Archives par mot-clé : chinois

Uvulaires et vélaires en chinois archaïque

La reconstruction de Baxter-Sagart adopte en la modifiant l’hypothèse de Pan Wuyun de séries uvulaires. La théorie des uvulaires dans l’ouvrage de 2014 est légèrement différente de celle présentée dans cet article accessible en ligne. Le tableau suivant (Baxter et Sagart 2014:46) récapitule les correspondances entre uvulaires simples du chinois archaïque et chinois moyen selon leur système:

Il existe néanmoins des contacts dans certaines séries phonétiques entre initiales occlusives vélaires du chinois moyen (k-, kʰ-, gj-, ŋ-) avec les x-, ɦ- et ʔ- du chinois moyen (notées h- et ‘- par Baxter et Sagart) caractéristiques des séries uvulaires. Pour expliquer ce phénomène assez courant, Baxter et Sagart (p45) diffèrent de Pan Wuyun:

Une manière d’interpréter le changement proposé est que les présyllables fortement attachées assimileraient (ou dissimileraient) les uvulaires en vélaires. Cette idée (qu’elle soit interprétée comme une assimilation ou une dissimilation) me semble problématique, car elle suppose des changements non-attestés ou quasiment non-attestés.

Certains auteurs affirment que la dissimilation d’uvularité n’existerait pas; le seul exemple que j’ai pu trouver est cet article qui mentionne des cas de « Abnormal or spontaneous cases of de-velarization or de-uvularization, like /ṣ/ > /s/, e.g., ’absar “sehen” (p. 134, < Cl.Ar. {bṣr}), siḥābī “Gespenst” (p. 540, < Cl.Ar. {ṣḥb}), sadīrah “Leitkamel” (p. 546, /t/, e.g., ratn “Kauderwelsch” (p. 430, /k/, e.g. ṭarēku “Weg” (p. 773, < Cl.Ar. {ṭrq})." La forme ṭarēku correspondant à ṭarīq(u), si elle est effectivement correctement transcrite, serait un cas où l’emphatique ṭ aurait causé la dissimilation à distance de l’uvulaire en k; toutefois, en sémitique et en berbère, c’est plutôt le changement inverse qui est habituellement observé, la dissimilation des coronales emphatiques par les uvulaires, comme dans l’algérien de Dellys triq « chemin » < ṭarīq (voir Souag 2005), et de même en berbère (voir Souag 2013). Les cas de dissimilation de type q…q > q…k en tout cas sont à ma connaissance non-attestés.

L’interprétation du changement proposé par Baxter et Sagart comme une assimilation, par exemple *k.qV > *k.kV, me semble aussi difficile, car je ne connais aucun cas de ce type.

En revanche, l’assimilation d’uvularité (vélaire > uvulaire au contact d’autres uvulaires) est bien connue, et attestée notamment en rgyalronguique, en maya et en Totonac de Misantla (MacKay 1999).

Une manière alternative de concevoir les contacts entre vélaires et uvulaires dans les séries phonétiques où les occlusives vélaires cohabitent avec les fricatives x-, ɦ- et la glottale ʔ- en chinois moyen pourrait donc être de prendre le problème à l’envers: les mots reconstruits comme uvulaires, comme 影 ʔjæŋX viendraient d’anciennes vélaires avec un préfixe uvulaire (*qə-kraŋʔ > *qraŋʔ) tandis que les vélaire seraient non-préfixées (景 kjæŋX <*kraŋʔ). Une telle solution résoudrait le problème typologique de la reconstruction de Baxter et Sagart, sans perdre le pouvoir explicatif de l'opposition entre vélaires et uvulaires en chinois archaïque.

Références
Corriente, Federico 2014 Again on the Yemenite connection of Andalusi Arabic and other Western Arabic Dialects, Folia Orientalia, 51:9-26.
MacKay, Carolyn J. (1999), A Grammar of Misantla Totonac, Salt Lake City: University of Utah Press.
Souag, Lameen. 2005. “Notes on the Algerian Arabic Dialect of Dellys” – Estudios de Dialectología Norteafricana y Andalusí 9, pp. 151-180.
Souag, Lameen. 2013. Berber and Arabic in Siwa (Egypt): A Study in Linguistic Contact. Berber Studies Vol. 37. Köln: Rüdiger Köppe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Uvulaires et vélaires en chinois archaïque," Panchronica, 06/09/2018, https://panchr.hypotheses.org/2402 (ISSN 2494-775X)

La tabouisation en cantonais

Le cantonais est remarquable par la quantité de mots tabouisés qu’on y trouve. L’aversion pour les mots à sens négatif (ou homophones avec des termes pouvant avoir une interprétation non auspicieuse) a conduit les locuteurs à changer sciemment certains éléments de mots composés par des antonymes ou des termes alternatifs.

Comme exemple typique de tabouisation par antonyme, notons par exemple le terme 猪润 tsy⁵³jøn²² « foie de porc », qui remplace le terme attendu 猪肝 tsy⁵³kɔn⁵³, du fait de l’homophonie de 肝 kɔn⁵³ avec 干 kɔn⁵³ « sec », terme considéré comme négatif dans un contexte culinaire; il est remplacé par son antonyme 润 jøn²² « humide », malgré le fait que ce dernier soit immotivé pour désigner le foie de porc.

Le second type de tabouisation peut s’illustrer par le nom 凉瓜 lœŋ²¹kwa⁵³, qui désigne la « courge amère ». Ici 凉 lœŋ²¹ « frais » remplace 苦 fu³⁵ « amer », le terme originel 苦瓜 fu³⁵kwa⁵³ étant considéré comme inauspicieux à cause des connotations de l’adjectif 苦 fu³⁵ « amer » en cantonais; l’épithète 凉 lœŋ²¹ fait référence aux propriétés nutritives/médicales de ce légume dans la conception cantonaise.

Ces deux exemples sont connus des dictionnaires, mais certains locuteurs appliquent ces procédés de tabouisation à d’autres mots par jeu linguistique; certaines de ces innovations peuvent avoir un succès limité. Une des amies de notre famille affectionne par exemple de dire 赢 jɛŋ²¹ « gagner » à la place de 书 sy⁵³ « livre », du fait de l’homophonie entre 书 sy⁵³ « livre » et 输 sy⁵³ « perdre », illustrant un autre exemple de tabouisation par antonyme ( 输 sy⁵³ « perdre » et 赢 jɛŋ²¹ « gagner »).

