Archives par mot-clé : causatif

Progressif et causatif en japhug

Dans ma grammaire du japhug, j’avais proposé (pp.1164-1165) l’hypothèse selon laquelle le progressif asɯ- (qui a de nombreux allomorphes: asɯ-, az-, -ɤsɯ-, -ɤz-, -ɤs-, -osɯ-, -oz-, selon l’environnement morphologique) provenait de la combinaison du passif a- et du causatif sɯ-.

Un point intéressant que j’avais omis de préciser est que le progressif peut se combiner avec le causatif, comme en témoignent les exemples (1) et (2). On remarque dans ces enregistrements une variation libre entre ɲɯ-ɤsɯ-sɯ- et ɲɯ-ɤs-sɯ- avec chute de la voyelle, résultant en une fricative géminée.

(1) sɲɯɣjɯ kɯ tɤscoz ɲɯ-ɤsɯ-sɯ-rɤt.
crayon ERG lettre SENS-PROG-CAUS-écrire
« Il écrit une lettre avec un crayon. »

(2) ɯʑo kɯ ʑɴɢro kɯ rɤɣo ɲɯ-ɤsɯ-sɯ-lɤt.
3SG ERG guimbarde ERG SENS-PROG-CAUS-relâcher
« Il fait un air à la guimbarde. »

Cette compatibilité était prédictible, étant donné que d’une part, même si l’hypothèse de grammaticalisation ci-dessus est correcte, celle-ci a dû avoir lieu en proto-rgyalronguique du nord (puisque des préfixes cognats existent en zbu et en tshobdun) et que donc le lien historique entre le progressif et le causatif n’est plus perceptible synchroniquement, et d’autre part puisque le causatif sigmatique est le seul préfixe à pouvoir être répété (p.847).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Progressif et causatif en japhug," Panchronica, 07/06/2021, https://panchr.hypotheses.org/3407 (ISSN 2494-775X)

Un applicatif en khamou

Dans sa thèse « Contribution à la grammaire de la langue Kmhmouʔ » soutenue la semaine dernière, Lamphoune Soundara cite les exemples suivants d’un préfixe ʔar- qui peut dériver des verbes de manipulation (transitifs) à partir de verbes de mouvement:

(1)
duʔ « partir, fuir » –> ʔarduʔ « partir avec, emporter en fuyant »
dar « courir » –> ʔardar « emporter en courant »
gaːj « venir, revenir » –> ʔargaːj « emmener, venir avec »
khɨaːn « monter » –> ʔarkhɨaːn « emporter en montant »
ɟuːr « descendre » –> ʔarɟuːr « descendre quelque chose »

Cette dérivation applicative est bien distincte du causatif p-, qui donne un sens différent, comme dans le cas de p-gaːj « rendre » (par exemple, rendre de l’argent à quelqu’un).

Si le khamou fait partie des langues austroasiatiques à morphologie riche (et plutôt conservatrice), et que la présence dans cette langue de préfixes (et d’infixes) modifiant la valence est un fait bien connu, les dérivations applicatives ne sont pas courantes dans la famille. On trouve quelques exemples de constructions applicatives dans manuel collectif de Paul Sidwell, mais il s’agit soit de langue munda, soit de langues à applicatif périphrastique: https://books.google.fr/books?hl=fr&id=xwSjBQAAQBAJ&q=applicative

De même, les grammaires récentes de langues austroasiatiques sur le pnar et le stieng de Bon (2014) et Ring (2015) ne mentionnent pas d’affixes applicatifs.

Le question de savoir si le préfixe ʔar- en khamou est un archaïsme ou une innovation mérite une investigation plus approfondie; dans le premier cas, on devrait en retrouver une trace dans au moins une autre langue de la famille appartenant à un autre sous-groupe, et dans le second, il faudrait pouvoir proposer un chemin plausible de grammaticalisation à partir d’une construction périphrastique (notons à ce titre l’existence en khamou d’un locatif ʔar).

Références
Bon, Noëllie 2014. Une Grammaire de la langue stieng, Thèse de doctorat, Université Lumière Lyon II. http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2014/bon_n/pdfAmont/bon_n_these.pdf
Ring, Hiram 2015. A Grammar of Pnar, PhD dissertation, https://www.academia.edu/11943811/A_Grammar_of_Pnar

La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)

Dans le billet d’hier, j’ai soulevé les problèmes que pose l’hypothèse selon laquelle l’alternance tonale dans certains verbes causatifs en jinghpo serait due à un préfixe sigmatique causatif. Explorons une hypothèse alternative. On remarque que dans les exemples suivants, les verbes ont tous une coda sonante (-i compte comme une coda, -oi n’est pas une diphtongue monophonémique):

(1)
rōng “在” , róng “使在、关”
yām “当(奴隶)” , yám “使当(奴隶)”
nōi “挂着” , nói “挂上”

Or, il existe un nombre conséquent de verbes ayant une trace du suffixe -t applicatif (voir cet article pour des exemples en kiranti):

(2)
màlāng “直” , màlán “使直”
màdī “湿” , màdìt “使湿”
shàmū “动” , shàmòt “使动”
lùng “上(山)”, lún “往高处放东西”

On observe qu’avec les verbes à syllabe ouverte, on ajoute simplement un -t (avec un changement vers le ton 31 dans le cas de ‘bouger’), et que les verbes à consonne finale -ng voient celle-ci devenir -n, par un stade *-ŋt > *-nt > -n (comme en khaling, dans l’article cité ci-dessus). Ces verbes développent un ton haut dans leur forme causative.

