Archives par mot-clé : antipassif

La productivité des affixes en japhug

Les mots d’origine chinoise, voire l’intrusion de phrases complètes en chinois, sont assez communs dans le japhug tel qu’il est actuellement communément parlé, même par les meilleurs locuteurs. Si les emprunts en grande quantité sont un signe du déclin de la langue, il serait réducteur d’y voir seulement un motif de contrariété pour le linguiste qui étudie cette langue. En effet, les emprunts sont le terrain idéal pour étudier la productivité de la morphologie.

Les verbes empruntés au chinois (contrairement à ceux qui viennent du tibétain, qui sont entrés dans la langue à une époque plus ancienne) le sont comme des noms, et doivent subir une dérivation dénominale au moyen des préfixes – ou – pour être utilisés comme verbes. Les bases verbales résultantes peuvent ensuite servir d’entrée à l’application d’autres procédés morphologiques; lorsque c’est le cas, on obtient la garantie que le procédé en question est synchroniquement productif.

La phrase (1) que j’ai entendue hier (et notée avec précipitation dans mon cahier), illustre le verbe nɯ-guanxin, du chinois 关心 guānxīn « se préoccuper, prendre soin » préfixé du réfléchi ʑɣɤ– (à propos duquel voir cet article).

(1) thɯ-kɯ-wxti tɕe tu-kɯ-ʑɣɤ-nɯ-guanxin ɲɯ-ra
PFV-GENR:S/P-être.grand CONJ IPFV-GENR:S/P-REFL-DENOMINAL-se.préoccuper SENS-être.nécessaire
« Lorsque l’on vieilli, il faut prendre soin de soi-même. »

Cet exemple spontané démontre la productivité actuelle du préfixe ʑɣɤ– en japhug (que l’on pouvait déjà subodorer du fait du nombre considérable de verbes portant ce préfixe). Le verbe nɯ- étant transitif, et permettant des objets humains, il est possible de s’en servir pour tester la productivité d’autres préfixes, par exemple l’antipassif -, qui dérive le verbe intransitive sɤ-nɯ-guanxin « se soucier/prendre soin des gens ».

Même si ce mélange avec le chinois est regardé avec désapprobation par les locuteurs qui prononcent ces phrases eux-mêmes, ces exemples (en particulier lorsqu’ils proviennent de la parole spontanée) sont en fait précieux et méritent tout à fait leur place dans une grammaire de la langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La productivité des affixes en japhug," Panchronica, 04/05/2018, https://panchr.hypotheses.org/2238 (ISSN 2494-775X)

Toponymie et mythologie

Comme je l’ai mentionné dans un billet précédant, la recherche directe de mythologie pré-bouddhique dans la région Rgyalrong est assez décevante, car la majorité des histoires traditionnelles sont pan-tibétaines. Néanmoins, la toponymie contient des informations intéressantes. Actuellement à Mbarkham, je travaille en partie sur ce sujet actuellement.

Il existe à Kamnyu un endroit appelé Znɤrɣɤma, un toponyme purement japhug, en fait le participe oblique z– du verbe nɤrɣɤma « appeler la pluie », un verbe dénominal basé sur un composé *-rɣɤma (venant selon moi de tɯ-rɣi « graines, semences » et ta-ma « travail »), qui veut donc dire « l’endroit où l’on appelle la pluie ».

Voici l’explication qui est donnée de cette activité (et de ce lieu en particulier) dans un texte:
(1) tɯ-mɯ wuma ʑo tɤ-me tɕe,
Lorsqu’il n’y avait vraiment plus de pluie,
(2) tɕendɤre tshitsuku ɕ-ku-sɤ-nɯrtɕa-nɯ tɕe,
Les gens allaient (là-bas) pour faire des taquineries,
(3) fsaŋ ra ɕ-pjɯ-ta-nɯ,
ils y faisaient des fumigations,
(4) ɕ-pjɯ-rɟaʁ-nɯ nɯra tɕe,
ils y dansaient,
(5) tɕe tɯ-mɯ ku-sɯ-lɤt-nɯ pjɤ-ŋgrɤl.
et faisaient tomber la pluie.

La phrase (2) est assez cryptique. Le verbe ɕ-ku-sɤ-nɯrtɕa-nɯ « ils vont faire des taquineries », outre l’utilisation intéressante du mouvement associé ɕ- que je ne commenterai pas, est une forme antipassive en – du verbe transitif nɯrtɕa « taquiner, embêter ». J’ai eu aujourd’hui l’explication de cette forme: il s’agit en fait d’une manière détournée de faire référence aux dieux locaux (ʑɯβdaʁ, du tibétain gʑi.bdag) — cette phrase a été glosée par ʑɯβdaʁ ɕ-kú-wɣ-nɯrtɕa « on va taquiner les dieux locaux », la pluie étant le résultat du courroux de ces divinités (et non une faveur).

L’emploi de l’antipassif ici pourrait être dû à un tabou contre l’utilisation directe de termes désignant les divinités, une idée qui demande toutefois à être confirmée par davantage de données.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Toponymie et mythologie," Panchronica, 22/04/2018, https://panchr.hypotheses.org/2215 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?

Parmi les langues à morphologie complexe de la famille sino-tibétaine, la branche rgyalronguique est la seule dans laquelle on ne trouve aucune trace apparente du suffixe de réfléchi, attesté non seulement en kiranti, en dulong-rawang et en kham, mais peut-être même en chinois et en tibétain.
A la place, les langues rgyalronguiques ont innové des préfixes comme le Japhug ʑɣɤ- dont l’origine est encore (presque) transparente.

