A propos de l’égophorique en japhug

Même si ma grammaire du japhug est maintenant parue, je ne considère pas avoir fini l’étude de cette langue, et continuerai à écrire de petites notes ponctuelles sur la grammaire de cette langue, qui pourront à terme être intégrées à une seconde version.

Une des particularités du japhug et des autres langues rgyalrong est d’avoir à la fois une catégorie égophorique et un système d’indexation, contrairement à l’immense majorité des langues à égophorique. Cette question ayant déjà été traitée dans cet article accessible en ligne et dans ma grammaire, je n’y reviendrai pas ici.

L’égophorique en japhug a une distribution très différente de celle que l’on trouve dans les langues tibétique: il n’apparaît pas sur la copule (mais en revanche est courant sur les verbes existentiels) et est restreint au présent imperfectif. Il est courant avec les verbes statifs, mais apparaît aussi avec les verbes dynamiques, parfois avec le progressif asɯ- (fusionnant en ku-osɯ- [kosɯ-]). Une difficulté particulière de son étude et qu’avec certains verbes, il n’est pas distinguable de l’imperfectif, étant marqués tous deux par le préverbe ku- (préverbe de classe B « vers l’est ») et le thème 3 dans le cas des verbes transitifs.

La distribution de base de l’égophorique est qu’il peut apparaître avec une première personne dans les phrases déclaratives, avec une seconde personne dans une phrase interrogative, ou avec une troisième personne (« égophorique large ») si celle-ci est liée à la première personne (phrase déclarative) ou la seconde (phrase interrogative), en particulier dans les formes possédées.

Il y a néanmoins certains exemples de troisième personne à l’égophorique dans mon corpus qui s’expliquent mal, faisant référence à des entités sans lien avec le locuteur, comme notamment l’exemple (95) p.1115 ou l’exemple suivant, prononcé par les serviteurs d’un roi, invitant une personne venue demander à manger de s’en aller, étant donné que le palais est dans tous ses états suite à la maladie du prince:

(1) rɟɤlpu ɯ-tɕɯ ɯ-rna ku-mŋɤm
roi 3SG.POSS–fils 3SG.POSS-oreille PRS.EGOPH-avoir.mal
Le fils du roi a une douleur à l’oreille. lien

Cet exemple est d’autant plus remarquable que le verbe endopathique mŋɤm « avoir mal » (qui n’existe qu’à la troisième personne, l’expérient est possesseur de la partie du corps), ne s’emploie pas à l’égophorique pour parler d’une douleur que l’on ressent soi-même, mais au sensoriel.

Dans une présentation qui a eu lieu la semaine dernière, et dont l’exemplier est en ligne, Camille Simon présente le fonctionnement de l’égophorique en tibétain de l’amdo, et introduit une nouvelle distinction entre égo-participatif, marquant l’implication du locuteur, et égo-autoritatif, marquant « l’autorité épistémique du locuteur ».

Si l’égo-participatif suffit à rendre compte d’exemples tels que (94) p.1115 et (236) p. 1161, dont les sujets sont la fille et la nièce de la locutrice, respectivement (comparer avec l’exemple (22) p.7 en amdoskad), il me semble que la notion d’égo-autoritatif proposée par Camille Simon est un bon point de départ pour expliquer des exemples tels que (95) p.1115 ou (1) ci-dessus. Une étude plus détaillée de l’égophorique me semble être une des priorités futures des travaux sur la morphosyntaxe du japhug, et des autres langues rgyalrong.

