L’antiquité des fricatives labiodentales

Un article qui vient de paraître dans Science présente une étude multidisciplinaire combinant linguistique historique, phonétique et paléoanthropologie, soutenant l’idée (attribuée à Hockett) que les fricatives labiodentales seraient des développements tardifs dans les langues du monde, postérieurs à la révolution néolithique, permis par un changement d’alimentation lié à l’agriculture.

Si certaines publications de linguistique dans des revues généralistes sont basées sur des corrélations dont l’interprétation est contestable, l’hypothèse que soutient cet article me semble mériter une sérieuse considération.

Il est vrai que dans la plupart des grandes familles de langues connues, les labiodentales sont secondaires: en indo-européen, à l’initiale de mot par exemple, les f- du germanique viennent de *p-, et ceux du latin (et dans des langues romanes) de *bh- ou de *dh-. Le proto-indo-européen, le proto-sémitique, le proto-ouralique, le chinois archaïque, dont certains des descendants ont des fricatives labiodentales, sont universellement reconstruits sans ces consonnes, qui se sont développées suivant des chemins très différents.

Néanmoins, les proto-langues, même les mieux reconstruites, ont un statut épistémologique distinct de celui des langues attestées: il s’agit en effet d’hypothèses toujours susceptibles d’être révisées. L’interprétation phonétique des proto-phonèmes elle-même est une question qui n’est pas toujours triviale.

Dans le cas des labiodentales, les langues maskoguiennes (en anglais muskogean, du nom Creek maskókî désignant leur langue) offrent un cas intéressant. Depuis Haas (1947), le proto-maskoguien est reconstruit avec une occlusive labiovélaire *kʷ qui correspond à k- en Creek (Cr)/Seminole (S) et à b- dans les autres langues (Choctaw Ct, Chickasaw Cs, Alabama A, Koasati K), comme l’illustre l’exemple (1). C’est la seule opposition phonologique entre occlusives sourdes et voisées dans ces langues (le *kʷ est passé à b sans se confondre avec les anciens *p qui sont restés p).

(1) *kʷixi ‘mulberry’ Ct bíhi, Cs bihiʔ, A bihi-coba ‘fig’ (coba ‘big’), K bihi ‘fig’, M bi:h-i, Cr/S ki:

Haas (1947:136) reconstruit aussi une fricative labiovélaire *xʷ, qui comme le montrent (2) et (3) correspond à la labiodentale f- en initiale de mot dans toutes les langues et à h- dans certains contextes.

(2) *xʷoxixo « bee » Ct foi, Cs fohiʔ, A/K foho, Cr fo: (Booker 1993:405)
(3) *kʷuxʷu- « to be roily » Ct buhukači(B) to churn (from « to cause to be roily »), Cr kufu’-y-ita « to churn »

La reconstruction comme *xʷ n’est pas explicitement justifiée: Haas note simplement ‘the reconstructed symbol *xʷ now replaces the *f which was formerly used ». On peut supposer qu’elle a pris cette décision pour obtenir un système plus symétrique avec le *kʷ. Si un changement *xʷ > f- est attesté dans de nombreuses langues (par exemple en cantonais), notons néanmoins que l’évolution de ce *xʷ n’est absolument pas symétrique avec celle du *kʷ dans les langues ci-dessus; si c’était le cas, on attendrait une fricative labiodentale f ou v dans les langues autres que le Creek, et un h- dans cette dernière en initiale de mot, ce qu n’est pas le cas. La solution de Haas est possible, mais l’hypothèse plus conservatrice de reconstruire *f à la place de *xʷne l’est pas moins.

L’absence (ou au moins la rareté) de labiodentales dans les proto-langues n’est donc pas un fait de langue complètement observable: c’est une lacune qui reflète peut-être davantage certaines habitudes des linguistes comparativistes qu’un phénomène réel des langues anciennes.

