Archives par mot-clé : dérivation

Un préfixe de nominalisation en jinghpo

Dans un précédent billet, j’avais mentionné l’existence de la fortition du *l en t en jinghpo après ʃə- et mə-; j’ai depuis trouvé d’autres exceptions à celle fortition, comme mə̀là « âme » (tibétain བླ་ bla, japhug tɯ-rla).

Il est intéressant de noter que cette loi phonétique ne s’applique pas non plus dans les mots dérivés par le préfixe causative ʃə- (sha-). Je me suis posé la question de savoir si c’était le cas aussi avec les préfixes mə-; la grammaire de Dai Qingxia ne semble pas indiquer clairement de dérivation en mə-, mais en fouillant un peu, il est assez évident qu’il existe en fait un préfixe de nominalisation mə- (en orthographe ma-; j’utilise l’orthographe du jinghpo avec les tons et coups de glotte rajoutés dans ce qui suit):

  • gūn « porter sur le dos 背;担任;携带 » => mà-gún « (un) fardeau » (classificateur; exemple suggéré sans explication p115 de la grammaire de Dai), cognat du tibétain ɴkʰur འཁུར་
  • yúʔ « descendre 下 » => mà-yúʔ « contrebas 下坡 »
  • rà « manque, avoir de besoin de, commettre une erreur 差欠;需要;差错 » => mà-rà « erreur, faute 错误;罪 »
  • ràʔ « aimer 爱 » => mà-ràʔ « souhait 意愿 »
  • lún « placer en haut (往高处放东西) » => ma-lún « chemin en pente vers haut 上坡路 » ; noter que lún dérive de lùng « monter » par l’application de la dérivation applicative (*-t), qui se manifeste ici par un changement tonal et -ng > -n
  • lái « échanger 换 » => mà-lái « remplacement 替身;代用品 », cognat du tibétain brdʑe བརྗེ་

Le dernier exemple montre que cette dérivation (quelle que soit l’étymologie de ce préfixe ma-) non plus ne cause pas la fortition des latérales.

Un autre exemple de préfixe ma- est le causatif dans:
lūm « chaud, tiède 温 »=> ma-lūm « cuire (de la soupe de riz) 煮(稀饭) »

La non plus, la fortition ne s’applique pas. La non-fortition dans ces dérivations a plusieurs interprétations:
(i) Réfection analogique (assez probable, mais l’on devrait s’attendre à trouver quelques exceptions fossilisées)
(ii) Conditionnement phonologique des préfixes (Etant donné que certains mots de toute façon échappent à la fortition, comme « âme » mentionné plus haut, on peut imaginer que les mots à fortition avaient en fait de vrais groupes de consonnes, qui auraient été brisés après la fortition par l’insertion d’une voyelle d’anaptyxe (*slV > ʃə-tV etc), tandis que les mots sans fortition, y compris les causatifs et les noms dérivés mentionnés ci-dessus, avaient une voyelle qui empêchait le contact direct entre consonne et latérale)
(iii) Si le préfixe mə- de nominalisation est une innovation (une question qui se pose malgré tout), il n’est pas impossible qu’il ait été grammaticalisé après la fortition.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un préfixe de nominalisation en jinghpo," Panchronica, 18/08/2016, https://panchr.hypotheses.org/1450 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) I

Je suis arrivé à Mbarkham hier pour continuer mon étude du japhug, en particulier corriger les transcriptions des histoires enregistrées les années précédentes, parfaire ma connaissance pratique de la langue et enregistrer de nouvelles histoires. Je vais essayer de maintenir un carnet de terrain pour présenter en direct mes réflexions et les données intéressantes que je découvre.

J’ai essayé cette année une nouvelle manière de produire de nouvelles histoires; je traduis tout d’abord une histoire en japhug (j’ai commencé par le petit poucet), et je la corrige phrase par phrase avec Tshendzin, puis après correction complète, je lui demande de raconter l’histoire à nouveau avec ses propres mots. Le résultat aujourd’hui a été très satisfaisant (mais le morceau d’histoire ne faisait que 4 minutes, ce qui est somme toute très court).

