Archives par mot-clé : chinois

L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn « ginseng » remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm « racine » (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m « racine » ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram « racine », selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam « le bas » reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig « pou » (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme « tronc », voir « arbre » en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)

L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque

En lisant ce livre, je suis tombé sur ce mot pour l’étain (dans deux dialectes):

炯奈语(龙华)lei35
炯奈语(六巷)lhe22

On lui trouve des cognats dans d’autres langues hmong:
吉卫 lhja54
阳孟 lhja35
中心 lje31

Ce mot est de toute évidence un emprunt au chinois archaïque 锡 sek < *s-lˁek; le groupe de consonne ici, admis par la plupart des spécialistes du chinois archaïque, est basé sur la partie phonétique 易 yek < *lek (voir cet article pour une explication de la méthodologie qui sous-tend la reconstruction de groupes consonantiques en chinois archaïque).

Il s'agit du ton C1, de la même classe tonale que le mot "fer" (autre emprunt ancien au chinois 鐵 thet < *lhˁik), et il doit contenir des anciens rusheng:

炯奈语(龙华)lhɔ35
炯奈语(六巷)lhəu22
吉卫 lho54
阳孟 lho35
中心 lho31

Il s'agit d'une nouvelle confirmation que les emprunts anciens au chinois dans les langues hmong-mien peuvent avoir préservés des caractéristiques phonétiques plus archaïques qu'aucun dialecte chinois; c'est à ma connaissance le premier exemple de chinois *sl- correspondant à lh- en hmong-mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque," Panchronica, 31/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1703 (ISSN 2494-775X)

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la distinction de voisement étant transphonologisée registre tonal, et celle d’aspiration étant perdue (*mp-, *mpʰ- > b-; *nt-, *nth- > d etc).

Ils se sont servis dans leur reconstruction essentiellement des mots reconstruits en proto-hmong-mien (Wang Fushi et Mao Zongwu 苗瑶语古音构拟et Ratliff 2010), mais il est facile, en étudiant le dictionnaire du mien de Jiangdi 江底 de Mao Zongwu (汉瑶词典(勉语)), de trouver de nombreux cas de mots ayant des voisées en mien (venant de préinitiales) correspondant à des sourdes aspirées ou non-aspirées en chinois.

Certains de ces mots, comme bjoːt8 « bouillir » (chinois 沸 pjɨjH < *Nə-puts; notons qu’il existe un autre verbe bwei5 « bouillir » en mien avec un -i correspondant au *-ts du chinois archaïque, donc tardif, qui se retrouve toutefois en hmong et semble suivre les correspondances des mots hmong-miens natifs), semblent d'une grande antiquité (la préservation du -t final est ici probablement indicatrice d'un emprunt pré-Han). D'autres toutefois, comme beu1 "jeter" (chinois 抛 phæw), ont des correspondances indicatrice d’un emprunt d’une langue de type chinois moyen. Signalons le mémoire de mastaire de
Li Lizhi (《汉瑶词典》中勉语汉语借词的研究) qui propose une stratification détaillée des emprunts en mien sur la base du dictionnaire de Mao Zongwu.

Pourrait-il s’agir d’une innovation en mien? Bien sûr, dans le cas de mots à voisée en chinois moyen, comme le mien dzoːi2 « complet », qui vient du chinois 齐 dzej (dont un des sens est « complet », dans des expressions telles que 齐全), il serait possible d’argumenter que le voisement est dû au fait que le mot est emprunté à un dialecte chinois qui aurait préservé le voisement jusqu’à une période postérieure à la perte de celui-ci en mien et à la conversion de la prénasalisation en voisement dans cette langue. Un tel argument n’est pas possible pour les mots à sourdes aspirées et non-aspirées en chinois moyen, bien entendu.

Une autre question est de savoir s’il pourrait s’agir d’une alternance interne au mien; même si les langues hmong-mien sont presque complètement isolante, on remarque quelques trace de morphologie ancienne(Ratliff 2010:199-213).

