Thèse de Gong Xun sur le zbu

La thèse de Gong Xun sur le zbu « Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Chine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative », soutenue le 22 juin 2018, est maintenant accessible sur TEL.

Le zbu est la langue parlée la plus en amont de la région Gyalrong et la moins accessible géographiquement. Contrairement à d’autres langues comme le japhug dont les locuteurs sont nombreux dans la ville de Mbarkham, dans le cas du zbu il est impossible de trouver de bons locuteurs à la ville et il est nécessaire de travailler dans des villages reculés dans des conditions matériellement difficiles en comparaison avec celles d’autres chercheurs de terrain travaillant dans des régions tibétaines de Chine.

Par ailleurs, Gong Xun n’a eu la chance de travailler avec un informateur idéal capable à la fois de raconter des histoires traditionnelles et d’expliquer la grammaire, mais a été contraint d’effectuer des recherches avec de nombreux informateurs différents. Il a passé près de deux ans avant de trouver de bons informateurs, dont l’un est malheureusement décédé durant le travail de thèse.

En outre, le zbu est une langue à la phonologie difficile, qui demande une longue pratique avant de pouvoir être transcrite avec fiabilité; la quintuple opposition entre les rimes que Gong Xun note –ut, –ot, –uˠt, –oˠt et –at est particulièrement difficile à percevoir. Gong Xun ne s’est pas laissé allé à la facilité d’une transcription simplifiée, mais a préféré être certain de maîtriser le système phonologique avant de publier la moindre donnée sur cette langue.

Enfin, il est possible d’affirmer sans le moindre doute que le zbu est la langue à la morphologie verbale de loin la plus complexe de la famille sino-tibétaine et de toutes les langues parlées en Chine, en particulier en ce qui concerne les alternances de thèmes qui sont traitées en détail dans la thèse. Aux antipodes du type ‘isolant’ représenté par les langues mieux connues de la famille telles que le chinois ou le birman, le zbu est une langue polysynthétique au verbe touffu et irrégulier (voir en particulier le chapitre 6, pp 213-280), et dont le degré de complexité peut se comparer à celui d’une langue athabasque.

Les contributions de cette thèse sont très nombreuses. Gong Xun a tout d’abord mis en évidence la diversité dialectale jusqu’ici inconnue de la langue zbu, en particulier au niveau de la morphologie verbale. Cette langue, que l’on croyait jusqu’ici être relativement homogène, est en fait un continuum dialectal de plusieurs variétés à la limite de l’intercompréhension, et l’étude de Gong Xun montre que plus d’une grammaire et d’un dictionnaire seront nécessaires. Ensuite, cette thèse comble un manque dans la littérature sur les langues non-tibétaines du Sichuan: c’était jusqu’à la complétion de cette thèse la moins connue des cinq langues natives du district de Mbarkham. Par ailleurs, Gong Xun démontre l’intérêt considérable du zbu à la fois pour la typologie des relations grammaticales (en particulier concernant les systèmes direct-inverse), mais aussi pour la grammaire comparée des langues sino-tibétaines, car la complexité de la morphologie du zbu va de pair avec un archaïsme remarquable, qui se laisse démontrer par les nombreuses comparaisons avec le tangoute qui émaillent la thèse.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Thèse de Gong Xun sur le zbu," Panchronica, 21/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2688 (ISSN 2494-775X)

Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes

Pour ceux qui s’intéressent aux corpus de langues en danger, ce site, qui comprend des bibles souvent complètes, pour certaines avec enregistrements sonores intégraux, est une mine d’or, bien plus exploitable que le Jesus film mentionné dans un précédant billet.

Pour la famille trans-himalayenne, on y trouve notamment les langues suivantes:

Kiranti:
Limbu
Sunwar
Kulung/a>

Newar:
Newar

Sal:
Garo
Jinghpo (dans l’orthographe traditionnelle qui ne note malheureusement pas les tons)

Tibétain:
Dzongkha

Chinois:
De nombreuses version pour le mandarin et le cantonais, comme celle-ci et celle-là.
Hakha
Hokkien

Kuki-Chin:
Bualkhaw (sans le son)
Cho (sans le son)
Darlong (sans le son)
Hakha
Falam
Khumi
Lamkang (sans le son)
Matu
Mizo (sans le son)
Mro
Ngawn
Tiddim/Tedim
Zotung
Zokam

Rongmei:
Inpui

Nungish:
Rawang

Lolo-birman:
Akha
Birman
Bisu
Lahu
Lhaovo
Lisu
Zaiwa

Il n’y a donc maintenant plus d’excuse à ignorer le jinghpo biblique et le rawang, langues cruciales aux comparatisme trans-himalayen qui grâce à cette ressource sont devenues apprennables.

