Archives par mot-clé : archéologie

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1) et celui de Thomas Pellard (1, 2 et 3).

La « paléontologie linguistique » — la confrontation du vocabulaire reconstructible par la linguistique avec des données archéologiques, pour tenter de placer dans l’espace et le temps les locuteurs de proto-langues, est un sujet auquel J.-P. Demoule consacre un chapitre entier et qui fait l’objet d’une de ses 12 « antithèses » (p 597):

L’utilisation de la paléontologie linguistique débouche sur de nombreuses contradictions et apories, et sur des raisonnements circulaires.

Aux pages 530-2, il présente quelques observations soutenant selon lui l’idée que la paléontologie linguistique mènerait à une impasse. Minimisant la masse du vocabulaire et de la morphologie communes aux langues indo-européennes, en particulier en répétant l’affirmation fausse selon laquelle seule une racine serait commune à toutes les langues indo-européennes, il insiste sur le caractère trompeur du vocabulaire commun:

On connaît aussi la démonstration par l’absurde d’Ernest Pulgram à la même époque, qui, sur la foi des mots communs aux langues romanes, proposait de reconstruire une culture « proto-romane » ou « latine », domainée par des rois, des prêtres et des évêques, où l’on fumait du tabac, buvait de la bière et du café […]. En réalité, on le sait, tous ces mots, et ce qu’ils désignaient, sont apparus dans les langues romanes postérieurement à l’époque romaine. Mais encore faut-il disposer d’évidences [sic] textuelles.

On pourrait plaider que l’on sait que le café est un produit originaire d’Arabie, et que le mot (non indo-européen) est arrivé avec la chose.

La notion qui est singulièrement absente dans tout ce passage, ainsi que dans l’ensemble du livre, est celle de correspondance phonétique (connue de Pulgram mais ignorée par Demoule). En effet, sans même connaître l’origine du café et du tabac, et quand bien même le latin nous aurait été inconnu, il serait possible, en comparant les langues romanes, de remarquer que les correspondances phonétiques observées dans ces mots diffèrent de celles du vocabulaire hérité. Ainsi, le c– de l’espagnol devant a– correspond régulièrement à ch– en français (comme dans cantar et chanter), ce qui suffit à montrer (mais peut se confirmer par d’autres critères phonétiques et morphologiques) que la ressemblance entre le français café et l’espagnol cafe ne peut pas être due à un héritage commun. Si les lois phonétiques sont comprises (et comme l’a démontré Bloomfield pour l’algonquien, il n’est pas nécessaire pour cela de disposer d’une langue anciennement attestée), distinguer les emprunts les plus récents ne présente pas de difficulté; il est donc possible par cette méthode (dont l’application précise est très technique) de reconnaître, dans chaque langue indo-européennes (ainsi que dans les autres familles de langues dont la grammaire comparée est bien étudiée), les différentes couches d’emprunts, d’identifier leur sources et de leur donner une chronologie au moins relative, et ceci même pour les états préhistoriques pour lesquels nous ne disposons pas de textes.

Certes, même en connaissant les lois phonétiques, des cas d’emprunts indétectables et d’emprunts nativisés sont attestés, comme J.-M. List et moi-même l’avons illustré dans cet article. Néanmoins, ces cas sont nettement minoritaires et ne concernent guère que les noms.

Or, la paléontologie linguistique ne se limite pas à l’examen des noms reconstructibles (seuls des noms sont cités par J.-P. Demoule), mais aussi à celui des verbes, en général beaucoup moins empruntables. Dans cet article (le livre complet est accessible à cette adresse), R. Garnier, B. Sagot et L. Sagart discutent du rôle possible du lait dans l’expansion de la famille indo-européenne, et une part importante de leur argumentation porte sur la racine verbale *h2melǵ « traire » qui est solidement reconstructible en indo-européen non-anatolien; notons que les formes attestées sont trop dissemblables superficiellement aussi bien du fait des changements réguliers qu’ils ont subis que de leur structure morphologique pour pouvoir être des emprunts anciens nativisés ou des emprunts indétectables, et qu’il ne peut s’agir que de cognats.