L’une des plus étonnante, notée à juste titre par Martha Ratliff (2010: 210) est la paire entre « tuer » (mien tai5 < *təjH) et "mourir" (mien tai6 < *dəjH), qui rappelle l'austronésien *paCay "tuer" / *maCay "mourir" (*C, quelque soit son interprétation phonétique, correspond à t dans la plupart des langues austronésiennes). Cette paire de verbes soulève de nombreuses questions concernant la parenté du hmong-mien (ce ne sont pas les seules formes ressemblant à l'austronésien dans la famille), et en tous les cas montre des alternances morphologiques de voisement (manifestée en mien par les tons de série haute (1,3,5,7) opposés à ceux de série basse (2,4,6,8)) ont pu avoir un jour existé. Néanmoins, il ne semble pas qu'il y ait d'exemples clairs de paires de verbes natifs ayant une alternance de prénasalisation (cf Downer 1973). Il est donc peu vraisemblable que la prénasalisation dans les verbes empruntés au chinois aient pu être dus à un préfixe en hmong-mien (contrairement par exemple aux langues rgyalronguiques, où les verbes récemment empruntés au chinois prennent des préfixes dénominaux, tels que – en japhug, voir cet article).

Nous avons donc une large couche d’emprunts au chinois ayant des initiales remontant à des prénasalisées, mais qui du point de vue des autres caractéristiques phonologiques ressemble à un dialecte chinois moyen; nous avons donc affaire à un dialecte chinois d’époque post-Han, qui n’était distinct du système du qieyun que parla préservation de quelques traits comme la prénasalisation, et qui comme le suggère Downer pourrait même être ancestral à la couche la plus ancienne du cantonais et du hakka. La prénasalisation en hmong-mien n’est donc pas une curiosité remontant à une époque archaïque, dont l’ajout à la reconstruction serait extrêmement spéculatif comme le suggère Schuessler (2015), mais un trait encore présent en chinois des Han et probablement assez général dans les dialectes du sud jusqu’à l’époque Tang.

Pour finir, on trouve en hmong-mien des mots sino-tibétains non-chinois, probablement venant d’une langue birmo-rgyalronguique ancienne, dont certains ont une prénasalisation. Si l’on prend bwan5 « neige, glace », probablement apparenté au japhug tɤjpa (*lpa < **lpan; le -n est attesté en trong tɯ³¹wɑn⁵³  »neige »), on observe que la prénasalisation en hmong-mien, à une époque encore plus ancienne, provient de la confusion de préinitiales nasale et d’autres prénitiales sonantes comme *l-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La prénasalisation en hmong-mien," Panchronica, 19/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1694 (ISSN 2494-775X)

La racine sino-tibétaine « traverser »

En lisant cet article qui parle entre autres du verbe 越 hjwot < *ɢwat "traverser" en chinois et de ses dérivés, je me suis rappelé du verbe khaling |wett| « cross over a ridge » (voir aussi ce lien au cas où l’autre ne fonctionnerait plus).

Cette comparaison fonctionne du point du vue du sens (on dit communément en chinois 翻山越岭, bien qu’il faudrait revérifier l’antiquité de cette collocation). La comparaison phonétique est aussi presque parfaite, mais mérite quelques commentaires.

Tout d’abord, la correspondance du chinois *a au khaling *e n’est pas surprenante. Dans cet article sur le proto-kiranti, je postule au §6.2.4, Table 19, un changement de *a > *ɛ (> e en khaling) dans les rimes fermées en *-t et *-l. Ce verbe est un exemple de plus qui confirme cette correspondance.

Ensuite, la correspondance de la consonne initiale que Baxter et Sagart reconstruisent *ɢw- et que d’autres systèmes reconstruisent comme *w- au proto-kiranti *w- (khaling w-) est attestée par d’autres exemples, en particulier le Limbu |wa| ‘be, exist’ et le chinois 有 *ɢwəʔ.

La double consonne finale -tt est une question d’ordre morphologique (voir cet article); elle mérite un examen plus détaillé, mais qui requiert la recherche de cognats de la racine khaling |wett| dans d’autres langues kiranti.

La comparaison avec le tibétain སྐྱོད་ skʲod, un verbe qui signifie « agiter (par exemple, un drapeau) » ou « aller » est quant à elle en fait assez douteuse. Le /o/ du tibétain peut sans doute provenir d’un plus ancien *wa (c’est la loi de Laufer, à propose de laquelle voir cet article, celui-ci et celui-là (Tableau 11)), mais un ancien *s-wat devrait donner †sod; difficile d’accepter une comparaison qui pose de tels problèmes sémantiques et phonétiques sans exemples additionnels d’une telle correspondance.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La racine sino-tibétaine « traverser »," Panchronica, 11/02/2017, https://panchr.hypotheses.org/1676 (ISSN 2494-775X)

La nasale intrusive en limbou

Les correspondances phonétiques des mots apparentés entre le chinois et le tibétain sont très complexes pour un grand nombre de raisons; l’une d’entre elle est à mon avis la perte dans ces deux langues d’une morphologie plus complexe de type gyalrong-kiranti.

