Archives par mot-clé : chinois

Un indice indirect pour l’hétérophonie de 戈 et 過 en chinois archaïque

Le caractère 過 a deux lectures en chinois moyen, kwa et kwaH, la seconde étant la lecture par défaut, qui a donné notamment la prononciation guò du mandarin. La première lecture est homophone avec celle de 戈 kwa, qui désigne l’arme la plus utilisée dans les armées de la Chine archaïque. Ce dernier se prononce en mandarin, lecture irrégulière mais sans ancienneté — il s’agit d’un mot de la couche littéraire, qui n’est employé en mandarin parlé que dans des expressions venues de la langue écrite.

Si l’on projette 過 kwa et 戈 kwa en chinois archaïque, la reconstruction dans la système de Baxter (1992) serait *kʷaj pour les deux: ils seraient donc homophones en chinois moyen et en chinois archaïque. Néanmoins, Baxter et Sagart (2014) proposent une reconstruction *Cə.kʷˤaj « tough, fibrous (vegetables) » pour 過 kwa (les données soutenant cette reconstruction ne sont pas incluses dans le livre), s’opposant à 戈 kwa *kʷˤaj.

Indépendamment de la question de la présence ou non d’une présyllabe dans ce mot, il existe à mon avis un indice indirect que 過 kwa et 戈 kwa n’étaient PAS homophones en chinois archaïque.

Dans un passage du Zuozhuan (襄公四年) portant sur l’archer Yi (羿 ŋejH), nous lisons le récit suivant (la traduction reprend Durrant, Li et Schaberg, mais les noms ont été modifiés pour se conformer aux gloses phonétiques; j’indique la prononciation en chinois moyen, toutes les lectures ont été revérifiées avec le jingdian shiwen):

浞因羿室,生澆及豷,
dʐæwk ʔjin ŋejH ɕit, ʂæŋ ŋewH gip xijH,
« Han Zhuo took over Archer Yi’s wives and concubines and fathered Yao 澆 and Xi 豷.

恃其讒慝詐偽而不德于民,使澆用師滅斟灌及斟尋氏。
dʑiX gi dʐɛm tʰok tʂæH hjweH ɲi pjuw tok hju mjin, ʂiX ŋewH jowŋH ʂij, mjiet tɕim-kwanH gip tɕim-zim dʑeX
« Relying on his slanderous wickedness and deceitful treachery, he showed no virtue toward the people and sent Yao 澆 to employ troops to eliminate the Zhenguan and Zhenxun lineages. »

處澆于過,處豷于戈
tɕʰjoX ŋewH hju kwa, tɕʰjoX xijH hju kwa
« He placed Yao 澆 in Guo 過 and Xi 豷 in Ge 戈. » (Zuozhuan, Xiang 4)

Ici 過 et 戈 indiquent des noms de lieux. Leur lecture en chinois moyen suit le jingdian shiwen: 過,古禾反,注及下同。戈,古禾反。

Même s’il n’est pas clair si 過 et 戈 ici sont des toponymes mythologiques ou s’il font référence à des lieux réels, il semble absurde, dans un tel passage, que les deux toponymes aient été homophones à l’époque où ce texte a été rédigé, puisqu’ils font parties des caractéristiques qui distinguent les deux fils de Han Zhuo. Même si ce type de données ne permet pas de juger de la nature de la distinction phonétique, il s’agit néanmoins d’un indice indirect qui me semble confirmer l’idée d’une opposition phonétique invisible à partir du chinois moyen, des rimes, et des séries phonétiques.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Durrant, Stephen, Wai-yee Li & David Schaberg. 2016. Zuo tradition / Zuozhuan, commentary on the “spring and autumn annals”. Seattle: University of Washington Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un indice indirect pour l’hétérophonie de 戈 et 過 en chinois archaïque," Panchronica, 17/05/2021, https://panchr.hypotheses.org/3402 (ISSN 2494-775X)

La science et le bon sens

Dans un compte-rendu de Sagart (1999) par Sun Yuwen (2007), spécialiste de phonologie historique du chinois dans le prestigieux département de chinois de l’université de Pékin, élève de Guo Xiliang, qui était lui-même disciple de Wang Li, se trouve le passage suivant, qui me semble illustrer de façon cruellement involontaire le gouffre qui sépare la linguistique historique de la pratique des philologues traditionnels. Je ne donne pas de lien, car cet article est relativement facile à trouver, mais je peux fournir le PDF éditeur aux lecteurs de ce blog qui veulent se persuader qu’il ne s’agit pas d’un canular.

« 大家公认,汉语的单字中,一个字本身只有一个语素,不能有两个语素。这是常识。我们知道,按照科学的观点,科学和常识有不同,科学比较完密、系统,常识是无意中得来的,错误较多。但是科学不能违背常识,对于常识中的错误部分,要有充分的科学根据论证它是错误的。 »

« Tout le monde reconnaît que dans un caractère chinois, chaque caractère lui-même ne contient qu’un seul morphème, et ne peut pas avoir deux morphèmes. C’est une question de bon sens. (Bien sûr), nous savons que du point de vue scientifique, la science est différente du bon sens. La science est plus complète et plus systématique. Le bon sens s’est constitué spontanément, et comporte de nombreuses erreurs. Mais la science ne peut pas aller à l’encontre du bon sens. En ce qui concerne la partie erronée du bon sens, il doit y avoir une base scientifique suffisante pour prouver qu’elle est fausse. »

J’en reste sans voix…

Références
Sagart, Laurent (1999). The roots of Old Chinese. Amsterdam: Benjamins.
Sun Yuwen (2007) 《上古汉语词缀构拟析评(下) 》江汉大学学报 26(4):68-75.