En cantonais, ces tabous sont transparents et compris par tous les locuteurs; néanmoins, des phénomènes similaires ont pu exister à des périodes plus ancienne du chinois et d’autres langues de la région, et ces innovations sont sans doute plus difficile à mettre en évidence dans des langues dont l’histoire est moins bien connue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La tabouisation en cantonais," Panchronica, 11/08/2018, https://panchr.hypotheses.org/2328 (ISSN 2494-775X)

Old Chinese and friends

前两天在耶拿马普所举行的Old Chinese and friends研讨会,我因为在马尔康做田野调查没有能参席,但仍然通过SKYPE远程参加了一部分讨论。

在会议第二天的公开讨论中,与会专家探讨了上古音构拟和汉藏比较之间的关系。针对这个问题各家的看法不同,争论也比较多。下面我将总结一下对其中部分话题的一些想法,希望引起大家的讨论。

(1)汉藏语比较为什么落后于印欧语比较?
造成这个现状的原因有几种,其中当然包括古代语言的稀缺,文字创制年代(汉语除外)比较晚,以及大部分的现代语言的描写不够深入等等。然而,我认为最关键的问题就是,我们领域的出发点主要还是汉语,又因为汉语的形态本来就已大大简化,所以形态的构拟没有得到应当的重视。很多学者都认为,形态的构拟必须在语音构拟完成后才可以开始进行。
实际上,印欧语历史比较研究积累下来的经验告诉我们,语音构拟、形态的研究和词源研究必须同时进行,因为语言之间的同源词实际上只有很少一部分是直接从原始语遗传下来的,大部分同源词在各个语言中发生了一系列的形态交替和类推所引起的变化,这些变化有时候会产生语言之间“假”的语音对应关系,历史语言学家的首要任务之一就是分辨纯语音演变的对应关系和形态变化引起的对应关系。为了区分这两种对应关系,我们在比较语言的同时需要一个构拟形态的框架。在印欧语研究中,希腊语和梵文的形态结构很接近,所以建立形态构拟框架并不难,但是在汉藏语系中,没有这么明显的共同形态(特别在汉语和藏语之间),因此学者们一直没有把这一问题当成是首先需要解决的大事。然而,既然连希腊语和梵文之间的大部分同源词都有类推和形态变化等现象,而且很少有完全符合遗传下来的语音对应关系的例子,那么汉语和藏语之间应该也是一样。我们如果直接把藏语和汉语拿来比较,所比较的就很可能根本不是纯词根,而是附加(已经融合了的)词缀的词根,这样我们就不难理解汉语和藏语之间的对应关系为何如此凌乱。
以我的观点,为汉藏语系建立形态的构拟框架是我们领域的第一任务。因此,我们的出发点不一定是文字创制年代最早的语言,反而是形态最复杂的、哪怕是现代的语言。诚然,形态复杂的语言的形态也不一定是从原始汉藏语一脉相承遗传下来的,肯定有很多后期产生的词缀和语音交替,但是既然可以在嘉绒语支语言中清楚地看到与汉语清浊交替同源的语法现象,运用这种活语言的形态结构来解析汉语中其它词汇和交替的残留也不失为一个合理的方法。

(2)上古音的清浊交替和苗瑶语系的鼻冠音
另一个引起了激烈争论的问题就是苗瑶语中汉语借词的鼻冠音。汉语借词占苗瑶语词汇的一大部分,其中上古和中古借词层次里都可以找到带鼻冠音的例子(以下引用的是毛宗武1992的江底瑶语资料,瑶语的浊音声母都来自于原始苗瑶语的鼻冠音):

鼻冠清不送气塞擦音:
dzip7 < *N-ts- “接”(精三開鹽A入)
鼻冠清送气塞音:
beu1 < *N-pʰ- “抛”(滂二開肴平)
鼻冠清擦音:
dzaːn5 < *N-s- “散“(心一開寒去)

金理新先生在公开讨论中提出,苗瑶语汉借中的鼻冠音并不是汉语借出方言的特征,而是苗瑶语系语言在借入后添加上去的。这种想法也许能解释鼻冠浊音和汉语全浊声母的对应关系(有些苗语方言借法语借词时用鼻冠音来代替法语的浊塞音),但是绝对不能解释为什么清塞音和清擦音会增生一个鼻音成分,这个鼻音成分不可能无中生有。

Downer早在1973年指出,瑶语中有两对动词有清浊交替,浊声母(来自原始苗瑶语的鼻冠音)为不及物动词,清声母是及物动词:

khoːi1 “打开”(溪一開咍平)
goːi1 “开(多作补语或自然开裂、开放)

tshɛʔ7 “拆”
dzɛʔ7 “拆开;皴”

除此之外也可以找到不送气清塞音和浊音的交替:
pɛːŋ1 “绷;拉紧;拔”
bɛːŋ1 “裂开”

后来沙加尔(1994:280-281, 2003)指出,所有有这种交替的动词都是汉语借词,没有任何一个本土词,因此声母浊化(来自原始语的鼻冠音化)不可能是瑶语本身的形态变化,只能分析为汉语借出方言中的交替。

从上述的例子可以看出,带鼻冠音的汉语借词多数都有中古音特征,例如beu1 < *N-pʰ- “抛”是二等字,但是在瑶语中没有*-r-介音的痕迹,因此不可能是上古时代的借词。
因此,苗瑶语中的汉语借词为我们保存了一个中古时代的非主流南方方言,这个方言或者方言群的语音系统跟切韵系统很接近,但是多了一系列的鼻冠音声母。我认为,构拟上古音时(包括汉代音),我们绝不能无视这种宝贵的资料,它的重要性不亚于闽方言。虽然在文献资料中没有任何鼻冠音的痕迹,但苗瑶语的证据足以让我们在上古汉语中构拟鼻冠音。 音韵学需要摆脱对切韵系统的盲目崇拜,逐渐采用非主流方言的资料,包括闽方言、白语还有苗瑶语和侗台语系语言中的汉语借词,才能有健康的发展。

