Archives par mot-clé : algonquien

Les proto-langues en danger

Si appliquer le terme « d’extinction » à une proto-langue peut prêter à sourire, surtout du point de vue de familles de langues étudiées par un nombre important de spécialistes telles que l’indo-européen, il me semble important de souligner à quel point le savoir cumulatif en linguistique comparative est fragile.

En effet, même si les publications ne risquent pas (au moins à moyen terme) de disparaître, la linguistique comparative ne se limite pas aux livres et aux articles, c.à.d. aux résultats des travaux. En effet, apprendre cette discipline en lisant seulement des livres n’a pas de sens; c’est avant tout une pratique d’analyse des données, que l’on ne peut l’acquérir qu’en réfléchissant soi-même sur des problèmes concrets (étymologies, lois phonétiques, reconstruction de paradigmes), et l’on ne la développe de façon satisfaisante qu’avec l’aide de chercheurs plus expérimentés et par des collègues rigoureux.

La linguistique comparative a donc besoin pour vivre d’une communauté de chercheurs partageant les mêmes connaissances de bases et les mêmes compétences techniques. Malheureusement, de telles communautés n’existent que pour une infime minorité des familles de langues, telles que l’indo-européen, l’ouralique, le sémitique, l’austronésien ou le chinois.

En algonquien par exemple, si le niveau que les spécialistes sont parvenus à atteindre est très élevé, le nombre de chercheurs qui maîtrise vraiment ces connaissances se compte sur les doigts d’une seule main, et leur moyenne d’âge est malheureusement assez haute. On peut réellement s’interroger sur le devenir de cette discipline lorsque cette génération aura disparu.

En sioux, la situation est encore bien moins favorable. Si le Comparative Siouan Dictionary (essentiellement écrit par Bob Rankin) a été publié de façon posthume, c’est un travail qui a les marques d’une oeuvre inachevée – certaines contradictions n’ont pas été résolues, et il n’existe pas de traité explicitant dans tous leurs détails les lois phonétiques des langues sioux telles qu’elles sont admises par les auteurs du CSD. En outre: (i) une part importante, voire l’essentiel des travaux sur les langues de cette famille n’est accessible au mieux que sous forme de littérature grise, (ii) la majorité de ces langues sont disparues ou au bord de l’extinction (toutes à part le Dakota/Lakota/Nakoda et le Crow), (iii) les transcriptions anciennes ne sont pas d’une fiabilité sans reproche (en particulier en ce qui concerne la longueur des voyelles), et (iv) plus aucun siouaniste en activité ne comprend intégralement ce système de reconstruction. Utiliser le CSD demande donc en fait de comprendre le raisonnement des auteurs par rétro-ingénierie, et de redécouvrir le modèle de reconstruction implicite qui est à la base de ce travail.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les proto-langues en danger," Panchronica, 28/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1579 (ISSN 2494-775X)

Indo-européen et linguistique historique

La linguistique indo-européenne a une place à part parmi les sous-domaines de la linguistique historique. Cette discipline, née de la combinaison de la grammaire paninéenne et de la philologie classique du latin et du grec, a une avancée considérable sur les études portant sur les autres familles de langues, et un degré de sophistication inégalé.

Cette avancée est due à une combinaison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, à l’exception de la famille afro-asiatique, l’indo-européen est la seule famille pour laquelle on dispose d’autant de données anciennes remontant pour certaines à l’âge du bronze. Ensuite, le nombre d’indo-européanistes est bien supérieur à l’ensemble des spécialistes de linguistique historique de toutes les autres familles de langue combinés — c’est dû en grande partie au fait que les linguistes dans les départements d’études gréco-latines (qui malheureusement sont en train de dépérir dans tous les pays, sauf la Chine) étaient tous traditionnellement des indo-européanistes. Enfin, la méthode comparative néogrammairienne a été développée tout d’abord en indo-européen, avant d’avoir été appliquée à d’autres familles.

Il existe bien sûr des traditions remarquables de linguistique comparée en dehors de l’indo-européen, en particulier pour le sémitique, l’ouralique, l’algonquien, l’austronésien et le bantou, mais (mis à part peut-être le cas de l’austronésien) le nombre de chercheurs dans ces spécialités est trop restreint pour permettre des études d’un niveau de détail comparable. Par exemple, alors que des dictionnaires étymologiques existent pour les plus obscures des langues indo-européennes, pas une seule langue algonquienne n’a de dictionnaire étymologique (en sino-tibétain de même: même le tibétain n’en a pas).