Karlgren et la phonologie

Ce billet est une première réaction (tardive) au compte-rendu de Christoph Harbsmeier (CH) de l’ouvrage de Baxter et Sagart.

Cet article porte sur des sujets très différents, et il serait fastidieux d’essayer de répondre à toutes les objections offertes par CH. Certaines d’entre elles sont pour le moins surprenantes, comme sa décision d’ἐπέχειν concernant l’appartenance du hittite à la famille indo-européenne (‘And one may be forgiven for suspending one’s judgement by a judicious form of epochē even in the case of Hittite as Indo-European’), négligeant le fait que la démonstration de la parenté du hittite à l’indo-européen n’est qu’un sous-produit du déchiffrement de cette langue, et que sans la grammaire comparée de l’indo-européen, ce déchiffrement aurait été beaucoup plus hasardeux. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer notre connaissance actuelle du hittite à celle de langues de la même époque comme le hourrite ou l’élamite qui n’ont pas de parentes actuelles.

Comme le compte-rendu de CH se place davantage dans le domaine de l’histoire des idées que de la linguistique à proprement parler, je vais discuter ici d’une objection concernant l’interprétation des travaux de Karlgren.

CH déclare que Karlgren « never showed any interest in phonology » et qu’il était même « intellectually allergic to phonology ». Il est indéniable que l’on peut trouver dans certains écrits de Karlgren des affirmations de ce type. Néanmoins, plus que la représentation que Karlgren lui-même avait de son travail, il me semble plus important de considérer sa pratique de la reconstruction, et de ne pas colporter une vision surannée de l’opposition entre phonétique et phonologie.

Karlgren s’était donné pour but la reconstruction précise des détails phonétiques du chinois moyen et archaïque, et rejetait la pratique, qu’il percevait comme une simplification abusive, d’unifier des catégories en distribution complémentaire par un même symbole, ce en quoi consistait selon lui la « phonologie ». Néanmoins, si sa reconstruction des voyelles peut sembler obscure et souvent arbitraire (en grande partie à cause de son emploi d’un système de notation phonétique qui était déjà obsolète à l’époque où il écrivait), son analyse de l’inventaire des consonnes démontre par contraste une capacité de réflexion en terme d’oppositions phonologiques.

En particulier, comme le fait remarquer Haudricourt (1954:353) concernant la reconstruction d’initiales sonores simples *d- et *g- (correspondant entre autres à *l- et à *ɢʷ- dans le système de B/S), « Karlgren […], phonologue avant la lettre, a considéré l’absence de sonores ordinaires dans son tableau comme des « cases vides » à remplir. » En effet, ayant reconstruit les obstruentes sonores 全濁 comme des sonores aspirées (pour rendre compte de leur réflexes dans certaines langues sinitiques contemporaines), il a ressenti l’anomalie que représente le fait d’avoir une série de sonores aspirées sans les sonores simples correspondantes, un raisonnement proche de celui de Jakobson concernant l’indo-européen. Même si la solution choisie par Karlgren n’est acceptée par aucun chercheur actuel, il est important de saluer l’originalité de cette idée pour son époque.

Ainsi, de la même façon que Montaigne mérite le titre de philosophe malgré son affirmation du contraire, Karlgren faisait de la phonologie sans le savoir, malgré son opposition véhémente à la phonologie de son époque.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Harbsmeier, Christoph (2016) Irrefutable Conjectures. A Review of WilliamH. Baxter and Laurent Sagart, Old Chinese. A New Reconstruction, Monumenta Serica, 64:2,445-504, DOI: 10.1080/02549948.2016.1259882
Haudricourt, André G. (1954) Comment Reconstruire Le Chinois Archaïque,WORD, 10:2-3, 351-364, DOI: 10.1080/00437956.1954.11659532

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Karlgren et la phonologie," Panchronica, 30/12/2020, https://panchr.hypotheses.org/3333 (ISSN 2494-775X)

Un cas de plagiat en syntaxe du chinois

Dans billet qui vient juste de paraître, Lai Yunfan documente un cas de plagiat avéré dans une thèse de doctorat parue en 2018 (Yu 2018) portant sur les constructions disposales (处置式) dans les langues sinitiques. La victime de ce plagiat est ma collègue Hilary Chappell de l’EHESS: en effet, plusieurs sections de cet article y ont été intégralement traduites, et présentées comme un travail original.

Même à titre de traduction des travaux d’Hilary Chappell, ce plagiat pêche par des erreurs grossières, dont l’une des plus amusantes, parmi celles que relève Yunfan, est sans doute la traduction de « Thai (language) » (en chinois 泰语) par 秦语 qínyǔ, une erreur due à la ressemblance graphique entre les caractères 泰 et 秦, malgré une absence de proximité phonétique.

Certains commentateurs du billet suggèrent d’ailleurs que la personne dont le nom apparaît comme auteur de la thèse a payé quelqu’un sur internet pour effectuer cette traduction à sa place, et que le traducteur y a laissé des erreurs exprès.

Néanmoins, il semble que le crime a payé, puisque la plagiaire a obtenu son doctorat à l’université normale de Wuhan (notons que le directeur n’a pas dû lire ce document, ou qu’il manque de familiarité avec son propre domaine de recherche), et a réussi à trouver un poste dans une université normale du Hubei (湖北第二师范学院), immédiatement après sa thèse, ainsi que des financements de projets de recherches.

Des affaires de ce type sont malheureusement monnaie courante dans certains milieux du monde universitaire chinois. Une personne que je ne nommerais pas a d’ailleurs fait pression sur Lai Yunfan pour qu’il supprime au plus vite son billet, sous la menace de représailles. Lai Yunfan n’a pas cédé à ces menaces, mais a néanmoins enlevé le nom de la plagiaire et de l’université dans son billet, afin de ne pas causer un tort involontaire à Hilary Chappell et aux autres membres de notre centre de recherches.