参考目录
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Downer, G.B. 1973 Strata of Chinese loanwords in the Mien dialect of Yao. Asia Major 13:1-33.
Mao Zongwu 毛宗武 1992 《汉瑶词典(勉语)》成都:四川民族出版社
Laurent Sagart 1994 Proto-Austronesian and Old Chinese Evidence for Sino-Austronesian, Oceanic Linguistics, Vol. 33, No. 2, pp. 271-308.
Sagart, Laurent. 2003. Sources of Middle Chinese manner types: Old Chinese prenasalized initials in Hmong-Mien and Sino-Tibetan perspective. Language and Linguistics 4.757–768.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Old Chinese and friends," Panchronica, 29/04/2018, https://panchr.hypotheses.org/2227 (ISSN 2494-775X)

La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque

Parmi les multiples fonctions de l’alternance de voisement en chinois archaïque, on trouve des exemples potentiels de nominalisation, que Baxter et Sagart (2014:55) reconstruisent comme *m- dans des exemples tels que 拄 *t(r)oʔ > ʈjuX ‘prop up, support (v.)’ ==> 柱 *m-t(r)oʔ > ɖjuX ‘pillar’(je convertis le chinois moyen dans la transcription APisée décrite ici). Des cognats potentiels de ce préfixe ailleurs en sino-tibétain existent, en particulier le ma– du Jinghpo dont j’ai parlé dans un autre billet; je suis en train de préparer un article qui traite (entre autre) de ce sujet.

Parmi les formes qu’ils donnent se trouve la paire suivante:

(1) 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ ‘weigh; evaluate; call’ ==> 稱 *mə-tʰəŋ-s > tɕʰiŋH ‘steelyard’;
Il n’y a pas de trace de voisement en chinois moyen, mais la reconstruction d’un préfixe nasal est assurée par le Hmong-Mien. B/S citent le proto-pHM *nthju̯əŋH, et la forme est bien attestée par exemple en mien de Jiangdi dzjaŋ5 ‘balance’ (le ton de série haute indique bien une initiale de type *N-t(sʰ), voir ce billet).

Néanmoins, si la présence d’une présyllabe nasale n’est guère problématique, son interprétation ici comme préfixe de nominalisation l’est. Outre le fait que le nom ‘balance’ est au qusheng, processus bien connu de nominalisation), si l’on recherche dans le dictionnaire mien de Mao Zongwu (1992:167), on peut trouver le verbe dzjaŋ1 « peser » (un exemple de phrase nous assure que c’est la bonne traduction de 称), qui doit refléter le verbe 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ dans la même couche de vocabulaire. Cette forme implique que le verbe aussi avait une présyllabe nasale, et sa reconstruction correcte dans le système B/S serait donc *mə-tʰəŋ. Cet exemple illustre à la fois l’importance du hmong-mien pour le chinois, et l’urgence d’une étude systématique des emprunts chinois anciens au moins en mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque," Panchronica, 01/02/2018, https://panchr.hypotheses.org/2129 (ISSN 2494-775X)

Le verbe « donner » en jinghpo

Le verbe « donner » en jinghpo yā [ja33] (qui a de nombreuses fonctions dans cette langue, voir par exemple cet article) est rapproché par le STEDT d’un certain nombre de formes dans d’autres langues sal, en kham et en thulung, comparaisons sur lesquelles je ne préfère pas me prononcer pour le moment. En revanche, il me semble possible de rapprocher ce verbe du chinois 與 joX, reconstruit par Baxter et Sagart (2014) comme *m-q(r)aʔ, donc avec initiale non-latérale — il pensent en particulier que ce mot est étymologiquement distinct de son homophone en chinois moyen 予 joX qui aurait eu une latérale *laʔ. Comme je l’ai déjà expliqué dans cet article, si je suis d’accord avec l’idée que tous les j- (喻四) du chinois ne proviennent pas de latérales, lorsque des mots ayant cette initiale en chinois correspondent à des étymons ayant un j- dans une langue où les j- n’ont pas d’origines alternatives diverses (comme le Limbu où *r- devient j-), il est plus vraisemblable d’admettre que le chinois avait des *j- primaires dans ces mots, même si les données internes aux chinois ne sont pas claires.

Le verbe 與 joX pourrait être un nouvel exemple (outre la série de 羊癢祥 discutée dans cet article) de *j- primaire en chinois — ce qui n’exclut pas la possibilité que des uvulaires voisées soient la troisième origine du chinois moyen j-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe « donner » en jinghpo," Panchronica, 19/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2100 (ISSN 2494-775X)

L’influence du chinois sur l’ordre des mots du tujia

Comme la majorité des langues sino-tibétaines, dont le japhug et le tibétain, le tujia est une langue à verbe final (« SOV »). Néanmoins, dans ce livre p. 132, les auteurs proposent que, sous l’influence du chinois, un certain nombre de verbes sont utilisés avec des complétives post-verbales.

(1) miɛ̃54tie33 [ʑi35thã54 ɣə33]
afin.d’éviter.de un.tour aller
免得再跑一趟 « afin de ne pas avoir à y aller à nouveau »

(2) tɕɛ̃35ɲi35 [sɿ33tɕɛ̃35 a54zɿ33 pia35 tsẽ55tɕa3]
suggérer temps beaucoup un.peu augmenter
建议增加时间 « (je) suggère de donner un peu plus de temps »

Remarquons tout d’abord que (i) aucun des exemples qu’ils donnent dans cette section (mais voir plus bas) n’ont un objet nominal suivant un verbe: les constituants qui se situent après le verbe, ici marqués par des parenthèses carrées, sont des propositions, (ii) à l’intérieur de ces propositions, l’ordre est toujours objet-verbe.

Notons que dans les langues comme le japhug, même dans des textes influencés par le chinois, l’ordre des mots objet-verbe et complétive-verbe est strictement observé. On trouve au mieux des propositions complétives ou des objets disloqués à droite, comme en (3), mais ces cas ne sont pas très courants et ont une prosodie particulière.

