A propos des préverbes d’orientation en tangoute et en horpa

Mathieu Beaudouin a fondé un blog de linguistique dont le premier billet aborde la question épineuse de la cognation des préverbes d’orientation entre tangoute, horpa, khroskyabs et rgyalrong nucléaire.

Le préverbe d’orientation indéfinie du tangoute 𘙇 rjɨr- et celui du khroskyabs rə- (Lai 2017:305) ont une ressemblance indéniable, et semblent distincts de leurs équivalent en geshiza (dæ- Honkasalo 2019:534) ou en rgyalrong nucléaire (japhug jɤ-).

Le geshiza a bien un préverbe rə-, mais celui-ci signifie « away from river, upwards », et Mathieu Beaudouin propose l’hypothèse d’une comparaison avec le préverbe tɤ- « vers le haut » du japhug, avec lénition de l’occlusive, un changement courant mais encore mal compris, et qui fera l’objet d’un prochain billet. Notons que le situ de Bragbar a aussi une initiale lénifiée r- dans le préverbe « vers le haut » (Zhang 2016). En tangoute et en khroskyabs, l’orientation « vers le haut » est exprimée par des préverbes distincts, 𗈪 .a- et æ-.

La question de savoir quelles langues sont innovatrices sur ce point est assez complexe, et il est difficile d’y répondre de façon décisive à ce stade de notre connaissances des lois phonétiques. Mathieu privilégie l’hypothèse que le geshiza et le japhug, appartenant à des branches plus éloignées du rgyalronguiques, devraient refléter la fonction archaïque, et que le tangoute et le khroskyabs auraient innovés en subissant un changement sémantique du la fonction « vers le haut » vers celle d’orientation indéfinie, et en innovant un préverbe « vers le haut » distinct (à attaque nulle).

Un argument contre l’archaïsme du préverbe tɤ- du japhug (et de ses cognats en rgyalrong nucléaire) est qu’il pourrait avoir été grammaticalisé d’un adverbe ou d’un nom locatif: il y a même deux candidats potentiels entre lesquels je ne veux pas trancher: atu « vers le haut » et ɯ-taʁ « le haut », provenant de deux racines distinctes), tandis qu’une telle explication ne semble pas disponible pour les préverbes du tangoute et du khroskyabs.

Toutefois, si l’on observe les formes des préverbes d’orientation dans d’autres langues de la région (Shirai 2018), il semble que l’orientation « vers le haut » est marquée par un préverbe à occlusive dentale dans la majorité des langues, y compris en rmaïque (qiang) et en pumi, tandis que la seule langue autre que le khroskyabs et le tangoute à avoir une attaque nulle pour ces préverbes est le zhaba, ce qui irait en faveur de l’hypothèse de Mathieu, et pourrait avoir une incidence sur la question de la position du tangoute dans le groupe rgyalronguique.

La seconde partie de l’hypothèse de Mathieu, à savoir la réinterprétation du préverbe « vers le haut » comme préverbe à orientation indéfinie, mérite discussion. Sur la question phonétique, Lai (2017: 319) suggère que le préfixe rə- du khroskyabs pourrait provenir par lénition d’une ancienne occlusive dentale, préservée en stau (də- en g.yurong). Toutefois, si cette idée est acceptée, elle va paradoxalement à l’encontre de l’hypothèse de Mathieu, car dans ce cas le cognat du préfixe rə- du khroskyabs en geshiza serait plutôt le préfixe indéfini dæ-.