Acculée, la plagiaire a contacté (par un message privé) une des doctorantes d’Hilary Chappell pour s’excuser, dans l’espoir que la page soit tournée le plus vite possible. Néanmoins, l’auteur de cette thèse et son directeur (汪国胜) ne devraient-il pas reconnaître publiquement cette faute déontologique, et prendre les dispositions qui s’imposent?

Selon moi, un directeur de thèse a la responsabilité directe des travaux de ses doctorants: plus encore que la plagiaire, c’est lui qui est fondamentalement à blâmer dans cette affaire.

Références
Chappell, H. (2013). Pan-Sinitic Object Marking: Morphology and Syntax. Breaking Down the Barriers: Interdisciplinary Studies in Chinese Linguistics and Beyond.​ Taipei: Academia Sinica, 785-816.
Yu Le 余乐 2018. 《汉语方言处置范畴比较研究》华中师范大学 lien

Étymologie du chinois 豚

Parmi les nombreux termes désignant les cochons en chinois ancien, 豚 dwon (reconstruit comme *lˤu[n] par Baxter et Sagart) « petit cochon » a été comparé au gongduk don par George van Driem.

Toutefois, quelle que soit l’origine de ce mot gongduk, il me semble qu’il est possible de proposer une étymologie interne au chinois. Il existe en effet un adjectif 腯 dwot « gras », qui s’emploie particulièrement pour les cochons (selon le Shuowen, 牛羊曰肥,豕曰腯), et dont voici un exemple d’utilisation dans le Zuozhuan:

(1) 吾牲牷肥腯,粢盛豐備
“Mes victimes, sont parfaites et d’une seule couleur ; elles sont bien grasses. Le millet offert dans les vases est abondant et les remplit. » (Huan 6, traduction de Couvreur)

La série de 盾 dwonX (< *lˤu[n]ʔ) est aussi reconstruite avec des latérales par Baxter et Sagart, et les deux séries phonétiques ne sont donc pas incompatibles. 豚 dwon et 腯 dwot sont d’ailleurs explicitement rapprochés par Wang Li (1982:457).

Le nom 豚 dwon pourrait s’expliquer comme une nominalisation par le suffixe -n (marginalement attesté en chinois, mais bien connu en tibétain) de 腯 dwot (< *lˤut), à reconstruire donc comme *lˤut-n, signifiant originellement "le gras", une épithète appropriée pour désigner un cochon engraissé. Cette hypothèse ne rend toutefois pas compte du sens spécifique de "cochonnet".

Références
Baxter, William H. & Laurent Sagart. 2014.Old Chinese: a new reconstruction. Oxford: Oxford University Press.
van Driem, George 2005. ‘Tibeto-Burman vs. Indo-Chinese: Implications for population geneticists, archaeologists and prehistorians’, pp. 81-106 in Laurent Sagart, Roger Blench and Alicia Sanchez-Mazas, eds. The Peopling of East Asia: Putting Together the Archaeology, Linguistics and Genetics. London: Routledge Curzon.
Wang Li 1982 《同源字典》商务印书馆

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Étymologie du chinois 豚," Panchronica, 16/11/2020, https://panchr.hypotheses.org/3302 (ISSN 2494-775X)

A propos d’une comparaison sino-tibétaine

Le verbe honorifique tibétain mkʰʲen མཁྱེན་ « savoir » (emprunté en japhug comme mcʰin avec le sens spécialisé « percevoir la vraie nature de ») a été comparé par un certain nombre d’auteurs, dont Bodman et Hill (2019), au chinois 見 kenH « voir ». Cette comparaison semble très attractive du point de vue sémantique (οἶδα) et phonétique.

Toutefois, elle me semble impossible pour des raisons morphologiques. Comme l’a montré Gong (1977), en effet, mkʰʲen མཁྱེན་ est la forme honorifique de l’adjectif mkʰan མཁན་ « être expert » (mkʰan.po མཁན་པོ་ « savant, expert ») par l’infixe -y-, qui cause aussi une métaphonie a–>e.
Par ailleurs, mkʰan མཁན་ est lui-même apparenté à mkʰas མཁས་ « être savant, être expert » (emprunté en japhug comme mkʰɤz), ce qui implique que la racine de ces adjectifs est mkʰa-, et que -n et -s sont des suffixes.
Il faut admettre que ces comparaisons internes ne sont pas sans difficultés, car le suffixe -n ne dérive pas normalement de verbes (notons toutefois le verbe sbʲjin སྦྱིན་ ‘donner’, cognat du japhug mbi « donner » et du chinois 畀, et dont la coda -n n’est pas élucidée). Néanmoins, elles suffisent à invalider la comparaison avec le verbe chinois 見 kenH « voir » pour trois raisons.
Premièrement, sémantiquement, il n’y a aucun indice que ni mkʰʲen མཁྱེན་, ni mkʰan མཁན་ ne viennent d’un verbe de perception, et qu’un changement voir –> savoir ait eu lieu. Supposer un changement sémantique en sens inverse savoir–>voir dans le cas du chinois est peu vraisemblable.
Deuxièmement, la comparaison des voyelles est bien moins attractive lorsque la dérivation interne au tibétain est prise en compte: à moins de supposer que le chinois avait aussi un infixe y causant une métaphonie, hypothèse que ne soutient aucune donnée au moment où j’écris (l’infixe honorifique est d’ailleurs limité au tibétain, et ne se retrouve dans aucune autre langue), la correspondance est en fait entre a et *e.
Troisièmement, la consonne finale -n ne faisant pas partie de la racine en tibétain, il faudrait expliquer son origine en chinois aussi.