Pour les spécialistes d’autres familles de langues, même de langues sans contact historique avec des langues indo-européennes, une connaissance de l’indo-européen est d’une grande utilité, voire indispensable si l’on s’intéresse à la morphologie historique. En effet, on ne peut pas étudier la linguistique historique en lisant passivement des manuels, on ne peut l’apprendre qu’en s’exerçant sur des données réelles. Pour les étudiants qui se destinent à une spécialisation en linguistique historique, voici mes suggestions:

(1) Etudier les bases du sanskrit (je conseille en particulier les Textes épiques sanskrits de Romain Garnier). Si l’on ne doit apprendre qu’une langue indo-européenne ancienne, c’est celle-là, sans discussion.
(2) Prendre un manuel d’indo-européen (comme celui de Fortson ou de Schmidt-Brandt; malheureusement il n’y a pas l’équivalent en français) et regarder les listes de cognats et les paradigmes comparés un par un mais cacher les reconstructions, et essayer de parvenir à des reconstructions soi-même.
(3) Prendre les paradigmes reconstruits et essayer d’appliquer mécaniquement les lois phonétiques: cet exercice simple permet de se rendre compte qu’absolument aucun paradigme dans aucune langue, même celui de οἶδα ‘je sais’ (sans doute le plus archaïque et le plus bizarre de tous les paradigmes indo-européen), n’est parvenu jusqu’à nous sans changement analogique. Essayer par soi-même de déterminer quels changements analogiques ont eu lieu, puis lire la « solution » dans les manuels.

Le but de cet exercice n’est pas de devenir indo-européaniste, mais de bien comprendre l’interaction entre changements phonétiques et analogie, et de mémoriser des exemples qui pourront ensuite servir de parallèle à l’analyse des données d’autres familles de langues. En outre, il est crucial à mon avis, plus que d’apprendre une solution particulière (qui peut être fausse), de se faire une opinion personnelle, même sur la base de données restreintes et pré-sélectionnées. Ainsi, c’est pour moi un non-sens que d’apprendre les reconstructions à laryngales sans avoir au préalable essayé d’analyser les classes de présent du sanskrit.

La linguistique historique est-elle une démocratie?

Dans un article récent, James A. Matisoff critique sévèrement Nathan W. Hill, entre autre pour l’affirmation suivante, où Nathan suggère qu’il est préférable de baser la reconstruction du proto-lolo-birman sur le birman ancien, avant d’utiliser les langues lolo (dont ont sait qu’elles sont très érodées phonologiquement, et ont une phonologie historique très compliquée et difficile à interpréter).

‘Indo-Europeanists do not customarily give full consideration to the evidence of the Nuristani languages before directly comparing Sanskrit to other ancient languages such as Greek. Full consideration of Loloish languages before employing Old Burmese in the reconstruction of Tibeto-Burman is no more necessary.’

Je suis assez d’accord avec Nathan sur cette question. Il est assez évident pour tout comparatiste que certaines langues préservent davantage de quantité d’information sur la proto-langue que d’autres; le problème est de savoir dans quelle proportion. On peut diviser le problème en au moins trois sous-questions.

(I) Les langues anciennes sont-elles plus importantes que les langues attestées plus récemment pour reconstruire les proto-langues?

La formulation de Nathan pourrait laisser penser que les langues anciennement attestées sont nécessairement plus conservatrices que les langues plus récemment attestées. Même si c’est souvent le cas, des contre-exemples notoires existent, déjà mentionnés dans ce billet. En sino-tibétain, il est indéniable que le tibétain ancien est plus ou moins la proto-langue d’où dérivent les langues tibétaines modernes, et que le birman est nettement plus conservateur que les langues lolo. Au sein de ces sous-branches, il ne fait aucun doute que ces deux langues anciennes sont d’une importance considérable.

Néanmoins ni le tibétain ancien, ni le birman ancien ne sont particulièrement conservatrices par rapport à d’autres langues plus récemment attestées telles que les langues gyalronguiques ou le rawang, en particulier du point de vue de la morphologie: comme je pense l’avoir montré par exemple dans cet article, on trouve en tibétain des traces fossilisées de processus encore productifs en gyalronguique.

(II) Lorsque l’on reconstruit une proto-langue, est-il nécessaire de prendre en compte le témoignage de toutes les langues filles?