Références
Jacques, Guillaume 2019. Egophoric marking and person indexation in Japhug. Language and Linguistics 20:4, 515–534 lien 1 lien 2
Jacques, Guillaume 2021. A grammar of Japhug. Comprehensive Grammar Library 1. Berlin: Language Science Press. https://langsci-press.org/catalog/book/295
Simon, Camille 2021. La catégorie égophorique dans les langues de l’Amdo (Tibet). Présentation à la société linguistique de Paris, 24 avril 2021.
Tournadre, Nicolas 2008. Arguments against the Concept of ‘Conjunct’ / ‘Disjunct’ in Tibetan, Dans : Huber, B., Volkart, M., Widmer, P. & Schwieger, P. (éds) Chomolangma, Demawend und Kasbek. Festschrift für Roland Bielmeier zu seinem 65. Geburtstag vol. 1, p. 281-308.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de l’égophorique en japhug," Panchronica, 28/04/2021, https://panchr.hypotheses.org/3394 (ISSN 2494-775X)

Deux étymons pour « nom » en sino-tibétain?

A côté de l’étymon reflété par le Japhug tɤ-rmi « nom », le chinois 名 mjieŋ < *meŋ et le tibétain miŋ, certaines langues sino-tibétaines ont un groupe initial br-:

Nungish:
Rawang: bø̀ng, brìng https://www.webonary.org/rawang/
Trung: ɑŋ³¹ bɹɯŋ⁵⁵ 

Lepcha ʔábryáng 

Kho-Bwa (Lieberherr and Bodt 2017, Sub-grouping Kho-Bwa based on shared core vocabulary:
Rupa azɛŋ
Chayangtajo Puroik a-bɹɛŋ

Le STEDT postule pour ces formes (il n’inclut que le nungish et le lepcha) un étymon distinct de celui du chinois 名 mjieŋ.

Malgré la ressemblance apparente entre les deux étymons, il est en effet possible qu’ils ne sont pas apparentés. Selon moi, il est même possible de proposer une étymologie pour cet isoglosse nungish-lepcha-kho-bwa

En japhug, le verbe mbri, qui désigne soit le bruit d’objets animés, soit le cri ou le chant d’animaux, se trouve en effet l’expression suivante:
(1) ɯ-rmi ɲɤ-mbri
3S.POSS-nom IFR-être.bruyant
« Il/elle est devenu célèbre » lien

Ce verbe, cognat du chinois 鳴 mjæŋ <*mreŋ, peut donc avoir été réanalysé comme "être renommé" (κλυτός), d'où ensuite une forme nominalisée "nom". Si cette étymologie est correcte, nous avons donc une innovation commune non-triviale regroupant ces trois sous-groupes.

Références
Lieberherr, I., & Bodt, T. A. (2017). Sub-grouping Kho-Bwa based on shared core vocabulary. Himalayan Linguistics, 16(2). http://dx.doi.org/10.5070/H916232254 Retrieved from https://escholarship.org/uc/item/4t27h5fg

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Deux étymons pour « nom » en sino-tibétain?," Panchronica, 24/04/2021, https://panchr.hypotheses.org/3390 (ISSN 2494-775X)

L’embarras de Couvreur

Dans le Zuozhuan, on trouve a trois reprises l’expression 猶有鬼神 « si les fantômes et les esprits existent vraiment », l’une des plus anciennes attestation dans la littérature chinoise de scepticisme (modéré) envers la notion de vie après la mort, ainsi qu’envers l’existence d’êtres et de phénomènes surnaturels, et qui n’est pas sans rappeler l’oraison funèbre d’Hypéride pour les soldats athéniens morts à la bataille, écrite avant Epicure:

εἰ μέν ἐστι τὸ ἀποθανεῖν ὅμοιον τῷ μὴ γενέσθαι, ἀπηλλαγμένοι εἰσὶ νόσων καὶ λύπης καὶ τῶν ἄλλων τῶν προσπιπτόντων εἰς τὸν ἀνθρώπινον βίον· εἰ δ᾽ ἔστιν αἴσθησις ἐν Ἅιδου καὶ ἐπιμέλεια παρὰ τοῦ δαιμονίου, ὥσπερ ὑπολαμβάνομεν,

« Si le fait de mourir est semblable à celui de ne pas exister, alors ils sont délivrés des maladies, des chagrins et des toutes les autres choses qui s’abattent sur la vie humaine. Si en revanche il y a bien une sensibilité dans l’Hadès (si les morts ressentent quelque chose), et une sollicitude de la puissance divine (envers les humains), comme nous le soutenons, … »

Il est à ce titre intéressant de voir comment le jésuite Séraphin Couvreur (1835-1919), a rendu ces trois passages dans sa traduction du Zuozhuan. Dans ce qui suit, je cite les trois occurrences de l’expression 猶有鬼神, la traduction anglaise récente de Durrant et al, et enfin celle de Couvreur.

