Archives par mot-clé : contact de langue

Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)

Les emprunts à une langue apparentée mais éloignée, comme ceux du tibétain dans les langues gyalrong, sont relativement facile à reconnaître. Identifier ces emprunts, déterminer leurs correspondances avec le tibétain ancien et en déduire les enseignements qu’ils nous apportent sur la phonologie (et la morphologie) historique des langues emprunteuses et du tibétain est même la première tâche que le comparatiste intéressé par ces langues doit entreprendre, car c’est la moins difficile à mener à bien.

Les emprunts entre langues gyalronguiques constituent une question beaucoup plus épineuse: les emprunts entre langues proches obscurcissent les correspondances phonétiques, et selon la quantité de contact, il peut devenir quasi-impossible de déterminer quels sont les mots empruntés et lesquels sont hérités.

En japhug de Kamnyu, on trouve des emprunts clairs au tshobdun tels que qaliaʁ ‘aigle’ (au lieu de *qarɟaʁ, la forme attendue), qro ‘fourmi’ (au lieu de *qroʁ), tɯɟo ‘démon’ (au lieu de *tɯʑu) etc. Ces emprunts sont aisément reconnaissables car (1) ils présentent des correspondances phonétiques spécifiques au tshobdun (2) ils n’apparaissent pas dans les dialectes japhug parlés plus à l’est, où le contact avec le tshobdun est plus occasionnel.

On trouve aussi des mots nécessairement empruntés tels que rkaŋ ‘fort (physiquement)’, apparenté au japhug rko (*-aŋ passe à -o en japhug et en situ dans le vocabulaire hérité). Le changement a-t-il eu lieu d’abord en japhug avant d’opérer en situ? Ou s’agit-il d’un emprunt au tshobdun, avant le passage de *-aŋ à -i dans cette langue? Difficile de trancher.

Un cas où le contact semble avoir obscurci les correspondances est le traitement du *-s final, voir déjà ma thèse pp 249-250:

https://www.academia.edu/968764/Phonologie_et_morphologie_du_japhug_rGyalrong_

Le *-s final passe à -t (au lieu de -z) dans de nombreux mots en japhug, mais pas les mêmes mots selon les dialectes. Dans certains cas, on a -t dans tous les dialectes japhug (jmɯt ‘oublier’), et aussi en zbu (lmît ‘oublier’) alors que le situ (jmə̂s) a un -s. Dans d’autres cas, on a -t seulement dans quelques villages japhug, comme pour le suffixe de passé -t (japhug de Kamnyu), -z (tous les dialectes japhug de Gsar.rdzong et Da.tshang); en dehors du japhug, le -t n’apparaît pas (zbu -z, situ -s). Dans les emprunts au tibétain, certains ont -t correspondant à -s (rɟɤskɤt ‘escalier’ < rgʲa.skas) mais l’immense majorité a -z correspondant au tibétain -s.

Seule une étude détaillée, village par village, des correspondances du *-s final pourra peut-être un jour éclaircir cette question épineuse, qui fait intervenir le contact entre dialectes proches.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)," Panchronica, 04/06/2015, https://panchr.hypotheses.org/323 (ISSN 2494-775X)

Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?

Les langues kalapouyennes, famille disparue de l’Orégon, font partie des moins bien documentées de l’Amérique du nord, et sont connues essentiellement par les données de terrain de Gatschet, de Frachtenberg et de Melville Jacobs (voir Banks 2007 pour ce qui s’approche le plus d’une description utilisable d’une des langues de ce groupe, le santiam).

En lisant Berman (1990:54 — je peux fournir cette référence aux lecteurs de ce blog intéressés), j’ai été frappé par le mot pour ‘pomme de terre’, en santiam pdoʔ (et ses cognats en yonkalla gampduʔ, et en tualatin mampdu) qui ressemblent fortement à l’étymon sioux pour ‘pomme de terre’ (bló, en lakhota et bdó en Yankton et en Sisseton, voir Ullrich 2008 et sa version en ligne). La distance géographique entre les langues sioux et l’Orégon est assez considérable, mais cette ressemblance est-elle le seul fruit du hasard? Pour confirmer cette idée, il faudrait trouver des traces de ce Wanderwort potentiel ailleurs.

Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Berman, Howard. 1990. An outline of Kalapuya historical phonology. International Journal of American Linguistics 56. 27-59.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.
Zenk, Henry. 2006. The Kalapuyan Presence in Oregon’s Geographic Names

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?," Panchronica, 19/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/296 (ISSN 2494-775X)

Le comparatisme est-il un primitivisme?