La paléontologie linguistique représente un défi : ce domaine exige de synthétiser sans les édulcorer et les simplifier les données de l’archéologie et de la linguistique. Du fait de la quantité de connaissances requises, il est sans doute préférable que ce type de recherche soit effectué en équipe, combinant l’expertise de spécialistes de disciplines différentes, mais la difficulté de l’exercice ne signifie pas pour autant que ce domaine doive être abandonné. Négliger la paléontologie linguistique, comme le font trop d’indo-européanistes, me semble dommageable à la fois pour l’archéologie et la linguistique historique, disciplines sœurs qui ont tout à perdre d’une polémique simplificatrice.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2160 (ISSN 2494-775X)

Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains

Parmi les rares mots apparentés entre langues gyalrong et chinois (si l’on exclut les emprunts récents et les emprunts passés par le tibétain), on trouve quatre ou cinq mammifères domestiques (le cinquième étant plus spéculatif):

(1) « mouton »:
japhug qaʑo < *-jaŋ « mouton » (qa- est un préfixe de noms d’animaux)
chinois 羊 *jaŋ « ovin » (je pense qu’il faut reconstruire un *j primaire ici en chinois — cette solution diffère de celle de de Baxter/ Sagart, mais je prépare un article sur la question où ce problème sera discuté).

(2) « vache »:
japhug nɯŋa < *-ŋwa (l’élément nɯ- est à mon avis l’état construit de tɯ-nɯ « sein » c’est à dire « la vache à pis »)
chinois 牛 *ŋwə.

(3) « yak »:
japhug qambrɯ « yak mâle » < *mru)
chinois 犛 *mˁrə

(4) « cheval »:
japhug mbro < *mraŋ)
chinois 马 *mˁraʔ

(5) « cochon »:
Laurent Sagart propose que l’étymon correspondant au japhug paʁ « cochon » soit apparenté au chinois 富 *pək-s « riche » ce qui fonctionne phonétiquement et n’est pas absurde du point de vue sémantique, même si cette étymologie ne peut se mettre au même plan que les autres.

Les noms du yak et le cheval sont clairement des Wanderwörter: leur phonologie se correspond mal entre branches éloignées du sino-tibétain, et l’archéologie ne semble pas indiquer une origine suffisamment ancienne pour justifier l’hypothèse que la domestication de ces animaux pré-daterait la séparation du sino-tibétain (voir par exemple cet article sur le yak).

En revanche, les autres mot semblent se conformer aux lois phonétiques des cognats; notamment, le *ə du chinois correspond bien au *a du proto-gyalrong.

Il n’y a guère de doute que la domestication du cochon est très ancienne en Asie orientale; pour le mouton et la vache en revanche, la question est plus compliquée. J’avais l’impression jusqu’ici que les trace d’ovins et de bovins dans les sites archéologiques chinois étaient trop tardifs pour supposer que les proto-sino-tibétains avaient déjà domestiqués ces animaux, et qu’il ne pouvait s’agir que de mots voyageurs très anciens.

Néanmoins, au moins certains travaux indiquent qu’une domestication indépendante de bovins aurait eu lieu en Chine du nord, ce qui pourrait malgré tout ne pas exclure d’office l’hypothèse que le chinois 牛 *ŋwə soit bien un cognat du gyalrong *ŋwa.

Les étymons correspondant au chinois 牛 *ŋwə et 羊 *jaŋ « ovin » sont toutefois mal attestés dans la famille sino-tibétaine. En kiranti par exemple, on ne trouve de cognat que pour « cochon » (Khaling पो: pô: < *pɑk); pour les ovins, les mots sont empruntés à des langues indo-aryennes (bhēnde « mouton » est un emprunt ancien au népali भेडा bheɖa « mouton ») et le mot pour la vache semble spécifique aux langues kiranti (khaling बै: bʌ̂j, Limbu pit < *bit). La question de la reconstructibilité des noms de mammifères domestiques en ST est donc un problème assez compliqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains," Panchronica, 27/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/721 (ISSN 2494-775X)