En algonquien, je n’ai trouvé que l’ojibwe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes," Panchronica, 16/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2648 (ISSN 2494-775X)

Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal

Dans la revue Cahiers de linguistique — Asie Orientale que je co-dirige avec Thomas Pellard (et dont les anciens numéros sont accessibles ici) vient de paraître un article riche et bien documenté de Selin Grollmann and Pascal Gerber, Linguistic evidence for a closer relationship between Lhokpu and Dhimal Including some remarks on the Dhimalish subgroup, qui explore la question de la classification du Lhokpu et du Dhimal au sein de la famille trans-himalayenne.

Ce travail pionnier propose un nombre considérable de comparaisons lexicales et morphologiques et de lois phonétiques potentielles. Comme j’espère que cet article sera lu et commenté, je me propose ici de discuter d’un point précis qui mérite davantage de discussion.

Les auteurs rapprochent dans cet article le comitatif –su du Lhokpu avec le collectif-réciproque –su du Dhimal, une comparaison non-triviale:

The comitative case marker -su in Lhokpu finds a cognate in the collective-reciprocal marker -su in Dhimal verbal morphology. The Dhimal marker codes a collective action of a third person non-singular subject. The semantics of the Lhokpu comitative case -su coding a collective action may conceivably be relatable to the meaning of Dhimal -su which codes collective-reciprocal action. The plausibility of this cognacy is enhanced by the fact that the Lhokpu comitative -su is also marginally used as a verbal reciprocal marker.

Il me semble qu’une interprétation alternative, à laquelle je n’ai pas pensé lorsque l’article était en cours de révision, est possible. Le collectif-réciproque du dhimal me semble un bon candidat à une comparaison avec le suffixe de réfléchi-moyen que l’on trouve dans de nombreuses langues trans-himalayennes, en particulier le kiranti (par exemple le khalingsi), le tani et même sans doute le chinois et le tibétain. Selon cette analyse, l’emploi de –su en Lhokpu comme suffixe de réciproque pourrait toujours se comparer au suffixe du Dhimal, mais en revanche être sans rapport avec son usage comme comitatif.

Le comitatif du Lhokpu, quant à lui, pourrait être plutôt comparé avec le duel du kiranti (khaling –su), qui tout comme le pluriel a des usages associatifs et pourrait avoir été réinterprété comme un comitatif.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal," Panchronica, 12/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2613 (ISSN 2494-775X)

A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque

Dans un certain nombre de textes de l’époque des Royaumes combattants, en particulier excavés dans des sites provenant de l’ancien royaume de Chu, le caractère 好, qui sert à écrire l’adjectif xawX « bon » et le verbe tropatif dérivé xawH « aimer », est écrit comme 丑+子, comme on peut le voir ici et par exemple dans cet extrait de la thèse de Li Songru (p 230):

Malgré des tentatives absurdes d’analyser [丑子] comme un idéogramme composé (会意 huìyì), l’hypothèse la plus probable est que 丑 soit ici un élément phonétique. La série phonétique de 丑 (GSR 1076, Schuessler 13-50) est clairement une série nasale, comme le montrent des mots comme 纽 ɳjuwX ← *nruʔ, contenant aussi 羞 sjuw ← *snu et bien sûr 丑 ʈʰjuwX ← *hnruʔ.

Or, l’une des origines du chinois moyen x– est *hn-, selon Baxter et Sagart (2014:112-113) dans les dialectes occidentaux du chinois archaïque (le traitement habituel de *hn- est-). Il serait donc possible de reconstruire 好 comme *hnˁuʔ(-s). Ce n’est d’ailleurs pas une idée nouvelle: Baxter lui-même la proposait en 2005 dans une présentation orale. Elle a toutefois été abandonnée sans même être mentionnée dans la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart (2014:59, 102-103;246), qui préfèrent maintenant reconstruire une uvulaire *qʰˁuʔ sur la base de rapprochements avec les séries de 休 xjuw et 畜 ʈʰjuwk/xjuwk. Le STEDT compare leur reconstruction avec diverses formes dans des langues très distantes qui ne sont probablement pas apparentées les unes aux autres.

Indépendamment des considérations internes au chinois, une raison de préférer la reconstruction *hnˁuʔ est qu’elle rend possible une comparaison avec l’étymon proto-kiranti « bon » *ʔnu reflété notamment par le Khaling |nu| न्युन्य. La nasale préglottalisée du kiranti qu’indique le wambule ɗu pourrait correspondre à la nasale sourde du chinois (il est bien connu que le thai confond en *hn- les *hn- et *ʔn- distingués par le sui, par exemple).

Références
(Je remercie Wolfgang Behr pour son aide avec les références utilisées dans ce billet).
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots. Folia Linguistica Historica 38. 177–215.
Li Songru 李松儒 2012 《战国简帛字迹研究——以上博简为中心》 thèse de doctorat de l’université du Jilin, publiée ensuite en 2015 à 上海古籍出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque," Panchronica, 05/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2534 (ISSN 2494-775X)