Archives par mot-clé : contact de langue

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (3): Troubetskoï et l’indo-européen

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1, 2) et celui de Thomas Pellard (1, 2, 3 et 4).

Jean-Paul Demoule n’est pas le premier universitaire à mettre en doute l’existence d’une langue indo-européenne. Nikolaï S. Troubetskoï, linguiste principalement connu pour sa contribution fondamentale à la phonologie structuraliste (en particulier son ouvrage posthume Grundzüge der Phonologie), a aussi tenu une position similaire; il est d’ailleurs l’une des deux personnes auxquelles le livre est dédicacé (« à Vladimir Ivan-Pavlovitch pour des questions, à Nikolaï Sergueïevitch pour des réponses« ), et a manifestement été l’un des grands inspirateurs de J.-P. Demoule.

Troubetskoï est en effet l’auteur d’un article provocateur publié de façon posthume en 1939 intitulé Gedanken über das Indogermanenproblem, dont J.-P. Demoule cite une version antérieure parue en 1936 (pp.164-166), où l’on peut lire l’affirmation suivante (p. 82):

Es gibt also eigentlich gar keinen zwingenden Grund zur Annahme einer einheitlichen indogermanischen Ursprache, von der die einzelnen indogermanischen Sprachzweige abstammen würden. Ebenso gut denkbar ist, dass die Vorfahren der indogermanischen Sprachzweige ursprünglich einander unähnlich waren, sich aber durch ständigen Kontakt, gegenseitige Beeinflussung und Lehnverkehr allmählich einander bedeutend genahert haben, ohne jedoch jemals mit einander ganz identisch zu werden.

« Il n’existe en fait pas de raison contraignante d’accepter l’idée d’une proto-langue indo-européenne unifiée, de laquelle les branches indo-européennes individuelles proviendraient. Il est tout aussi imaginable que les prédécesseurs des branches indoeuropéennes étaient originellement distinctes, mais se sont rapprochées de façon significative progressivement par un contact constant, des influences réciproques et des emprunts, sans toutefois jamais devenir complètement identiques. »

Le plus étonnant dans cet article n’est pas tant le point de vue extrême cité ci-dessus, qui nie l’existence d’une langue proto-indo-européenne, mais de l’absence de réelle argumentation en faveur de cette hypothèse et de données présentées à son appui; il tente dans la suite de l’article de définir la famille indo-européenne sur la base de traits structuraux (comme la présence d’harmonie vocalique ou de marquage ergatif), essai infructueux comme l’a brillamment démontré Emile Benveniste dans son article La classification des langues (Problèmes de linguistique générale I, page 110), où il indique que le takelma, tel qu’il est décrit par Sapir, se conformait aux critères troubetskoïens de langue indo-européenne.

Il est manifeste que le point de vue de Troubetskoï n’a emporté l’adhésion d’aucun linguiste comparatisme. Par exemple, Ernst Pulgram (cité dans ce billet) dans un article pourtant polémique, mentionne en passant:

Let me first mention, and dispose of, the view (held by few, notably by Trubetzkoy, though perhaps only for a time and for the sake of argument) that there never was a Proto-Indo-European language, but that the similarity of the attested Indo-European idioms is due to progressive assimilation through constant and enduring contact with one another.

Néanmoins, l’opinion des spécialistes, si renommés et nombreux soient-ils, n’est pas un argument en soi contre le scénario historique esquissé par Troubetskoï. Le modèle troubetskoïen d’une convergence progressive entre langues originellement différentes, aussi iconoclaste soit-il, mérite d’être examiné de façon dépassionnée.

La première question qui doit être posée est si oui ou non des cas de langues mixtes, dont aussi bien le vocabulaire de base que l’ensemble de la morphologie (y compris les irrégularités) proviendraient de deux langues mères (ou plus). Ce point est assez contesté, mais il existe bien une poignée de langues, dont le michif (à propos duquel je recommande ce site), l’aléoute de Mednyj et le ma’a/mbugu, dont une partie significative du vocabulaire et base et la morphologie verbale proviennent de langues appartenant à deux langues de familles distinctes. Par exemple, l’essentiel des verbes et l’ensemble de la morphologie verbale du michif provient du cri des plaines et les noms et les adjectifs viennent du français canadien; toutefois, les verbes français « avoir » et « être » avec leur morphologie irrégulière ont été préservés et on trouve de la morphologie crise, en particulier l’obviatif –wa même sur les noms d’origine française.

Quand bien même on accepte la catégorie de « langue mixte », une observation s’impose: les cas de vraies langues mixtes sont non seulement très rares (entre 3 et 10 langues sur 6000), mais aussi tous très divergents les uns des autres (les lecteurs peuvent lire par eux-même l’article de Maarten Mous sur ma’a / mbugu plus haut pour voir à quel point il est « mixte » d’une façon très distincte du michif). Plutôt qu’à un type très minoritaire, on a affaire à des cas isolés et uniques, nés dans des circonstances sociales très spéciales et très différentes. Dans le cas du michif par exemple, cette langue provient d’une communauté de métis cri-français (avec aussi des personnes d’origine ojibwe, anglaise et écossaise) tous bilingues, qui ont volontairement créé une langue incompréhensible des monolingues français et des monolingues cris, et les locuteurs du michif n’ont jamais été monolingues dans cette langue.