Pour illustrer ce problème, notons par exemple le nom de parenté pour ‘père’, tibétain pʰa ཕ་, chinois 父 bju < *N-paʔ (selon Baxter et Sagart). Si l'on part de l'idée qu'il ne s'agit pas d'un mot d'origine enfantine (une objection tout à fait recevable), on se retrouve façe à une correspondance inexplicable entre p(h)-en tibétain et *N-p- avec prénasalisation anormale en chinois.

Or, en limbou, les noms de parentés (dont pa "père", voir le dictionnaire limbou en ligne) ont à leurs formes possessives un élément nasal intrusif non-expliqué (a-mba « mon père »). En l’occurrence, le nom pa « père » en limbou pose problème du point de vue comparatif (puisque le limbou p vient de proto-kiranti *b, voir cet article), mais la nasale homorganique intrusive pourrait tout à fait être un phénomène ancien.

Si l’on accepte cette dernière idée, le tibétain pourrait représenter la racine nue, et le chinois une généralisation de la forme possédée à la forme nue: *pa « père », *ŋa-N-pa « mon père » aurait été réanalysé comme *N-pa « père », *ŋa-N-pa « mon père ». Cette correspondance irrégulière entre chinois et tibétain ne serait donc pas un problème de phonologie comparée, mais plutôt de morphologie historique. Trouve-t-on d’autres traces de nasales préfixées inexpliquées dans les noms de parentés ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La nasale intrusive en limbou," Panchronica, 21/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1654 (ISSN 2494-775X)

Un article à propos de la diffusion lexicale

Dans un billet écrit il y a plus d’un an, j’avais présenté une critique de certains problèmes liés à cet article paru dans la nouvelle revue International Journal of Chinese Linguistic. Nathan W. Hill a récemment rendu disponible sa réponse à cet article, qui paraîtra très prochainement dans la même revue.

L’article de Nathan a le mérite, outre de réfuter très en détail l’article calamiteux, de présenter une critique claire et convaincante de la « diffusion lexicale », et de la supériorité de l’approche néogrammairienne sur celle-ci.

=======
Hill, Nathan W. (2016) ‘A refutation of Song’s (2014) explanation of the ‘stop coda problem’ in Old Chinese.’ International Journal of Chinese Linguistics, 3(2): 272–283

L’unification d’étymons distincts par pression homophonique

Lorsqu’une langue subit des changements phonétiques massifs, il peut arriver que des mots sans relations étymologiques mais de sens proches deviennent fortuitement homophones. Le cas le plus extrême que je connaisse est celui du chinois 指 zhǐ « doigt » et 趾 zhǐ « doigt de pied » (qui en mandarin ne s’emploient que comme éléments de composés, notamment 手指 shǒuzhǐ « doigt (de la main) » et 脚趾 jiǎozhǐ « doigt de pied »).

En chinois moyen, ces deux syllabes étaient encore légèrement différentes; leur consonne initiale était la même (章 tɕ-), elles avaient le même ton, mais leurs rimes n’étaient pas identiques (脂 -ij vs 之 -i). En chinois archaïque en revanche (et ceci quel que soit le système de reconstruction adopté), les deux étymons étaient radicalement différents. 趾 zhǐ < tɕiX "doigt de pied" provient de façon non-ambiguë d'une forme *təʔ, tandis que 指 zhǐ < tɕijX "doigt de la main" fait partie des mots à initiale vélaire ayant subi une palatalisation tardive (devant voyelles antérieures) et remonte à *kijʔ (Baxter et Sagart 2014:79 reconstruisent *mə-kijʔ). La présence d'une vélaire ici est prouvée par (a) le fait que certaines langues chinoises min ont échappé à cette palatalisation (建瓯 jianou ki6 "doigt"), (b) dans certaines conditions, les vélaires devant voyelles antérieures ne palatalisent pas, si bien que certains mots des mêmes séries phonétiques ont toujours une vélaire en chinois moyen (comme 耆 gij).

Si l'écriture chinoise n'existait pas et que l'on ignorait tout des langues min, aurait-on eu l'idée que ces deux mots aient pu avoir une origine différente et aient été aussi divergent phonétiquement à une époque antérieure? Connaissez-vous d'autres exemples du même type?