Aux yeux des non-spécialistes, la linguistique historique comparative apparaît comme un domaine ésotérique et difficile d’accès. La légitimité de proposer des reconstructions et de prétendre reconstruire des proto-langues, c’est à dire des formes hypothétiques supposées représenter l’ancêtre commun d’un groupe de langues particulier, peut par ailleurs sembler contestable. En particulier, une critique récurrente à l’encontre du comparatisme est qu’il s’agirait d’un « primitivisme », autrement dit que les pratiquants de ce domaine s’intéressent davantage aux états pré-historiques reconstruits des langues qu’aux données réelles, et que leur but ultime n’est pas d’expliquer le fonctionnement des langues, mais de remonter à l’état le plus ancien possible.

Dans ce billet, je ne vais pas retracer l’histoire de la discipline (il existe pour cela des références nombreuses sur internet), mais plutôt exposer mon point de vue épistémologique personnel sur la question.

Aux yeux des comparatistes, la reconstruction n’est pas un but en soi, mais c’est en revanche un outil nécessaire pour établir un modèle revérifiable d’évolution des langues. Les reconstructions permettent de rendre compte à la fois des correspondances observées entre langues apparentées, et aussi d’expliquer les formes irrégulières (ce dernier point serait traité dans un autre billet). Il faut insister aussi sur le fait que dans un modèle de reconstruction complet, il n’y a pas « une » reconstruction dans la proto-langue pour un mot particulier: on établit plutôt une suite de reconstructions, une proto-forme suivie d’étapes intermédiaires jusqu’aux formes attestées dans les différentes langues.

Qu’est ce qu’une proto-forme et comment s’en servir? Je ne parlerai pas ici de la méthodologie de la reconstruction (comment établir un système de reconstruction et comment parvenir à une proto-forme pour un étymon particulier), sujet que j’aborderai sans doute dans d’autres billets. La question ici sera comment interpréter les reconstructions.

Pour qu’un comparatiste propose une forme reconstruite (avec une étoile *), deux conditions préliminaires doivent être respectées.

Premièrement, il doit exister un système de lois phonétiques permettant de dériver de cette proto-forme les formes des langues modernes de façon mécanique. Autrement dit, il est possible de représenter le passage de la proto-langue aux langues attestées comme une suite d’expressions régulières s’appliquant à l’ensemble du vocabulaire hérité. Cette manière de procéder est basée sur l’hypothèse de la régularité des changements phonétiques (die Ausnahmslosigkeit der Lautgesetze), autrement dit qu’en dehors des mots empruntés ou remodelés par l’analogie, le changement linguistique est déterministe.

Deuxièmement, il doit exister au moins une forme dans une des langues attestées pouvant descendre de la proto-forme par les lois phonétiques définies auparavant.

Malheureusement, ces conditions ne sont pas toujours explicitées dans les articles de linguistique; les spécialistes d’autres domaines, lisant donc des travaux faisant usage de reconstructions, ne sont pas forcément en mesure de juger de la validité de ces hypothèses et peuvent regarder cette discipline avec suspicion. Pire, certains comparatistes proposent des reconstructions sans que la condition (1) ne soit satisfaite. C’est la cas notamment pour les essais de reconstruction de proto-langues très anciennes comme le proto-sino-tibétain ou le proto-niger-congo.

Pour toute vraie reconstruction, il est possible d’écrire un programme appliquant les lois phonétiques qui dérive régulièrement les formes modernes à partir des formes anciennes. A mon avis, l’avenir de la linguistique historique va de pair avec l’usage de la programmation, d’abord pour s’assurer que les lois phonétiques ont été correctement définies, et d’autre part pour fournir aux lecteurs non-spécialistes un moyen aisé de revérifier immédiatement la cohérence d’une hypothèse historique particulière. Dans l’ensemble, les reconstructions de familles telles que l’indo-européen ou l’algonquien fonctionnent de façon assez satisfaisante (les exceptions aux lois phonétiques sont relativement peu nombreuses).