De ce fait, il est complètement invraisemblable de suggérer que les ressemblances systématiques observées entre les langues indo-européennes anciennes, en particulier la présence de morphologie irrégulière commune, conformes aux correspondances phonétiques régulières observées dans le lexique, dans les noms et les verbes, pourrait s’expliquer par des modèles de type « michif » ou de type « ma’a ». Outre le fait qu’il est préférable en général de favoriser une hypothèse simple par rapport à une hypothèse complexe sans preuves contraignantes à supposer la seconde, si les ancêtres des branches de l’indo-européen provenaient effectivement de langues originellement mixtes, on devrait observer des ressemblances limitées à la morphologie ou à certaines parties du lexique (soit les verbes, soit les noms) et non réparties uniformément dans l’ensemble de la langue.

Troubetskoï propose donc un modèle pour expliquer les ressemblances entre langues qui exige de supposer une situation non observée parmi les langues actuelles (notons d’ailleurs qu’aucune des langues citées ci-dessus n’était décrite à l’époque où Troubetskoï écrivait). Il s’agit plus d’une vue de l’esprit à laquelle Troubetskoï ne croyait peut-être pas vraiment lui-même comme le suggère Pulgram, destinée à inciter un débat et une réflexion, plutôt que la réponse à une question controversée comme le comprend J.-P. Demoule.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (3): Troubetskoï et l’indo-européen," Panchronica, 17/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2185 (ISSN 2494-775X)

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1) et celui de Thomas Pellard (1, 2 et 3).

La « paléontologie linguistique » — la confrontation du vocabulaire reconstructible par la linguistique avec des données archéologiques, pour tenter de placer dans l’espace et le temps les locuteurs de proto-langues, est un sujet auquel J.-P. Demoule consacre un chapitre entier et qui fait l’objet d’une de ses 12 « antithèses » (p 597):

L’utilisation de la paléontologie linguistique débouche sur de nombreuses contradictions et apories, et sur des raisonnements circulaires.

Aux pages 530-2, il présente quelques observations soutenant selon lui l’idée que la paléontologie linguistique mènerait à une impasse. Minimisant la masse du vocabulaire et de la morphologie communes aux langues indo-européennes, en particulier en répétant l’affirmation fausse selon laquelle seule une racine serait commune à toutes les langues indo-européennes, il insiste sur le caractère trompeur du vocabulaire commun:

On connaît aussi la démonstration par l’absurde d’Ernest Pulgram à la même époque, qui, sur la foi des mots communs aux langues romanes, proposait de reconstruire une culture « proto-romane » ou « latine », domainée par des rois, des prêtres et des évêques, où l’on fumait du tabac, buvait de la bière et du café […]. En réalité, on le sait, tous ces mots, et ce qu’ils désignaient, sont apparus dans les langues romanes postérieurement à l’époque romaine. Mais encore faut-il disposer d’évidences [sic] textuelles.

On pourrait plaider que l’on sait que le café est un produit originaire d’Arabie, et que le mot (non indo-européen) est arrivé avec la chose.

La notion qui est singulièrement absente dans tout ce passage, ainsi que dans l’ensemble du livre, est celle de correspondance phonétique (connue de Pulgram mais ignorée par Demoule). En effet, sans même connaître l’origine du café et du tabac, et quand bien même le latin nous aurait été inconnu, il serait possible, en comparant les langues romanes, de remarquer que les correspondances phonétiques observées dans ces mots diffèrent de celles du vocabulaire hérité. Ainsi, le c– de l’espagnol devant a– correspond régulièrement à ch– en français (comme dans cantar et chanter), ce qui suffit à montrer (mais peut se confirmer par d’autres critères phonétiques et morphologiques) que la ressemblance entre le français café et l’espagnol cafe ne peut pas être due à un héritage commun. Si les lois phonétiques sont comprises (et comme l’a démontré Bloomfield pour l’algonquien, il n’est pas nécessaire pour cela de disposer d’une langue anciennement attestée), distinguer les emprunts les plus récents ne présente pas de difficulté; il est donc possible par cette méthode (dont l’application précise est très technique) de reconnaître, dans chaque langue indo-européennes (ainsi que dans les autres familles de langues dont la grammaire comparée est bien étudiée), les différentes couches d’emprunts, d’identifier leur sources et de leur donner une chronologie au moins relative, et ceci même pour les états préhistoriques pour lesquels nous ne disposons pas de textes.

Certes, même en connaissant les lois phonétiques, des cas d’emprunts indétectables et d’emprunts nativisés sont attestés, comme J.-M. List et moi-même l’avons illustré dans cet article. Néanmoins, ces cas sont nettement minoritaires et ne concernent guère que les noms.