==========
Baxter, William and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: A New Reconstruction. Oxford: Oxford University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’unification d’étymons distincts par pression homophonique," Panchronica, 16/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1461 (ISSN 2494-775X)

Une curiosité philologique

En lisant cet article sur le cycle sexagésimal chinois, j’ai appris l’existence d’une liste attestée à l’époque Han (dans le Huainanzi et le Shiji) de noms alternatifs des termes du cycle sexagésimal venant probablement d’une langue inconnue (page 28 et note final 110). Je ne vais pas entrer dans les détails sur l’usage de ce cycle, ni de la relation entre l’usage du cycle pour marquer les années et l’observation du mouvement apparent de Jupiter (太岁), car il existe sur ce sujet de nombreuses publications accessibles en ligne.

On peut facilement trouver des listes de ces termes étranges sur internet, par exemple ici. Des étymologies chinoises capillotractées ont été proposées, (certaines sont recensées dans l’édition du Huainanzi que j’utilise , pp 195-8), mais elles ne valent pas la peine d’être discutées.

Voici les termes du cycle avec le chinois moyen dans une version APIfiée de la transcription de Baxter. Je n’indique pas systématiquement de reconstructions du chinois archaïque, car celles-ci seraient anachroniques pour des noms transcrits à l’époque Han, mais je rajoute quelques reconstructions simplifiées pour certains mots.

J’indique aussi les noms des animaux correspondants dans l’usage du cycle pour noter les années en chinois et dans les langues d’Asie, du Cambodge à la Mongolie. Bien entendu, il n’est pas certains que, quelle que soit la langue d’où proviennent ces mots, il aient quoi que ce soit à voir avec les douze animaux, mais c’est néanmoins une piste au moins concevable.

子 souris 困敦 kʰunH twon
丑 vache 赤奮若 tɕʰek pjunH nyak
寅 tigre 攝提格 ɕep dej kæk < ??*nhep de rkak
卯 lapin 單閼 ɕenH 'at < ??*dars'at
辰 dragon 執徐 tɕip zjo < *tip zla
巳 serpent 大荒落 dajH xwaŋ lak < ??*lats hmaŋ rak
午 cheval 敦牂 twon tsaŋ
未 mouton 協洽 ɣep ɣɛp < *gep grop
申 singe 涒灘 tʰwon than
酉 poulet 作噩 tsak ŋak
戌 chien 閹茂 'jem muwH < *ʔom mus
亥 cochon 大淵獻 dajH 'wen xjʌnH

Aucun de ces mots n'a la moindre ressemblance avec les désignations des animaux en tibétain, tangoute ou en
turcique, ni apparemment dans aucune famille de la région qui me vienne à l’esprit. L’identification de la langue derrière ces transcriptions et leur étymologisation est peut-être un cas désespéré, mais il ne faut pas s’interdire d’y réfléchir.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une curiosité philologique," Panchronica, 14/08/2016, https://panchr.hypotheses.org/1442 (ISSN 2494-775X)

Brahma le vénérable

Dans un article paru il y a quelques années, Michel Ferlus propose une nouvelle interprétation du nom de personne 范師蔓 (en mandarin fànshīmàn, chinois moyen bjomX ʂij manH); en se basant sur la reconstruction en chinois archaïque *bromʔ sri man-s. Selon lui, les premières syllabes correspondent à brāhmaṇa- ब्रह्मण: ‘brahmane’ d’une part et à śrī- श्री qu’il traduit par ‘éminent’, le sens qu’il a lorsqu’il est préfixé à un nom personnel, mais qui est aussi un nom féminin que le Monnier-Williams traduit comme « light, lustre, radiance, splendour, glory, beauty, grace, loveliness ». Il interprète la dernière syllabe comme un nom local non-intelligible en sanskrit.

Cette comparaison, qui comme on va le voir n’est pas fausse mais incomplète, a une certaine importance pour la phonologie historique du chinois puisqu’il s’agit d’une des très rares attestations directes potentielle du -r- médian du chinois transcrivant un -r- deuxième élément de groupe de consonne dans un nom étranger. Même dans les plus anciens textes bouddhiques de l’époque Han, les groupes Cr- sont transcrits par deux caractères.

