blocage de la règle de métathèse dans les verbes monosyllabiques en *ka-, n’est pas absolument impossible (même si, comme il le reconnait, elle semble peu motivée phonétiquement).

A mon avis, une autre possibilité est de prendre en compte qu’il s’agit d’un verbe à double indiciation (le seul, d’ailleurs, préservé dans ces langues). Mon expérience avec les langues kiranti et rgyalronguiques, où ce genre de phénomène est beaucoup plus courant, est que les indices personnels ont souvent des formes idiosyncratiques dans les verbes de ce type (je prépare un article sur cette question). La solution que j’envisagerais est la suivante.

(1) *w-kǫ=w-rA
(2) *pkǫ=brA (obstruentisation)
(3) *kkǫ=brA (dissimilation des deux groupes à labiale)

La règle (3) fait des prédictions concernant le reste du vocabulaire: on ne devrait pas trouver de mots reconstructibles du type pCVpCV (mis à part les mots rédupliqués, bien sûr). A ma connaissance (et j’ai vérifié dans le CSD), il n’y a pas de racine de ce type, mais au vu du faible nombre de racines reconstruite, cette absence pourrait être accidentelle. Précisons toutefois qu’il existe plusieurs règles de dissimilation labiale dans les langues siouanes, et que ce changement ne serait pas isolé.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha," Panchronica, 01/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1623 (ISSN 2494-775X)

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées.

Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit vocam (aoriste avec augment avocam). Ces deux formes verbales n’ont aucune réduplication apparente ni en grec ni en sanskrit, mais tous les spécialistes s’accordent pour reconstruire ici un aoriste à réduplication *we-wkʷ-om (ce sujet est discuté dans ce billet). Notons que la 1sg vocam en sanskrit est refaite (on attendrait †vokam) dû à la généralisation de l’alternant palatalisé.

En grec notons que le *w se dissimile en -i- entre deux labiovélaires, une loi qui saigne la règle de boukolos, et qui s’observe dans un autre aoriste rédupliqué moins souvent cité (merci à Romain Garnier pour me l’avoir appris), le participe aoriste εἴβων eíbōn « versant » < *we-wgw-ónt- (de la racine *wegw- qui donne le grec ὑγρός hugrós « humide » < *ugw-ró-).

Le germanique contient aussi un certain nombre de formes rédupliquées fossiles (l'anglais wheel, par exemple).

Des réduplications fossiles sont aussi identifiées dans certaines familles dont la phonologie historique est bien comprise; ainsi, en sémitique on peut citer l’hébreu כוכב kôxāβ < *kabkab "étoile" par exemple.

En sino-tibétain/trans-himalayen, le parent pauvre de la méthode comparative, ce type de phénomène est plus difficile à détecter. Je ne connais pas d'exemple de ce type clairement identifié en chinois, en tibétain ou en rgyalronguique. J'ai proposé dans mon étude du tangoute (Jacques 2014:197) que la voix tendue (marquée par un point souscrit dans la reconstruction) du numéral "trois" sọ¹ (qui peut remonter mécaniquement à quelque chose comme *sə-sum) soit un cas de réduplication fossile; cette proposition, dont j'avoue le caractère hypothétique, n'a pour le moment pas fait l'objet d'une discussion détaillée (voir cependant ce billet de Marc Miyake).

Connaissez-vous d’autres exemples de réduplications fossilisées dans d’autres familles?

======================
Jacques, Guillaume 2014. Esquisse de phonologie et de morphologie historique du tangoute. Global Oriental. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les réduplications qui n’en sont plus," Panchronica, 27/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1506 (ISSN 2494-775X)