Archives par mot-clé : débuccalisation

La chute des consonnes initiales

J’ai remarqué une particularité intéressante dans la prononciation de mon fils Archimède (qui a deux ans et demi): dans un grand nombre de mots (je n’ai pas essayé de faire de comptes systématiques), la consonne initiale chute sans laisser de trace, par exemple « tomber » est réalisé comme [obe].

Ce phénomène me rappelle un des changements phonétiques les plus surprenants observé dans les langues d’Australie, la disparition complète des consonnes initiales dans les langues arandiques, et aussi dans certaines langues du groupe pama au nord du Queensland. Dans l’article de Harold Koch, on trouve entre autres les exemples suivants qui illustrent ce changement (pre-Arrernte > Arrernte)
*munga > ingwe « serpent »
*ngathu > athe « 1sg »
*pula > ale « 3du »
*ngatatharri > atetherre « perruche ondulée »
La reconstruction du pré-Arrernte n’est pas expliquée de façon explicite dans cet article, mais semble relativement sérieuse.

Le résultat de ce changement est que l’arrernte est une langue sans consonnes initiales, une particularité curieuse qui a fait couler beaucoup d’encre à juste titre.

Les informations sur la phonologie historique de ces langues sont malheureusement dispersées dans un grand nombre d’articles difficiles à dénicher, qui sont de plus assez avares en exemples.

A ma connaissance, on n’observe la chute de toutes les consonnes initiales dans aucune autre langue du monde; tout au plus certaines langues présentent la chute de certaines consonnes spécifiques (par exemple en Yamphu, les *p et *t initiaux disparaissent, et en Belhare le *t initial; mais dans ces langues les *b et les *d du proto-kiranti donnent p et t, si bien qu’il n’y a pas de lacune dans le système).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La chute des consonnes initiales," Panchronica, 13/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/795 (ISSN 2494-775X)