Références
Gong, Hwang-cherng. 1977. gǔ zàngwén de y jíqí xiāngguān wèntí 古藏文的y及其相關問題[Old Tibetan y and related problems]. Bulletin of the Institute of History and Philology 48(2). 205–228.
Hill, Nathan W. 2019. The historical Phonology of Tibetan, Burmese, and
Chinese. Cambridge: Cambridge University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos d’une comparaison sino-tibétaine," Panchronica, 31/10/2020, https://panchr.hypotheses.org/3287 (ISSN 2494-775X)

Les voisées du mien et la reconstruction de la prénasalisation en chinois archaîque

Mon premier article sur la phonologie du hmong-mien vient de paraître dans la revue JSEALS. Dans ce travail, j’étudie systématiquement les couches d’emprunts du chinois en mien de Jiangdi dans lesquelles les obstruentes sourdes du chinois moyenne correspondent à des voisées (provenant pour l’essentiel d’anciennes prénasalisées), et propose quelques révisions aux reconstructions de Baxter et Sagart (2014). Cet article reprend certaines idées des billets suivants de ce blog: 1694, 2129, 2262 et 2227.

Commme le site de la maison d’édition ne permettait pas d’inclure de fichier supplémentaire, je joins à ce billet l’annexe de cet article. Ce fichier inclut les exemples que j’ai trouvé dans le dictionnaire de Mao (1992), mais aussi ceux que l’on peut identifier parmi la liste d’emprunts fournis par Downer en annexe de son article de 1973.

Des études similaires sur d’autres variétés de hmong-mien, en particulier les langues hmonguiques, seraient très précieuses pour évaluer la proportion de ces mots qui est reconstructible au proto-hmong-mien, et celle qui est plus tardive.

Références
Baxter, William H. & Laurent Sagart. 2014.Old Chinese: a new reconstruction. Oxford: Oxford University Press.
Downer, Gordon B. 1973. Strata of Chinese loanwords in the Mien dialect of Yao. Asia Major 18.1:1–33
Mao, Zongwu. 1992. Hàn-yáo cídiǎn (miǎnyǔ) 汉瑶词典(勉语) [A Chinese-Mien Dictionary]. Chengdu: Sichuan minzu chubanshe

Errata dans un nouvel article

Le Bulletin of Chinese Linguistics vient de publier ce nouvel article portant sur l’interprétation de traces de morphologie en tibétain et en chinois à la lumière des langues rgyalronguiques. Il développe en particulier certaines idées présentées dans cet article.

Je me suis malheureusement rendu compte après publication de la présence d’un nombre assez considérable d’erreurs typographiques, qui m’avaient échappé lors de la relecture des épreuves.

Voici une liste (sans doute non exhaustive) d’erreurs portant sur les caractères chinois et la transcription (et qui n’étaient pas présentes dans le fichier soumis à la revue):

p.22
祂 jet, jejH ‘to pull’ (b *lat(-s)) → 革世 sjet ‘leading string’ (b *s-lat)
> 抴 ; 靾
身寸 ʑek, ʑæH ‘to shoot’
> 射
以 jiX ‘take, use’ (*ləʔ) → 鉛 ziX ‘handle of plow or sickle’ (*sə.ləʔ)
> 鈶
p.23
曾瓦 tsigH
> 甑 tsiŋH
喪 sag,
> saŋ

On remarque aussi que dans la version HTML, les infixes, notés entre chevrons, disparaissent car il sont sans doute interprétés comme des balises HTML. Cette nouvelle mésaventure illustre à quel point les auteurs doivent être vigilants lors de la relecture des épreuves, pour ne pas avoir de regrets après publication.

Référence
Jacques, Guillaume 2019. Fossil Nominalization Prefixes in Tibetan and Chinese. Bulletin of Chinese Linguistics, 12(1):13–28.

Une scission tonale du Hakka

Une des caractéristiques définitoires des dialectes Hakka, selon Norman (1986), est la scission des mots à ton shang avec initiale cizhuo (sonante), dont une partie reste au ton shang 3, et l’autre se retrouve au ton 1 yinping. Le tableau ci-dessous, tiré de Sagart (1998:285), présente des mots ayant le ton shang avec sonante en chinois moyen et soit le ton 3 soit le ton 1 en hakka, les mots en grisé étant ceux qui se conforment aux critères de Norman.

Indépendamment de la question de la validité du groupe Hakka tel qu’il est conçu par Norman et de son opposition au dialectes Gan (voir Laurent Sagart 1993, 1998), cette scission est un phénomène d’un grand intérêt.

Il n’est pas évident à première vue s’il s’agit d’un archaïsme ou d’une innovation. Dans le premier cas, son utilisation pour classifier les dialectes serait moindre.

Pour expliquer la scission j’avais à l’origine pensé à des sonantes préglottalisées; par exemple, pour 马 « cheval », en chinois moyen mæX (*mrˤaʔ dans la reconstruction de Baxter/Sagart) on pourrait imaginer un pré-Hakka *ʔmAʔ (le *A représentant le réflexe de *Cra en type A), avec dissimilation perte de l’occlusive glottale *ʔmrA. Le problème d’une telle hypothèse est qu’on s’attendrait à ce que cette dissimilation s’applique aussi aux mots à occlusive glottale initiale, donnant 影 ʔ- en chinois moyen, et donc que des mots (voire tous les mots) à initiale ʔ- au ton shang soient passés au ton ping, ce qui n’est évidemment pas le cas.

