Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain

Le verbe tibétain སྦྱིན་ sbʲin « donner » est surprenant à plus d’un titre.

Premièrement, sa consonne finale ne trouve pas de correspondant dans les cognats avec d’autres langues trans-himalayennes, comme le chinois 畀 pjijH (de *pi-s ou *pit-s, voire même peut-être *pik-s), le Khaling |bi| ou le hakha lai pèe-I, peek-II ‘give, offer’ (du proto-Kuki-Chin *pia-I, *piak-II selon VanBik 2009) — l’absence de coda en japhug (mbi « donner ») n’est pas décisif, car le *-n est perdu régulièrement en proto-rgyalrong.

Deuxièmement, (comme c’est le cas des verbes « donner » dans de nombreuses langues, du grec δίδωμι à l’hébreu nāṯan) sa flexion est unique: སྦྱིན་ sbʲin au présent et au futur, bʲin བྱིན་ au passé et à l’impératif, il a donc un préfixe s– au présent/futur, là ou d’autres verbes ont soit un préfixe nasal འ ɦ-, soit d-/g- (lesquels sont en distribution complémentaire).

Il est possible que ce préfixe soit unique, mais il pourrait aussi s’agir de la trace d’une loi phonétique particulière. Dans cette seconde hypothèse, on pourrait supposer que le préfixe qui donne g- devant coronale au présent (avec arrondissement de la voyelle), avait pour réflexe original s- devant labiale. On attendrait en principe d- devant labiale, mais notons qu’il n’y aucun verbe ayant une initiale labiale avec un d- marquant le présent alternant avec b- au passé.

Le g- du présent peut en principe soit se reconstruire comme *go-, soit comme *do- (le voisement étant non-distinctif, voir cet article et les références qui y sont citées). Si l’on suppose que le préfixe s- dans སྦྱིན་ sbʲin est le réflexe régulier de ce préfixe devant nasale, il faut supposer la règle (1), qui ne doit pas s’interpréter toutefois comme un changement phonétique unique.

(1) *g(o)- ou *d(o) > s- /_[labiale]

Cette hypothèse n’a d’intérêt que si elle permet de rendre compte d’autres faits apparemment sans relation. A ce titre, notons le nom སྨེ་བ་ sme.ba ‘grain de beauté’, qui semble avoir pour cognat en japhug qame de même sens, un des très rares noms de partie du corps à ne pas être inaliénablement possédé, et à avoir le préfixe de classe qa-. Dans l’hypothèse où le préfixe de présent était originellement dorsal, on pourrait modifier (1) en supposant que la règle était (2)

(2) *[dorsale]- > s- /_[labiale]

(au lieu donc de *[dorsale]- > d- /_[labiale], la règle habituellement admise)

On pourrait rendre comme de སྨེ་ sme– et de སྦྱིན་ sbʲin par (2) selon (3).
(3) a. *gV-me > sme
b. *go-bin > sbʲin

La préinitiale d- devant labiale aurait pour origine uniquement des dentales, et non des vélaires. La forme de futur སྦྱིན་ sbʲin dans cette hypothèse est analogique, car le futur des verbes à labiale ont d- et que donc selon (2) il ne peuvent pas provenir d’une dorsale.

Références

VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages. STEDT Monograph 8 Lien

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain," Panchronica, 18/07/2020, https://panchr.hypotheses.org/3271 (ISSN 2494-775X)