Archives par mot-clé : discours rapporté

Carnet de terrain (2016) IV

On trouve en japhug, comme dans les autres langues des régions tibétaines, un type de discours rapporté intermédiaire entre le discours direct et indirect que j’appelle, suivant la terminologie de Tournadre (2008) discours indirect hybride. Le fonctionnement de ce type de discours rapporté est expliqué dans la section 6 (p 24++) de ce document de travail: le verbe de la phrase rapportée prend la forme (personne+temps-aspect-mode) de la phrase originelle, mais les pronoms et les préfixes possessifs sur les noms suit le point de vue du locuteur prononçant la phrase (j’invite les lecteurs de ce blog intéressé d’en savoir plus de se reporter à l’article ci-dessus — je ne peux pas ici présenter le phénomène de façon détaillée).

Ce type de phénomène peut s’étudier au moyen d’un corpus, mais il est quasi-impossible d’en éliciter des exemples. Toutefois, la méthode que j’emploie cette année — traduire des histoires, les faire corriger puis re-raconter, permet de produire de nouveaux exemples de discours indirect hybride sans introduire trop d’artificialité.

Dans l’histoire du petit poucet que je suis en train de traduire (au moment où le personnage éponyme échange les bonnets de ses frères et les couronnes des filles de l’ogre), j’avais tout d’abord écrit (exprès) la phrase suivante:
(1) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j » a-nɯ-sɯsɤm tɕe a-mɤ-tɤ́-wɣ-ndza-j
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-1SG IRR-PFV-penser[III] CONJ IRR-NEG-PFV-INV-manger-1PL
« Il pensera que nous sommes ses filles et ne nous mangera pas »
avec dans la phrase de discours rapporté (ici les pensées attribuées à l’ogre) la phrase au discours indirect iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j « nous sommes ses filles ».

Conformément à mon attente, Tshendzin a corrigé la phrase du discours rapporté comme :

(2) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-nɯ »
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-3PL

avec ici le pronom iʑora représentant le point de vue du petit poucet et la forme du verbe, à la troisième personne du pluriel, le point de vue de l’ogre (comme si l’on disait en français qqch comme « nous sont ses filles »).

Le discours indirect hybride est un phénomène délicat à étudier car son usage n’est jamais obligatoire; l’option d’utiliser le discours direct est toujours possible, et les bons exemples dans les textes ne sont pas en très grande quantité. Le discours indirect en revanche (comme dans l’exemple (1) ci-dessus) est mal toléré par les locuteurs, et tend à être corrigé en discours indirect hybride. L’élicitation par correction est donc un moyen de collecter davantage d’exemples de ce curieux phénomène, afin de pouvoir en proposer une description plus complète.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IV," Panchronica, 05/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1387 (ISSN 2494-775X)