Références
Honkasalo, Sami 2019. A Grammar of Eastern Geshiza : A Culturally Anchored Description. Université d’Helsinki.
Lai, Yunfan 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi, université Paris III.
Shirai Satoko 2018. A geolinguistic analysis of directional prefixes in Qiangic languages
Zhang, Shuya 2016. La phonologie et la morphologie du dialecte de Brag-dbar du rgyalrong situ, mastaire de l’Inalco.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos des préverbes d’orientation en tangoute et en horpa," Panchronica, 12/04/2020, https://panchr.hypotheses.org/3249 (ISSN 2494-775X)

Le kiranti est-il paraphylétique? (1)

Dans un article récent, Gerber et Grollmann (2018) passent en revue les innovations proposées par différents auteurs pour définir le groupe kiranti, et concluent que les arguments en faveur de la monophylie du kiranti ne sont pas décisifs.

Parmi les innovations qu’ils critiquent, notons ma proposition d’une loi phonétique *-a[tl] à *-ɛ[tl] en proto-kiranti (Jacques 2017:205), basée sur les exemples suivants:

A cette idée, Gerber et Grollmann (2018:217) apportent l’objection suivante:

Il est clair qu’il existe des *-at et et -al en proto-kiranti (qui deviennent -ɛt et -ɛl respectivement en kiranti), et que leur existence soulève une question pour mon hypothèse: soit il s’agit de mots empruntés, ou formés par suffixation de -t après le changement de *-a[tl] à *-ɛ[tl], soit il faut postuler en pré-proto-kiranti une voyelle distincte de *a dans ces mots.

Néanmoins, les données du lohorung discutées dans ce passage n’infirment en rien l’hypothèse que j’avais proposée. Le verbe |khɛt| « aller » du lohorung cité dans ces paragraphes correspond au khaling |kʰot| « aller », qui se reconstruit régulièrement comme *|kʰɑt| selon mon système (voir p.6). Le fait que le lohorung ait une rime -ɛt alternant avec -ar est une observation très intéressante, mais ce qu’elle montre est que (i) le *-ɑt du proto-kiranti devient -ɛt en lohorung , mais que par contre (ii) devant voyelle, où le -t- se lénifie en -r-, et où le *ɑ doit être en syllabe ouverte (le r devenant l’attaque de la syllabe suivante, comme en limbu |sɛt| tuer qui donne /sɛr-uŋ/ [sɛ.ruŋ] ‘je le tue(rai)’).

Cette question est complètement indépendante que celle du *-ɛt proto-kiranti, qui se confond avec *-et dans les langues autres que le le limbou. Comme le montrent les données de Gerber dans ce document de travail, le mewahang (et le lohorung) présente une voyelle /e/ dans le verbe « tuer », qui s’oppose au /ɛ/ provenant de *-at ou *-ɑt: « The mid-low front vowel ɛ contrasts with mid-high e, viz. seʔma ‘to kill’ vs. sɛʔma ‘to pull’ » (p.4). Le mewahang a donc subi des changements phonétiques similaires à celui du khaling: *-ɛt et *-at devenant respectivement /-et/ et /-ɛt/. Le conditionnement du second changement est légèrement différent, puisqu’en khaling le passage de *a à ɛ affecte tous les *a qui ne sont pas suivis d’une vélaire, y compris en syllabe ouverte, pas seulement ceux suivis de -t.

Un réel contre-exemple à mon hypothèse serait de trouver une langue kiranti où l’un des cognats des quatre verbes du tableau ci-dessus aurait préservé un vocalisme /a/: l’hypothèse ne porte pas sur un trait typologique (un changement *-at à *-ɛt, qui naturellement peut avoir lieu dans n’importe quelle région du monde) mais sur le fait que certains étymons kiranti ont une voyelle antérieure (ɛ en limbou et e dans les autres langues) correspondant à une voyelle ouverte ailleurs dans le famille.

Références
Gerber, Pascal et Selin Grollmann 2018. What is Kiranti? Bulletin of Chinese Linguistics, 11(2): 99-152. lien 1,lien 2
Jacques, Guillaume 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots, Folia Linguistica Historica 38. 177–215.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le kiranti est-il paraphylétique? (1)," Panchronica, 03/04/2020, https://panchr.hypotheses.org/3234 (ISSN 2494-775X)