S’il serait préférable bien entendu d’utiliser toutes les données de toutes les langues pour établir une reconstruction, dans la pratique les systèmes de reconstruction ayant réussi ont tous été basés sur un échantillon de langues judicieusement choisies, que le linguiste connaissait bien, et qui étaient parmi les plus conservatrices. C’est le cas de:

(a) L’indo-européen (non anatolien), qui est quand même essentiellement grec+sanskrit, avec les autres langues pour combler les trous.
(b) L’algonquien, dont la reconstruction par Bloomfield était basée sur le fox, le cree, l’ojibwe et le menominee (et le fox est de très loin la langue qui préserve le mieux la structure morphologique générale du proto-algonquien, notamment en préservant toutes les voyelles finales).
(c) L’austronésien, que Dempwolff a reconstruit aussi sur la base de quatre langues.

Il n’y a pas de langues « inutiles » pour la linguistique historique. Les langues conservatrices permettent de reconstruire la structure générale du proto-système, tandis que les langues moins conservatrices, même si leur contribution est moindre pour reconstruire le proto-système, permettent d’observer des évolutions, ce qui est intéressant pour une autre raison. En algonquien par exemple, la contribution respective du fox et de l’arapaho à la reconstruction est très déséquilibrée: l’arapaho est une langue qui peut au mieux confirmer des choses que nous connaissons déjà sur la proto-langue; en revanche, son intérêt en tant qu’exemple de changements phonétiques (voir ici et ici) et morphologiques rares est très supérieur à celui du fox.

Il en va de même en lolo-birman et dans l’ensemble du sino-tibétain. La phrase de Nathan n’est pas un jugement de valeur suggérant que les langues lolo moins conservatrices seraient « inférieures » au birman, mais simplement que lorsque l’on établit un système de reconstruction, il faut se concentrer dans un premier temps sur les langues les plus faciles à interpréter (en ST, cela signifie en gros les langues qui ont au moins préservé la plupart des consonnes finales et certains groupes de consonnes) avant d’aborder les langues à phonologie érodée. Les langues érodées peuvent avoir des archaïsmes cachés (c’est certainement le cas de l’arapaho), mais ceux-ci demandent une connaissance technique très avancée pour être mis au jour, et c’est un travail qui ne peut être accompli que par un comparatiste très rodé.

Donc ma réponse à (II) est idéalement oui, mais probablement pas dans un premier temps.

(III) Dispose-t-on de critères objectifs pour déterminer la valeur relative du témoignage de chaque langue?

Cette question est la mère de tous les débats en linguistique historique. Je ne peux pas y répondre de façon complètement satisfaisante dans ce court billet, mais voici des éléments de réponse.

La directionalité des changements phonétiques est le plus souvent assez claire, notamment dans le cas de confusions phonologiques (merger). En ST, les langues sans groupes de consonnes initiaux et sans consonnes finales (comme le lolo-birman, le tujia, le karen, le naish etc), sont objectivement toutes très évoluées phonologiquement, et contribueront donc davantage à la typologie des changements phonétiques qu’à la reconstruction du proto-ST. Les langues ayant des groupes de consonnes en revanche ne sont pas nécessairement conservatrices, car certaines langues, en particulier le rma (qiang), ont créé des groupes de consonnes et des codas secondaires dus à la chute de voyelles (voir entre autre ce billet).

En morphologie, la question de la directionalité est plus ardue. Les langues à morphologie compliquée l’ont-elle innovée, ou celle à la morphologie plus simple l’ont-elle perdue? Le moyen de démontrer qu’une langue a perdu de la morphologie est de trouver des traces fossilisées de celle-ci, qui peuvent s’expliquer en prenant d’autres langues en compte. Je pense que c’est notamment le cas avec l’indexation en personne sur le verbe, qui a été perdue en tibétain, mais dont il subsiste une trace potentielle, une idée que Sprigg avait indépendamment proposée 20 avant moi.

En conclusion, les progrès futurs dans la reconstruction du sino-tibétain viendront du choix des langues sur lesquelles baser le cœur du système de reconstruction. Ce sont à mon avis:

(a) Le rgyalronguique (évidemment…), pour les préfixes et les groupes de consonnes.
(b) le kiranti, pour les suffixes (notamment, ils s’agit des rares langues à préserver les groupes finaux -Ct et -Cs).
(c) le rawang/dulong: moins conservateur pour les préfixes que le rgyalronguique, et moins que le kiranti pour les suffixes, mais très utile comme confirmation des reconstructions.