Je propose une interprétation légèrement différente. La première syllabe pourrait être simplement le nom Brahman- ब्रह्मा, au nominatif brahmā, sous une forme thématisée brahma- (on trouve en sanskrit tardif, notamment dans les textes bouddhiques, d’anciens noms à thèmes en consonnes déclinés comme des noms thématiques). Pour le reste, je pense que l’idée de M. Ferlus n’est pas nécessaire; une solution plus simple est de considérer qu’il s’agirait de l’adjectif possessif śrīmat- ‘beautiful, charming, lovely, pleasant, splendid, glorious MBh. Ka1v. &c. ; possessed of fortune, fortunate, auspicious, wealthy, prosperous, eminent, illustrious, venerable’, dont le nominatif masculin singulier est śrīmān श्रीमान् — un mot extrêmement courant au point que citer des exemples de textes serait superflu. Ce mot sanskrit a été entre autres emprunté en népali dans le sens de ‘mari’ (prononcé [siriman]).

Cette solution a trois avantages:

(1) Si śrī était ici le préfixe signifiant ‘éminent’, il devrait se trouver en première place.
(2) Il explique de façon satisfaisante de vocalisme /a/ (=skt ā) de la dernière syllabe, par opposition au /o/ (=skt a) de la première.
(3) Il ne demande pas de faire appel à un nom local inconnu invérifiable.

Elle n’explique pas le qusheng dans le dernier caractère, mais il pourrait s’agir d’un indice que *-s n’est pas la seule origine du qusheng. Encore que… en sandhi précédant un c- ou un t-, le nominatif śrīmān devient śrīmāṃś श्रीमांश्च ou śrīmāṃs श्रीमांस् respectivement — il est toutefois improbable que ces formes de sandhi aient servi de base à la transcription.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Brahma le vénérable," Panchronica, 28/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1309 (ISSN 2494-775X)

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux « dialectes » (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 « riz, nourriture » (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza « manger » et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 « viande » (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 « neveu » (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 « cochon »? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale « manger », mais la différence de ton avec dzi35 « riz, nourriture » cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un petit détour par le tujia (1)," Panchronica, 20/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1247 (ISSN 2494-775X)

A propos d’un compte-rendu de Baxter et Sagart (2014)

Dans le dernier numéro du Journal of Chinese Linguistics, où est aussi paru cet article de votre serviteur sur les relatives du japhug, se trouve un compte-rendu assez sévère, voire injurieux, du livre de Baxter et Sagart par He Da’an 何大安, où l’on peut lire par exemple « the authors know nothing about 训诂学 xunguxue » et autres délicatesses.

Est-il justifié? Comme je ne connais moi-même probablement rien à propos du xunguxue, je ne commenterai donc pas les parties de son long compte-rendu (57 pages!) portant sur la philologie. Je vais me contenter de discuter l’un des six reproches à l’encontre de ce livre, et qui porte sur le mot buyang ma lɔk 11 « cerf ». Le buyang est une langue assez extraordinaire, c’est la seule parmi les langues kra-dai à préserver les dissyllabes hérités de l’autronésien (voir à ce propos les comparaisons dans le tableau 6 de cet article) dont l’existence avaient été pressentie par Haudricourt.

Selon BS2014, le buyang, ayant maintenu ces dissyllabes, a également préservé les présyllabes dans les mots empruntés au chinois à l’époque antique, et selon leur interprétation ma lɔk 11 « cerf », qui provient de 鹿 lù (chinois médiéval luwk) « cerf » à une époque où ce mot avait encore une présyllabe *mə, d’où leur reconstruction *mə-rˁok (la présence d’une préinitiale est confirmée par d’autres données).

He Da’an objecte en affirmant que ce mot est d’origine Zhuang, et que la présyllabe a été rajoutée par un mécanisme morphologique. Sur quoi se base la première affirmation? He Daan cite Li Jinfang (1999) de la façon suivante:

Ainsi, comme le mot ma lɔk 11 est au ton 11, il serait nécessairement un emprunt, d’après l’interprétation que He Da’an propose de cette source. Il cite aussi l’original, et j’ai revérifié ce matin que la citation est bien exacte:

Toutefois, He Da’an ne s’est pas rendu compte que la phrase était ambiguë. En effet dans:

塞声韵只出现在11、54调上,少数出现在31调,是壮语借词

la dernière proposition (是壮语借词 « ce sont des emprunts zhuang ») n’a de portée que sur la proposition qui précède immédiatement (少数出现在31调 « il y en a une minorité (de mots à occlusives finales) qui apparaissent au ton 31 ») et non pas sur la précédente (塞声韵只出现在11、54调上 « les rimes à occlusives n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54 »). La traduction de He Da’an est donc erronée, et il faut comprendre:

Les rimes à occlusives finales n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54; une minorité apparaissent au ton 31, ce sont des emprunts zhuang.

