Karlgren et la phonologie

Ce billet est une première réaction (tardive) au compte-rendu de Christoph Harbsmeier (CH) de l’ouvrage de Baxter et Sagart.

Cet article porte sur des sujets très différents, et il serait fastidieux d’essayer de répondre à toutes les objections offertes par CH. Certaines d’entre elles sont pour le moins surprenantes, comme sa décision d’ἐπέχειν concernant l’appartenance du hittite à la famille indo-européenne (‘And one may be forgiven for suspending one’s judgement by a judicious form of epochē even in the case of Hittite as Indo-European’), négligeant le fait que la démonstration de la parenté du hittite à l’indo-européen n’est qu’un sous-produit du déchiffrement de cette langue, et que sans la grammaire comparée de l’indo-européen, ce déchiffrement aurait été beaucoup plus hasardeux. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer notre connaissance actuelle du hittite à celle de langues de la même époque comme le hourrite ou l’élamite qui n’ont pas de parentes actuelles.

Comme le compte-rendu de CH se place davantage dans le domaine de l’histoire des idées que de la linguistique à proprement parler, je vais discuter ici d’une objection concernant l’interprétation des travaux de Karlgren.

CH déclare que Karlgren « never showed any interest in phonology » et qu’il était même « intellectually allergic to phonology ». Il est indéniable que l’on peut trouver dans certains écrits de Karlgren des affirmations de ce type. Néanmoins, plus que la représentation que Karlgren lui-même avait de son travail, il me semble plus important de considérer sa pratique de la reconstruction, et de ne pas colporter une vision surannée de l’opposition entre phonétique et phonologie.

Karlgren s’était donné pour but la reconstruction précise des détails phonétiques du chinois moyen et archaïque, et rejetait la pratique, qu’il percevait comme une simplification abusive, d’unifier des catégories en distribution complémentaire par un même symbole, ce en quoi consistait selon lui la « phonologie ». Néanmoins, si sa reconstruction des voyelles peut sembler obscure et souvent arbitraire (en grande partie à cause de son emploi d’un système de notation phonétique qui était déjà obsolète à l’époque où il écrivait), son analyse de l’inventaire des consonnes démontre par contraste une capacité de réflexion en terme d’oppositions phonologiques.

En particulier, comme le fait remarquer Haudricourt (1954:353) concernant la reconstruction d’initiales sonores simples *d- et *g- (correspondant entre autres à *l- et à *ɢʷ- dans le système de B/S), « Karlgren […], phonologue avant la lettre, a considéré l’absence de sonores ordinaires dans son tableau comme des « cases vides » à remplir. » En effet, ayant reconstruit les obstruentes sonores 全濁 comme des sonores aspirées (pour rendre compte de leur réflexes dans certaines langues sinitiques contemporaines), il a ressenti l’anomalie que représente le fait d’avoir une série de sonores aspirées sans les sonores simples correspondantes, un raisonnement proche de celui de Jakobson concernant l’indo-européen. Même si la solution choisie par Karlgren n’est acceptée par aucun chercheur actuel, il est important de saluer l’originalité de cette idée pour son époque.

Ainsi, de la même façon que Montaigne mérite le titre de philosophe malgré son affirmation du contraire, Karlgren faisait de la phonologie sans le savoir, malgré son opposition véhémente à la phonologie de son époque.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Harbsmeier, Christoph (2016) Irrefutable Conjectures. A Review of WilliamH. Baxter and Laurent Sagart, Old Chinese. A New Reconstruction, Monumenta Serica, 64:2,445-504, DOI: 10.1080/02549948.2016.1259882
Haudricourt, André G. (1954) Comment Reconstruire Le Chinois Archaïque,WORD, 10:2-3, 351-364, DOI: 10.1080/00437956.1954.11659532

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Karlgren et la phonologie," Panchronica, 30/12/2020, https://panchr.hypotheses.org/3333 (ISSN 2494-775X)

Un cas de plagiat en syntaxe du chinois

Dans billet qui vient juste de paraître, Lai Yunfan documente un cas de plagiat avéré dans une thèse de doctorat parue en 2018 (Yu 2018) portant sur les constructions disposales (处置式) dans les langues sinitiques. La victime de ce plagiat est ma collègue Hilary Chappell de l’EHESS: en effet, plusieurs sections de cet article y ont été intégralement traduites, et présentées comme un travail original.

Même à titre de traduction des travaux d’Hilary Chappell, ce plagiat pêche par des erreurs grossières, dont l’une des plus amusantes, parmi celles que relève Yunfan, est sans doute la traduction de « Thai (language) » (en chinois 泰语) par 秦语 qínyǔ, une erreur due à la ressemblance graphique entre les caractères 泰 et 秦, malgré une absence de proximité phonétique.

Certains commentateurs du billet suggèrent d’ailleurs que la personne dont le nom apparaît comme auteur de la thèse a payé quelqu’un sur internet pour effectuer cette traduction à sa place, et que le traducteur y a laissé des erreurs exprès.

Néanmoins, il semble que le crime a payé, puisque la plagiaire a obtenu son doctorat à l’université normale de Wuhan (notons que le directeur n’a pas dû lire ce document, ou qu’il manque de familiarité avec son propre domaine de recherche), et a réussi à trouver un poste dans une université normale du Hubei (湖北第二师范学院), immédiatement après sa thèse, ainsi que des financements de projets de recherches.

Des affaires de ce type sont malheureusement monnaie courante dans certains milieux du monde universitaire chinois. Une personne que je ne nommerais pas a d’ailleurs fait pression sur Lai Yunfan pour qu’il supprime au plus vite son billet, sous la menace de représailles. Lai Yunfan n’a pas cédé à ces menaces, mais a néanmoins enlevé le nom de la plagiaire et de l’université dans son billet, afin de ne pas causer un tort involontaire à Hilary Chappell et aux autres membres de notre centre de recherches.

Acculée, la plagiaire a contacté (par un message privé) une des doctorantes d’Hilary Chappell pour s’excuser, dans l’espoir que la page soit tournée le plus vite possible. Néanmoins, l’auteur de cette thèse et son directeur (汪国胜) ne devraient-il pas reconnaître publiquement cette faute déontologique, et prendre les dispositions qui s’imposent?

Selon moi, un directeur de thèse a la responsabilité directe des travaux de ses doctorants: plus encore que la plagiaire, c’est lui qui est fondamentalement à blâmer dans cette affaire.

Références
Chappell, H. (2013). Pan-Sinitic Object Marking: Morphology and Syntax. Breaking Down the Barriers: Interdisciplinary Studies in Chinese Linguistics and Beyond.​ Taipei: Academia Sinica, 785-816.
Yu Le 余乐 2018. 《汉语方言处置范畴比较研究》华中师范大学 lien