(3) tsuku tɕe kɯ-jom tsa ku-lɤt-nɯ ŋgrɤl, ɯ-khɤftsɯɣ
certains LNK NMLZ:S/A-être.large un.peu IPFV-jeter-PL être.le.cas.habituellement:FACT 3SG.POSS-tour.d’aiguille
« Certains ont un tour d’aiguille plus large. » (cette histoire)

Il me semble en fait qu’une analyse plus prometteuse d’exemples comme (1) et (2) est de le considérer comme deux propositions indépendantes paratactiques; donc en (2) « je fais une suggestion, on laisse plus de temps », plutôt que de vraies complétives. Il n’y aurait donc pas à proprement parler de complétive post-verbale. Dans une langue de ce type à morphologie réduite et où la distinction entre formes finies et non-finies est peu claire, un certain nombre de tests, et aussi une prise en compte de la prosodie, sont nécessaires, et il est impossible de statuer sur cette question à partir des données de ce livre.

Néanmoins, dans le même livre p. 357, nous trouvons la phrase suivante (qui n’est pas commentée, malheureusement):

(4) ɛ54sɿ33tɕe33 tha33pa33kha33 po33ɕo33 ɲe33tsa33kha33
autrefois propriétaire.terrien exploiter pauvre
从前地主剥削穷人 « Autrefois les propriétaires terriens exploitaient les pauvres. »

Dans cette phrase éminemment « post-1949 », le verbe po33ɕo33 venant du mandarin 剥削 prend un objet post-verbal; cette phrase soulève le problème de savoir si l’ordre des mots ici reflète une traduction trop servile du chinois, ou si ɲe33tsa33kha33 « pauvre » est un constituent disloqué à droite comme ɯ-khɤftsɯɣ « tour d’aiguille » en (3). Ce problème illustre combien une description syntaxique non accompagnée de fichiers sons est difficile à utiliser.

====

戴庆厦、田静 2005 《仙仁土家语研究》北京:中央民族大学出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’influence du chinois sur l’ordre des mots du tujia," Panchronica, 06/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2083 (ISSN 2494-775X)

La réception du système de Baxter-Sagart : premier bilan

Depuis sa parution en 2014, le livre de Baxter et Sagart, lauréat du prix Bloomfield, a été l’objet d’une vif débat.

Une conférence dont l’intégralité peut être écoutée sur youtube a porté sur ce livre, et un nombre important de compte-rendus et de réponses à ceux-ci sont parus. Comme le débat commence à devenir touffu et difficile à suivre, il m’a paru utile de présenter la liste des CRs et des réponses.

Parmi ceux-ci, Goldstein (2015) et Ma Kun (2017) sont les plus positifs, Starostin (2015) et Hill (2017) sont relativement sympathiques, tandis que Schuessler (2015), Harbsmeier (2016) (voir aussi la vidéo) et surtout Ho (2016) sont hostiles. Deux articles déjà parus, Jacques (2017) à propos de l’interprétation du buyang et List et al.(2017) concernant la pureté des voyelles dans les rimes (das Vokalreinheitsgebot), répondent sur des points spécifiques du CR de Ho (2016) (les lecteurs de ce blog peuvent se faire un avis par eux-mêmes; je peux fournir le PDF de Ho 2016 sur demande). Baxter et Sagart (2017), qui est sur le point de paraître, répond à Schuessler (2015).

Lai Guolong (2017) contient un commentaire de Pan Wuyun sur OCNR, qui malheureusement illustre à quel point la linguistique néo-grammairienne a été vaincue par la « diffusion lexicale » en Chine: « 在新语法学派的假设下,音变是线性的——一个音段p在条件C下,在某一时代毫无例外地变为p1。但我们发现,许多音会发生非线性音变——音p在相同条件C下,有的变成p1,有的变成p2。[…………]前人已经注意到了这一现象,并试图通过“词汇扩散理论”、“竞争性音变”等理论来解释(王士元、潘悟云等);总之,必须对新语法学派假设进行修正,尤其要重视非线性音变的发生条件。从这个角度看,白-沙体系的构拟有一些混乱之处,其可能原因之一就是没有考虑到非线性音变。 », je traduis rapidement: « D’après l’hypothèse néogrammairienne, les changements phonétiques sont linéaires (= « déterministes ») — le segment p dans le contexte C, à un moment donné donne sans exception p1. Mais on se rend compte que de nombreux sons subissent des changements non-linéaires– un son p dans le même contexte C peut soit devenir p1, soit p2. Ce phénomène a été remarqué par des chercheurs tels que William S. Wang et Pan Wuyun, qui ont essayé de les expliquer au moyen des théories de la diffusion lexicale et de la compétition des changements phonétiques. En résumé, il est nécessaire de corriger l’hypothèse néogrammairienne, et en particulier de porter attention aux contextes dans lesquels les changements phonétiques non-linéaires se produisent. De ce point de vue, les points confus du système Baxter/Sagart sont peut-être dus au fait qu’ils n’ont pas considéré les changements phonétiques non-linéaires. »

Ce passage se passe de commentaire, car il est difficile de débattre avec ceux qui abandonnent les lois phonétiques sans exceptions. Je ne peux que référer les lecteurs de ce blog à l’article de Nathan W Hill (voir aussi ce billet). J’y reviendrai dans un article futur, mais je pense que le manque de succès de la linguistique néogrammairienne en Chine (et aussi dans l’école de Matisoff) est dû au fait que les linguistes chinois (et les matisoviens) étudient peu les langues à morphologie complexe, et n’ont donc pas une conscience aussi aiguë de la nécessité de l’analogie que les indo-européanistes — or la doctrine néogrammairienne est autant basée sur l’analogie que sur les changements phonétiques.

======================
Goldstein, David (2015) Review of: William H. Baxter, Laurent Sagart. Old Chinese. BSOAS, 78(2):413-414. lien

Starostin, Georges (2015) Review of: William H. Baxter, Laurent Sagart. Old Chinese. A New Reconstruction. Oxford: Oxford University Press, 2014. Journal of Language Relationship, 13/4, 2015, pp. 383-389. lien

Schuessler, Axel (2015) New Old Chinese. Diachronica 32(4): 571–598.