Cette scission rappelle toutefois une évolution particulière observée en viet-muong. Il est bien connu depuis Haudricourt que les mots à tons sắc-nặng en vietnamien correspondent à des mots à occlusive glottale finale dans des langues plus conservatrices telles que le khamou (et que cette occlusive glottale est l’origine principale de ces tons). Néanmoins, il existe également un certain nombre d’exemples ayant des occlusives glottales en khamou, mais les tons ngang-huyền (ping) en vietnamien, comme dans les exemples ci-dessous, tirés de Ferlus (2004:309):

khamou kmaʔ, vietnamien mưa « pluie »
khamou sŋiʔ, vietnamien ngày « jour »

Ces correspondances apparemment irrégulières s’expliquent selon Ferlus par la tension exercée par la consonne obstruente préinitiale (les k- et s- préservés en khamou) en viet-muong, qui a causé dans le cas des syllabes à occlusive glottale finale une chute de celle-ci.

Si l’on revient maintenant au Hakka, une possibilité alternative serait que les mots qui sont passés au ton ping auraient eu une présyllabe obstruente, tandis que ceux qui sont restés au ton shang n’auraient pas eu de présyllabes, et donc de restituer par exemple pour « cheval » un stade à présyllabe *C-mAʔ avec chute de l’occlusive finale suivant le même mécanisme qu’en vietnamien. La différence fondamentale entre chinois et viet-muong dans cette idée serait le statut des syllabes à sonantes finales à occlsuive finale: le chinois avait des sonantes finales glottalisées (comme les langues rgyalronguiques) qui ont subi la chute de l’occlusive glottale comme leurs équivalents à syllabe ouverte, tandis qu’en viet-muong, les syllabes à sonante finale ayant des présyllabes en pré-viet-muong auraient selon Ferlus au contraire développé de occlusives finales.

Références
Ferlus, Michel 2004. The origin of tones in Viet-Muong lien
Norman, Jerry 1986. What is a Kejia dialect ?
Sagart, Laurent 1993. Les dialectes gan lien
Sagart, Laurent 1998. ON DISTINGUISHING HAKKA AND NON-HAKKA DIALECTS. Journal of Chinese Linguistics, Vol. 26, No. 2, pp. 281-302.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une scission tonale du Hakka," Panchronica, 12/01/2019, https://panchr.hypotheses.org/2879 (ISSN 2494-775X)

Le yod initial en chinois archaïque

Le verbe 與 joX « donner » est reconstruit avec une uvulaire dans le système Baxter/Sagart *m-q(r)aʔ — et s’oppose à son homophone 予 joX en chinois moyen, qu’ils reconstruisent avec une latérale *laʔ.

Comme je l’ai proposé dans cet article, je pense qu’une partie des j- du chinois moyen viennent d’un *j- primaire en chinois archaïque (une idée que soutient aussi Schuessler). Pour la série phonétique de 羊, je préfère donc des reconstructions telles que:

羊 jaŋ < *jaŋ (Japhug qaʑo < *qajaŋ)
祥 zjaŋ < *s-jaŋ (Tibétain གཡང་ gjaŋ)
癢 jaŋX < *jaŋʔ (Japhug rɤʑa < *rɐja)
etc…

à celles avec uvulaires ou latérales.

Or, dans le cas de 與 joX "donner", il existe un cognat potentiel dans les langues trans-himalayennes non-chinoises, qui suggère un *j- primaire dans cette série aussi: le jinhgpo yā « donner », le kham ya-nya, le dura hyo-i (voir Schorer 2016:287) (le STEDT regroupe ces formes ici; le thulung yak- n’est pas nécessairement cognat). Schuessler (2007) cite la forme jinghpo comme alternative à d’autres étymologies, sans pourtant en tirer la conclusion qu’implique une telle étymologie.

Si l’on admet l’existence d’un *j- primaire dans la série de 與, on peut donc proposer la reconstruction 與 joX < *jaʔ. Le verbe 舉 kjoX pourrait dans cette hypothèse s'expliquer comme venant d’un groupe *k-jaʔ (comme le suggère le tibétain བཀྱག་ bkʲag).

Notons que les séries à yod primaire initial reconstruites ici ne contiennent que des caractères de troisième division en chinois moyen, ce qui soulève le problème du traitement du *j- supposé en type A (pharyngalisé selon Baxter et Sagart). Mon point de vue est que l'opposition A/B est neutralisée avec cette initiale (donc que *j- devient j- aussi bien en type A et en type B, et probablement de même avec les groupes de consonnes).

L’idée de yod primaire initial n’est pas nécessairement contradictoire avec la théorie des uvulaires (qui dans sa formulation actuelle présente néanmoins de sérieux problèmes), mais si les deux idées sont valides, distinguer entre séries à uvulaire et série à j- sur la base exclusive du chinois moyen et des séries phonétiques peut être difficile.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Schorer, Nicholas 2016. The Dura Language: Grammar and Phylogeny. Leiden: Brill
Schuessler, Axel 2007. ABC Etymological Dictionary of Old Chinese.
Watters, David 2004. A Dictionary of Kham: Taka Dialect. Tribhuvan University.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le yod initial en chinois archaïque," Panchronica, 02/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2723 (ISSN 2494-775X)

A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque

Dans un certain nombre de textes de l’époque des Royaumes combattants, en particulier excavés dans des sites provenant de l’ancien royaume de Chu, le caractère 好, qui sert à écrire l’adjectif xawX « bon » et le verbe tropatif dérivé xawH « aimer », est écrit comme 丑+子, comme on peut le voir ici et par exemple dans cet extrait de la thèse de Li Songru (p 230):

Malgré des tentatives absurdes d’analyser [丑子] comme un idéogramme composé (会意 huìyì), l’hypothèse la plus probable est que 丑 soit ici un élément phonétique. La série phonétique de 丑 (GSR 1076, Schuessler 13-50) est clairement une série nasale, comme le montrent des mots comme 纽 ɳjuwX ← *nruʔ, contenant aussi 羞 sjuw ← *snu et bien sûr 丑 ʈʰjuwX ← *hnruʔ.

