Progressif et causatif en japhug

Dans ma grammaire du japhug, j’avais proposé (pp.1164-1165) l’hypothèse selon laquelle le progressif asɯ- (qui a de nombreux allomorphes: asɯ-, az-, -ɤsɯ-, -ɤz-, -ɤs-, -osɯ-, -oz-, selon l’environnement morphologique) provenait de la combinaison du passif a- et du causatif sɯ-.

Un point intéressant que j’avais omis de préciser est que le progressif peut se combiner avec le causatif, comme en témoignent les exemples (1) et (2). On remarque dans ces enregistrements une variation libre entre ɲɯ-ɤsɯ-sɯ- et ɲɯ-ɤs-sɯ- avec chute de la voyelle, résultant en une fricative géminée.

(1) sɲɯɣjɯ kɯ tɤscoz ɲɯ-ɤsɯ-sɯ-rɤt.
crayon ERG lettre SENS-PROG-CAUS-écrire
« Il écrit une lettre avec un crayon. »

(2) ɯʑo kɯ ʑɴɢro kɯ rɤɣo ɲɯ-ɤsɯ-sɯ-lɤt.
3SG ERG guimbarde ERG SENS-PROG-CAUS-relâcher
« Il fait un air à la guimbarde. »

Cette compatibilité était prédictible, étant donné que d’une part, même si l’hypothèse de grammaticalisation ci-dessus est correcte, celle-ci a dû avoir lieu en proto-rgyalronguique du nord (puisque des préfixes cognats existent en zbu et en tshobdun) et que donc le lien historique entre le progressif et le causatif n’est plus perceptible synchroniquement, et d’autre part puisque le causatif sigmatique est le seul préfixe à pouvoir être répété (p.847).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Progressif et causatif en japhug," Panchronica, 07/06/2021, https://panchr.hypotheses.org/3407 (ISSN 2494-775X)