Archives par mot-clé : applicatif

Un applicatif en khamou

Dans sa thèse “Contribution à la grammaire de la langue Kmhmouʔ” soutenue la semaine dernière, Lamphoune Soundara cite les exemples suivants d’un préfixe ʔar- qui peut dériver des verbes de manipulation (transitifs) à partir de verbes de mouvement:

(1)
duʔ « partir, fuir » –> ʔarduʔ « partir avec, emporter en fuyant »
dar « courir » –> ʔardar « emporter en courant »
gaːj « venir, revenir » –> ʔargaːj « emmener, venir avec »
khɨaːn « monter » –> ʔarkhɨaːn « emporter en montant »
ɟuːr « descendre » –> ʔarɟuːr « descendre quelque chose »

Cette dérivation applicative est bien distincte du causatif p-, qui donne un sens différent, comme dans le cas de p-gaːj « rendre » (par exemple, rendre de l’argent à quelqu’un).

Si le khamou fait partie des langues austroasiatiques à morphologie riche (et plutôt conservatrice), et que la présence dans cette langue de préfixes (et d’infixes) modifiant la valence est un fait bien connu, les dérivations applicatives ne sont pas courantes dans la famille. On trouve quelques exemples de constructions applicatives dans manuel collectif de Paul Sidwell, mais il s’agit soit de langue munda, soit de langues à applicatif périphrastique: https://books.google.fr/books?hl=fr&id=xwSjBQAAQBAJ&q=applicative

De même, les grammaires récentes de langues austroasiatiques sur le pnar et le stieng de Bon (2014) et Ring (2015) ne mentionnent pas d’affixes applicatifs.

Le question de savoir si le préfixe ʔar- en khamou est un archaïsme ou une innovation mérite une investigation plus approfondie; dans le premier cas, on devrait en retrouver une trace dans au moins une autre langue de la famille appartenant à un autre sous-groupe, et dans le second, il faudrait pouvoir proposer un chemin plausible de grammaticalisation à partir d’une construction périphrastique (notons à ce titre l’existence en khamou d’un locatif ʔar).

Références
Bon, Noëllie 2014. Une Grammaire de la langue stieng, Thèse de doctorat, Université Lumière Lyon II. http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2014/bon_n/pdfAmont/bon_n_these.pdf
Ring, Hiram 2015. A Grammar of Pnar, PhD dissertation, https://www.academia.edu/11943811/A_Grammar_of_Pnar

Carnet de terrain (2016) I

Je suis arrivé à Mbarkham hier pour continuer mon étude du japhug, en particulier corriger les transcriptions des histoires enregistrées les années précédentes, parfaire ma connaissance pratique de la langue et enregistrer de nouvelles histoires. Je vais essayer de maintenir un carnet de terrain pour présenter en direct mes réflexions et les données intéressantes que je découvre.

J’ai essayé cette année une nouvelle manière de produire de nouvelles histoires; je traduis tout d’abord une histoire en japhug (j’ai commencé par le petit poucet), et je la corrige phrase par phrase avec Tshendzin, puis après correction complète, je lui demande de raconter l’histoire à nouveau avec ses propres mots. Le résultat aujourd’hui a été très satisfaisant (mais le morceau d’histoire ne faisait que 4 minutes, ce qui est somme toute très court).

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui, je mentionnerais le verbe mdɯt ‘vouloir de tout son cœur réussir à X’, qui dérive selon moi du verbe intransitive mdɯ ‘atteindre’ par l’ajout du suffixe -t d’applicatif. C’est le deuxième exemple d’applicatif en -t en japhug après le verbe ɣɯt ‘apporter’ (ceux-ci sont beaucoup plus courants en kiranti, voir cet article). Ce verbe est donc d’un grand intérêt pour la morphologie historique des langues rgyalronguiques.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) I," Panchronica, 30/06/2016, https://panchr.hypotheses.org/1370 (ISSN 2494-775X)