Or, la paléontologie linguistique ne se limite pas à l’examen des noms reconstructibles (seuls des noms sont cités par J.-P. Demoule), mais aussi à celui des verbes, en général beaucoup moins empruntables. Dans cet article (le livre complet est accessible à cette adresse), R. Garnier, B. Sagot et L. Sagart discutent du rôle possible du lait dans l’expansion de la famille indo-européenne, et une part importante de leur argumentation porte sur la racine verbale *h2melǵ « traire » qui est solidement reconstructible en indo-européen non-anatolien; notons que les formes attestées sont trop dissemblables superficiellement aussi bien du fait des changements réguliers qu’ils ont subis que de leur structure morphologique pour pouvoir être des emprunts anciens nativisés ou des emprunts indétectables, et qu’il ne peut s’agir que de cognats.

La paléontologie linguistique représente un défi : ce domaine exige de synthétiser sans les édulcorer et les simplifier les données de l’archéologie et de la linguistique. Du fait de la quantité de connaissances requises, il est sans doute préférable que ce type de recherche soit effectué en équipe, combinant l’expertise de spécialistes de disciplines différentes, mais la difficulté de l’exercice ne signifie pas pour autant que ce domaine doive être abandonné. Négliger la paléontologie linguistique, comme le font trop d’indo-européanistes, me semble dommageable à la fois pour l’archéologie et la linguistique historique, disciplines sœurs qui ont tout à perdre d’une polémique simplificatrice.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2160 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts du jingpo en dulong/rawang et en birmique

Un problème encore non résolu de la linguistique sino-tibétaine, mais assez crucial en raison de la place prééminente du jingpo et des autre langues sal (un groupe proposé par Burling comprenant jingpo, bodo-garo, naga du nord et sak), et celui des emprunts que cette langue a donnée à (et aussi reçu de) ses voisines, en particulier les langues birmiques parlées par les autres peuples kachin avec lesquels les locuteurs du jingpo pratiquent l’échange d’épouses selon un schéma qui a eu une influence importante pour la théorie de la parenté), et les langues rawang et dulong, qui sont très importantes pour la famille du fait de leur conservatisme morphologique.

A titre d’exemple, je vais présenter le cas du mot jingpo jà’ [tɕaʔ31] « 硬, dur ». On trouve en dulong et en rawang des mots ressemblants fortement à cet étymon jingpo: dʑɑʔ⁵⁵ et zaq « hard » (en orthographe non-API, voir ce dictionnaire) respectivement. Notons que le jingpo (mais pas tous les dialectes) et le dulong/rawang partagent un changement phonétique *-k > -ʔ, et que ces mots proviennent d’une proto-forme en *-k final.

Comme je l’ai mentionné dans un billet précédent, le jingpo j– a plusieurs origines, dont des groupes en *Cr- ou *rC- comme *sr- et *rj-.

Si l’on admet provisoirement que le mot jà’ n’est pas un emprunt du rawang en jinghpo, et qu’il s’agit d’un mot ST hérité, on peut supposer un proto-jingpo *Crak (j’omets ici les tons). Cette forme rappelle un certains nombre d’étymons dans d’autres langues de la famille, comme le tibétain མཁྲེགས་པོ་ mkʰregs.po « dur » (avec un e venant d’un Umlaut), le garo (langue sal) rak-a « difficult; expensive; fast; hard; strong; tough » (dictionnaire de Burling), le rabha rak « hard » (Joseph 2009). Il n’est donc pas illégitime de supposer que cet étymon jinghpo leur est apparenté, même si l’explication de la divergence du groupe de consonne (proto-jingpo *sr-, tibétain *mkr-, bodo-garo r-) est loin d’être limpide.

Si l’on accepte cette étymologie, un de ses corollaires est que les mots communs au jingpo, rawang et en dulong (langues qui ne partagent pas l’affrication des groupes en *Cr-) ayant la correspondance j: dʑ- : z- exclusivement partagés, et ayant des cognats potentiels en r- ailleurs, sont très probablement des emprunts du jingpo au dulong/rawang. En appliquant systématiquement une méthode du même type:

(i) identifications de changements phonétiques spécifiques au Jinghpo
(ii) collection des mots birmiques et dulong/rawang superficiellement similaires et partagés exclusivement avec le jingpo pouvant avoir été affectés par les changements en (i),

il me semble qu’il sera possible de tirer au clair au moins une partie des contacts compliqués entre ces langues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts du jingpo en dulong/rawang et en birmique," Panchronica, 18/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2093 (ISSN 2494-775X)

Un autre Wanderwort commun au Hmong-Mien et au rgyalronguique?

On trouve en hmong un verbe reconstruit comme *qe (ton C, Rattliff 2010:138) « scold », attesté par les formes suivantes (Wang et Mao 1995:327, n°613)
“骂”:
青岩 qai (5)
高坡 qe (5)
宗地 he (5a)
复员 qe (c)
枫香 qɛ (5)

Wang Fushi et Mao Zongwu comparent cet étymon au mien de 江底 Jiangdi he:m (5) “骂”; toutefois, la correspondance entre une rime en -m et la rime du proto-hmong *-e serait unique; celle-ci correspond normalement à syllable ouverte ou en *-j en chinois, et cette comparaison est donc douteuse.