Or, l’une des origines du chinois moyen x– est *hn-, selon Baxter et Sagart (2014:112-113) dans les dialectes occidentaux du chinois archaïque (le traitement habituel de *hn- est-). Il serait donc possible de reconstruire 好 comme *hnˁuʔ(-s). Ce n’est d’ailleurs pas une idée nouvelle: Baxter lui-même la proposait en 2005 dans une présentation orale. Elle a toutefois été abandonnée sans même être mentionnée dans la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart (2014:59, 102-103;246), qui préfèrent maintenant reconstruire une uvulaire *qʰˁuʔ sur la base de rapprochements avec les séries de 休 xjuw et 畜 ʈʰjuwk/xjuwk. Le STEDT compare leur reconstruction avec diverses formes dans des langues très distantes qui ne sont probablement pas apparentées les unes aux autres.

Indépendamment des considérations internes au chinois, une raison de préférer la reconstruction *hnˁuʔ est qu’elle rend possible une comparaison avec l’étymon proto-kiranti « bon » *ʔnu reflété notamment par le Khaling |nu| न्युन्य. La nasale préglottalisée du kiranti qu’indique le wambule ɗu pourrait correspondre à la nasale sourde du chinois (il est bien connu que le thai confond en *hn- les *hn- et *ʔn- distingués par le sui, par exemple).

Références
(Je remercie Wolfgang Behr pour son aide avec les références utilisées dans ce billet).
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots. Folia Linguistica Historica 38. 177–215.
Li Songru 李松儒 2012 《战国简帛字迹研究——以上博简为中心》 thèse de doctorat de l’université du Jilin, publiée ensuite en 2015 à 上海古籍出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque," Panchronica, 05/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2534 (ISSN 2494-775X)

Uvulaires et vélaires en chinois archaïque

La reconstruction de Baxter-Sagart adopte en la modifiant l’hypothèse de Pan Wuyun de séries uvulaires. La théorie des uvulaires dans l’ouvrage de 2014 est légèrement différente de celle présentée dans cet article accessible en ligne. Le tableau suivant (Baxter et Sagart 2014:46) récapitule les correspondances entre uvulaires simples du chinois archaïque et chinois moyen selon leur système:

Il existe néanmoins des contacts dans certaines séries phonétiques entre initiales occlusives vélaires du chinois moyen (k-, kʰ-, gj-, ŋ-) avec les x-, ɦ- et ʔ- du chinois moyen (notées h- et ‘- par Baxter et Sagart) caractéristiques des séries uvulaires. Pour expliquer ce phénomène assez courant, Baxter et Sagart (p45) diffèrent de Pan Wuyun:

Une manière d’interpréter le changement proposé est que les présyllables fortement attachées assimileraient (ou dissimileraient) les uvulaires en vélaires. Cette idée (qu’elle soit interprétée comme une assimilation ou une dissimilation) me semble problématique, car elle suppose des changements non-attestés ou quasiment non-attestés.

Certains auteurs affirment que la dissimilation d’uvularité n’existerait pas; le seul exemple que j’ai pu trouver est cet article qui mentionne des cas de « Abnormal or spontaneous cases of de-velarization or de-uvularization, like /ṣ/ > /s/, e.g., ’absar “sehen” (p. 134, < Cl.Ar. {bṣr}), siḥābī “Gespenst” (p. 540, < Cl.Ar. {ṣḥb}), sadīrah “Leitkamel” (p. 546, /t/, e.g., ratn “Kauderwelsch” (p. 430, /k/, e.g. ṭarēku “Weg” (p. 773, < Cl.Ar. {ṭrq})." La forme ṭarēku correspondant à ṭarīq(u), si elle est effectivement correctement transcrite, serait un cas où l’emphatique ṭ aurait causé la dissimilation à distance de l’uvulaire en k; toutefois, en sémitique et en berbère, c’est plutôt le changement inverse qui est habituellement observé, la dissimilation des coronales emphatiques par les uvulaires, comme dans l’algérien de Dellys triq « chemin » < ṭarīq (voir Souag 2005), et de même en berbère (voir Souag 2013). Les cas de dissimilation de type q…q > q…k en tout cas sont à ma connaissance non-attestés.

L’interprétation du changement proposé par Baxter et Sagart comme une assimilation, par exemple *k.qV > *k.kV, me semble aussi difficile, car je ne connais aucun cas de ce type.

En revanche, l’assimilation d’uvularité (vélaire > uvulaire au contact d’autres uvulaires) est bien connue, et attestée notamment en rgyalronguique, en maya et en Totonac de Misantla (MacKay 1999).

Une manière alternative de concevoir les contacts entre vélaires et uvulaires dans les séries phonétiques où les occlusives vélaires cohabitent avec les fricatives x-, ɦ- et la glottale ʔ- en chinois moyen pourrait donc être de prendre le problème à l’envers: les mots reconstruits comme uvulaires, comme 影 ʔjæŋX viendraient d’anciennes vélaires avec un préfixe uvulaire (*qə-kraŋʔ > *qraŋʔ) tandis que les vélaire seraient non-préfixées (景 kjæŋX <*kraŋʔ). Une telle solution résoudrait le problème typologique de la reconstruction de Baxter et Sagart, sans perdre le pouvoir explicatif de l'opposition entre vélaires et uvulaires en chinois archaïque.