10ème année de Xiang gong (563 avant notre ère)
10.2c 我辭禮矣,彼則以之。猶有鬼神,於彼加之
Durrant et al: “We had already declined the ritual, but they used it nonetheless. If there are indeed ghosts and spirits, they will inflict the consequences on Song.”
Couvreur: “J’ai refusé cette cérémonie (l’exécution du chant Sang lin). Eux (le prince et les officiers de Soung) l’ont employée quand même. Ensuite, s’il y a un esprit qui soit offensé, c’est sur eux qu’il doit exercer sa vengeance.”

20ème année de Xiang gong (553 avant notre ère)
20.7 若不能,猶有鬼神,吾有餒而已,不來食矣。
Durrant et al: “If you cannot, then I will not come to imbibe your offerings even if there are ghosts and spirits and I am one of them: I would rather suffer hunger.”
Couvreur: “Sinon, mon âme subsistera encore après ma mort. Elle souffrira de la faim, et voilà tout. Elle ne viendra pas se rassasier des mets que vous lui présenterez. (Elle ne les agréera pas).”

27ème année de Zhao gong (515 avant notre ère)
27.5 天既禍之,而自福也,不亦難乎!猶有鬼神,此必敗
Durrant et al: “Is it not a problem that they consider themselves blessed when Heaven has already brought trouble down on them? If ghosts and spirits exist, these men are bound to be defeated.”
Couvreur: “Le ciel envoie au prince des malheurs ; n’est-il pas bien difficile que le prince par lui-même se rende heureux ? Quand même il aurait pour lui les esprits, il serait battu.”

Couvreur a la réputation de suivre très fidèlement, voire trop, les commentaires de Zhu Xi dans ses traductions. Néanmoins, dans les trois extraits si dessus, il a clairement innové, et détourné le sens de ces passages, en effaçant le scepticisme du texte original. Pour y parvenir, il propose des traductions très différentes pour chacune de ces occurrences, « s’il y a un esprit (qui soit offensé) », « Sinon, mon âme subsistera encore après ma mort », « Quand même il aurait pour lui les esprits », qui ne sont pas basées sur les commentaires traditionnels — je précise en outre que les commentaires récents de Yang Bojun, ainsi que les traductions contemporaines en chinois du Zuozhuan, s’accordent avec la traduction de Durrant et al. sur ce point.

Il est émouvant d’observer à quel point le missionnaire a pu être embarrassé par cette révélation d’un scepticisme somme toute modéré, et portant sur une religion non-abrahamique, pour qu’il ressente le besoin d’altérer à ce point le sens du texte. Cela soulève aussi la question de savoir si ses convictions religieuses ont pu influencer la traduction d’autres passages.

Références
Couvreur, Séraphin. 1914. La chronique de la principauté de Lòu (721-480) par Confucius
Commentaire sous le nom de Tso K’ieou-ming. Paris: Les Belles Lettres. https://www.chineancienne.fr/king/tch-ouen-ts-iou-et-tso-tchouan-chunqiu-zuozhuan-tome-1-trad-s-couvreur/
Durrant, Stephen, Wai-yee Li & David Schaberg. 2016. Zuo tradition / Zuozhuan, commentary on the “spring and autumn annals”. Seattle: University of Washington Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’embarras de Couvreur," Panchronica, 10/04/2021, https://panchr.hypotheses.org/3382 (ISSN 2494-775X)