Le chinois et le tibétain, en revanche, sont beaucoup moins utiles pour bâtir le fondement du système de reconstruction, et c’est l’obstination à se servir de ces deux langues dans les précédents travaux (en particulier ceux de Starostin et de Gong Huangcheng) qui a conduit le domaine dans l’ornière. Le chinois en particulier, même s’il a peut-être quelques archaïsmes marginaux (le maintien du contraste entre *a et *ə), est très érodé phonologiquement (même à l’époque archaïque), et c’est une langue à interpréter au moyen de la reconstruction plutôt qu’une langue qui y contribuera.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La linguistique historique est-elle une démocratie?," Panchronica, 10/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/700 (ISSN 2494-775X)

Apprenons l’ojibwe

Je reviendrai dans un prochain billet sur les raisons qui, à mon avis, justifient qu’un linguiste non spécialiste de l’algonquien, ou même tout simplement qu’un honnête homme du XXIe siècle, puisse consacrer le temps nécessaire pour apprendre à lire une langue telle que l’ojibwe. Le but du présent billet est plutôt de faire une liste des ressources qui peuvent permettre d’atteindre ce but.

Simplement sur internet, on dispose de toutes les ressources nécessaires, à savoir la triade boasienne : textes, dictionnaire et grammaire (triade que Jackson Sun appelle avec raison le « tripiṭaka- त्रिपिटक » 三藏 des linguistes).

En terme de textes, je recommande particulièrement la revue en ligne Oshkaabewis (‘le messager’), éditée entre autres par Anton Treuer (un linguiste locuteur natif), où sont présentés des textes bilingues, avec vocabulaire et enregistrements. Il n’y a malheureusement plus de nouveaux volumes parus depuis 2011, mais l’ensemble de ces volumes constitue déjà une masse considérable de documents faciles d’accès pour tous ceux qui souhaitent apprendre à lire l’ojibwe. La pérennisation de ces matériaux précieux me semble d’ailleurs importante, j’ai téléchargé tous ces fichiers, au cas où le site ferme (ce qui arrive souvent, malheureusement).

Un autre site précieux est celui de Kees van Kolmeschate, qui a transcrit des textes ojibwe et cree du XIXe siècle, ainsi que le dictionnaire de Baraga.

Comme dictionnaire, outre celui de Baraga, on dispose du magnifique Ojibwe People’s dictionary, qui contient des enregistrement de mots et de phrases par de nombreux locuteurs, et des photographies d’objets traditionnels. Malgré tout, le Concise Dictionary of Minnesota Ojibwe de Nichols et Nyholm reste très utile, car il est très pratique et facile à transporter.

Enfin, le site russe et anglais Weshki-aayaad contient une petite grammaire avec des paradigmes grammaticaux, un manuel et quelques textes. Cette liste de liens est aussi très utile.

La grammaire la plus complète (indispensable pour tous ceux qui souhaitent approfondir leur étude) est la monumentale Nishnaabemwin Reference Grammar de Rand Valentine, qui décrit les dialectes qui ont subi des élisions de voyelles (donc (A)nish(i)naabem(o)win > Nishnaabemwin).

Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?

La linguistique historique de l’indo-européen n’est devenue une discipline rigoureuse que lorsque l’idée de la régularité des changements phonétiques a été adoptée par l’ensemble de la communauté des spécialistes de ce domaine. Ce principe simple a des conséquences nombreuses et parfois inattendues, sur lesquelles nous reviendrons dans d’autres billets. L’une d’entre elles est l’impossibilité des scissions non-conditionnées (unconditioned split).

Ainsi, dans une perspective strictement néo-grammairienne, si entre plusieurs langues on observe des correspondances multiples pour un même son, seulement quatre hypothèses sont possibles:

  • Reconstruction d’un phonème qui n’est distinct dans aucune des langues étudiées, mais qui s’est confondu de façon différente dans chaque langue.
  • Changement phonétique conditionné (qui ne s’applique que dans un contexte très précis)
  • Effet de la morphologie (à l’intérieur d’un même paradigme, des effets d’analogie vont obscurcir les lois phonétiques régulières)
  • Mélange de dialectes ou emprunts.

Ce principe a été remis en cause par l’école de la diffusion lexicale (lexical diffusion, voir par exemple Wang 1977), qui ne sera pas l’objet du présent billet mais à propos de laquelle je reviendrai plus tard. Mon but aujourd’hui portera uniquement sur les travaux de chercheurs d’obédience néo-grammairienne, qui souscrivent au principe de la régularité des changements phonétiques.

Plusieurs écoles de linguistique historique admettent néanmoins, souvent implicitement, l’existence de scissions non-conditionnées.

C’est le cas en austronésien, où Blust par exemple (2008) reconstruit *b > b et *b > ɓ dans certaines langues sans conditionnement visible. Dans ce cas, l’idée est que la reconstruction du proto-austronésien est si solide que des ‘aberrations’ spécifiques à une langues ou un petit groupe de langues peuvent être négligée. N’étant pas spécialiste du domaine, il m’est difficile de juger mais je suis peu déçu de ne pas voir un débat sur ce sujet.