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui, je mentionnerais le verbe mdɯt ‘vouloir de tout son cœur réussir à X’, qui dérive selon moi du verbe intransitive mdɯ ‘atteindre’ par l’ajout du suffixe -t d’applicatif. C’est le deuxième exemple d’applicatif en -t en japhug après le verbe ɣɯt ‘apporter’ (ceux-ci sont beaucoup plus courants en kiranti, voir cet article). Ce verbe est donc d’un grand intérêt pour la morphologie historique des langues rgyalronguiques.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) I," Panchronica, 30/06/2016, https://panchr.hypotheses.org/1370 (ISSN 2494-775X)

Un outil pour visualiser les dérivations morphologiques

Johann-Mattis List vient de concevoir une app appelée DERIVIZ qui permet de représenter graphiquement d’une façon claire les arbres de dérivations. Voici un exemple d’arbre de dérivation, correspondant à la famille de mots discutée dans ce récent billet:

grib

Il génère un fichier svg, que l’on peut ensuite convertir si besoin dans un autre format avec un programme comme Inkscape.

Cette app va faciliter la représentation des relations entre étymons et rendre plus facile les discussions de la morphologie historique (sans avoir à chaque fois à créer un arbre avec TikZ, qui est puissant mais un peu lourd). Il y a certainement de nombreuses fonctionnalités potentiellement à rajouter (indiquer une racine, donner des étiquettes aux arêtes, disposer d’un moyen de représenter les dérivations inverse et les formes dues à l’analogie etc), mais c’est déjà un outil simple et élégant dont j’aurai l’usage sur ce blog.

Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive des préfixes de nominalination et de dénominalisation qui ont cessé d’être productifs en tibétain mais dont on peut trouver des traces.

Partons dela paire constituée de la forme grib གྲིབ་ (attestée dans grib གྲིབ་ « impureté » et grib.ma གྲིབ་མ་ « ombre ») d’une part et de srib སྲིབ་ ubac (notons aussi sa.srib ས་སྲིབ་ « crépuscule ») d’autre part. Il n’est pas difficile d’admettre que ces deux étymons /grib/ (sens originel probablement * »chose sombre ») et /srib/ (* »endroit/moment sombre ») sont dérivés d’une même racine (signifiant « sombre ») par des préfixes différents g- et s-.

Or, on remarque que les sens impliqués par ces préfixes g- et s- correspond en tous points à ceux des préfixes de nominalisation des langues gyalrong, où kɯ- s’emploie pour les participes sujets et objets, et sɤ- pour les participes obliques, comme l’explique entre autres cet article. Notons que ces préfixes semblent relativement bien attestés dans de nombreuses langues de la famille trans-himâlayenne/sino-tibétaine (voir cet article de Linda Konnerth). On trouve des traces de ces préfixes en tibétain, comme je l’ai suggéré dans cet article.

De grib གྲིབ * »chose sombre, ombre » on dérive ensuite, comme je l’ai déjà suggéré dans cet article, les verbes dénominaux sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » et ɴgrib འགྲིབ་ « diminuer, être caché » — notons qu’ici, le préfixe s- n’est pas selon moi un causatif qui dérive sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » de ɴgrib འགྲིབ་ comme on l’analyse habituellement: ces deux verbes sont indépendamment dérivés du nom (lui-même dérivé d’un verbe statif).

La racine *rib d’où dériveraient grib et srib quant à elle n’est pas directement attestée sous sa forme nue, mais l’on en trouve plusieurs traces:
(a) rab.rib རབ་རིབ་ « flou, sombre; maladie des yeux qui rend aveugle(cataracte?) », variante hrab.hrib ཧྲབ་ཧྲིབ་
(b) mun.rub མུན་རུབ་ « obscurité, crépuscule »

La forme (a) est rédupliquée d’une racine *rib par un processus courant CVC > CaC.CVC. Pour la forme (b), l’hypothèse d’une relation étymologique est plus contestable, car elle implique (1) une harmonie vocalique *mun.rib > mun.rub (il semble y avoir d’autres exemples, mais ce n’est pas un processus productif) et (2) la syllabe rub résultante de cette harmonie aurait été réanalysée comme une nouvelle racine « sombre », et intégrée dans d’autres mots tels que sa.rub ས་རུབ་ « crépuscule ».

