Problèmes de comparatisme rgyalronguique (1): la monosyllabisation sporadique

La documentation des langues rgyalronguiques a connu récemment des progrès importants, notamment avec la parution des textes tshobdun, et nous commençons à disposer des matériaux pour jeter les bases d’une vraie grammaire comparée du rgyalronguique. Dans cette série de billets, je vais présenter plusieurs questions particulièrement épineuses de comparatisme des langues rgyalronguiques.

On trouve entre les langues rgyalrongs certains cognats ayant un radicale dissyllabique dans une langue, et monosyllabique dans une autre.

Le japhug tɤ-pɤri « dîner » (et ses dérivés comme le verbe dénominal nɤpɤri « prendre son dîner »), au radical dissyllabique -pɤri (tɤ- est le préfixe de possesseur indéfini), correspond à tɐ-priʔ en tshobdun avec un radical monosyllabique -priʔ.

Il s’agit là d’un exemple isolé, et l’on trouve dans un autre cas la situation inverse: le nom possédé tshobdun o-múru « (sa) colère » au radical dissyllabique correspondant au japhug tɤ-mbrɯ « colère », avec chute de la voyelle de la première syllabe du radical et insertion d’un -b- épenthétique *-mVru > *-mru > *-mbru.

Un troisième type de correspondance s’observe avec le verbe sɐⁿbrovʔ, que J. T-S. Sun traduit comme « eat main food with », correspondant au japhug zmɤrɤβ de même sens. Ici, les deux langues ont des radicaux dissyllabiques. Le japhug zmɤrɤβ « manger avec » n’est pas synchroniquement analysable, mais a la forme du causatif d’un verbe †mɤrɤβ, qui lui-même pourrait être le dénominal d’un nom †tɤ-rɤβ. Si un tel nom n’est pas attesté à ma connaissance, on trouve en revanche le tshobdun tɐrovʔ « viande cuite » qui en serait le cognat attendu. Il est donc possible que le verbe tshobdun sɐⁿbrovʔ vienne d’un plus ancien *sɐ-m-rovʔ avec insertion d’un -b- épenthétique ici aussi, où le *-m- serait l’allomorphe non-syllabique d’un préfixe dénominal, et *sɐ- celui du causatif.

Le japhug et le tshobdun auraient donc ici deux verbes partageant la même racine et les même préfixes dérivationnels, mais avec une position différente de la voyelle de la chaîne préfixale:

*sɐ-m-rovʔ
*z-mɤ-rɤβ

Ces trois types de correspondances divergentes des radicaux dissyllabiques en japhug et en tshobdun ont sans doute leur explication dans des règles morphophonologiques de réduction vocalique aujourd’hui non-productives, et qu’il est prématuré de tenter de reconstruire. Notons qu’à l’intérieur du japhug on trouve des traces de phénomènes de réduction des premières syllabes de radical (lorsque certains préfixes sont ajoutés), comme l’illustre le nom ɯ-ʁle « réputation, face », nom possédé dérivé de qale « vent », où le préfixe qa- est devenu ʁ-.

Si les langues rgyalronguiques ne sont pas « monosyllabiques », ces observations rappellent le caractère apparemment sporadique de la monosyllabicisation dans ses premières étapes observé par exemple en viet-muong. Ces phénomènes ne sont pas incompatibles avec une approche néogrammairienne, mais pour les interpréter correctement, il est nécessaire de faire l’hypothèse de règles morphologiques disparues. Dans le cas du rgyalronguique celles-ci pourront sans doute bientôt être établie avec un certaine plausibilité lorsque nous aurons des grammaires synchroniques, des textes et des dictionnaires pour toutes les langues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Problèmes de comparatisme rgyalronguique (1): la monosyllabisation sporadique," Panchronica, 19/01/2020, https://panchr.hypotheses.org/3150 (ISSN 2494-775X)

Japhug et Tshobdun

La collection de textes tshobdun de Jackson T.S.Sun vient enfin de paraître, et est accessible en ligne à cette adresse. C’est une ressource fondamentale pour l’étude des langues rgyalronguiques: grâce à ce travail et aux autres collections de données du même type, il va bientôt devenir possible d’écrire une véritable grammaire comparée de ces langues.

Le tshobdun est assez probablement la langue la plus proche du japhug; je parlerai dans un autre billet des innovations communes partagées par ces deux langues.

La différence entre ces deux langues est néanmoins très profonde.Pour l’illustrer, comparons la phrase (1) tirée de la collection de textes Tshobdun avec (2), une adaptation en Japhug (par moi-même).

(1)
kəməqʰúnəʔ ⁿge-kə-qɐrŋiʔ=rɐʔ=kə ⁿge-fʃɐt-nə=nəʔ
afterwards IPFV-NMLZ:SBJ-hunt=PL=ERG IPFV-recount-3PL=SUB
pʰargot paste=nəʔ χʃíkə sɐsəɣvɐr
wild.boar solitary.pig=TOP very be.frightening
kɐ-o-ntʃʰe tʃʰozʔ ŋoʔ
GP-INV-kill be.the.rule be
Afterwards those who used to hunt tell (us), “Solitary boars are very frightening and kill people.”

(2) kɯ-maqhu tɕe, kɯ-ɣɤrʁaʁ pɯ-kɯ-ŋu nɯra kɯ pjɯ-fɕɤt-nɯ tɕe,
NMLZ:S/A-être.après LNK NMLZ:S/A-chasser PST.IPFV-NMLZ:S/A-être DEM:PL ERG IPFV-raconter-PL LNK
phaʁrgot khɯrndɯɣ nɯ wuma sɤɣ-mu tɕe pjɯ-kɯ-sat ŋgrɤl.
sanglier solitaire DEM vraiment PROP-ressentir.de.la.peur:FACT LNK IPFV-GENR:S/P-tuer être.le.cas.habituellement:FACT

Voici une liste des différences principales dans ce passage:

(i) Pour dire « ceux qui étaient chasseurs », on emploie en japhug plutôt la copule au passé imperfectif pɯ-kɯ-ŋu
(ii) différences de vocabulaire:
paste: « sanglier solitaire » (de pa « cochon » et -ste « seul »; l’équivalent japhug serait †pɤsti ou †paʁsti). Le japhug khɯrndɯɣ vient du tibétain ཁེར་འདུག་ kʰer.ⁿdug
χʃíkə : « très », emprunt à l’amdo qui n’existe pas en japhug, où l’on utilise wuma « vraiment, du Tibétain ŋo.ma (aussi en Tshobdun: ome)
sɐsəɣvɐr: « être effrayant », antipassif propensif du causatif səɣvɐr « effrayer » du verbe intransitif vɐr « ressentir de la peur ». En japhug on forme directement le propensif deexpérienceur du verb mu (sɤɣ-mu). L’équivalent Japhug de sɐ-səɣ-vɐr serait †sɤɕɯɣmu.
ntʃʰe: « tuer »,voir cette présentation
tʃʰozʔ : le cognat tɕhɤz en japhug (emprunté au tibétain) s’emploie au négatif pour exprimer le sense « contraire à la religion »
(iii) le générique de l’objet s’exprime par kɯ- en japhug, et par la combinaison de kɐ- et l’inverse en tshobdun.