On trouve toutefois une racine superficiellement ressemblante en rgyalronguique, représentée par le verbe transitif nɤmqe « gronder » et le réciproque amqaj « se disputer » (l’alternance -e / -aj est unique). Pourrait-il s’agir d’un nouvel emprunt birmo-qianguique en hmong? La plupart des autres mots, comme « noix« , sont des noms, mais on y trouve aussi des numéraux de base et il n’est pas absurde de penser que des verbes ont pu aussi faire partie de cette ancienne couche d’emprunts, qui est peut-être plus large qu’on ne le croit.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un autre Wanderwort commun au Hmong-Mien et au rgyalronguique?," Panchronica, 13/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2087 (ISSN 2494-775X)

Le nom du ‘miel’ en chinois archaïque

Dans un article paru dans le premier numéro de *Wékʷesos intitulé « The word for ‘honey’ in Chinese and its relevance for the study of Indo-European and Sino-Tibetan language contact » (téléchargeable ici), j’avais proposé une révision de la reconstruction et de l’étymologie du chinois 蜜 « miel » en chinois. Le point de départ de cet article volontairement provocateur (dans le sens ou je l’ai écrit en attendait une réaction de spécialistes des langues concernées) était le mot lakkia -mlet⁸ « 蜜蜂 / abeille » que Lan Qingyuan 2005 analyse comme un emprunt au chinois 蜜 « miel » p.130. Mon article essaie donc de répondre à la question: si cette forme est bien empruntée au chinois, quelles en sont les conséquences pour la reconstruction de ce mot? Il faut alors considérer que la reconstruction en chinois moyen mjit et le chinois archaïque *mit qui en découle sont fautifs, et que 蜜 a dû avoir une médiane en chinois archaïque *mrit, qui donnerait mit en chinois moyen, et que le placement de 蜜 dans les table de rimes comme étant chongniu 4 est donc une erreur; les conséquences sont également importantes également pour la comparaison avec le tokharien B mit « miel ».

Il faut préciser que -mlet⁸ n’apparaît pas seul en lakkia, c’est un morphème qui peut être extrait de mots comme tu²mlet⁸ « 蜜蜂 abeille », la:p⁸mlet⁸ « 蜂蜡 cire » ou tie:ŋ²mlet⁸ « 蜂蜜 miel », comme on peut l’observer dans l’extrait suivant du dictionnaire de Liu Baoyuan:

Dans un article qui vient de paraître, Kristin Meier and Michaël Peyrot examinent de façon critique l’hypothèse que j’avais proposée. Il apportent des corrections importantes concernant le tokharien (par exemple, le fait que *mr- doit donner pr- en tokharien B, une loi phonétique que j’aurais dû connaître) et expliquent de façon détaillée la chronologie relative des changements phonétiques entre proto-tokharien et tokharien, montrant comment le chinois archaïque *mit a pu provenir d’une forme intermédiaire *ḿətə, ancêtre du tokharien B mit.

En outre, j’apprécie particulièrement leur discussion détaillée du lakkia mlet⁸, qui est il faut bien le dire la seule raison pour laquelle j’ai écrit originellement mon article (pour les lecteurs de ce blog peu familiers avec la phonologie historique de cette langue, voir pour commencer cet article et celui-ci).

La première question concerne les origines possibles du lakkia ml-, car il n’est pas évident à première vue que le proto-Kam-Sui *mr- (si un tel groupe existait bien) donne ml- dans cette langue. Meier et Peyrot indiquent à juste titre suivant Ferlus (1996:256 et 247) que le groupe *mn- donne ml- comme dans le mot « oiseau » mlok⁷, et qu’un groupe *C-mr- donne bl- en lakkia au moins dans le mot « sangsue » bliŋ². Il proposent par ailleurs deux autres étymologies où bl- en lakkia semble bien venir d’une groupe contenant *mr-, avec des comparaisons tirées de Pittayaporn 2009:173).

blaːk⁸ ‘slippery’ (proto-Tai *m.lɯːl B).
wan²blau¹ ‘day after tomorrow’ (deuxième syllabe comparée à *C̬.rɯ: A ‘day after tomorrow’, où *C̬. représente une voisée)

Néanmoins, ils soulignent aussi l’existence du mot lakkia mlet⁸ « 密(筛子编得密) serré (par exemple, à propos de la façon dont un tamis est tressé) » homophone du mot « abeille », que Lan Qingyuan (2005: 129) rapproche du chinois 密 mit venant de *mrit dont c’est un des sens (c’est une paire minimale en chinois moyen avec « miel » dans la reconstruction normale), une forme qui donne crédit à l’idée que *mr- pourrait être l’une des origines de ml- en lakkia. Il y a donc un mystère de la phonologie historique de cette langue encore non résolu, qui ne pourra l’être que par une étude extensive des groupes de consonnes en Kam-sui, et notamment dans les emprunt ancien au chinois. Il faut sans doute à mon avis partir de deux types de groupes différents, peut-être *mr- > ml- vs *Cmr- > bl-, un changement qui rappellerait le tibétain où *mr- > ɴbr- mais *s-mr- > sbr- comme je l’ai proposé ici.