Références
Corriente, Federico 2014 Again on the Yemenite connection of Andalusi Arabic and other Western Arabic Dialects, Folia Orientalia, 51:9-26.
MacKay, Carolyn J. (1999), A Grammar of Misantla Totonac, Salt Lake City: University of Utah Press.
Souag, Lameen. 2005. “Notes on the Algerian Arabic Dialect of Dellys” – Estudios de Dialectología Norteafricana y Andalusí 9, pp. 151-180.
Souag, Lameen. 2013. Berber and Arabic in Siwa (Egypt): A Study in Linguistic Contact. Berber Studies Vol. 37. Köln: Rüdiger Köppe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Uvulaires et vélaires en chinois archaïque," Panchronica, 06/09/2018, https://panchr.hypotheses.org/2402 (ISSN 2494-775X)

La tabouisation en cantonais

Le cantonais est remarquable par la quantité de mots tabouisés qu’on y trouve. L’aversion pour les mots à sens négatif (ou homophones avec des termes pouvant avoir une interprétation non auspicieuse) a conduit les locuteurs à changer sciemment certains éléments de mots composés par des antonymes ou des termes alternatifs.

Comme exemple typique de tabouisation par antonyme, notons par exemple le terme 猪润 tsy⁵³jøn²² « foie de porc », qui remplace le terme attendu 猪肝 tsy⁵³kɔn⁵³, du fait de l’homophonie de 肝 kɔn⁵³ avec 干 kɔn⁵³ « sec », terme considéré comme négatif dans un contexte culinaire; il est remplacé par son antonyme 润 jøn²² « humide », malgré le fait que ce dernier soit immotivé pour désigner le foie de porc.

Le second type de tabouisation peut s’illustrer par le nom 凉瓜 lœŋ²¹kwa⁵³, qui désigne la « courge amère ». Ici 凉 lœŋ²¹ « frais » remplace 苦 fu³⁵ « amer », le terme originel 苦瓜 fu³⁵kwa⁵³ étant considéré comme inauspicieux à cause des connotations de l’adjectif 苦 fu³⁵ « amer » en cantonais; l’épithète 凉 lœŋ²¹ fait référence aux propriétés nutritives/médicales de ce légume dans la conception cantonaise.

Ces deux exemples sont connus des dictionnaires, mais certains locuteurs appliquent ces procédés de tabouisation à d’autres mots par jeu linguistique; certaines de ces innovations peuvent avoir un succès limité. Une des amies de notre famille affectionne par exemple de dire 赢 jɛŋ²¹ « gagner » à la place de 书 sy⁵³ « livre », du fait de l’homophonie entre 书 sy⁵³ « livre » et 输 sy⁵³ « perdre », illustrant un autre exemple de tabouisation par antonyme ( 输 sy⁵³ « perdre » et 赢 jɛŋ²¹ « gagner »).

En cantonais, ces tabous sont transparents et compris par tous les locuteurs; néanmoins, des phénomènes similaires ont pu exister à des périodes plus ancienne du chinois et d’autres langues de la région, et ces innovations sont sans doute plus difficile à mettre en évidence dans des langues dont l’histoire est moins bien connue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La tabouisation en cantonais," Panchronica, 11/08/2018, https://panchr.hypotheses.org/2328 (ISSN 2494-775X)

Old Chinese and friends

前两天在耶拿马普所举行的Old Chinese and friends研讨会,我因为在马尔康做田野调查没有能参席,但仍然通过SKYPE远程参加了一部分讨论。

在会议第二天的公开讨论中,与会专家探讨了上古音构拟和汉藏比较之间的关系。针对这个问题各家的看法不同,争论也比较多。下面我将总结一下对其中部分话题的一些想法,希望引起大家的讨论。

(1)汉藏语比较为什么落后于印欧语比较?
造成这个现状的原因有几种,其中当然包括古代语言的稀缺,文字创制年代(汉语除外)比较晚,以及大部分的现代语言的描写不够深入等等。然而,我认为最关键的问题就是,我们领域的出发点主要还是汉语,又因为汉语的形态本来就已大大简化,所以形态的构拟没有得到应当的重视。很多学者都认为,形态的构拟必须在语音构拟完成后才可以开始进行。
实际上,印欧语历史比较研究积累下来的经验告诉我们,语音构拟、形态的研究和词源研究必须同时进行,因为语言之间的同源词实际上只有很少一部分是直接从原始语遗传下来的,大部分同源词在各个语言中发生了一系列的形态交替和类推所引起的变化,这些变化有时候会产生语言之间“假”的语音对应关系,历史语言学家的首要任务之一就是分辨纯语音演变的对应关系和形态变化引起的对应关系。为了区分这两种对应关系,我们在比较语言的同时需要一个构拟形态的框架。在印欧语研究中,希腊语和梵文的形态结构很接近,所以建立形态构拟框架并不难,但是在汉藏语系中,没有这么明显的共同形态(特别在汉语和藏语之间),因此学者们一直没有把这一问题当成是首先需要解决的大事。然而,既然连希腊语和梵文之间的大部分同源词都有类推和形态变化等现象,而且很少有完全符合遗传下来的语音对应关系的例子,那么汉语和藏语之间应该也是一样。我们如果直接把藏语和汉语拿来比较,所比较的就很可能根本不是纯词根,而是附加(已经融合了的)词缀的词根,这样我们就不难理解汉语和藏语之间的对应关系为何如此凌乱。
以我的观点,为汉藏语系建立形态的构拟框架是我们领域的第一任务。因此,我们的出发点不一定是文字创制年代最早的语言,反而是形态最复杂的、哪怕是现代的语言。诚然,形态复杂的语言的形态也不一定是从原始汉藏语一脉相承遗传下来的,肯定有很多后期产生的词缀和语音交替,但是既然可以在嘉绒语支语言中清楚地看到与汉语清浊交替同源的语法现象,运用这种活语言的形态结构来解析汉语中其它词汇和交替的残留也不失为一个合理的方法。

