Archives par mot-clé : aoriste

Le terme “aoristique” chez Hodgson

Dans un article, qui vient de paraître, Aimée Lahaussois s’intéresse à la terminologie utilisée dans les descriptions de langues kiranties par Hodgson, le “père” des études himalayennes.

Dans ce travail, elle note que le terme “aoristic” est employé dans la grammaire du Hayu de Hodgson pour désigner les configurations de personnes “avec un sujet de première personne singulier et un objet de second personne “je te/vous” (1sg–>2). Cet usage curieux semble inexplicable, puisque l’aoriste est normalement employé, en grec ancien et dans d’autres traditions grammaticales, pour désigner un temps du passé, et le rapport avec des catégories de personnes semble difficile à appréhender.

Néanmoins, comme le note Lahaussois, Hodgson utilise “aoristic” pour désigner des formes où l’opposition entre passé et non-passé (“preterit” et “present” dans sa terminologie) est neutralisée, et ne désigne donc pas réellement une configuration de personne particulière, mais décrit la propriété d’une de ces configurations.

Pourquoi Hodgson a-t-il donc employé le terme “aoristic” pour désigner la neutralisation de temps ? Selon moi, la réponse vient de ce que le grec ancien (qui a dû servir d’un des modèles à Hodgson, et à la tradition duquel il a très certainement emprunté le terme d’aoriste, qui n’est pas employé en latin) était et est toujours enseigné par la traduction, et l’aoriste peut se traduire soit par le passé (son emploi principal), soit par le présent, dans l’usage spécial de l’aoriste gnomique utilisé pour exprimé des vérités générales, comme ἔγνω (aoriste de γιγνώσκω “savoir, connaître, percevoir” dans (1)

(1) παθὼν δέ τε νήπιος ἔγνω
“et c’est par la souffrance que l’enfant l’apprend.” (Hésiode, Les travaux et les jours, 218)

Ainsi, comme du point de vue de la traduction ce terme correspond aussi bien au prétérit qu’au présent de l’anglais, il était assez naturel d’appliquer ce terme à une autre situation où une même forme peut se traduire de la même façon indépendamment du temps, à savoir les parties du paradigme verbal où l’opposition de temps est neutralisée en Hayu.

Ce cas illustre comment certains choix terminologiques apparemment incongrus des plus anciennes descriptions de langues non-européennes dépendent parfois de détails contingents.

Références

Lahaussois, Aimée 2023. (De)Coding Hodgson’s Kiranti Grammars and Verbal Paradigms. Bhasa, 2(2):1-44
lien