Je pense donc que l’hypothèse d’une racine *rib « sombre » d’où dérivent tous ces mots par des processus non productifs mais attestés est possible. La chaîne de dérivation serait:

*rib
> rab.rib
> srib
>> sa.srib
> grib
>> grib.ma
>> sgrib
>> ɴgrib

La racine *rib « être sombre » proposée ici aurait-elle des cognats ailleurs? En japhug soit ta-ʁjɯβ « ombre » soit ta-ʁrɯm « reflet, lumière, ombre projetée » pourraient être des cognats potentiels, mais ces hypothèses sont difficiles à tester pour le moment, tant que nous ne comprenons pas mieux les langues gyalronguiques dans leur ensemble.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une famille de mot en tibétain," Panchronica, 14/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1273 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?

Comme l’a fait remarquer Nathan W. Hill dans cet article, on trouve en tibétain, non pas deux, mais trois séries de verbes où l’alternance de voisement s’accompagne d’une alternance de transitivité. Voici les exemples qu’il donne dans son article (ici adaptés dans ma transcription du tibétain). Dans la forme B, je n’indique que le présent (la première forme) et le passé (la seconde).

A: འགག་ ɴgag ‘be stopped, break off ’
B: འགེགས་ ɴgegs, བཀག་ bkag ‘hinder, prohibit’
C: ཁེགས་ kʰegs ‘be hindered, be prohibited’

A: གང་ gaŋ ‘fill intr.’
B: འགེངས་ ɴgeŋs, བཀང་ bkaŋ ‘fill tr.’
C: ཁེངས་ kʰeŋs ‘be full’

A: གབ་ gab ‘hide intr.’
B: འགེབས་ ɴgebs, བཀབ་ bkab ‘cover tr.’
C: ཁེབས་ kʰebs ‘be covered over’

A: གྲོལ་ grol ‘be free’
B: འགྲོལ་ ɴgrol བཀྲོལ་ bkrol ‘liberate’
C: ཁྲོལ་ kʰrol ‘unravel’

A: དུལ་ dul ‘be tame’
B: འདུལ ɴdul བཏུལ་ btul ‘tame, subdue’
C: ཐུལ་ tʰul ‘be tame’

A: ཟུག་ zug ‘pierce, penetrate’
B: འཛུགས་ ɴdzugs བཙུགས་ btsugs, gzugs ‘plant, establish, insert’
C: ཚུགས་ tsʰugs ‘go into, begin’

J’ai déjà discuté des séries A et B dans cet article. Je pense que ces séries avaient une non-voisée à l’origine, qui est voisée dans la forme A par une dérivation anticausative et au présent de la forme B par un préfixe historiquement non-apparenté.

La forme C est mystérieuse. On observe qu’elle est intransitive, mais avec une initiale sourde, lorsque la racine a une voyelle /a/ celle-ci subi un umlaut en /e/, et un suffixe -s est rajouté (sauf dans les cas où le groupe résultant aurait été impossible, comme avec le -l final).

Je viens d’avoir une idée pour expliquer ces formes. En kiranti, on trouve un suffixe de réfléchi/moyen dont la forme est -si (parfois sous une forme réduite, comme en wambule). Pour une description de l’usage de ce suffixe, voir par exemple cet article qui porte sur le khaling, qui va bientôt paraître dans LTBA.

Cette hypothèse explique:

(1) Pourquoi on a une initiale sourde (c’est toute simplement l’initiale de la racine)
(2) Pourquoi on a un umlaut (c’est une trace du *i du suffixe)
(3) Pourquoi on a un suffixe -s (c’est tout ce qui reste du suffixe segmentalement)

Un problème avec cette hypothèse, c’est que comme je l’indique dans cet article, les occlusives finales sont nasalisées dans les paradigmes en -si (comme si la forme sous-jacente était qqch comme *-nsi). On s’attendrait donc, si le tibétain était comme le kiranti, à ce que les formes C aient une nasale finale au lieu d’une occlusive orale. Toutefois, je ne pense pas que cette objection soit suffisante pour démolir l’hypothèse — on peut tout à fait imaginer que les alternances complexes liées au suffixe -si aient été simplifiée par analogie en pré-tibétain.

Je suis ouvert à des commentaires sur cette hypothèse, que je compte intégrer à une future version de cet article, en cours de relecture actuellement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?," Panchronica, 22/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/875 (ISSN 2494-775X)