Le préfixe de l’aspect continu en Rma

Ceci est un billet invité de Nathaniel Sims.

Comme c’est le cas pour d’autres variétés du Rma, (aussi appelé Qiang) le Yonghe utilise un préfixe pour exprimer l’aspect continu. Ce préfixe indique qu’un état ou une action est en cours et couvre la gamme sémantique des adverbes « encore » et « toujours » en français. Il est également assez similaire au morphème chinois 还 hai « encore ». Le préfixe d’aspect continu Yonghe présente certaines variations phonologiques et sémantiques. Cette section abordera d’abord les alternances phonologiques, puis les nuances sémantiques. Enfin, nous discuterons de l’utilisation de ce préfixe avec les emprunts provenant du chinois.

1. Alternances phonologiques

Le préfixe de marquage d’aspect continu présente deux types différents d’allomorphie. Premièrement, il y a une alternance vocalique entre [tæ] et [ta]. La première se produit avant les voyelles antérieures tandis que la seconde se produit avant les voyelles postérieures. Des exemples illustrant cette alternance sont donnés dans le Tableau 1 ci-dessous :

La figure 1 donne des exemples du préfixe continu par M. Yang Zhiquan dans le corpus. On y voit que la variante [tæ] est plus courante contrairement aux exemples correspondant à la variante [ta] qui est, malheureusement, plus rare.

Avec plus de données, il pourrait être démontré qu’il existe des sous-régularités en fonction de la voyelle qui suit le préfixe, et aussi de la position du préfixe relativement à la chaîne de préfixes dans laquelle il apparaît éventuellement.

Le deuxième type d’alternance est de nature tonale. Avant les verbes monosyllabiques de type I, le préfixe a un ton grave et le radical a un ton aigu. Avant les verbes monosyllabiques de type II (ainsi que les verbes irréguliers de type IV, tels que « boire »), le préfixe a un ton aigu.

L’exemple (1) illustre à la fois l’alternance vocale et tonale. Notez que « manger » est un verbe de type I et que « boire » est un verbe irrégulier de type IV.

 

(1) ká  hǐ tǽ-thæ̀, mòmó tà-dzá
1S vin  CONT-boire:1 brioche.vapeur   CONT-manger:1

‘Je bois encore du vin, je mange encore des brioches à la vapeur’ (YH-102_023)

Avant les verbes disyllabiques, le préfixe a un ton grave invariable et il y a une neutralisation de la distinction entre les verbes disyllabiques avec un ton aigu final et ceux avec un ton aigu initial. Le tableau 3 donne des exemples illustrant ce point.

2. Nuances sémantiques

La sémantique de ce préfixe est nuancée. D’une part, il peut désigner la continuation comme le montre l’exemple (1) qui a été produit par M. Yang Zhiquan au milieu du dîner. D’autre part et outre une signification purement aspectuelle, ce préfixe peut donner une signification emphatique. L’exemple (2), tiré de l’histoire d’un homme qui prend un cheval à son gendre, illustre cette fonction du préfixe. Plus tard, sa femme le réprimande pour avoir pris le cheval.

(2a)  méj:
EXCL

‘mon dieu!’

(2b) mútʌ̀ kʌ́tʌ̀ mà-tʂwá-j,
they thus NEG-have-EVID

‘ces gens sont si pauvres’

(2c)  jý ʔʌ̀-tʌ́  dzì-pú-kì-næ̀
horse one-CLF  ORT:towards-buy-AM:go-LNK

‘(ils) vont  acheter un cheval,’

(2d) ʔú tɕhjǽ tæ̀-jí-kì-wù-nì
you want:1 CONT-say-AM:go-APPL-2

‘et pourtant tu vas et tu leur dis « Je (le) veux »
OU ‘et tu es quand même allé leur dire que tu le voulais.’

Notez que le prédicat qui prend le préfixe de l’aspect continu est déjà apparu, et l’utilisation du préfixe reflète l’attitude critique de la femme qui parle à son mari.

Lorsqu’il est utilisé avec des verbes statiques, le préfixe peut donner un sens soit aspectuel, soit superlatif. Ainsi, [tà-ʂʌ́-j] CONT-joli-EVID peut signifier « encore joli » ou « encore plus joli ». Le préfixe peut également être utilisé avec au moins quelques verbes statifs après la construction de classification « un peu », et ce d’une manière légèrement emphatique, exprimant un dépassement des attentes. Un exemple de ce type d’utilisation est donné en (3).