Meier et Peyrot proposent ensuite une étymologie alternative à celle de Lan Qingyuan: -mlet⁸ « abeille » ne viendrait pas de 蜜 « miel » mais du mot 蠣 ljejH (reconstruit *mə-rat-s dans le système de Baxter/Sagart) qu’ils traduisent par « stinging insect ». Ce mot est compatible phonétiquement, et si le caractère 蠣 sert à écrire un mot signifiant « huître » en chinois moderne (牡蛎), on trouve en effet un exemple où il désigne un type de scorpion dans le Zhuangzi (il s’agit d’un mot sans doute non apparenté à « huître »):

(1) 其知憯於蠣蠆之尾
« Leur sagesse est plus mortelle que la queue des scorpions. »

Dans cet emploi 蠣 est sans aucun doute une forme alternative de 蠆 ʈʰæjH « scorpion » reconstruit *mə-r̥ˤa[t]-s et dans ce passage les deux apparaissent l’un après l’autre de façon allitérative *(mə-)rat-s (mə-)r̥ˤa[t]-s.

Cette hypothèse est intéressante, et même si elle soulève de nombreuses questions (en particulier, la rime *-at devant consonne *r- dans un mot chinois peut-elle correspondre à -et dans la strate empruntée au chinois archaïque en lakkia, ainsi que la différence de sens entre « scorpion » et « abeille »), elle n’est pas moins improbable que celle de Lan Qingyuan, qui, je dois le reconnaître, crée des problèmes trop importants.

Un problème additionnel concernant l’hypothèse que je proposais dans mon article qui n’est pas mentionné par Meier et Peyrot est le fait que si effectivement le placement de 蜜 comme chongniu 4 dans les tables de rimes était une erreur, on s’attendrait néanmoins à trouver la notation correcte en écriture ‘Phagspa, qui les distingue clairement; or le ‘Phagspa a bien mi pour 蜜 et mue pour 密, la distinction attendue pour l’opposition chongniu de ces syllabes.

Je dois donc abandonner l’hypothèse proposée dans mon article de 2014, mais me réjouis de ce que cet article a stimulé une discussion qui clarifie la chronologie des contacts entre chinois et tokharien, et contribue à la linguistique historique du kra-dai.

Bibliographie
Jacques, Guillaume 2014. The word for ‘honey’ in Chinese and its relevance for the study of Indo-European and Sino-Tibetan language contact, *wékʷos 1:111–116.
Meier, Kristin and Michaël Peyrot 2017. The Word for ‘Honey’ in Chinese, Tocharian and Sino-Vietnamese. Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, Vol. 167, No. 1, pp. 7-22 https://www.jstor.org/stable/10.13173/zeitdeutmorggese.167.1.0007

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom du ‘miel’ en chinois archaïque," Panchronica, 20/07/2017, https://panchr.hypotheses.org/1894 (ISSN 2494-775X)

Le causatif en jingpo

Dans un article écrit il y a quelques années, je m’intéressais à la question de savoir si le préfixe causatif à sifflante (japhug -, sɯɣ-, z– selon le contexte) était productif ou non dans d’autres langues. En jinghpo, comme en japhug le préfixe cognat a de nombreux allomorphes (sha-, sa-, ja-), mais la grammaire de Dai Qingxia ne précise pas si le préfixe est productif ou non. L’examen des exemples de verbes dérivés dans le dictionnaire permet néanmoins de trancher cette question.

En effet, on trouve (p.734) le verbe shàdáng « 使……挡住 », qui est dérivé du verbe dáng « 挡住 (bloquer) ». Or, ce dernier est de toute évidence un emprunt au chinois mandarin 挡 dǎng de même sens (avec une correspondance tonale attestée par ailleurs), ce qui prouve que le préfixe causatif peut en jinghpo s’appliquer aussi aux emprunts, et donc que ce préfixe est toujours productif. Il serait intéressant d’en recenser plus d’exemples auprès de locuteurs natifs. Cette observation ouvre aussi la question de savoir si d’autres langues que le jinghpo et le japhug ont un préfixe causatif productif en ST.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le causatif en jingpo," Panchronica, 14/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1831 (ISSN 2494-775X)

Un emprunt kulung en khaling?

Dans un billet écrit l’année dernière, j’avais déjà mentionné le problème des emprunts entre langues kiranties. Je suis en ce moment en train de travailler sur la phonologie/morphologie historique du kulung, et je remarque que le mot kawa ‘eau’ rappelle le khaling कव kʌwʌ ‘rivière’. Notons que le mot khaling est anormal. Une proto-forme kirantie *kawa devrait donner en khaling †kɛ̂: avec chute du -w- intervocalique, tout comme *ŋgrawa > घ्र्या: ghrɛ̂: « crabe »(voir cet article).