La phrase étant ambiguë, comment puis-je affirmer avec certitude que le découpage syntaxique de He Daan est incorrect, et que le mien l’est? Il suffit de regarder quelques mots au ton 11, comme « l’oiseau » ma nuk 11, dont la première syllabe correspond clairement à celle du mot austronésien *manuk, alors le zhuang de Wuming a ɣok avec lénition (d’autres dialectes on des initiales différentes comme l-, mais pas n-) du *n dans les mots à anciennes présyllabes. De toute évidence, ce mot ne peut pas être un emprunt au zhuang (et l’on peut citer une montagne d’exemples du même type).

Donc, l’argument de He Da’an sur l’origine Zhuang prétendue de ce mot ne tient pas. Chacun a le droit de commettre des erreurs (et j’en ai commis moi-même, notamment lorsque j’ai le malheur de citer du birman sans tout revérifier…), mais même les philologues ont parfois besoin d’explication de texte.

« Tibéto-birman »: un terme à abandonner

Le terme « tibéto-birman », dont l’usage est très répandu aussi bien parmi les linguistes généralistes que chez les spécialistes du domaine, pose à mon avis un problème fondamental. Il est généralement compris comme englobant toutes les langues sino-tibétaines mis à part le chinois, et permet ainsi d’opposer artificiellement le chinois aux autres langues. Or:

(1) Il n’existe pas la moindre ombre de preuve que le chinois est la première branche de la famille — aucune innovation commune à toutes les langues sino-tibétaines non-chinoise ne permet de suggérer qu’elles forment un clade auquel le chinois n’appartiendrait pas (les apparences d’innovations communes, comme la confusion supposée de l’opposition entre *a et *ə, sont dues à un examen superficiel des données des langues autres que le chinois). La différence manifeste des langues chinoises avec le reste peut tout aussi bien s’expliquer par des innovations massives du côté chinois. Il n’est pas absolument impossible que le chinois soit le premier embranchement de la famille, mais tant que les lois phonétiques et surtout la morphologie de la famille sont aussi mal comprises, ce n’est pas à mes yeux la question prioritaire, d’autant que le chinois, très innovateur, va de toute façon peu contribuer dans l’ensemble à la reconstruction du sino-tibétain. Son importance est essentiellement due aux emprunts qu’il a diffusés dans une grande partie des langues de la région, et qui doivent être minutieusement distingués des mots cognats.

(2) La diversité typologique des langues ST non-chinoises est immense (c’est même potentiellement la famille la plus diverse au monde du point de vue de la diversité morphosyntaxique), et même donc en tant que groupement typologique, la notion de « tibéto-birman » ne tient pas la route — le birman par exemple ressemble beaucoup plus typologiquement au chinois qu’aux langues gyalronguiques (même si phylogénétiquement il est assez clair qu’il existe un groupe birmo-gyalronguique).

Malheureusement, le fait que le mot « tibéto-birman » existe rend possible de parler de ce groupement artificiel comme s’il s’agissait d’une entité réelle, un peu comme s’il existait un mot pour désigner « les langues indo-européennes autres que l’anglais ». Cela a plusieurs conséquences délétères sur la discipline. Du côté des linguistes spécialistes du chinois, c’est un prétexte de plus pour ignorer complètement les autres langues de la famille. Pour ceux qui s’intéressent au comparatisme sino-tibétain, cela divise la discipline en deux camps qui jusqu’à récemment communiquaient peu, les « tibéto-birmanistes » (ceux qui font du terrain sur des langues à tradition orale et du comparatisme sur la base de langues modernes) et les sino-tibétanistes (qui comparent la reconstruction du chinois archaïque avec la reconstruction du « proto-tibéto-birman »). Le résultat est que les premiers n’intègrent pas le chinois dans leur reconstruction (mais lui donnent néanmoins implicitement un rôle prééminent, suggérant que le chinois vaut autant que toutes les autres langues réunies) et que les seconds se contentent d’étudier le chinois, et ne connaissent aucune autre langue de la famille.

