Etymologie de quelques adverbes d’orientation en japhug

Les adverbes tɤton ‘vers le haut (de la pente)’ et tɤʑɯn « vers le bas (de la pente) » en japhug sont doublement anormaux: i) ils ont une coda –n qui ne se trouve pas dans les mots du vocabulaire hérité (le –n ayant disparu, comme le –l, suite à un changement phonétique), ii) le radical ʑɯ(n) de l’adverbe ‘vers le bas’ a une consonne initiale différente à la fois de celles des préverbes d’orientation « vers le bas » et des autres adverbes indiquant cette orientation (préverbes: pɯ-, pjɯ-; adverbes: aki, tɕeki; noms: ɯ-pa « le bas ») que de ceux de l’orientation « vers l’aval » (préverbes: thɯ-, chɯ-; adverbes: athi, tɕethi; noms: ɯ-thɤcu).

La comparaison avec le tshobdun permet d’aller plus loin. Les cognats de ces deux adverbes sont tɐ́təm `uphill’ et tɐ́ɟət `downhill’ respectivement; les formes japhug attendues à partir de celles du tshobdun seraient †tɤtom et †tɤʑɯt respectivement. C’est donc la coda qui demande une explication; la plus simple est la coalescence avec soit le démonstratif , soit l’additif , qui ne sont pas accentués et peuvent tendre à perdre leur voyelle.

Les premières syllabes – / – pourraient s’interpréter soit comme des préfixes possessifs indéfinis (dans ce cas les bases –təm et –ɟət seraient nominales) ou des préfixes de nominalisation (les bases ci-dessus seraient alors d’origine verbale);

L’adverbe ‘vers le haut de la pente’ ressemble superficiellement aux noms et adverbes tels que japhug atu « haut » ou le situ atô « en amont ». Néanmoins, la coda -m en tshobdun indique que cette ressemblance est sans doute fortuite. Je n’essaierai pas de proposer une étymologie pour –ton et –təm.

En ce qui concerne –ʑɯn et –ɟət, notons que cette correspondance remonte à la consonne proto-rgyalrong que j’ai reconstruite *j-, et qui correspond à j– en situ de cogtse. or dans cette langue, il existe un verbe jə̂ ‘to go downwards’ (Lin 2016:61) dont la forme serait compatible avec les adverbes du tshobdun et du japhug, modulo la coda -t. Le cogtse confond les *j- et les *lj- du proto-rgyalrong (japhug ʑ- et j- respectivement), mais le situ de bragbar les distingue (comme ɟ- et j-), et l’on a bien dans ce dialecte la forme ɟə̂ (Zhang 2019:319) attendue pour un mot à initiale *j-.

Si ce verbe et toute la série à laquelle il appartient n’existe pas en rgyalrong du nord, les adverbes tɤʑɯn et tɐ́ɟət sont interprétables comme des formes originellement nominales dérivées de ce verbe, par application conjointe d’un suffixe de nominalization –t (très rare en rgyalronguique, cf tibétain -d) et d’un préfixe de nominalization tɤ- (ou de la forme du préfixe de possession indéfini, après la nominalisation par la suffixe -t).

Ces formes indiquent donc que la racine verbale jə̂ ‘to go downwards’ du situ est un archaïsme, hypothèse renforcée par le fait que l’on trouve dans les langues kiranties un verbes de deixis élévationnelle cognat: khaling |je| येन्य ‘come down’, limbou |yu|’come down’ (d’un lieu à altitude plus haute). Il est donc possible que l’opposition d’élévation que l’on trouve dans les verbes de mouvement du situ et ceux de nombreuses langues kiranties (à propos desquelles un article est en préparation) soit au moins en partie une préservation de leur ancêtre commun.

Réferences
Lin, Youjing 2016. How grammar encodes space in Cogtse Rgyalrong. Himalayan Linguisttics, 16(1), Special Issue on the Grammatical Encoding of Space, Carol Genetti and Kristine Hildebrandt (eds.), pp 59-83. https://escholarship.org/content/qt7k7535h6/qt7k7535h6.pdf
Sun, Jackson T.-S. and Bstan’dzin Blogros 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts With a Grammatical Introduction. Language and Linguistics Monograph Series 62. http://www.ling.sinica.edu.tw/LL/zh/monographs.Contect/%E8%8D%89%E7%99%BB%E5%98%89%E6%88%8E%E8%AA%9E%E5%8F%A3%E8%AA%9E%E6%96%87%E6%9C%AC%E5%88%86%E6%9E%90%E6%9A%A8%E8%AA%9E%E6%B3%95%E7%B6%B1%E8%A6%81/
Zhang, Shuya 2019. Stem alternations in the Brag-bar dialect of Situ Rgyalrong, Linguistics of the Tibeto-Burman Area, 41(2):294-330. https://www.academia.edu/38302707/Stem_alternations_in_the_Brag-bar_dialect_of_Situ_Rgyalrong