Ho, Dah-an. (2016) Such errors could have been avoided. Review of “Old Chinese: A new reconstruction” by William H Baxter and Laurent Sagart. Journal of Chinese Linguistics 44(1): 175–230.
(il existe une version en chinois 這樣的錯誤不該有―評白一平、沙加爾的《上古音新構擬》 qui n’est pas parue apparemment)

Christoph Harbsmeier (2016) Irrefutable Conjectures. A Review of William H. Baxter and Laurent Sagart, Old Chinese. A New Reconstruction, Monumenta Serica, 64(2): 445-504 lien

Hill, Nathan W. (2017) Old Chinese: A New Reconstruction.Archiv Orientální 85(1): 135-140. lien

Jacques, Guillaume 2017. On the status of Buyang presyllables: A Response to Professor Ho Dah-An
Journal of Chinese Linguistics 45(2): 451-457. lien (voir aussi ce billet)

List, Johann-Mattis et al. 2017 Vowel purity and rhyme evidence in Old Chinese reconstruction, Lingua sinica (2017) 3: 5 lien

Baxter, William H. and Laurent Sagart 2017. Old Chinese reconstruction: A response to Schuessler. Diachronica 34(4)

马坤 2017 史比较下的上古汉语构拟——白一平、沙加尔(2014)体系述评,《中国语文》4期 496-509 lien

来过龙 2017 多维视野下的上古音研究《文汇学人》
lien1 lien2

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La réception du système de Baxter-Sagart : premier bilan," Panchronica, 20/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/1990 (ISSN 2494-775X)

Un nouveau cognat entre japhug et chinois?

La liste des cognats entre langues rgyalronguiques et chinois n’est pas très étendue, et il est rare de trouver de nouveaux cognats (il en va de même d’ailleurs avec le tibétain, à propos des cognats avec lequel j’ai consacré ce billet et celui-ci).

Le japhug ɕlɯɣ ‘laisser tomber (par erreur) 失手’ a des cognats en situ ɕlə̂k et en khroskyabs slɑ́ɣ / slə̂ɣ « laisser tomber » (Lai 2007:276). Il s’agit d’un causatif lexicalisé du verbe lɯɣ « se détacher, s’échapper, glisser » (comme par exemple un chien qui se détache sans vraiment faire exprès, un couteau qui dérape etc — pour la version volitionnelle il faut dire ʑɣɤ-sɯɣ-lɯɣ « se détacher » avec le causatif régulier et le réfléchi).

Les verbes ɕlɯɣ et lɯɣ me semblent candidats à une comparaison avec le chinois 失 ɕit « perdre » dont la reconstruction en chinois archaïque pourrait être soit *lhit, soit *lhik; si la comparaison est correcte, c’est la deuxième option qu’il faut choisir (avec une correspondance phonétique identique à celle de « pou » zrɯɣ – 虱 ʂit < *srik). Cette comparaison soulève la question de l'origine de la latérale sourde *lh: s'agit-il d'une trace de préfixe causatif (et donc 失 serait cognat de la forme dérivée ɕlɯɣ) ou y a-t-il une autre raison? Notons que 失 appartient à une famille de mot comprenant des formes avec latérale sonore tels que 佚逸 yit < *lik, « se laisser aller, s’échapper » et dont le sens semble bien comparable à celui de lɯɣ. Il s’agit peut-être d’un cas où une paire morphologique est partagée par le chinois et le rgyalronguique (ce qui ne veut pas dire que les deux formes sont forcément héritées — il pourrait s’agir aussi de formation parallèles même si la forme de base est cognate).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un nouveau cognat entre japhug et chinois?," Panchronica, 07/09/2017, https://panchr.hypotheses.org/1951 (ISSN 2494-775X)

Le nom du ‘miel’ en chinois archaïque

Dans un article paru dans le premier numéro de *Wékʷesos intitulé « The word for ‘honey’ in Chinese and its relevance for the study of Indo-European and Sino-Tibetan language contact » (téléchargeable ici), j’avais proposé une révision de la reconstruction et de l’étymologie du chinois 蜜 « miel » en chinois. Le point de départ de cet article volontairement provocateur (dans le sens ou je l’ai écrit en attendait une réaction de spécialistes des langues concernées) était le mot lakkia -mlet⁸ « 蜜蜂 / abeille » que Lan Qingyuan 2005 analyse comme un emprunt au chinois 蜜 « miel » p.130. Mon article essaie donc de répondre à la question: si cette forme est bien empruntée au chinois, quelles en sont les conséquences pour la reconstruction de ce mot? Il faut alors considérer que la reconstruction en chinois moyen mjit et le chinois archaïque *mit qui en découle sont fautifs, et que 蜜 a dû avoir une médiane en chinois archaïque *mrit, qui donnerait mit en chinois moyen, et que le placement de 蜜 dans les table de rimes comme étant chongniu 4 est donc une erreur; les conséquences sont également importantes également pour la comparaison avec le tokharien B mit « miel ».

Il faut préciser que -mlet⁸ n’apparaît pas seul en lakkia, c’est un morphème qui peut être extrait de mots comme tu²mlet⁸ « 蜜蜂 abeille », la:p⁸mlet⁸ « 蜂蜡 cire » ou tie:ŋ²mlet⁸ « 蜂蜜 miel », comme on peut l’observer dans l’extrait suivant du dictionnaire de Liu Baoyuan:

Dans un article qui vient de paraître, Kristin Meier and Michaël Peyrot examinent de façon critique l’hypothèse que j’avais proposée. Il apportent des corrections importantes concernant le tokharien (par exemple, le fait que *mr- doit donner pr- en tokharien B, une loi phonétique que j’aurais dû connaître) et expliquent de façon détaillée la chronologie relative des changements phonétiques entre proto-tokharien et tokharien, montrant comment le chinois archaïque *mit a pu provenir d’une forme intermédiaire *ḿətə, ancêtre du tokharien B mit.

En outre, j’apprécie particulièrement leur discussion détaillée du lakkia mlet⁸, qui est il faut bien le dire la seule raison pour laquelle j’ai écrit originellement mon article (pour les lecteurs de ce blog peu familiers avec la phonologie historique de cette langue, voir pour commencer cet article et celui-ci).

