Archives par mot-clé : buyang

Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan

Les langues hmong-mien ont pour désigner la « crinière » des mots empruntés au chinois 鬃 tsuŋ à différentes époques (voir Wang et Mao 1995: 141, Ratliff 2010: 71-73). En mien de Jiangdi 江底 la forme dzoŋ¹ avec un ton de série haute indique une ancienne prénasalisée (*n-ts-) qui peut refléter une présyllabe nasale du chinois archaïque (voir ce billet).

Dans les langues hmong, on ne retrouve pas cette prénasalisation. En revanche, le hmong de Fuyuan 复员 (parlé au Guizhou) a pjoŋ (A), une forme non expliquée. Le groupe pj- dans cette variété peut remontrer à *pr- (comme dans pjoŋ (B) de *prɔŋ(B) ‘winnow 簸(米)’, Wang et Mao 1995:117, Ratliff 2010:49).

Pour expliquer cette correspondance irrégulière, ma première intuition aurait été une lénition « vietnamienne » *pə-s- –> *pə-r-, comme ce que j’ai proposé en Kra-Dai dans cet
article
pour l’étymon proto-tai *prɤm (A) « cheveux » (Buyang ma°ɕam⁵⁴). Toutefois, comme les anciens *ts restent ts- dans cette variété, il n’est pas possible d’admettre un changement *pə-ts –> *pə-s- –> *pr- se confondant avec les anciens *pr- dans ce mot (la présyllabe *pə- pouvant potentiellement être la trace de quelque chose en chinois). S’agit-il de la trace d’une ancienne présyllabe qui s’est fusionnée avec la syllabe principale suivant un changement encore plus compliqué que celui auquel j’avais pensé, du croisement entre un mot natif et l’emprunt chinois, ou encore d’un mot non-apparenté qui a fortuitement la même rime? Cette question me semble difficilement soluble sans davantage de données sur cette variété.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan," Panchronica, 06/08/2017, https://panchr.hypotheses.org/1927 (ISSN 2494-775X)

A propos d’un compte-rendu de Baxter et Sagart (2014)

Dans le dernier numéro du Journal of Chinese Linguistics, où est aussi paru cet article de votre serviteur sur les relatives du japhug, se trouve un compte-rendu assez sévère, voire injurieux, du livre de Baxter et Sagart par He Da’an 何大安, où l’on peut lire par exemple « the authors know nothing about 训诂学 xunguxue » et autres délicatesses.

Est-il justifié? Comme je ne connais moi-même probablement rien à propos du xunguxue, je ne commenterai donc pas les parties de son long compte-rendu (57 pages!) portant sur la philologie. Je vais me contenter de discuter l’un des six reproches à l’encontre de ce livre, et qui porte sur le mot buyang ma lɔk 11 « cerf ». Le buyang est une langue assez extraordinaire, c’est la seule parmi les langues kra-dai à préserver les dissyllabes hérités de l’autronésien (voir à ce propos les comparaisons dans le tableau 6 de cet article) dont l’existence avaient été pressentie par Haudricourt.

Selon BS2014, le buyang, ayant maintenu ces dissyllabes, a également préservé les présyllabes dans les mots empruntés au chinois à l’époque antique, et selon leur interprétation ma lɔk 11 « cerf », qui provient de 鹿 lù (chinois médiéval luwk) « cerf » à une époque où ce mot avait encore une présyllabe *mə, d’où leur reconstruction *mə-rˁok (la présence d’une préinitiale est confirmée par d’autres données).

He Da’an objecte en affirmant que ce mot est d’origine Zhuang, et que la présyllabe a été rajoutée par un mécanisme morphologique. Sur quoi se base la première affirmation? He Daan cite Li Jinfang (1999) de la façon suivante:

Ainsi, comme le mot ma lɔk 11 est au ton 11, il serait nécessairement un emprunt, d’après l’interprétation que He Da’an propose de cette source. Il cite aussi l’original, et j’ai revérifié ce matin que la citation est bien exacte:

Toutefois, He Da’an ne s’est pas rendu compte que la phrase était ambiguë. En effet dans:

塞声韵只出现在11、54调上,少数出现在31调,是壮语借词

la dernière proposition (是壮语借词 « ce sont des emprunts zhuang ») n’a de portée que sur la proposition qui précède immédiatement (少数出现在31调 « il y en a une minorité (de mots à occlusives finales) qui apparaissent au ton 31 ») et non pas sur la précédente (塞声韵只出现在11、54调上 « les rimes à occlusives n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54 »). La traduction de He Da’an est donc erronée, et il faut comprendre:

Les rimes à occlusives finales n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54; une minorité apparaissent au ton 31, ce sont des emprunts zhuang.

La phrase étant ambiguë, comment puis-je affirmer avec certitude que le découpage syntaxique de He Daan est incorrect, et que le mien l’est? Il suffit de regarder quelques mots au ton 11, comme « l’oiseau » ma nuk 11, dont la première syllabe correspond clairement à celle du mot austronésien *manuk, alors le zhuang de Wuming a ɣok avec lénition (d’autres dialectes on des initiales différentes comme l-, mais pas n-) du *n dans les mots à anciennes présyllabes. De toute évidence, ce mot ne peut pas être un emprunt au zhuang (et l’on peut citer une montagne d’exemples du même type).

Donc, l’argument de He Da’an sur l’origine Zhuang prétendue de ce mot ne tient pas. Chacun a le droit de commettre des erreurs (et j’en ai commis moi-même, notamment lorsque j’ai le malheur de citer du birman sans tout revérifier…), mais même les philologues ont parfois besoin d’explication de texte.