(3) ʔʌ́-w tæ̀-ʑí-j
un-morceau CONT-délicieux-EVID

‘plutôt savoureux !’ cf. le chinois 还有点好吃 (littéralement « encore un peu bon à manger. »)

3. Utilisation avec les emprunts du chinois

Lorsque ce préfixe est utilisé avec les emprunts du chinois, l’assimilation vocale est toujours présente. Des exemples illustrant ce point sont donnés dans le tableau 4.

Il est intéressant de constater que, dans le cas des emprunts du chinois, le préfixe CONT a toujours un ton grave et que le motif des deux premières syllabes de ces constructions est invariablement bas-haut. Notez que les emprunts chinois [ɕín-thà] « pratiquer, permettre, autoriser » et [phàn-thá] « être gros » ont des motifs tonaux différents dans la forme de citation, mais que ces différences sont neutralisées lorsqu’elles sont préfixées par le préfixe d’aspect continu. Cela témoigne du degré d’intégration des emprunts chinois en Rma. Ils déclenchent les mêmes alternances segmentaires dans le préfixe d’aspect continu, et sont soumis aux mêmes types de neutralisations tonales lorsqu’ils sont préfixés par des verbes en Rma.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Nathaniel A. Sims, "Le préfixe de l’aspect continu en Rma," Panchronica, 17/11/2020, https://panchr.hypotheses.org/3309 (ISSN 2494-775X)

Étymologie du chinois 豚

Parmi les nombreux termes désignant les cochons en chinois ancien, 豚 dwon (reconstruit comme *lˤu[n] par Baxter et Sagart) « petit cochon » a été comparé au gongduk don par George van Driem.

Toutefois, quelle que soit l’origine de ce mot gongduk, il me semble qu’il est possible de proposer une étymologie interne au chinois. Il existe en effet un adjectif 腯 dwot « gras », qui s’emploie particulièrement pour les cochons (selon le Shuowen, 牛羊曰肥,豕曰腯), et dont voici un exemple d’utilisation dans le Zuozhuan:

(1) 吾牲牷肥腯,粢盛豐備
“Mes victimes, sont parfaites et d’une seule couleur ; elles sont bien grasses. Le millet offert dans les vases est abondant et les remplit. » (Huan 6, traduction de Couvreur)

La série de 盾 dwonX (< *lˤu[n]ʔ) est aussi reconstruite avec des latérales par Baxter et Sagart, et les deux séries phonétiques ne sont donc pas incompatibles. 豚 dwon et 腯 dwot sont d’ailleurs explicitement rapprochés par Wang Li (1982:457).

Le nom 豚 dwon pourrait s’expliquer comme une nominalisation par le suffixe -n (marginalement attesté en chinois, mais bien connu en tibétain) de 腯 dwot (< *lˤut), à reconstruire donc comme *lˤut-n, signifiant originellement "le gras", une épithète appropriée pour désigner un cochon engraissé. Cette hypothèse ne rend toutefois pas compte du sens spécifique de "cochonnet".

Références
Baxter, William H. & Laurent Sagart. 2014.Old Chinese: a new reconstruction. Oxford: Oxford University Press.
van Driem, George 2005. ‘Tibeto-Burman vs. Indo-Chinese: Implications for population geneticists, archaeologists and prehistorians’, pp. 81-106 in Laurent Sagart, Roger Blench and Alicia Sanchez-Mazas, eds. The Peopling of East Asia: Putting Together the Archaeology, Linguistics and Genetics. London: Routledge Curzon.
Wang Li 1982 《同源字典》商务印书馆

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Étymologie du chinois 豚," Panchronica, 16/11/2020, https://panchr.hypotheses.org/3302 (ISSN 2494-775X)

Thèse de Zhang Shuya sur le situ de Bragbar

Zhang Shuya 章舒娅 a soutenu vendredi 6 novembre 2020 sa thèse de doctorat intitulée Le rgyalrong situ de Brag-bar et sa contribution à la typologie de l’expression des relations spatiales : L’orientation et le mouvement associé devant un jury comprenant ses directeurs (Christine Lamarre et moi-même), Alexis Michaud, Nathan Hill, Antoine Guillaume et Françoise Robin. Lai Yunfan a déjà écrit une présentation détaillée de cette thèse sur ce blog; elle a par ailleurs été lauréate du prix jeune chercheur de la fondation des Treilles.

Même si le situ est l’une des premières langues rgyalrong à avoir été décrite, la variété de Bragbar se distingue fortement des dialectes précédemment étudiés, comme le cogtse, notamment par la richesse de sa système d’alternances, sujet qui a fait déjà l’objet de cet article.