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Etymologie de quelques adverbes d’orientation en japhug," Panchronica, 22/02/2020, https://panchr.hypotheses.org/3206 (ISSN 2494-775X)

Problèmes de comparatisme rgyalronguique (2): les correspondances vocaliques

Le japhug et certaines variétés de situ se distinguent des autres langues rgyalronguiques en cela que leur rime -a correspond bien au tibétain -a (ou au tibétain -al, -an, suite à la chute des sonantes finales *-l et *-n, ou au tibétain -o suite à la loi de Laufer) ou d’autres langues extérieures au rgyalronguiques, et préservent vraisemblablement le *-a du proto-rgyalronguique.

Les quelques paires de cognats suivants entre japhug et tibétain illustrent ces correspondances:
|ndza| « manger » : ཟ་ za « manger »
|pa| « faire » : བྱས་ bʲas « faire » (passé, racine -bʲa-)
tɯ-rna « oreille » : རྣ་ rna « oreille »
tɯ-ɕna « nez » : སྣ་ sna « nez »
tɯ-tɣa « empant » : མཐོ་ mtʰo « empant » (pré-tibétain *mtwa)
tɯ-ɕɣa « dent » : སོ་ so « dent » (pré-tibétain *swa)

La plupart des langues rgyalronguiques, y compris certains dialectes du situ comme celui de Bragbar , ont toutefois des voyelles antérieures (en bragbar -iɛ, en tshobdun -e, en zbu -i, -ie ou -e) correspondant au japhug -a. Ces correspondances s’observent dans des emprunts au tibétain, comme nous allons le voir plus bas, ce qui indique leur caractère relativement récent; par ailleurs, le fait que le tshobdun soit affecté par l’antériorisation des voyelles, tandis que le japhug ne l’est pas, alors que ces deux langues sont sans nul doute les plus proches phylogénétiquement, implique que ces changements ont eu lieu indépendamment dans les différentes langues rgyalronguiques (au moins en partie).

Néanmoins, si l’on s’intéresse de près aux correspondances, il est évident que l’on ne peut se contenter de supposer un changement d’antériorisation non-conditionné du *-a. Simplement entre le tshobdun et le japhug, ont observe les deux correspondances principales suivantes (les données tshobdun viennent des textes édités par Jackson T.-S. Sun):

Japhug : Tshobdun

(1) -a : -e
qarma « crossoptilon » : qɐrme
ra « être nécessaire » : reʔ
sna « être bien » : sneʔ
spa « être capable » : ‘spe
tɤjpa « neige » : tɐjpe
tɯ-ŋga « habits » : tə́-ⁿge
tɯ-rpa « hache » : tərpe
tɯ-tɣa « empant » : kə-tʰwe

La correspondance (1) est très courante dans les emprunts au tibétain:
tɤ-zgra « bruit » : o-zgre : སྒྲ་ sgra
smɤnba « médecin » : smɐ́nbe : སྨན་པ་ sman.pa

(2) -a : -ɐ
iɕqha « à l’instant » : ʃqʰɐʔ
nɤɕqa « supporter » : nɐ́ʃqɐ
ɴqa « être dur » : mqɐ
sqa « cuire » : sqɐ
tɤ-ʁa « temps libre » : tɐqɐ
βʁa « gagner, être puissant » : fqɐ
ɯ-qa « fond »: o-qʰɐ


cha « pouvoir » : cʰɐ
nɤma « faire, travailler sur » : nɐmɐ
tɤrka « mule »: tɐrkɐ

Cette correspondance est aussi attestée dans certains emprunts (plus rares que la précédentes)
ɯ-tshɯɣa « forme »: o-tsʰəɣɐ : ཚུག་ཀ་ tsʰug.ka

Il est manifeste que la correspondance (2) contient une part disproportionnée de mots à initiales uvulaires. Il est donc vraisemblable de supposer que le changement de *-a à -e en tshobdun a été bloqué dans les mots à initiales uvulaires (à cause de l’effet bien connu des uvulaires sur le F1). Les mots à initiales non-uvulaires seront discutés plus tard, mais notons dans un premier temps que leurs cognats en zbu (chɐ̂ « pouvoir », nɐmɐʔ II:nɐmɐ « travailler »; données personnelles) n’ont pas subi l’antériorisation (et que certains d’entre eux, comme « mule », sont probablement des emprunts internes aux langues rgyalrong).