Pour tester la validité de la reconstruction du proto-algonquien, j’ai moi-même écrit un programme dérivant les formes de l’arapaho (une des langues à la phonologie historique la plus complexe dans la famille). Les lois phonétiques sont basées sur les travaux de Goddard (1974, 1998). Voici le résultat de l’application de ce programme pour deux mots (choisis parce qu’ils présentent des correspondances récurrentes, mais aussi pour la différence formelle frappante avec le proto-algonquien).

sens: écorce sens:foie
*welakeeθki *weθkweni
01-02. olakeeθki 01-02. oθkoni
01-02. ilakeeθki 01-02. iθkini
32. ilakeeʃki 32. iʃkini
31. ilakeeʃki 31. iʃkini
29. ilakeeʃki 29. iʃkini
30. ilakeeʃki 30. iʃkini
04. ilakeeʃki 04. iʃkini
03. inakeeʃki 03. iʃkini
39-41. inakeeʃki 39-41. iʃkini
36. inakeeʃki 36. iʃkini
43-44. inakeeʃk 43-44. iʃkin
11. inakeeʃk 11. iʃkin
38. inakeeʃk 38. iʃkin
05. inaeeʃ 05. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
12-14. inoeeʃ 12-14. iʃin
16. inoeeʃ 16. iʃin
17-19. inoeex 17-19. ixin
26. inooox 26. ixin
15. inooox 15. ixin
20-25. inooox 20-25. isin
10. inooox 10. isin
07-09. inooox 07-09. isin
06. inooox 06. isin
33. hinooox 33. hisin
34. hinooox 34. hisin
35. hinooox 35. hisin
37. hinooox 37. hisin
30. hinooox 30. hisin
47. hinooox 47. hisi
48. hinooox 48. hisə
47. hinooox 47. hisə
49. hinooox 49. his

Le lecteur intéressé pourra revérifier les formes de l’arapaho générées ici (n°49) avec celles du dictionnaire de L. Conathan: http://linguistics.berkeley.edu/~arapaho/arapaho_english.html

Reconstruire le proto-algonquien n’est pas le but ultime de cet exercice (d’ailleurs, le proto-algonquien avait originellement été reconstruit sans l’arapaho, c’est dans un second temps que l’on s’est aperçu qu’il permettait aussi de prédire les formes de cette langue). C’est plutôt la première étape nécessaire à une étude approfondie de l’histoire des langues de cette famille. Le proto-algonquien n’est pas intrinsèquement plus intéressant que l’arapaho ou les autres langues algonquiennes attestées, mais sans ce modèle, l’étude de leur histoire ne serait pas possible de façon aussi détaillée.

Par ailleurs, cette étude permet de contribuer à l’étude des principes généraux des changements phonétiques dans une perspective panchronique, intéressée non seulement à établir l’inventaire des changements phonétiques possibles, mais aussi à déterminer les conditions dans lesquelles ces changements ont lieu.

Concernant ce dernier objectif, certains lecteurs pourraient objecter qu’il est préférable, si l’on s’intéresse aux principes généraux des changements linguistiques, de travailler en priorité sur des langues dont la forme ancienne est attestée par des textes, comme les langues romanes (avec le latin), les langues tibétaines ou les « dialectes » arabes, et éviter de se baser sur des reconstructions, qui ne sont après tout que des hypothèses.

Le problème de ce point de vue est que nous ne disposons de données anciennes que pour une infime minorité des langues du monde, et presque exclusivement en Eurasie. Se limiter à ces données serait dommageable à un projet de recherche prétendant s’intéresser aux changements linguistiques indépendamment d’un groupe de langues particulier. Un nombre considérable de changements phonétiques ne sont en effet pas du tout attestés dans les langues ayant une histoire écrite; par exemple, l’arapaho connaît un changement en chaîne *k > 0, *p > k qui contribue fortement à rendre méconnaissables les étymons hérités. Ce changement n’est à ma connaissance attesté dans aucune autre langue et s’il n’avait pas été mis à jour en arapaho, il est fort probable qu’il aurait été considéré comme impossible. La linguistique historique ne peut donc pas se limiter aux langues à écriture, et l’usage de reconstructions satisfaisant les deux conditions exposées ci-dessus est par conséquent nécessaire.

Les comparatistes doivent toutefois faire en sorte de faciliter la revérifiabilité de leur travail en rendant accessibles des outils permettant de tester leurs modèles. Il est nécessaire d’abandonner le style ésotérique et les raisonnements implicites qui sont habituels, en particulier dans les travaux d’indo-européen.

Biliographie
Goddard, Ives. 1974. An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Goddard, Ives. 1998. Recovering Arapaho etymologies by reconstructing forwards. In Melchert, Craig & Jasanoff, Jay H. (eds.) Mír Curad: Studies in Honor of Calvert Watkins, Innsbruck: Institut für Sprachwissenschaft der Universität Innsbruck, Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft 92, pp.183–200.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comparatisme est-il un primitivisme?," Panchronica, 12/10/2013, https://panchr.hypotheses.org/77 (ISSN 2494-775X)