Outre un cloisonnement disciplinaire, je pense que la notion de « tibéto-birman » est profondément sinocentrique et dénigre la valeur des langues à tradition orale de la famille. Il contribue à marginaliser des langues déjà trop peu étudiées en minimisant leur diversité et leur valeur propre individuelle. A mon avis il est préférable d’adopter des périphrases du type « les langues ST autres que le chinois » si besoin est plutôt que de continuer à promouvoir ce terme.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Tibéto-birman »: un terme à abandonner," Panchronica, 05/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/900 (ISSN 2494-775X)

« Chauve-souris » en sino-tibétain

On trouve dans le vocabulaire potentiellement reconstructible du sino-tibétain (je dis « potentiellement » car sommes très loin d’avoir quoi que ce soit ressemblant à un système de reconstruction) des mots inattendus, pour lesquels aucun étymon équivalent n’existe dans le vocabulaire hérité de familles mieux connues comme l’indo-européen.

L’un de ces étymons est celui de la chauve-souris; le STEDT présente une liste de mots qui sont assez certainement cognats, et qui incluent le Khaling पाक्ति pakti et le chinois 蝠 *pɨk. En kiranti, ce mot n’est attesté sinon à ma connaissance qu’en dumi (on l’on a प्वाक्ती pwakti dans le dictionnaire de Netramani Rai; le -w- est inattendu).

Le fait que cet étymon soit attesté en chinois, en sal (bobo-garo, naga du nord), en kuki-chin et en kiranti mais pas en tibéto-birman central (tibétain, birmo-qianguique) est à mon avis une bonne indication qu’il n’a pas pu être transmis par contact, et qu’il est donc très certainement hérité dans toutes ces langues. Par contraste, en indo-européen chaque branche a créé, et renouvelé en permanence, le vocabulaire pour désigner cet animal. Comment expliquer sa préservation en ST? Peut-être son usage culinaire?
En tous les cas, je doute que cette information soit cruciale pour déterminer l’emplacement de l’Urheimat sino-tibétaine, car on trouve des espèces de chauves-souris dans toutes les régions pour lesquelles le berceau de la famille a été proposé (y compris la Chine du nord, le Sichuan, l’Arunachal, le Bhutan etc).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Chauve-souris » en sino-tibétain," Panchronica, 28/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/885 (ISSN 2494-775X)

Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains

Parmi les rares mots apparentés entre langues gyalrong et chinois (si l’on exclut les emprunts récents et les emprunts passés par le tibétain), on trouve quatre ou cinq mammifères domestiques (le cinquième étant plus spéculatif):

(1) « mouton »:
japhug qaʑo < *-jaŋ « mouton » (qa- est un préfixe de noms d’animaux)
chinois 羊 *jaŋ « ovin » (je pense qu’il faut reconstruire un *j primaire ici en chinois — cette solution diffère de celle de de Baxter/ Sagart, mais je prépare un article sur la question où ce problème sera discuté).

(2) « vache »:
japhug nɯŋa < *-ŋwa (l’élément nɯ- est à mon avis l’état construit de tɯ-nɯ « sein » c’est à dire « la vache à pis »)
chinois 牛 *ŋwə.

(3) « yak »:
japhug qambrɯ « yak mâle » < *mru)
chinois 犛 *mˁrə

(4) « cheval »:
japhug mbro < *mraŋ)
chinois 马 *mˁraʔ

(5) « cochon »:
Laurent Sagart propose que l’étymon correspondant au japhug paʁ « cochon » soit apparenté au chinois 富 *pək-s « riche » ce qui fonctionne phonétiquement et n’est pas absurde du point de vue sémantique, même si cette étymologie ne peut se mettre au même plan que les autres.

Les noms du yak et le cheval sont clairement des Wanderwörter: leur phonologie se correspond mal entre branches éloignées du sino-tibétain, et l’archéologie ne semble pas indiquer une origine suffisamment ancienne pour justifier l’hypothèse que la domestication de ces animaux pré-daterait la séparation du sino-tibétain (voir par exemple cet article sur le yak).

En revanche, les autres mot semblent se conformer aux lois phonétiques des cognats; notamment, le *ə du chinois correspond bien au *a du proto-gyalrong.

Il n’y a guère de doute que la domestication du cochon est très ancienne en Asie orientale; pour le mouton et la vache en revanche, la question est plus compliquée. J’avais l’impression jusqu’ici que les trace d’ovins et de bovins dans les sites archéologiques chinois étaient trop tardifs pour supposer que les proto-sino-tibétains avaient déjà domestiqués ces animaux, et qu’il ne pouvait s’agir que de mots voyageurs très anciens.

Néanmoins, au moins certains travaux indiquent qu’une domestication indépendante de bovins aurait eu lieu en Chine du nord, ce qui pourrait malgré tout ne pas exclure d’office l’hypothèse que le chinois 牛 *ŋwə soit bien un cognat du gyalrong *ŋwa.