En algonquien, on suppose une scission non-conditionnée pour le passage à zéro du *p et du *k en cheyenne (à l’initiale, la correspondance de *k est particulière, voir Leman 1980 et Proulx 1982). Proulx (1982) propose qu’il s’agit là du résultat d’un mélange de dialectes (certains dialectes proto-cheyenne auraient subi *k,p > zéro, et d’autres auraient préservé ces obstruentes comme k et v). Goddard (1988) montre toutefois que cette idée ne mène à rien, car on trouve de nombreux mots dans lesquelles les deux groupes de correspondances *k,p > zéro et *k,p > k,v sont attestées. Le traitement du cheyenne reste inexpliqué; la seule solution viable à mon avis serait de supposer une opposition, par exemple de voisement, neutralisée dans toutes les autres langues, comme *k, p > k, v ; *g, b > zéro. Il faudrait cependant trouver une trace de cette opposition dans une langue autre que le cheyenne pour que cette hypothèse soit satisfaisante; par ailleurs, si une telle opposition doit être supposée pour *k/g et *p/b, on s’attendrait aussi à *t/d, or aucune trace apparente d’une telle opposition n’existe. Bref, le cas du cheyenne est particulièrement épineux, et ne pourra être résolu que si davantage de spécialistes se penchent sur cette question.

Un autre cas auquel je pense est celui du turcique. Les langues oghouzes ont une opposition de voisement qui ne semble pas avoir d’équivalent dans les autres groupes de la famille. Par ailleurs, comme le montre Georg (2004), il existe des preuves claires que le voisement est secondaire, puisque des mots empruntés au persan ayant des sourdes dans cette langue ont des voisées en oghouze. Toutefois, à mon avis, si ces données prouvent que la prononciation voisée est secondaire, elle ne montrent en aucun cas que l’opposition elle-même le soit. Il est tout à fait possible de supposer qu’un autre type d’opposition (disons, aspirée/non-aspirée ou géminée/non-géminée) ait été transphonologisée en voisement après l’emprunt au persan. Même si la nature phonétique de l’opposition pose problème, et même si le turc ancien et les autres variétés de turc ne préservent pas de trace de cette opposition, il me semble préférable de la reconstruire malgré tout à la proto-langue que de sacrifier le principe de régularité des changements phonétiques et supposer une scission non-conditionnée en oghouze.

Références

Antonov, Anton and Jacques, Guillaume. 2011. [2012] Turkic kümüš ‘silver’ and the lambdaism vs
sigmatism debate. Turkic Languages 15, 151–170.

Blust, Robert. 2008. Is There a Bima-Sumba Subgroup? Oceanic Linguistics. 47.1:45-113.

Georg, Stefan. 2004. Starostin, Sergei,  Anna Dybo and Oldeg Mudrak: Etymological Dictionary of the Altaic Languages. Diachronica. 21.2, pp. 445–450.

Goddard, Ives. 1988. Pre-Cheyenne *y. in In Honor of Mary Haas, W. Shipley (ed), Berlin: Mouton de Gruyter, pp. 345-360.

Proulx, Paul. 1982. Proto-Algonquian *k in Cheyenne. IJAL 48:467-471.

Leman, Wayne. 1980. Evidence for a PA *k: Cheyenne n correspondence IJAL 46:316-8.

Wang, William S.-Y. 1977. The Lexicon in Phonological Change. Berlin: Mouton de Gruyter.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?," Panchronica, 18/04/2015, https://panchr.hypotheses.org/44 (ISSN 2494-775X)

Nouvel article sur l’arapaho

Mon premier article sur les langues algonquiennes ( Jacques 2013) vient de paraître. Dans ce travail, je propose deux interprétations de la correspondance entre le proto-algonquien *s- et l’arapaho n- à l’initiale, loi phonétique découverte par Goddard (1974).

Ce travail se place dans une perspective panchronique: pour chaque changement phonétique intermédiaire postulé entre *s- et n-, je propose des parallèles dans des langues d’autres familles, en tenant compte non seulement du changement phonétique lui-même, mais surtout de l’ensemble du système.

La correspondance entre *s- et n- (exclusivement à l’initiale; on a *s- > h- partout ailleurs) ne peut pas s’interpréter comme un changement phonétique direct; il est donc nécessaire de postuler un certain nombre d’étapes intermédiaires, mais il faut tenir compte (1) des autres sons qui fusionnent avec *s- en n- à l’initiale, à savoir *w-, *r- et n- (2) des correspondances dans les autres langues proches, le cheyenne, l’atsina et le nawathinehena.