La première question concerne les origines possibles du lakkia ml-, car il n’est pas évident à première vue que le proto-Kam-Sui *mr- (si un tel groupe existait bien) donne ml- dans cette langue. Meier et Peyrot indiquent à juste titre suivant Ferlus (1996:256 et 247) que le groupe *mn- donne ml- comme dans le mot « oiseau » mlok⁷, et qu’un groupe *C-mr- donne bl- en lakkia au moins dans le mot « sangsue » bliŋ². Il proposent par ailleurs deux autres étymologies où bl- en lakkia semble bien venir d’une groupe contenant *mr-, avec des comparaisons tirées de Pittayaporn 2009:173).

blaːk⁸ ‘slippery’ (proto-Tai *m.lɯːl B).
wan²blau¹ ‘day after tomorrow’ (deuxième syllabe comparée à *C̬.rɯ: A ‘day after tomorrow’, où *C̬. représente une voisée)

Néanmoins, ils soulignent aussi l’existence du mot lakkia mlet⁸ « 密(筛子编得密) serré (par exemple, à propos de la façon dont un tamis est tressé) » homophone du mot « abeille », que Lan Qingyuan (2005: 129) rapproche du chinois 密 mit venant de *mrit dont c’est un des sens (c’est une paire minimale en chinois moyen avec « miel » dans la reconstruction normale), une forme qui donne crédit à l’idée que *mr- pourrait être l’une des origines de ml- en lakkia. Il y a donc un mystère de la phonologie historique de cette langue encore non résolu, qui ne pourra l’être que par une étude extensive des groupes de consonnes en Kam-sui, et notamment dans les emprunt ancien au chinois. Il faut sans doute à mon avis partir de deux types de groupes différents, peut-être *mr- > ml- vs *Cmr- > bl-, un changement qui rappellerait le tibétain où *mr- > ɴbr- mais *s-mr- > sbr- comme je l’ai proposé ici.

Meier et Peyrot proposent ensuite une étymologie alternative à celle de Lan Qingyuan: -mlet⁸ « abeille » ne viendrait pas de 蜜 « miel » mais du mot 蠣 ljejH (reconstruit *mə-rat-s dans le système de Baxter/Sagart) qu’ils traduisent par « stinging insect ». Ce mot est compatible phonétiquement, et si le caractère 蠣 sert à écrire un mot signifiant « huître » en chinois moderne (牡蛎), on trouve en effet un exemple où il désigne un type de scorpion dans le Zhuangzi (il s’agit d’un mot sans doute non apparenté à « huître »):

(1) 其知憯於蠣蠆之尾
« Leur sagesse est plus mortelle que la queue des scorpions. »

Dans cet emploi 蠣 est sans aucun doute une forme alternative de 蠆 ʈʰæjH « scorpion » reconstruit *mə-r̥ˤa[t]-s et dans ce passage les deux apparaissent l’un après l’autre de façon allitérative *(mə-)rat-s (mə-)r̥ˤa[t]-s.

Cette hypothèse est intéressante, et même si elle soulève de nombreuses questions (en particulier, la rime *-at devant consonne *r- dans un mot chinois peut-elle correspondre à -et dans la strate empruntée au chinois archaïque en lakkia, ainsi que la différence de sens entre « scorpion » et « abeille »), elle n’est pas moins improbable que celle de Lan Qingyuan, qui, je dois le reconnaître, crée des problèmes trop importants.

Un problème additionnel concernant l’hypothèse que je proposais dans mon article qui n’est pas mentionné par Meier et Peyrot est le fait que si effectivement le placement de 蜜 comme chongniu 4 dans les tables de rimes était une erreur, on s’attendrait néanmoins à trouver la notation correcte en écriture ‘Phagspa, qui les distingue clairement; or le ‘Phagspa a bien mi pour 蜜 et mue pour 密, la distinction attendue pour l’opposition chongniu de ces syllabes.

Je dois donc abandonner l’hypothèse proposée dans mon article de 2014, mais me réjouis de ce que cet article a stimulé une discussion qui clarifie la chronologie des contacts entre chinois et tokharien, et contribue à la linguistique historique du kra-dai.

Bibliographie
Jacques, Guillaume 2014. The word for ‘honey’ in Chinese and its relevance for the study of Indo-European and Sino-Tibetan language contact, *wékʷos 1:111–116.
Meier, Kristin and Michaël Peyrot 2017. The Word for ‘Honey’ in Chinese, Tocharian and Sino-Vietnamese. Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, Vol. 167, No. 1, pp. 7-22 https://www.jstor.org/stable/10.13173/zeitdeutmorggese.167.1.0007

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom du ‘miel’ en chinois archaïque," Panchronica, 20/07/2017, https://panchr.hypotheses.org/1894 (ISSN 2494-775X)

*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont « pou » (japhug zrɯɣ), « honte » (nɤzraʁ), « racine » (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain ɕ-, chinois moyen ʂ-, proto-kuki-chin *hr- et jinghpo ts- (par exemple dans tsí’ « pou »).

Le cas de « honte » est intéressant; si le japhug –zraʁ, le LB *hrak et le chinois 色 ʂik < *srək reflètent *sr-, certaines langues, dont le jinghpo gayà’ “害羞” (le coup de glotte final vient d’un *-k) et le hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II, ont une initiale remontant à *j-: on retrouve les mêmes correspondances que dans lai zâa-I, zaat-II  et jinghpo gayá « gratter » (japhug rɤʑa « gratter », voir d’autres cognats dans cet article).

Il me semble inacceptable de postuler ici un groupe plus complexe *srj- donnant *sr- dans certaines langues et *j- dans d’autres (*sr- et *rj- donnent ts- en jinghpo, comme le montre matsát « huit »), et il n’existe pas de processus morphologique permettant une alternance entre *sr- et *j-.