Les étymons correspondant au chinois 牛 *ŋwə et 羊 *jaŋ « ovin » sont toutefois mal attestés dans la famille sino-tibétaine. En kiranti par exemple, on ne trouve de cognat que pour « cochon » (Khaling पो: pô: < *pɑk); pour les ovins, les mots sont empruntés à des langues indo-aryennes (bhēnde « mouton » est un emprunt ancien au népali भेडा bheɖa « mouton ») et le mot pour la vache semble spécifique aux langues kiranti (khaling बै: bʌ̂j, Limbu pit < *bit). La question de la reconstructibilité des noms de mammifères domestiques en ST est donc un problème assez compliqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains," Panchronica, 27/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/721 (ISSN 2494-775X)

Quelques sujets de thèse en linguistique à éviter

Il en va des thèses à l’inverse des familles; les bonnes thèses le sont pour des raisons différentes, tandis que les mauvaises thèses ont une forte tendance à se ressembler. A l’intention des étudiants qui se destinent à un doctorat en linguistique, en particulier sur les langues d’Asie, voici quelques exemples de sujets à éviter.

(1) La construction ba 把 en mandarin: le grand classique du mauvais sujet de thèse, qui a été l’objet de plus de travaux à lui tout seul que n’en ont été écrits sur toutes les autres langues de la famille réunies. Si ce sujet vous intéresse, mieux vaut travailler à la description de la grammaire d’une langue chinoise encore non décrite qui a une construction similaire.

(2) L’écriture Domba (东巴文) des naxi: j’ai vu à plusieurs reprises des étudiants essayer de s’intéresser à ce sujet, qui n’est pas intrinsèquement sans intérêt, mais dont les connaissances prérequises dépassent largement ce qu’un étudiant en thèse, même excellent et motivé, peut espérer atteindre en un espace de temps raisonnable. Si ce sujet vous intéresse, commencez par étudier une langue naïque moderne en vous basant notamment sur le travail d’Alexis Michaud (voir ce billet où il expose ses méthodes de travail de terrain) ET apprenez la philologie tibétaine, le bouddhisme et le bon. Après cela seulement, il sera possible de commencer à travailler sur ces textes sans accumuler les énormités.

(3) La différence entre « ceci » et « cela » dans la langue X (ou toute autre opposition sémantique très subtile entre deux formes): S’il est louable de vouloir décrire toute les finesses sémantiques des oppositions grammaticales dans les langues que l’on étudie, il faut fuir, pour un projet de thèse, les sujets où la différence entre deux formes peut être contrainte par de nombreux facteurs, y compris syntaxiques, pragmatiques et stylistiques. Les thèses résultantes sont des collections d’exemples indigestes qui au final ne montrent rien de clair. Si ce genre de sujet vous intéresse, essayez d’en faire une sous-partie d’une étude grammaticale plus générale sur la langue en question, et écrivez un article à ce propos, mais ne construisez pas toute votre thèse dessus.

(4) Les chengyu 成语: Encore un grand classique. Le sujet est aussi mauvais qu’il est populaire auprès des étudiants; si ce sujet vous intéresse, soit reconvertissez-vous dans l’étude de la philosophie chinoise, soit consacrez-vous à la syntaxe diachronique du chinois.

(5) L’évolution des caractères chinois: Quel étudiant de chinois n’a pas un moment été fasciné par les inscriptions sur bronze ou carapace de tortue? Si cet intérêt est légitime, il est préférable de vous former tout d’abord en phonologie historique du chinois en étudiant les travaux de Baxter et Sagart (voir aussi mon cours d’introduction sur ce domaine), et aussi en philologie, en archéologie et en histoire — la paléographie ne doit pas être étudiée en isolation.

(6) La question altaïque (y compris coréen-japonaique): Sujet de thèse potentiellement intéressant mais suicidaire; si ce sujet vous intéresse (NB: il m’intéresse aussi), étudiez d’abord très en détail la philologie d’une ou deux langues (nous avons la chance d’avoir au CRLAO Sasha Vovin qui peut diriger des travaux sur absolument toutes ces langues) ou effectuez du terrain, par exemple sur une langue des Ryûkyû (auquel cas Thomas Pellard est la personne à contacter).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Quelques sujets de thèse en linguistique à éviter," Panchronica, 18/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/818 (ISSN 2494-775X)