Archives par mot-clé : ‘bo-skad

Les langues “yarloungiques”

Lors d’une conversation avec Tashi Nyima (co-auteur d’une étude sur le lamo, dont j’ai déjà parlé dans un billet précédent) et Nathan W. Hill, pendant l’IATS qui a eu lieu à Paris le mois dernier, a été soulevé le problème du terme “langues tibétaines”, qui est potentiellement ambigu au moins pour les non-linguistes: il peut être compris comme signifiant ce que l’on appelle improprement les “dialectes tibétains” (langues issues du tibétain impérial, aussi appelées “languaes tibétiques”) mais aussi “langues du Tibet”, incluant celles qui ne viennent pas du tibétain.

Cette question pourtant assez triviale est la cause de crispations, voire de colère, de la part de savants peu sensibilisés à l’intérêt de la diversité linguistique, lorsqu’est mentionnée existence dans les régions culturellement tibétaines de langues non-tibétaines, c’est à dire non-issues du tibétain ancien. Il me semble que les réactions épidermiques dont les participants à la conférences ont pu être témoins, sont peut-être dues à un malentendu dû justement à l’ambiguïté du terme “tibétain”.

Pour éviter les controverses terminologiques inutiles, nous sommes tous les trois parvenus à la conclusion que nous avions besoin d’un terme non-ambigu désignant spécifiquement les langues issues du tibétain impérial, mais sans employer un terme relié au nom du Tibet, afin de garder “tibétain” comme un terme géographique pouvant recouvrir des langues de toutes origines mais parlées dans des zones de culture tibétaines.

Les termes “bodish” et “bodic” inventés par Shafer sur la base du nom Bod “Tibet” ont été employés de façons tellement larges et diverses (parfois incluant même le kiranti, le rgyalronguique et le ouest-himalayen) qu’ils en ont perdu toute substance, et ne sont pas appropriés pour résoudre ce problème.

Or, comme les “dialectes tibétains” proviennent de l’expansion de l’empire du Tibet, gouverné par la dynastie du Yarloung, il me semble que le terme yarloungique (en anglais yarlungic), serait approprié pour indiquer spécifiquement les langues qui descendent du tibétain ancien (de la même façon que les langues romanes viennent du latin), par opposition à toutes les autres langues “autochtones” du Tibet. Ce choix terminologique me semble acceptable pour tous: aucun locuteur de langue tibétique ne va vouloir se distancier de l’empire tibétain, mais en même temps avec ce terme il devient possible de parler de “langues tibétaines non-yarloungiques”, une façon de désigner les autres langues minoritaires du Tibet qui peut moins heurter les susceptibilités.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les langues “yarloungiques”," Panchronica, 15/08/2019, https://panchr.hypotheses.org/2983 (ISSN 2494-775X)

Les journées d’études sur les langues du Sichuan

La semaine dernière ont eu lieu les quatrièmes journées d’études sur les langues du Sichuan à Seattle, organisées par Zev Handel. Les journées précédentes avaient eu lieu à Paris en 2013.

Cinq doctorants et anciens doctorants de notre équipe étaient présents: Lai Yunfan, Gong Xun, Zhang Shuya, Rao Min et Gao Yang, qui ont chacun présenté des communications sur leurs langues de spécialité respective (khroskyabs, zbu, situ, guiqiong et menya).

Une des communications les plus inattendues de la conférence était celle de Hiroyuki Suzuki et de Tashi Nyima, qui ont révélé l’existence d’une langue jusqu’alors inconnue, le ‘bo-skad (dont le second auteur, bien que résidant en Norvège, est locuteur natif). Cette langue, bien que très clairement gyalronguique, et même plus proche de la branche stau-khroskyabs, est parlée loin du Sichuan, dans le département de Mdzosgang, au district de Chamdo, à plus de 900 km de Mbarkhams par la route. La présence d’une langue gyalronguique aussi loin de la région Gyalrong est très étonnante (bien que des rumeurs circulaient concernant des langues non-tibétaines dans cette région), mais il semble qu’elle ne soit pas isolée.

Cette découverte confirme l’idée d’une expansion “récente” de la langue tibétaine hors du Tibet central (c’est à dire postérieure à l’établissement de l’empire tibétain) sur des régions où étaient parlées plutôt des langues gyalronguiques, dont la région Gyalrong et les poches isolées de Chamdo sont les dernières traces. Il faut souligner l’importance de cette découverte pour notre compréhension de l’histoire du peuplement du Tibet oriental.