(2)上古音的清浊交替和苗瑶语系的鼻冠音
另一个引起了激烈争论的问题就是苗瑶语中汉语借词的鼻冠音。汉语借词占苗瑶语词汇的一大部分,其中上古和中古借词层次里都可以找到带鼻冠音的例子(以下引用的是毛宗武1992的江底瑶语资料,瑶语的浊音声母都来自于原始苗瑶语的鼻冠音):

鼻冠清不送气塞擦音:
dzip7 < *N-ts- “接”(精三開鹽A入)
鼻冠清送气塞音:
beu1 < *N-pʰ- “抛”(滂二開肴平)
鼻冠清擦音:
dzaːn5 < *N-s- “散“(心一開寒去)

金理新先生在公开讨论中提出,苗瑶语汉借中的鼻冠音并不是汉语借出方言的特征,而是苗瑶语系语言在借入后添加上去的。这种想法也许能解释鼻冠浊音和汉语全浊声母的对应关系(有些苗语方言借法语借词时用鼻冠音来代替法语的浊塞音),但是绝对不能解释为什么清塞音和清擦音会增生一个鼻音成分,这个鼻音成分不可能无中生有。

Downer早在1973年指出,瑶语中有两对动词有清浊交替,浊声母(来自原始苗瑶语的鼻冠音)为不及物动词,清声母是及物动词:

khoːi1 “打开”(溪一開咍平)
goːi1 “开(多作补语或自然开裂、开放)

tshɛʔ7 “拆”
dzɛʔ7 “拆开;皴”

除此之外也可以找到不送气清塞音和浊音的交替:
pɛːŋ1 “绷;拉紧;拔”
bɛːŋ1 “裂开”

后来沙加尔(1994:280-281, 2003)指出,所有有这种交替的动词都是汉语借词,没有任何一个本土词,因此声母浊化(来自原始语的鼻冠音化)不可能是瑶语本身的形态变化,只能分析为汉语借出方言中的交替。

从上述的例子可以看出,带鼻冠音的汉语借词多数都有中古音特征,例如beu1 < *N-pʰ- “抛”是二等字,但是在瑶语中没有*-r-介音的痕迹,因此不可能是上古时代的借词。
因此,苗瑶语中的汉语借词为我们保存了一个中古时代的非主流南方方言,这个方言或者方言群的语音系统跟切韵系统很接近,但是多了一系列的鼻冠音声母。我认为,构拟上古音时(包括汉代音),我们绝不能无视这种宝贵的资料,它的重要性不亚于闽方言。虽然在文献资料中没有任何鼻冠音的痕迹,但苗瑶语的证据足以让我们在上古汉语中构拟鼻冠音。 音韵学需要摆脱对切韵系统的盲目崇拜,逐渐采用非主流方言的资料,包括闽方言、白语还有苗瑶语和侗台语系语言中的汉语借词,才能有健康的发展。

参考目录
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Downer, G.B. 1973 Strata of Chinese loanwords in the Mien dialect of Yao. Asia Major 13:1-33.
Mao Zongwu 毛宗武 1992 《汉瑶词典(勉语)》成都:四川民族出版社
Laurent Sagart 1994 Proto-Austronesian and Old Chinese Evidence for Sino-Austronesian, Oceanic Linguistics, Vol. 33, No. 2, pp. 271-308.
Sagart, Laurent. 2003. Sources of Middle Chinese manner types: Old Chinese prenasalized initials in Hmong-Mien and Sino-Tibetan perspective. Language and Linguistics 4.757–768.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Old Chinese and friends," Panchronica, 29/04/2018, https://panchr.hypotheses.org/2227 (ISSN 2494-775X)

La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque

Parmi les multiples fonctions de l’alternance de voisement en chinois archaïque, on trouve des exemples potentiels de nominalisation, que Baxter et Sagart (2014:55) reconstruisent comme *m- dans des exemples tels que 拄 *t(r)oʔ > ʈjuX ‘prop up, support (v.)’ ==> 柱 *m-t(r)oʔ > ɖjuX ‘pillar’(je convertis le chinois moyen dans la transcription APisée décrite ici). Des cognats potentiels de ce préfixe ailleurs en sino-tibétain existent, en particulier le ma– du Jinghpo dont j’ai parlé dans un autre billet; je suis en train de préparer un article qui traite (entre autre) de ce sujet.

Parmi les formes qu’ils donnent se trouve la paire suivante:

(1) 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ ‘weigh; evaluate; call’ ==> 稱 *mə-tʰəŋ-s > tɕʰiŋH ‘steelyard’;
Il n’y a pas de trace de voisement en chinois moyen, mais la reconstruction d’un préfixe nasal est assurée par le Hmong-Mien. B/S citent le proto-pHM *nthju̯əŋH, et la forme est bien attestée par exemple en mien de Jiangdi dzjaŋ5 ‘balance’ (le ton de série haute indique bien une initiale de type *N-t(sʰ), voir ce billet).

Néanmoins, si la présence d’une présyllabe nasale n’est guère problématique, son interprétation ici comme préfixe de nominalisation l’est. Outre le fait que le nom ‘balance’ est au qusheng, processus bien connu de nominalisation), si l’on recherche dans le dictionnaire mien de Mao Zongwu (1992:167), on peut trouver le verbe dzjaŋ1 « peser » (un exemple de phrase nous assure que c’est la bonne traduction de 称), qui doit refléter le verbe 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ dans la même couche de vocabulaire. Cette forme implique que le verbe aussi avait une présyllabe nasale, et sa reconstruction correcte dans le système B/S serait donc *mə-tʰəŋ. Cet exemple illustre à la fois l’importance du hmong-mien pour le chinois, et l’urgence d’une étude systématique des emprunts chinois anciens au moins en mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque," Panchronica, 01/02/2018, https://panchr.hypotheses.org/2129 (ISSN 2494-775X)