On peut considérer deux changements: soit *s- > *z- > *r- > n- (un rhotacisme initial, changement par ailleurs uniquement attesté en vietnamien (voir Ferlus 1982); soit *s- > *ɬ- > *l- > n-. A ce propos, les relecteurs anonymes de l’article avaient des avis divergents: l’un a suggéré que le premier scénario était improbable (en raison de l’hypothèse du rhotacisme initial), tandis que l’autre avait la même opinion à propos du second scénario. Je pense pour ma part qu’il est trop tôt pour départager entre ces deux possibilités.

D’autre part, je donne aussi quelques nouvelles étymologies illustrant cette loi, comme nónoyoo- ‘avoir tort’ qui provient d’un *sanak-yaa- ou *sarak-yaa-. Paradoxalement, je pense que ces étymologies sont une contribution aussi grande sinon plus que la discussion sur les étapes intermédiaires de la loi *s- > n-.

Comme les lois phonétiques de l’arapaho sont connues avec une certaine précision, il pourrait sembler que découvrir de nouvelles étymologies est une affaire triviale et automatisable. En fait, il n’en est rien. J’ai appliqué au dictionnaire étymologique de Hewson le programme dont j’ai parlé dans le billet précédent qui applique les lois phonétiques automatiquement, mais le résultat est décevant: la quasi-totalité des étymologies correctes obtenues sont déjà connues.

Quelle est la raison de ce semi-échec? Je vais l’illustrer avec une étymologie que j’ai découverte en appliquant le programme mentionné ci-dessus. En arapaho, on trouve le verbe intransitif inanimé niicisóó- ‘être creux’. Les origines possibles de cette formes si l’on applique les lois phonétiques à l’envers sont très nombreuses: *[w|r|s][ii|oo]p[i|o][θk|šk|š][y|0]aa-. Avec la dictionnaire de Hewson+l’applicateur de loi phonétiques, j’obtiens le résultat suivant:

*niicex TI_hollow *wiimpeʃkamwa

*wiimpeʃkamwa est une forme proto-algonquienne reconstruite (elle aussi automatiquement), et *niicex est la forme obtenue en appliquant les lois phonétiques de façon mécanique (cette forme n’existe pas en arapaho).

Cette comparaison permet au moins de commencer l’étymologie de niicisóó-: ce verbe a le même radical initial que *wiimpeʃkamwa, c’est à dire *wiimp- (qui donne effectivement niic- d’après les lois régulières), mais le reste du mot a une structure différente. La terminaison -óó est un suffixe bien connu (*-yaa/ee-) qui sert à former des verbes intransitifs inanimés (comme nónoyoo- ci dessus). Maintenant, l’élément –is– restant est difficile à analyser. Ses origines possibles sont multiples (plus précisément, *[i|o][θk|šk|š] au moins), mais on ne trouve rien de tel dans les listes de suffixes établies par Bloomfield ou Hewson.

Ainsi, même si les lois phonétiques sont comprises, il n’est pas possible de mécaniser complètement la reconstruction, car les formes de chaque langue ne sont pas complètement superposables, d’une part parce qu’elles ont subi de l’analogie (un sujet dont je parlerai dans un autre billet), et d’autre part parce que dans des mots contenant plusieurs éléments (polymorphémiques), il est rare que des langues éloignées préservent pour chaque mot la même combinaison d’éléments.

C’est donc la morphologie, et non la phonologie, qui constitue le sujet d’étude principal de l’étymologie. Pour le cas de niicisóó- ‘être creux’, son étymologie ne pourra être considérée comme résolue que si l’on découvre un jour un élément postradical (selon le jargon algonquianiste) comparable à *-is- dans une autre langue de la famille qui corresponde selon les lois phonétiques connues et qui soit sémantiquement et morphologiquement similaire.

Même si les lois phonétiques des langues algonquiennes autre que le blackfoot sont connues, l’étymologie de ces langues est un champ d’étude encore vaste; j’espère que ce billet contribuera à susciter des vocations.

Références
Ferlus, Michel. 1982. Spirantisation des obstruantes médiales et formation du système consonantique du vietnamien, Cahiers de Linguistique – Asie Orientale, 11.1: 83–106.

Goddard, Ives. 1974. An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Jacques, Guillaume 2013. The sound change *s > n in Arapaho. Folia Linguistica Historica 34:43-57.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Nouvel article sur l’arapaho," Panchronica, 22/10/2013, https://panchr.hypotheses.org/110 (ISSN 2494-775X)

Le comparatisme est-il un primitivisme?

