Archives par mot-clé : amdo

A propos de l’égophorique en japhug

Même si ma grammaire du japhug est maintenant parue, je ne considère pas avoir fini l’étude de cette langue, et continuerai à écrire de petites notes ponctuelles sur la grammaire de cette langue, qui pourront à terme être intégrées à une seconde version.

Une des particularités du japhug et des autres langues rgyalrong est d’avoir à la fois une catégorie égophorique et un système d’indexation, contrairement à l’immense majorité des langues à égophorique. Cette question ayant déjà été traitée dans cet article accessible en ligne et dans ma grammaire, je n’y reviendrai pas ici.

L’égophorique en japhug a une distribution très différente de celle que l’on trouve dans les langues tibétique: il n’apparaît pas sur la copule (mais en revanche est courant sur les verbes existentiels) et est restreint au présent imperfectif. Il est courant avec les verbes statifs, mais apparaît aussi avec les verbes dynamiques, parfois avec le progressif asɯ- (fusionnant en ku-osɯ- [kosɯ-]). Une difficulté particulière de son étude et qu’avec certains verbes, il n’est pas distinguable de l’imperfectif, étant marqués tous deux par le préverbe ku- (préverbe de classe B « vers l’est ») et le thème 3 dans le cas des verbes transitifs.

La distribution de base de l’égophorique est qu’il peut apparaître avec une première personne dans les phrases déclaratives, avec une seconde personne dans une phrase interrogative, ou avec une troisième personne (« égophorique large ») si celle-ci est liée à la première personne (phrase déclarative) ou la seconde (phrase interrogative), en particulier dans les formes possédées.

Il y a néanmoins certains exemples de troisième personne à l’égophorique dans mon corpus qui s’expliquent mal, faisant référence à des entités sans lien avec le locuteur, comme notamment l’exemple (95) p.1115 ou l’exemple suivant, prononcé par les serviteurs d’un roi, invitant une personne venue demander à manger de s’en aller, étant donné que le palais est dans tous ses états suite à la maladie du prince:

(1) rɟɤlpu ɯ-tɕɯ ɯ-rna ku-mŋɤm
roi 3SG.POSS–fils 3SG.POSS-oreille PRS.EGOPH-avoir.mal
Le fils du roi a une douleur à l’oreille. lien

Cet exemple est d’autant plus remarquable que le verbe endopathique mŋɤm « avoir mal » (qui n’existe qu’à la troisième personne, l’expérient est possesseur de la partie du corps), ne s’emploie pas à l’égophorique pour parler d’une douleur que l’on ressent soi-même, mais au sensoriel.

Dans une présentation qui a eu lieu la semaine dernière, et dont l’exemplier est en ligne, Camille Simon présente le fonctionnement de l’égophorique en tibétain de l’amdo, et introduit une nouvelle distinction entre égo-participatif, marquant l’implication du locuteur, et égo-autoritatif, marquant « l’autorité épistémique du locuteur ».

Si l’égo-participatif suffit à rendre compte d’exemples tels que (94) p.1115 et (236) p. 1161, dont les sujets sont la fille et la nièce de la locutrice, respectivement (comparer avec l’exemple (22) p.7 en amdoskad), il me semble que la notion d’égo-autoritatif proposée par Camille Simon est un bon point de départ pour expliquer des exemples tels que (95) p.1115 ou (1) ci-dessus. Une étude plus détaillée de l’égophorique me semble être une des priorités futures des travaux sur la morphosyntaxe du japhug, et des autres langues rgyalrong.

Références
Jacques, Guillaume 2019. Egophoric marking and person indexation in Japhug. Language and Linguistics 20:4, 515–534 lien 1 lien 2
Jacques, Guillaume 2021. A grammar of Japhug. Comprehensive Grammar Library 1. Berlin: Language Science Press. https://langsci-press.org/catalog/book/295
Simon, Camille 2021. La catégorie égophorique dans les langues de l’Amdo (Tibet). Présentation à la société linguistique de Paris, 24 avril 2021.
Tournadre, Nicolas 2008. Arguments against the Concept of ‘Conjunct’ / ‘Disjunct’ in Tibetan, Dans : Huber, B., Volkart, M., Widmer, P. & Schwieger, P. (éds) Chomolangma, Demawend und Kasbek. Festschrift für Roland Bielmeier zu seinem 65. Geburtstag vol. 1, p. 281-308.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de l’égophorique en japhug," Panchronica, 28/04/2021, https://panchr.hypotheses.org/3394 (ISSN 2494-775X)