Zhang Shuya est la dernière en date des « Jung-rgyalrongologen » à soutenir sa thèse, qui fait suite à celles de Lai Yunfan sur le khroskyabs et de Gong Xun sur le zbu. Elle comprend une description générale de l’ensemble de la langue, suivie d’une étude plus approfondie de l’orientation et du mouvement associé. C’est d’ailleurs, comme l’a indiqué Antoine Guillaume pendant la soutenance, la première thèse à avoir le terme « mouvement associé » dans son titre.

Si cette thèse a beaucoup bénéficié de l’environnement de travail à l’INaLCO et au CRLAO, et de l’émulation des autres doctorants, en particulier Lai Yunfan, c’est un travail dont la qualité démontre le caractère collaboratif et cumulatif de la recherche en linguistique. Il ne s’agit pas en effet d’une simple application scolaire des travaux précédents, mais d’une recherche de grande envergure et d’une réelle originalité.

Étant donnée la taille de la thèse, je vais illustrer les contributions de Zhang Shuya à la linguistique rgyalronguique et à la typologie morphosyntaxique, en restreignant la discussion à trois points particuliers concernant le mouvement associé.

Premièrement, concernant le degré d’intégration du mouvement et de l’action (p.567), Zhang Shuya montre dans l’exemple (645) que contrairement à ce que l’on savait concernant le japhug, en situ de bragbar l’emploi du cislocatif au perfectif n’implique pas que le mouvement ET l’action du verbe soient tous deux achevés, mais simplement le premier.

(645) nəɟə̂ thə̂ nə-ɟɐ-ˈtə-va-n ?
2sg quoi pfv:aval-cisloc-2-faireII-2sg
Qu’est-ce que tu es venu faire?

Malgré mon scepticisme lorsque Zhang Shuya m’a montré cet exemple, j’ai dû me rendre à l’évidence que le mouvement associé en situ est très différent de celui du japhug, où le sens de (645) ne pourrait être exprimé que par un verbe de mouvement avec complément de but. Cette découverte illustre d’une part que le paramètre du degré d’intégration du mouvement n’est pas essentiel à la définition du mouvement associé, qu’il n’est pas stable diachroniquement, et qu’au sein d’un même système de mouvement associé, tous les marqueurs ne fonctionnement pas nécessairement de la même façon: en effet, dans le cas du translocatif, il n’est pas possible de séparer ainsi la réalisation du mouvement et de l’action du verbe en bragbar (voir aussi cet article). La dissymétrie entre cislocatif et translocatif n’avait jamais été illustrée de façon aussi claire auparavant.

Deuxièmement, Zhang Shuya montre également (p.587) qu’au sein des dialectes situ, on observe à la fois une évolution diachronique d’un marqueur de mouvement associé translocatif à un marqueur d’orientation non-spécifiée (en bragbar), ainsi que l’évolution inverse (en cogtse), ce qui réfute l’idée d’une unidirectionnalité dans l’évolution des systèmes de mouvement associé de d’orientation.

Troisièmement, on observe en bragbar une fusion entre mouvement associé et préfixes d’orientation dans le cas du préfixe composé ɕo- (p.592) très inattendue que Zhang Shuya analyse avec raison comme résultant d’un ordonnancement irrégulier mouvement MA-orientation, inverse de celui qui est général dans la langue, mais identique à celui que l’on trouve en rgyalrong du nord, ce qui a naturellement des implications importantes pour la linguistique historique.

Des cas similaires de contributions très spécifiques peuvent se trouver dans l’ensemble de la thèse.

Par ailleurs, le travail de Zhang Shuya ne se limite pas à sa thèse, puisqu’elle a d’une part enregistré et transcrit un corpus de 48 heures, qui a vocation à être conservé dans la collection Pangloss, et qu’elle se consacre à des projets de recherches sur les systèmes de parentés (Zhang et Fan à paraître) et sur l’ethnobotanique.

Références
Jacques, Guillaume, Aimée Lahaussois, and Shuya Zhang Forthcoming. Associated motion in Sino-Tibetan, with a focus on Gyalrongic and Kiranti. In Guillaume, Antoine and Harold Koch (eds.), Associated Motion. Moutonde Gruyter.
Koch, Harold 1984. The category of « Associated Motion » in Kaytej.Languages in Central Australia (1) : 23–24.
Zhang, Shuya and Jingming Fan (à paraître). Brag-bar kinship system in synchronic and diachronic perspectives. Bulletin of the School of Oriental and African Studies.