Aux yeux des non-spécialistes, la linguistique historique comparative apparaît comme un domaine ésotérique et difficile d’accès. La légitimité de proposer des reconstructions et de prétendre reconstruire des proto-langues, c’est à dire des formes hypothétiques supposées représenter l’ancêtre commun d’un groupe de langues particulier, peut par ailleurs sembler contestable. En particulier, une critique récurrente à l’encontre du comparatisme est qu’il s’agirait d’un « primitivisme », autrement dit que les pratiquants de ce domaine s’intéressent davantage aux états pré-historiques reconstruits des langues qu’aux données réelles, et que leur but ultime n’est pas d’expliquer le fonctionnement des langues, mais de remonter à l’état le plus ancien possible.

Dans ce billet, je ne vais pas retracer l’histoire de la discipline (il existe pour cela des références nombreuses sur internet), mais plutôt exposer mon point de vue épistémologique personnel sur la question.

Aux yeux des comparatistes, la reconstruction n’est pas un but en soi, mais c’est en revanche un outil nécessaire pour établir un modèle revérifiable d’évolution des langues. Les reconstructions permettent de rendre compte à la fois des correspondances observées entre langues apparentées, et aussi d’expliquer les formes irrégulières (ce dernier point serait traité dans un autre billet). Il faut insister aussi sur le fait que dans un modèle de reconstruction complet, il n’y a pas « une » reconstruction dans la proto-langue pour un mot particulier: on établit plutôt une suite de reconstructions, une proto-forme suivie d’étapes intermédiaires jusqu’aux formes attestées dans les différentes langues.

Qu’est ce qu’une proto-forme et comment s’en servir? Je ne parlerai pas ici de la méthodologie de la reconstruction (comment établir un système de reconstruction et comment parvenir à une proto-forme pour un étymon particulier), sujet que j’aborderai sans doute dans d’autres billets. La question ici sera comment interpréter les reconstructions.

Pour qu’un comparatiste propose une forme reconstruite (avec une étoile *), deux conditions préliminaires doivent être respectées.

Premièrement, il doit exister un système de lois phonétiques permettant de dériver de cette proto-forme les formes des langues modernes de façon mécanique. Autrement dit, il est possible de représenter le passage de la proto-langue aux langues attestées comme une suite d’expressions régulières s’appliquant à l’ensemble du vocabulaire hérité. Cette manière de procéder est basée sur l’hypothèse de la régularité des changements phonétiques (die Ausnahmslosigkeit der Lautgesetze), autrement dit qu’en dehors des mots empruntés ou remodelés par l’analogie, le changement linguistique est déterministe.

Deuxièmement, il doit exister au moins une forme dans une des langues attestées pouvant descendre de la proto-forme par les lois phonétiques définies auparavant.

Malheureusement, ces conditions ne sont pas toujours explicitées dans les articles de linguistique; les spécialistes d’autres domaines, lisant donc des travaux faisant usage de reconstructions, ne sont pas forcément en mesure de juger de la validité de ces hypothèses et peuvent regarder cette discipline avec suspicion. Pire, certains comparatistes proposent des reconstructions sans que la condition (1) ne soit satisfaite. C’est la cas notamment pour les essais de reconstruction de proto-langues très anciennes comme le proto-sino-tibétain ou le proto-niger-congo.

Pour toute vraie reconstruction, il est possible d’écrire un programme appliquant les lois phonétiques qui dérive régulièrement les formes modernes à partir des formes anciennes. A mon avis, l’avenir de la linguistique historique va de pair avec l’usage de la programmation, d’abord pour s’assurer que les lois phonétiques ont été correctement définies, et d’autre part pour fournir aux lecteurs non-spécialistes un moyen aisé de revérifier immédiatement la cohérence d’une hypothèse historique particulière. Dans l’ensemble, les reconstructions de familles telles que l’indo-européen ou l’algonquien fonctionnent de façon assez satisfaisante (les exceptions aux lois phonétiques sont relativement peu nombreuses).