La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à une ressemblance fortuite (après tout la correspondance est unique, et la ressemblance est limitée à la rime), s’il s’agit de mots diffusés en jinghpo et en lai à partir d’une langue où *sr- donne j- (mais il faudrait identifier cette langue — par ailleurs, l’emprunt aurait été au moins proto-kuki-chin puisqu’il prédaterait le changement *j- > *z-) ou si une explication plus compliquée encore est justifiée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*sr- et *j-," Panchronica, 28/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1859 (ISSN 2494-775X)

‘bul et dbul

Si la comparaison sino-tibétaine a plus d’une centaine d’années, et a été menée par de grand savants tels que Li Fang-kuei, South Coblin ou Gong Hwangcherng, la sophistication des comparaisons fait pâle figure en comparaison avec les travaux des collègues indo-européanistes, car la pratique générale est la Wurzeletymologie, où l’on compare des mots du chinois et du tibétain sans égard à leur structure morphologique, comme s’il s’agissait de racines amorphes.

Or, il semble qu’il existe dans les mots comparés entre le chinois et le tibétain des traces de morphologie ancienne, comme par exemple dans la paire suivante due à Gong Hwangcherng:

འབུལ་ ɴbul, pʰul « donner, offrir » = 分 pjun < *pən
དབུལ་པོ་ dbul.po "pauvre" = 貧 bin < *brən

Il est toutefois selon moi malavisé de comparer directement dbul à bin et de baser dessus des lois de correspondances phonétiques, sans essayer d’analyser la morphologie qui se cache derrière. Le problème est que la morphologie du tibétain, et en encore plus celle du chinois, est dans un état tel qu’elle est difficile à interpréter de façon interne.

La morphologie riche et productive des langues rgyalronguiques offre un modèle d’analyse pour interpréter ces alternances, jouant le rôle du sanskrit en indo-européen ou de l’arabe en sémitique. Toutefois, la phonologie très évoluée du tibétain ne permet pas, dans la plupart des cas, une analyse unique. Dans ce billet, j’explore les différentes possibilités pour analyser comment dériver la forme dbul.po « pauvre » à partir du verbe « offrir », interprétée ici comme la forme de base. Je ne prétends pas que d’autres analyses ne seraient pas possibles.

Je suppose admises les idées de cet article et les données sur la dérivations en rgyalronguiques (voir pour commencer cet article). Pour des raisons de temps, je n’explicite pas tous les détails.

Hypothèse I
*pul « distribuer » → *ŋə-pul « être distribué » (passif, japhug a- < *ŋa-, voir cet article et celui-ci, parmi de nombreux autres)
*ŋə-pul « être distribué »→ *kə-ŋə-pul « personne à laquelle on distribue = qui reçoit une aumône » (participe sujet intransitif, japhug kɯ-, voir cet article et celui-ci à propos de l’usage des participes en rgyalronguique).
*kə-ŋə-pul « personne qui reçoit une aumône = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse II
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué » (infinitif nu avec un préfixe possessif, type Japhug ɯ-ti, voir par exemple cet article).
*wə-pul « objet distribué=offrande » → *nə-pul « quémander des offrandes » (dénominal, Japhug nɯ-/nɤ- type nɤphɯphɯ).
*nə-pul « quémander des offrandes » → *kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes » (participe)
*kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse III
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué=offrande »
*wə-pul → *ŋə-pul « pourvu d’offrandes » (type japhug aɣɯ-smɤn)
*ŋə-pul « pourvu d’offrandes » → *kə-ŋə-pul « personne qui est pourvu d’offrandes » (participe)
*kə-ŋə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Alternativement à un préfixe de participe sujet, on pourrait considérer un préfixe de possession inaliénable dans un adjectif nominal comme le japhug ɯ-mbe « vieux, vieillerie » (voir la section 5 du chapitre sur le japhug, type du japhug tɤ-mbe au lieu de kɯ-mbe), ce qui mène à 6 hypothèses potentielles (qui n’épuisent pas toutes les possibilités théoriques) pour expliquer la forme tibétaine dbul.po.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "‘bul et dbul," Panchronica, 18/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1742 (ISSN 2494-775X)

Langues rgyalrong et textes confucéens

Dans le Mengzi (1.7), on peut lire le passage suivant (la traduction proposée ici n’a aucune prétention littéraire, et suit le texte de près):

(1)「挾太山以超北海,語人曰:『我不能』,是誠不能也;為長者折枝,語人曰:「我不能」,是不為也,非不能也。
« Concernant le fait de sauter au-dessus de la Mer du Nord en tenant le mont Tai sous le bras, Si l’on dit à des gens « je ne peux pas le faire », c’est qu’on ne peut vraiment pas le faire; si l’on dit la même chose à propos de casser des branches pour les personnes âgées, c’est qu’on ne (veut pas prendre la peine de) le faire, et non qu’on ne peut pas le faire. »

Si le sens de littéral de la phrase 為長者折枝 hjweH ʈjaŋX tɕæX tɕet tɕe « casser des branches pour les personnes âgées » ne pose pas de problème, le sens précis de cette expression n’est pas immédiatement clair et fait l’objet de commentaires divergents. Voici une nouvelle interprétation, basée sur la phrase japhug (2) tirée de ce texte (l’histoire de Padma ‘Od’bar).

(2) a-mu rcanɯ ndʑu tɯ-ldʑa cinɤ a-mɤ-pɯ-tɯ-sɯ-qlɯt-nɯ ra
1SG.POSS-mère FOC baguette un-CL même.pas IRR-NEG-PFV-CAUS-casser falloir:FACT
« Faites en sorte que ma mère n’ait même pas besoin de casser (une branche pour faire) une baguette. »

Cette phrase n’est pas dans l’original tibétain pour autant que j’aie pu le voir, et doit être une expression japhug locale. Comme dans le Mengzi, elle fait référence à la tâche la plus facile à exécuter parmi tous les soins et les services aux personnes âgées que se doit d’observer celui qui respecte la piété filiale.

La similitude entre les deux passages ne suggère pas un héritage commun (puisque les mots employés ne sont pas cognats), mais rend vraisemblable l’idée que « casser des branches » dans le passage du Mengzi doive avoir la même interprétation que dans la phrase (2).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Langues rgyalrong et textes confucéens," Panchronica, 17/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1767 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn « ginseng » remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm « racine » (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m « racine » ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram « racine », selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam « le bas » reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig « pou » (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme « tronc », voir « arbre » en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)

L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque

En lisant ce livre, je suis tombé sur ce mot pour l’étain (dans deux dialectes):

炯奈语(龙华)lei35
炯奈语(六巷)lhe22

On lui trouve des cognats dans d’autres langues hmong:
吉卫 lhja54
阳孟 lhja35
中心 lje31

Ce mot est de toute évidence un emprunt au chinois archaïque 锡 sek < *s-lˁek; le groupe de consonne ici, admis par la plupart des spécialistes du chinois archaïque, est basé sur la partie phonétique 易 yek < *lek (voir cet article pour une explication de la méthodologie qui sous-tend la reconstruction de groupes consonantiques en chinois archaïque).