Comme le rgyalronguique est par ailleurs assez clairement conservateur du point de vue morphologique, l’absence complète de toute trace de ce suffixe bien représenté est assez surprenante, et invite à en rechercher des traces potentielle. A quoi pourraient-elles ressembler? Il pourrait s’agir de paires où un verbe transitif a une contrepartie intransitive avec un suffixe -z ou même -t (du fait du changement « sporadique » encore mal compris de *-s > -t, voir ce billet).

Gong Xun présente dans sa thèse (en cours d’écriture) des arguments comparatifs convaincants pour considérer que le m de mɟa « ramasser, trouver » provient de la nasalisation d’un ancien *w (je n’en dis pas plus tant que sa thèse n’est pas publiée), et compare à l’intérieur du japhug le verbe intransitif βɟɤt « obtenir » (la syntaxe de ce verbe est un sujet non trivial, il peut prendre certains type de semi-objets, mais est morphologiquement intransitif). Cette suggestion me semble correcte; le sujet intransitif de βɟɤt correspond au sujet transitif de mɟa, c’est donc une sorte d’antipassif (que je pourrais rajouter à la liste de cet article), une dérivation qui pourrait s’expliquer comme la forme atrophiée d’un suffixe *-s (d’un plus ancien *-si?) ayant subi le changement vers -t. Si effectivement la paire mɟa « ramasser, trouver » / βɟɤt « obtenir » est une trace du suffixe de réfléchi, nous devrions pouvoir en trouver d’autres traces ailleurs en rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?," Panchronica, 15/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/1981 (ISSN 2494-775X)

Mon travail sur le japhug (1)

La langue japhug est parlée dans la partie tibétaine du Sichuan (par moins de dix mille personnes); j’étudie la variété du village de Kamnyu, situé ici:

J’invite tout d’abord les lecteurs de ce blog à se faire par eux-mêmes une idée de la sonorité de cette langue en consultant le corpus japhug sur l’archive Pangloss.

Je travaille sur le japhug depuis 2002; mon travail consiste à collecter des histoires traditionnelles et des conversations, à compiler un dictionnaire multimédia (qui devrait paraître très bientôt sur le site Pangloss) et à analyser la grammaire de cette langue à travers des livres et des articles. Cette approche boasienne me semble la seule appropriée pour obtenir des données fiables en linguistique et en ethnologie sur les langues et les cultures de tradition orale menacées.

Voici une photographie de mes informateurs principaux, Tshendzin 陈珍 et Dpalcan 柏尔青, prise chez eux en 2012 (malheureusement je suis un piètre photographe). En plus de séjours de terrain presque tous les ans, je suis en contact téléphonique régulier avec eux et d’autres amis de la région.

IMG_0185

Quel est l’intérêt plus général de travailler sur une langue obscure, inconnue du grand public en Chine et même dans les régions tibétaines, où on la considère comme un dialecte bizarre du tibétain?

Tout d’abord, c’est le véhicule de la culture locale. Le corpus d’histoires traditionnelles et de films que j’ai recueilli (transcrit mais pas encore traduit) contient des descriptions originales de la faune et de la flore locale, ainsi que des informations d’un grand intérêt sur les techniques agricoles, de construction de maisons et de tissage.

Ensuite, c’est une langue dont la structure grammaticale est très particulière, voire unique au monde. Le japhug et quelques langues voisines sont les seules langues en dehors des Amériques à avoir un système d’accord de type direct-inverse, font partie des rares langues à la fois verbe-finales et majoritairement préfixantes, les seules langues de Chine à incorporation nominale et quasiment les seules langues d’Eurasie avec un antipassif qui ne soit pas en même temps moyen, autobénéfactif ou réfléchi. Le japhug est la seule langue au monde dont l’inverse marque aussi le générique du sujet transitif. Il a aussi un système très riche d’idéophones, qui donnent à cette langue une forme d’expressivité peu commune.

Enfin, c’est une langue qui présente des traits conservateurs parmi les langues sino-tibétaines du point de vue de la morphologie verbale et de la phonologie. Cette langue permet de mieux comprendre l’histoire de langues littéraires plus « importantes » comme le chinois et le tibétain. Son importance pour la reconstruction de l’histoire des langues sino-tibétaines est comparable à celle du sanskrit pour l’indo-européen. Mais si personne n’oserait se prétendre indo-européaniste sans connaître le sanskrit, le japhug et les autres langues gyalrongs sont malheureusement négligées par les linguistes.

C’est pour cette raison que j’essaie de mettre en place à Paris une équipe de spécialistes de langues gyalronguiques, comprenant pour le moment Lai Yunfan, spécialiste du Khroskyabs et Gong Xun du zbu. Espérons que nous parviendrons à terme à décrire de façon satisfaisante ces langues vulnérables, et à leur donner la place qu’elle méritent en linguistique historique et typologique. Peut-être qu’un jour la connaissance d’une langue rgyalrong, en plus du chinois et du tibétain, sera un pré-requis pour faire un doctorat en linguistique comparée du sino-tibétain, comme c’est le cas avec le sanskrit en indo-européen.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Mon travail sur le japhug (1)," Panchronica, 10/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/264 (ISSN 2494-775X)