Si l’on admet maintenant qu’avec les sonantes autres que -ŋ, le suffixe applicatif dental ne cause pas d’assimilation (c’est le cas en khaling, où seul -ŋ est affecté), mais qu’il produit néanmoins l’alternance tonale vers le ton haut 55, il devient possible de considérer les exemples yám et nói en (1) comme un sous-groupe de (2). Le cas de róng “使在、关” est plus compliqué: celui-ci devrait être une extension analogique de l’alternance tonale sans changement segmental, basé sur des verbes tels que yám et nói. Cette hypothèse est un moindre mal par rapport aux problèmes que pose l’analyse de cette alternance tonale comme provenant d’un préfixe causatif. Alternativement, comme on note qu’en khaling le paradigme des verbes en -ŋt fait intervenir des alternances synchroniques entre -nd- et -ŋ- (voir les paradigmes complets dans cet article), de telles alternances peuvent se régulariser aussi bien comme -nd- ~ -nd- que comme -ŋ- ~ -ŋ- (voire même -ŋd- ~ -ŋd-), ce qui expliquerait, pour ce verbe, la combinaison de la trace tonale du suffixe d’applicatif avec l’absence d’assimilation.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)," Panchronica, 28/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2119 (ISSN 2494-775X)

La causativisation par changement tonal en jinghpo

Le jinghpo fait partie des langues dont le préfixe causatif sigmatique a de nombreux allomorphes, et est resté productif (Stephen Morey le dit d’ailleurs explicitement dans sa grammaire du Turung).

On trouve quelques verbes à initiale sonante ayant une forme causative au ton haut 55 (Dai et al 1990:79; je garde ses gloses):

rōng “在” , róng “使在、关”
yām “当(奴隶)” , yám “使当(奴隶)”
nōi “挂着” , nói “挂上”

L’expérience des dialectes tibétains pourrait suggérer que les formes au ton haut ont développé celui-ci suite à la chute du préfixe sigmatique, toujours attesté dans certaines formes (sha-, ja- etc). Néanmoins, cette solution soulève deux problèmes:

(1) Il est possible pour des verbes à initiale sonante d’avoir un causatif régulier en sha-, comme mān “习惯” => shà-màn “使习惯”. Ce problème est minime, car on peut supposer que les forme régulières ont été créées analogiquement.
(2) Si l’on suppose qu’il existait un allomorphe du préfixe causatif sans voyelle devant les sonantes (comme c’est le cas du z- en japhug, voir par exemple cet article), il faut noter que pour les mots en r-, on attendrait un traitement *sr- > ts- comme celui de tsí’ « pou » (cf japhug zrɯɣ). Le fait que l’alternance est tonale et non segmentale suggère que s’il faut bien supposer un *sr- à une certaine étape de la proto-langue, ce groupe aurait été conçu à un époque où les *sr- primaires avaient déjà commencé à subir la chaîne de changements donnant ts-).

Notons au passage que l’absence de ton haut dans le mot gayà’ “害羞” discuté dans ce billet suggère que le y- ne doit pas s’explique comme un ancien groupe *sj-, et que le z- du japhug tɤzraʁ « honte » doit s’expliquer comme un préfixe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La causativisation par changement tonal en jinghpo," Panchronica, 27/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2115 (ISSN 2494-775X)

Le causatif en jingpo

Dans un article écrit il y a quelques années, je m’intéressais à la question de savoir si le préfixe causatif à sifflante (japhug -, sɯɣ-, z– selon le contexte) était productif ou non dans d’autres langues. En jinghpo, comme en japhug le préfixe cognat a de nombreux allomorphes (sha-, sa-, ja-), mais la grammaire de Dai Qingxia ne précise pas si le préfixe est productif ou non. L’examen des exemples de verbes dérivés dans le dictionnaire permet néanmoins de trancher cette question.

En effet, on trouve (p.734) le verbe shàdáng « 使……挡住 », qui est dérivé du verbe dáng « 挡住 (bloquer) ». Or, ce dernier est de toute évidence un emprunt au chinois mandarin 挡 dǎng de même sens (avec une correspondance tonale attestée par ailleurs), ce qui prouve que le préfixe causatif peut en jinghpo s’appliquer aussi aux emprunts, et donc que ce préfixe est toujours productif. Il serait intéressant d’en recenser plus d’exemples auprès de locuteurs natifs. Cette observation ouvre aussi la question de savoir si d’autres langues que le jinghpo et le japhug ont un préfixe causatif productif en ST.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le causatif en jingpo," Panchronica, 14/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1831 (ISSN 2494-775X)