Il s'agit du ton C1, de la même classe tonale que le mot "fer" (autre emprunt ancien au chinois 鐵 thet < *lhˁik), et il doit contenir des anciens rusheng:

炯奈语(龙华)lhɔ35
炯奈语(六巷)lhəu22
吉卫 lho54
阳孟 lho35
中心 lho31

Il s'agit d'une nouvelle confirmation que les emprunts anciens au chinois dans les langues hmong-mien peuvent avoir préservés des caractéristiques phonétiques plus archaïques qu'aucun dialecte chinois; c'est à ma connaissance le premier exemple de chinois *sl- correspondant à lh- en hmong-mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque," Panchronica, 31/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1703 (ISSN 2494-775X)

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la distinction de voisement étant transphonologisée registre tonal, et celle d’aspiration étant perdue (*mp-, *mpʰ- > b-; *nt-, *nth- > d etc).

Ils se sont servis dans leur reconstruction essentiellement des mots reconstruits en proto-hmong-mien (Wang Fushi et Mao Zongwu 苗瑶语古音构拟et Ratliff 2010), mais il est facile, en étudiant le dictionnaire du mien de Jiangdi 江底 de Mao Zongwu (汉瑶词典(勉语)), de trouver de nombreux cas de mots ayant des voisées en mien (venant de préinitiales) correspondant à des sourdes aspirées ou non-aspirées en chinois.

Certains de ces mots, comme bjoːt8 « bouillir » (chinois 沸 pjɨjH < *Nə-puts; notons qu’il existe un autre verbe bwei5 « bouillir » en mien avec un -i correspondant au *-ts du chinois archaïque, donc tardif, qui se retrouve toutefois en hmong et semble suivre les correspondances des mots hmong-miens natifs), semblent d'une grande antiquité (la préservation du -t final est ici probablement indicatrice d'un emprunt pré-Han). D'autres toutefois, comme beu1 "jeter" (chinois 抛 phæw), ont des correspondances indicatrice d’un emprunt d’une langue de type chinois moyen. Signalons le mémoire de mastaire de
Li Lizhi (《汉瑶词典》中勉语汉语借词的研究) qui propose une stratification détaillée des emprunts en mien sur la base du dictionnaire de Mao Zongwu.

Pourrait-il s’agir d’une innovation en mien? Bien sûr, dans le cas de mots à voisée en chinois moyen, comme le mien dzoːi2 « complet », qui vient du chinois 齐 dzej (dont un des sens est « complet », dans des expressions telles que 齐全), il serait possible d’argumenter que le voisement est dû au fait que le mot est emprunté à un dialecte chinois qui aurait préservé le voisement jusqu’à une période postérieure à la perte de celui-ci en mien et à la conversion de la prénasalisation en voisement dans cette langue. Un tel argument n’est pas possible pour les mots à sourdes aspirées et non-aspirées en chinois moyen, bien entendu.

Une autre question est de savoir s’il pourrait s’agir d’une alternance interne au mien; même si les langues hmong-mien sont presque complètement isolante, on remarque quelques trace de morphologie ancienne(Ratliff 2010:199-213).

L’une des plus étonnante, notée à juste titre par Martha Ratliff (2010: 210) est la paire entre « tuer » (mien tai5 < *təjH) et "mourir" (mien tai6 < *dəjH), qui rappelle l'austronésien *paCay "tuer" / *maCay "mourir" (*C, quelque soit son interprétation phonétique, correspond à t dans la plupart des langues austronésiennes). Cette paire de verbes soulève de nombreuses questions concernant la parenté du hmong-mien (ce ne sont pas les seules formes ressemblant à l'austronésien dans la famille), et en tous les cas montre des alternances morphologiques de voisement (manifestée en mien par les tons de série haute (1,3,5,7) opposés à ceux de série basse (2,4,6,8)) ont pu avoir un jour existé. Néanmoins, il ne semble pas qu'il y ait d'exemples clairs de paires de verbes natifs ayant une alternance de prénasalisation (cf Downer 1973). Il est donc peu vraisemblable que la prénasalisation dans les verbes empruntés au chinois aient pu être dus à un préfixe en hmong-mien (contrairement par exemple aux langues rgyalronguiques, où les verbes récemment empruntés au chinois prennent des préfixes dénominaux, tels que – en japhug, voir cet article).

Nous avons donc une large couche d’emprunts au chinois ayant des initiales remontant à des prénasalisées, mais qui du point de vue des autres caractéristiques phonologiques ressemble à un dialecte chinois moyen; nous avons donc affaire à un dialecte chinois d’époque post-Han, qui n’était distinct du système du qieyun que parla préservation de quelques traits comme la prénasalisation, et qui comme le suggère Downer pourrait même être ancestral à la couche la plus ancienne du cantonais et du hakka. La prénasalisation en hmong-mien n’est donc pas une curiosité remontant à une époque archaïque, dont l’ajout à la reconstruction serait extrêmement spéculatif comme le suggère Schuessler (2015), mais un trait encore présent en chinois des Han et probablement assez général dans les dialectes du sud jusqu’à l’époque Tang.

Pour finir, on trouve en hmong-mien des mots sino-tibétains non-chinois, probablement venant d’une langue birmo-rgyalronguique ancienne, dont certains ont une prénasalisation. Si l’on prend bwan5 « neige, glace », probablement apparenté au japhug tɤjpa (*lpa < **lpan; le -n est attesté en trong tɯ³¹wɑn⁵³  »neige »), on observe que la prénasalisation en hmong-mien, à une époque encore plus ancienne, provient de la confusion de préinitiales nasale et d’autres prénitiales sonantes comme *l-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La prénasalisation en hmong-mien," Panchronica, 19/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1694 (ISSN 2494-775X)