Il est donc très vraisemblable que le khaling कव kʌwʌ soit un emprunt au kulung. Le mot kulung lui-même est peut-être cognat du khaling कु ku « eau », mais cette forme est encore non-expliquée (*ku devrait donner †kʉ), et la correspondance des voyelles n’est pas comprise.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un emprunt kulung en khaling?," Panchronica, 19/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1771 (ISSN 2494-775X)

L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque

En lisant ce livre, je suis tombé sur ce mot pour l’étain (dans deux dialectes):

炯奈语(龙华)lei35
炯奈语(六巷)lhe22

On lui trouve des cognats dans d’autres langues hmong:
吉卫 lhja54
阳孟 lhja35
中心 lje31

Ce mot est de toute évidence un emprunt au chinois archaïque 锡 sek < *s-lˁek; le groupe de consonne ici, admis par la plupart des spécialistes du chinois archaïque, est basé sur la partie phonétique 易 yek < *lek (voir cet article pour une explication de la méthodologie qui sous-tend la reconstruction de groupes consonantiques en chinois archaïque).

Il s'agit du ton C1, de la même classe tonale que le mot "fer" (autre emprunt ancien au chinois 鐵 thet < *lhˁik), et il doit contenir des anciens rusheng:

炯奈语(龙华)lhɔ35
炯奈语(六巷)lhəu22
吉卫 lho54
阳孟 lho35
中心 lho31

Il s'agit d'une nouvelle confirmation que les emprunts anciens au chinois dans les langues hmong-mien peuvent avoir préservés des caractéristiques phonétiques plus archaïques qu'aucun dialecte chinois; c'est à ma connaissance le premier exemple de chinois *sl- correspondant à lh- en hmong-mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque," Panchronica, 31/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1703 (ISSN 2494-775X)

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la distinction de voisement étant transphonologisée registre tonal, et celle d’aspiration étant perdue (*mp-, *mpʰ- > b-; *nt-, *nth- > d etc).

Ils se sont servis dans leur reconstruction essentiellement des mots reconstruits en proto-hmong-mien (Wang Fushi et Mao Zongwu 苗瑶语古音构拟et Ratliff 2010), mais il est facile, en étudiant le dictionnaire du mien de Jiangdi 江底 de Mao Zongwu (汉瑶词典(勉语)), de trouver de nombreux cas de mots ayant des voisées en mien (venant de préinitiales) correspondant à des sourdes aspirées ou non-aspirées en chinois.

Certains de ces mots, comme bjoːt8 « bouillir » (chinois 沸 pjɨjH < *Nə-puts; notons qu’il existe un autre verbe bwei5 « bouillir » en mien avec un -i correspondant au *-ts du chinois archaïque, donc tardif, qui se retrouve toutefois en hmong et semble suivre les correspondances des mots hmong-miens natifs), semblent d'une grande antiquité (la préservation du -t final est ici probablement indicatrice d'un emprunt pré-Han). D'autres toutefois, comme beu1 "jeter" (chinois 抛 phæw), ont des correspondances indicatrice d’un emprunt d’une langue de type chinois moyen. Signalons le mémoire de mastaire de
Li Lizhi (《汉瑶词典》中勉语汉语借词的研究) qui propose une stratification détaillée des emprunts en mien sur la base du dictionnaire de Mao Zongwu.

Pourrait-il s’agir d’une innovation en mien? Bien sûr, dans le cas de mots à voisée en chinois moyen, comme le mien dzoːi2 « complet », qui vient du chinois 齐 dzej (dont un des sens est « complet », dans des expressions telles que 齐全), il serait possible d’argumenter que le voisement est dû au fait que le mot est emprunté à un dialecte chinois qui aurait préservé le voisement jusqu’à une période postérieure à la perte de celui-ci en mien et à la conversion de la prénasalisation en voisement dans cette langue. Un tel argument n’est pas possible pour les mots à sourdes aspirées et non-aspirées en chinois moyen, bien entendu.

Une autre question est de savoir s’il pourrait s’agir d’une alternance interne au mien; même si les langues hmong-mien sont presque complètement isolante, on remarque quelques trace de morphologie ancienne(Ratliff 2010:199-213).

L’une des plus étonnante, notée à juste titre par Martha Ratliff (2010: 210) est la paire entre « tuer » (mien tai5 < *təjH) et "mourir" (mien tai6 < *dəjH), qui rappelle l'austronésien *paCay "tuer" / *maCay "mourir" (*C, quelque soit son interprétation phonétique, correspond à t dans la plupart des langues austronésiennes). Cette paire de verbes soulève de nombreuses questions concernant la parenté du hmong-mien (ce ne sont pas les seules formes ressemblant à l'austronésien dans la famille), et en tous les cas montre des alternances morphologiques de voisement (manifestée en mien par les tons de série haute (1,3,5,7) opposés à ceux de série basse (2,4,6,8)) ont pu avoir un jour existé. Néanmoins, il ne semble pas qu'il y ait d'exemples clairs de paires de verbes natifs ayant une alternance de prénasalisation (cf Downer 1973). Il est donc peu vraisemblable que la prénasalisation dans les verbes empruntés au chinois aient pu être dus à un préfixe en hmong-mien (contrairement par exemple aux langues rgyalronguiques, où les verbes récemment empruntés au chinois prennent des préfixes dénominaux, tels que – en japhug, voir cet article).

