A propos du *-r- médian en chinois archaïque

Un problème à mon avis non-résolu de la reconstruction du chinois archaïque est l’origine des rimes de seconde division, des chongniu 3 de troisième division et des syllables ayant des initiales rétroflexes en chinois moyen, pour lesquelles les systèmes à 6 voyelles (Starostin, Zhengzhang, Baxter/Sagart et Schuessler) reconstruisent des médianes *-r-. Si je ne nie pas la validité de l’hypothèse que le *-r- médiane explique une grande partie de ces syllabes, il me semble néanmoins problématique de reconstruire des *-r- médians dans tous ces cas. Comme je l’ai indiqué dans cet article, les modèles qui reconstruisent les *-r- médianes de cette façon se retrouvent avec un système déséquilibré où les *-r- sont plus nombreux que dans n’importe quelle branche de la famille y compris le tibétain et le rgyalronguique, où pourtant les groupes de consonnes sont les plus élaborés.

Cette hypothèse est également problématique du point de vue comparatif, car les cognats tibétains à des mots pour lesquels un *-r- est reconstruit ont souvent plutôt un r- préinitial (voir cet article), et il en va de même avec les cognats rgyalronguiques: ainsi le chinois 顏 ŋæn « visage », reconstruit *ŋˁran, correspond au Japhug tɯ-rŋa avec un groupe rŋ- au lieu de *ŋgr- que l’on aurait attendu si le *-r- avait été médian.

Un troisième argument contre la reconstruction mécanique d’un *-r- médian provient de l’analyse que Pulleyblank (1962: 124, accessible ici) propose du toponyme 都密 (chinois moyen tu mit, avec un chongniu III dans la deuxième syllabe) attesté dans le Houhanshu: selon lui, il s’agirait de la transcription d’un toponyme qui apparaît en sanskrit bouddhique comme Taramita et en sogdien comme Tarmiδ (voir ici pour une discussion sur d’autres transcriptions) et qui correspond à l’actuelle Termez. Avec une reconstruction comme *tˁa mrit, le *-r- médian serait donc utilisé pour représenter le *-r- groupe -rm-. Comme le chinois archaïque avait aussi un *-r final, au moins jusqu’au début des Han, il est donc surprenant que le choix n’a pas été fait pour transcrire ce toponyme d’une configuration telle que *tar mit (comme *單蜜 par exemple). On peut certes objecter que la transcription a pu dater d’une époque où le *-r était déjà passé à *-n, ou que les métathèses peuvent se produire dans les transcription de toponymes (comme avec 拓跋 thak bat pour Tabɣač), et je conçois que l’argument n’est pas décisif en soi. Néanmoins, l’accumulation progressive d’indices me semble suggérer qu’une complexification de la reconstruction des syllabes rhotacisées va être nécessaire.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos du *-r- médian en chinois archaïque," Panchronica, 10/12/2018, https://panchr.hypotheses.org/2805 (ISSN 2494-775X)