References
Blasi, D E ; Moran, Steven ; Moisik, S R ; Widmer, P ; Dediu, D ; Bickel, B (2019). Human sound systems are shaped by post-Neolithic changes in bite configuration. Science, 363(6432):eaav3218. https://science.sciencemag.org/content/363/6432/eaav3218
Booker, Karen M. 1993. More on the Development of Proto-Muskogean *kʷ,International Journal of American Linguistics, Vol. 59, No. 4: pp. 405-415.
Mary R. Haas,1947 « Development of Proto-Muskogean *kʷ, International Journal of American Linguistics 13, no. 3 (Jul., 1947): 135-137.
Kimball, Geoffrey 1990. The proto-Muskogean numeral system. https://kuscholarworks.ku.edu/bitstream/handle/1808/22916/MALC_1990_197-213_Kimball.pdf?sequence=1

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’antiquité des fricatives labiodentales," Panchronica, 10/04/2019, https://panchr.hypotheses.org/2950 (ISSN 2494-775X)

La détection automatique des emprunts

Dans un billet récent, Johann-Mattis List soulève la question de l’automatisation de la détection des emprunts.

Selon moi, il est des cas où une procédure automatique pourrait être envisagée, et je vais présenter ici une procédure qui me semble implémentable.

Le cas le plus simple est celui de langues dont l’ancêtre est (presque) attesté, comme les langues tibétaines ou les langues romanes, dont les ancêtres étaient des variétés proches du tibétain ancien et du latin classique.

Dans un tel cas, la procédure qui peut être employée (par exemple dans cet article) pour distinguer entre mots hérités et emprunts peut se schématiser de la façon suivante:

(1) collecter les mots pour lesquels une étymologie dans la langue ancestrale peut être déterminée. Les mots sans étymologie sont des candidats à être analysés comme emprunts (il peut s’agir aussi de mots hérités dont l’étymologie n’est pas évidente).
(2) Faire la liste des doublets: deux mots correspondant à la même forme ancestrale, toutes choses étant égale par ailleurs. Si ces deux formes ne peuvent pas s’expliquer comme des formes alternantes d’un même paradigme, alors au plus seule une des deux peut être héritée, et l’autre doit être empruntée à une autre variété provenant de la même proto-langue (une autre possibilité est que les deux mots soient des emprunts appartenant à des couches différentes). Il est possible que le corpus de donnée sur lequel on travaille ne contient pas de doublets ou trop peu pour être utilisable. Dans ce cas, sauter l’étape (3).
(3) Identifier les correspondances phonétiques distinctes des deux couches sur la base de ces doublets.
(4) Analyser l’ensemble du vocabulaire ayant une étymologie, et classer en plusieurs couches les correspondances, prenant comme base de départ les correspondances identifiées en (3).
(5). Une fois que l’on dispose de plusieurs couches de vocabulaire basées sur les correspondances phonétiques, l’identification de la couche héritée par rapport à la ou aux couches empruntées peut se baser sur les critères suivants:
(a) Proportion de vocabulaire culturel (religieux, technique) dans la couche, registre de langue (le registre littéraire/honorifique tend à être dans une couche empruntée).
(b) Proportion entre noms et verbes (pour les langues où ce critère est applicable): les couches héritées tendent à contenir plus de verbes en proportion que les couches empruntées (c’est frappant par exemple dans le cas du tibétain de Cone, cet article)).
(c) Irrégularité de la morphologie: les paradigmes les plus irréguliers ont plus de chances d’être dans la couche héritée (mais ce critère n’est pas absolu, notons le cas de l’anglais dont certains verbes forts sont empruntés au vieux norrois).

Lorsque la langue ancestrale n’est pas attestée, la détection des emprunts est beaucoup plus difficile, et sera traitée dans un autre billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La détection automatique des emprunts," Panchronica, 03/04/2019, https://panchr.hypotheses.org/2946 (ISSN 2494-775X)