Nous avons donc une large couche d’emprunts au chinois ayant des initiales remontant à des prénasalisées, mais qui du point de vue des autres caractéristiques phonologiques ressemble à un dialecte chinois moyen; nous avons donc affaire à un dialecte chinois d’époque post-Han, qui n’était distinct du système du qieyun que parla préservation de quelques traits comme la prénasalisation, et qui comme le suggère Downer pourrait même être ancestral à la couche la plus ancienne du cantonais et du hakka. La prénasalisation en hmong-mien n’est donc pas une curiosité remontant à une époque archaïque, dont l’ajout à la reconstruction serait extrêmement spéculatif comme le suggère Schuessler (2015), mais un trait encore présent en chinois des Han et probablement assez général dans les dialectes du sud jusqu’à l’époque Tang.

Pour finir, on trouve en hmong-mien des mots sino-tibétains non-chinois, probablement venant d’une langue birmo-rgyalronguique ancienne, dont certains ont une prénasalisation. Si l’on prend bwan5 « neige, glace », probablement apparenté au japhug tɤjpa (*lpa < **lpan; le -n est attesté en trong tɯ³¹wɑn⁵³  »neige »), on observe que la prénasalisation en hmong-mien, à une époque encore plus ancienne, provient de la confusion de préinitiales nasale et d’autres prénitiales sonantes comme *l-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La prénasalisation en hmong-mien," Panchronica, 19/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1694 (ISSN 2494-775X)

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa « organes, état d’esprit », qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ « courber ») ou uvulaires (qaʁ « éplucher, écorcher, enlever la peau »). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ « se retourner »).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, https://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire « père et mère » est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa « ma mère et mon père », avec la mère en premier.

Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles (on ne le retrouve guère que dans les histoires traditionnelles) on employait pour désigner les parents les noms d’origine tibétaine -pa ‘père’ et -ma ‘mère’ de ཨ་ཕ་ ʔa.pʰa et ཨ་མ་ ʔa.ma respectivement. Notons que l’absence d’aspiration dans le mot ‘père’ n’est pas un obstacle contre l’étymologie tibétaine: la consonne -p- est en position intervocalique, précédée par le préfixe ʔa-, est n’était pas aspirée dans le dialecte tibétain donneur; à l’inverse, l’expression phama « père et mère » en japhug, non-préfixée, a bien une aspiration comme son équivalent tibétain ཕ་མ་ pʰa.ma.

Or, l’ordre des parents avec ces noms d’origine tibétaine suit celui du tibétain: on dit donc a-pa a-ma « mon père et ma mère » à l’inverse des noms natifs. C’est un cas intéressant qui illustre que l’influence du contact du tibétain sur le japhug ne se limite pas au lexique (à ce propos, voir aussi cet article).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) V," Panchronica, 06/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1392 (ISSN 2494-775X)

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux « dialectes » (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 « riz, nourriture » (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza « manger » et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 « viande » (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 « neveu » (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 « cochon »? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale « manger », mais la différence de ton avec dzi35 « riz, nourriture » cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un petit détour par le tujia (1)," Panchronica, 20/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1247 (ISSN 2494-775X)

Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug

Le japhug ɯ-thoʁ « le sol, par terre » n’est pas un nom comme les autres: il est anormal en ayant un préfixe de troisième personne obligatoire ɯ-, ce qui est peu commun pour un nom désignant le sol. Depuis longtemps, je me posais des questions sur son étymologie, et je crois avoir trouvé la solution.

En tibétain, la syllabe ཐོག་ tʰog, parmi de nombreux autres sens, peu signifier ‘le dessus’, et s’emploie communément comme nom relateur signifiant « sur », en combinaison avec les cas terminatif (ཐོག་ཏུ་ tʰog.tu) et allatif (ཐོག་ལ་ tʰog.la).

Il peut s’employer en particulier pour dire « sur le sol » ou « sur la terre », comme dans སའི་ཐོག་ཏུ་ sa’i tʰog tu (ce n’est pas la manière la plus courante de le dire, je le reconnais, mais c’est attesté). Mon hypothèse est que le japhug a:

(1) Emprunté ཐོག་ tʰog sous la forme attendue ɯ-thoʁ (avec un préfixe de troisième personne comme tous les noms relateurs) dans le sens de « sur ». Il était en compétition avec le mot local ɯ-taʁ « sur » — ce n’est pas très surprenant pour cette langue, où l’on a aussi deux formes en compétition pour le datif, ɯ-phe et et ɯ-ɕki.

(2) Ce nom relateur a dû être souvent employé dans une collocation « sur la terre », peut-être *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ (avec le zɯ locatif), et a fini par se spécialiser et se restreindre à cette expression. Noter que le japhug utilise le nom tibétain ས་ཆ་ sɤtɕha pour désigner la terre, aussi bien comme matériau que comme extension spatiale.

(3) L’expression *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre » est réduite en ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre », une forme attestée.

(4) On crée par dérivation inverse ɯ-thoʁ « le sol » de ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre ».