Il semble exister un contre-exemple au blocage de l’antériosation par les uvulaires: le verbe transitif qha « haïr », dont le cognat tshobdun est qʰeʔ (dans ⁿge-qʰeʔ-nə « ils détestent » à l’imperfectif 3pl, thème I). Néanmoins, ont trouve aussi une forme qʰɐ (p.156, qʰɐ-nə « ils détestent » qui semble analysable comme un thème I. Son cognat zbu qɐ̂ II: ´qhɐ III: (données de Gong 2018, dialecte zbu distinct de celui cité ailleurs dans ce billet) n’a de forme à voyelle antérieure qu’au thème III. Le dérivé propriétif sɐqʰɐ « être détestable » a bien la voyelle -ɐ attendue, et quelle que soit la raison pour la forme imperfective ⁿge-qʰeʔ-nə (une généralisation analogique à partir du thème III, qui comme en japhug qʰe a une voyelle antérieure?), cette exemple n’infirme pas l’hypothèse que les uvulaires bloquent l’antériorisation en tshobdun.

Une complication aux correspondances (1) et (2) est le fait qu’il existe des alternances -e / -ɐ entre le thème I et II d’une part, et entre I/II et III d’autre part.

Le premier cas s’observe dans fceʔ « changer » II: fcɐ, III: fcɛʔ et ɐmqeʔ « se battre » II : ɐmqɐ (dont l’applicatif nɐmqeʔ a pour cognate japhug nɤmqe « insulter »).

Néanmoins, la plupart des verbes en -e ou -ɐ n’ont pas d’alternance vocaliques entre les thèmes I et II; c’est le cas des autres verbes correspondant au -a du japhug:

rɐmɐ « travailler », II: rɐmɐʔ (japhug rɤma)
sqɐ « cuire en faisant bouillir » II:sqɐʔ (japhug sqa)

Au thème III, les verbes en -e aux thèmes I et II ont toutefois régulièrement -ɐ:
ⁿdze « manger », II:ⁿdzeʔ, III:ⁿdzɐ (japhug ndza)
ntʃʰe »tuer », II:ntʃʰeʔ, III:ntʃʰɐ (japhug ntɕha)

Si l’origine de l’alternance -e / -ɐ au thème III est encore inconnue, notons aussi que certains mots à -e ou -i en japhug correspondent à des mots en -ɐ en tshobdun (ou en zbu), suggérant une centralisation d’anciennes voyelles antérieures dans certains contextes (liste non-exhaustive):

tɤ-rte « chapeau »: tɐrtɐ
tɯrme « homme »: tərmɐ
tɤ-se « sang » : tɐsɐ
tɤ-jme « queue » : o-jmɐ
tɤ-re « rire »: tɐrɐ
tɯtsɣe « commerce »: tətswɐ
ɯ-mke « cou »: o-mkɐ
ŋke « marcher »: nkɐ
tɤŋe « soleil »: tɐ́ŋɐ

Le verb qɐrte « porter (un chapeau) », pourtant vraisemblablement dérivé de tɐrtɐ « chapeau », a en revanche une voyelle antérieure.

Toutes ces observations indiquent que d’anciens *-e sont devenus -ɐ en tshobdun (il deviennent normalement -ɛ), et que certains verbes à *-e ont subi ce changement phonétique au thème II, mais pas au thème I (il est donc possible que cette alternance soit liée à l’accentuation), comme les verbes à alternances -e / -ɐ fceʔ « changer » et ɐmqeʔ « se battre ». Il est encore trop tôt pour déterminer avec précision le contexte phonétique précis de ce changement, car il est inévitable que l’analogie a dû jouer, comme l’atteste le fait que certains verbes semblent présenter des formes alternatives en tshobdun: ntsweʔ « vendre » (cognat du japhug ntsɣe) a pour thèmes II ntswɐ (ne-ntswɐ « he sold them out », p.202) et ne-ntswe (ne-ntswe « after he had sold … », p.203).

Références
Gong, Xun. Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Chine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative. Université Sorbonne Paris Cité. https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01894726v2/
Sun, Jackson T.-S. and Bstan’dzin Blogros 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts With a Grammatical Introduction. Language and Linguistics Monograph Series 62. http://www.ling.sinica.edu.tw/LL/zh/monographs.Contect/%E8%8D%89%E7%99%BB%E5%98%89%E6%88%8E%E8%AA%9E%E5%8F%A3%E8%AA%9E%E6%96%87%E6%9C%AC%E5%88%86%E6%9E%90%E6%9A%A8%E8%AA%9E%E6%B3%95%E7%B6%B1%E8%A6%81/