Pour tester la validité de la reconstruction du proto-algonquien, j’ai moi-même écrit un programme dérivant les formes de l’arapaho (une des langues à la phonologie historique la plus complexe dans la famille). Les lois phonétiques sont basées sur les travaux de Goddard (1974, 1998). Voici le résultat de l’application de ce programme pour deux mots (choisis parce qu’ils présentent des correspondances récurrentes, mais aussi pour la différence formelle frappante avec le proto-algonquien).

sens: écorce sens:foie
*welakeeθki *weθkweni
01-02. olakeeθki 01-02. oθkoni
01-02. ilakeeθki 01-02. iθkini
32. ilakeeʃki 32. iʃkini
31. ilakeeʃki 31. iʃkini
29. ilakeeʃki 29. iʃkini
30. ilakeeʃki 30. iʃkini
04. ilakeeʃki 04. iʃkini
03. inakeeʃki 03. iʃkini
39-41. inakeeʃki 39-41. iʃkini
36. inakeeʃki 36. iʃkini
43-44. inakeeʃk 43-44. iʃkin
11. inakeeʃk 11. iʃkin
38. inakeeʃk 38. iʃkin
05. inaeeʃ 05. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
12-14. inoeeʃ 12-14. iʃin
16. inoeeʃ 16. iʃin
17-19. inoeex 17-19. ixin
26. inooox 26. ixin
15. inooox 15. ixin
20-25. inooox 20-25. isin
10. inooox 10. isin
07-09. inooox 07-09. isin
06. inooox 06. isin
33. hinooox 33. hisin
34. hinooox 34. hisin
35. hinooox 35. hisin
37. hinooox 37. hisin
30. hinooox 30. hisin
47. hinooox 47. hisi
48. hinooox 48. hisə
47. hinooox 47. hisə
49. hinooox 49. his

Le lecteur intéressé pourra revérifier les formes de l’arapaho générées ici (n°49) avec celles du dictionnaire de L. Conathan: http://linguistics.berkeley.edu/~arapaho/arapaho_english.html

Reconstruire le proto-algonquien n’est pas le but ultime de cet exercice (d’ailleurs, le proto-algonquien avait originellement été reconstruit sans l’arapaho, c’est dans un second temps que l’on s’est aperçu qu’il permettait aussi de prédire les formes de cette langue). C’est plutôt la première étape nécessaire à une étude approfondie de l’histoire des langues de cette famille. Le proto-algonquien n’est pas intrinsèquement plus intéressant que l’arapaho ou les autres langues algonquiennes attestées, mais sans ce modèle, l’étude de leur histoire ne serait pas possible de façon aussi détaillée.

Par ailleurs, cette étude permet de contribuer à l’étude des principes généraux des changements phonétiques dans une perspective panchronique, intéressée non seulement à établir l’inventaire des changements phonétiques possibles, mais aussi à déterminer les conditions dans lesquelles ces changements ont lieu.

Concernant ce dernier objectif, certains lecteurs pourraient objecter qu’il est préférable, si l’on s’intéresse aux principes généraux des changements linguistiques, de travailler en priorité sur des langues dont la forme ancienne est attestée par des textes, comme les langues romanes (avec le latin), les langues tibétaines ou les « dialectes » arabes, et éviter de se baser sur des reconstructions, qui ne sont après tout que des hypothèses.

Le problème de ce point de vue est que nous ne disposons de données anciennes que pour une infime minorité des langues du monde, et presque exclusivement en Eurasie. Se limiter à ces données serait dommageable à un projet de recherche prétendant s’intéresser aux changements linguistiques indépendamment d’un groupe de langues particulier. Un nombre considérable de changements phonétiques ne sont en effet pas du tout attestés dans les langues ayant une histoire écrite; par exemple, l’arapaho connaît un changement en chaîne *k > 0, *p > k qui contribue fortement à rendre méconnaissables les étymons hérités. Ce changement n’est à ma connaissance attesté dans aucune autre langue et s’il n’avait pas été mis à jour en arapaho, il est fort probable qu’il aurait été considéré comme impossible. La linguistique historique ne peut donc pas se limiter aux langues à écriture, et l’usage de reconstructions satisfaisant les deux conditions exposées ci-dessus est par conséquent nécessaire.

Les comparatistes doivent toutefois faire en sorte de faciliter la revérifiabilité de leur travail en rendant accessibles des outils permettant de tester leurs modèles. Il est nécessaire d’abandonner le style ésotérique et les raisonnements implicites qui sont habituels, en particulier dans les travaux d’indo-européen.

Biliographie
Goddard, Ives. 1974. An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Goddard, Ives. 1998. Recovering Arapaho etymologies by reconstructing forwards. In Melchert, Craig & Jasanoff, Jay H. (eds.) Mír Curad: Studies in Honor of Calvert Watkins, Innsbruck: Institut für Sprachwissenschaft der Universität Innsbruck, Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft 92, pp.183–200.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comparatisme est-il un primitivisme?," Panchronica, 12/10/2013, https://panchr.hypotheses.org/77 (ISSN 2494-775X)