Cette idée explique le préfixe bizarre dans ce nom ainsi que son étymologie; à ma connaissance il n’existe pas d’étymologie locale potentielle. Je suis curieux de savoir si les lecteurs connaissent des cas similaires dans les langues qu’ils étudient.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug," Panchronica, 06/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/904 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts entre langues kiranti

Les verbes conjugués en kiranti, contrairement à ceux des langues gyalronguiques, sont une classe quasi-fermée; il est très difficile d’ajouter de nouvelles racines verbales, et la façon productive de créer de nouveaux verbes est d’utiliser une construction avec auxiliaire. Les emprunts de verbes sont très rares. En khaling, je ne connais que याल्न्य |jal| ‘frapper’ (emprunté au thulung yalmu, voir cet article p.1110) et हेल्न्य |ɦel| « détourner l’eau », qui vient du népali हेल्नु helnu de même sens). On peut s’interroger aussi sur le verbe |pil| « traire, presser », qui pourrait être emprunté à pelnu « presser », mais si c’était le cas, l’emprunt aurait eu lieu en proto-kiranti, ce qui semble peu probable, car des cognats existent ailleurs pour ce mot. Il est intéressant qu’il s’agisse de mots à finale -l: c’est une des rares consonnes finales sans alternance en khaling, ce qui a pu favoriser l’empruntabilité de racines de ce type.

Les emprunts de noms en revanche sont probablement très courants, mais il est encore difficile d’avoir des critères stricts pour les distinguer des cognats. Ce matin, en travaillant sur le wambule, j’ai trouvé deux noms ressemblant au khaling, dont il est difficile de dire à ce stade s’il s’agit d’emprunts ou de cognats: khalamba « rhume » (khaling ख्यल्याम्ब्य khɛ́lɛmbɛ) et lima « mensonge » (khaling लेम lémʌ). La loi de réduction des syllabes ne devrait pas s’appliquer dans ces mots (puisqu’il n’y a pas de voyelle haute), et l’on ne peut donc facilement prouver qu’il s’agit d’emprunts, mais la structure de ces mots est complètement opaque et ne semble pas analysable historiquement. Si ce sont vraiment des cognats (au moins reconstructibles à l’ancêtre commun du khaling et du wambule, ce qui n’est pas forcément le proto-kiranti), cela impliquerait qu’il existait déjà des mots trisyllabiques dans cette proto-langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre langues kiranti," Panchronica, 19/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/830 (ISSN 2494-775X)

Un emprunt du vietnamien en chinois?

Dans un billet sur le blog Indo-sinica, Alexis Michaud mentionne parmi de multiples sujets l’hypothèse de Michel Ferlus selon laquelle le mot 蠟 lap « cire » serait d’origine vietnamienne. L’hypothèse est audacieuse, car si les emprunts chinois de diverses époques forment une part considérable du vocabulaire vietnamien, aucun emprunt assuré du vietnamien spécifiquement vers le chinois n’a été proposé auparavant, et même les étymologies austroasiatiques suggérées pour certains mots chinois par Norman et Mei, puis par Schuessler, sont très très peu convaincantes (i.e. avec des telles méthodes, on peut aussi trouver des emprunts sioux en chinois).

Néanmoins, à ma grande surprise, l’argument de Michel Ferlus est finalement assez solide, pour deux raisons principalement:

(1) Le mot 蠟 lap « cire » est tardif en chinois (II-IIIe siècle), et n’a aucune étymologie interne claire (et encore moins une étymologie sino-tibétaine)
(2) Le vietnamien sáp « cire » a des cognats dans les langues viet-muong avec un groupe k(h)r- attendu.

La correspondance entre le chinois moyen l- et le vietnamien s- < *k(h)r- (NB: le *s du proto-VM devient t- en vietnamien; le |s| orthographique du vietnamien représente [s] en vietnamien du nord et [ʂ] en vietnamien du sud, la prononciation du sud étant ici plus conservatrice) s’observe dans quelques emprunts anciens, tels que sức « force » emprunté au chinois 力 lik à une époque où ce mot avait un groupe de consonne initial qui s’est simplifié en *r- et a évolué en l- par la suite. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle 力 lik est reconstruit *k.rək par Baxter et Sagart.

Si sáp « cire » et sức « force » présentent donc les mêmes correspondances entre vietnamien et chinois, il y a néanmoins un problème de chronologie, car le *r- du chinois archaïque était déjà devenu l- au IIe siècle, lorsque 蠟 lap apparaît. Si le mot était venu du chinois en vietnamien, il devrait avoir donc un l- un vietnamien (et un tel mot existe d’ailleurs, la lecture sino-vietnamienne lạp). L’hypothèse que le mot chinois 蠟 lap soit emprunté au vietnamien en revanche ne pose pas de problème, puisque le chinois aurait de toute façon confondu les r- et les l- étrangers en l- après le changement phonétique de *r- vers l-. Donc l’hypothèse de M. Ferlus est bien la plus parcimonieuse, et soulève naturellement la question de savoir si d’autres emprunts dans cette direction n’attendent pas d’être découverts.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un emprunt du vietnamien en chinois?," Panchronica, 30/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/754 (ISSN 2494-775X)