La relativisation du possesseur en japhug

En japhug, le possesseur d’un sujet intransitif peut être relativisé au moyen d’une relative participiale sujet, comme l’illustrent les exemples de la section 4.3 de cet article.

De même, l’exemple suivant montre qu’il est possible de relativiser le possesseur d’un objet dans une relative participiale objet en kɤ-:

(1) [ndʑi-mɲaʁ mɯ-tɤ-kɤ-rɤt] nɯni tɕetu, znde ɯ-taʁ nɯtɕu nɯnɯ pjɤ-nɯ-tu-ndʑi.
[3DU.POSS-oeil NEG-PFV-NMLS:OBJET-dessiner] DEM:DU dessu mur 3SG.POSS-sur DEM:LOC DEM IFR.IPFV-AUTO-exister-DU
« (Les dragons) dont il n’avait pas dessiné les yeux étaient toujours sur le mur. » (tiré de la traduction depuis le chinois de cette histoire)

Notons ici que si en principe la relative [ndʑi-mɲaʁ mɯ-tɤ-kɤ-rɤt] pourrait se comprendre comme une simple relative objet ‘Leurs yeux qui n’avaient pas été dessinés’, cette interprétation serait contradictoire avec le sens du verbe principal de la phrase. L’analyse de cette construction comme une relativisation du possesseur ‘(ceux dont) il n’avait pas dessiné les yeux’ est la seule possible.

Cet exemple illustre en outre l’emploi permansif du préfixe autobénéfactif nɯ- dans le verbe pjɤ-nɯ-tu-ndʑi ‘ils étaient toujours là’.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La relativisation du possesseur en japhug," Panchronica, 11/09/2018, https://panchr.hypotheses.org/2462 (ISSN 2494-775X)

Uvulaires et vélaires en chinois archaïque

La reconstruction de Baxter-Sagart adopte en la modifiant l’hypothèse de Pan Wuyun de séries uvulaires. La théorie des uvulaires dans l’ouvrage de 2014 est légèrement différente de celle présentée dans cet article accessible en ligne. Le tableau suivant (Baxter et Sagart 2014:46) récapitule les correspondances entre uvulaires simples du chinois archaïque et chinois moyen selon leur système:

Il existe néanmoins des contacts dans certaines séries phonétiques entre initiales occlusives vélaires du chinois moyen (k-, kʰ-, gj-, ŋ-) avec les x-, ɦ- et ʔ- du chinois moyen (notées h- et ‘- par Baxter et Sagart) caractéristiques des séries uvulaires. Pour expliquer ce phénomène assez courant, Baxter et Sagart (p45) diffèrent de Pan Wuyun:

Une manière d’interpréter le changement proposé est que les présyllables fortement attachées assimileraient (ou dissimileraient) les uvulaires en vélaires. Cette idée (qu’elle soit interprétée comme une assimilation ou une dissimilation) me semble problématique, car elle suppose des changements non-attestés ou quasiment non-attestés.

Certains auteurs affirment que la dissimilation d’uvularité n’existerait pas; le seul exemple que j’ai pu trouver est cet article qui mentionne des cas de « Abnormal or spontaneous cases of de-velarization or de-uvularization, like /ṣ/ > /s/, e.g., ’absar “sehen” (p. 134, < Cl.Ar. {bṣr}), siḥābī “Gespenst” (p. 540, < Cl.Ar. {ṣḥb}), sadīrah “Leitkamel” (p. 546, /t/, e.g., ratn “Kauderwelsch” (p. 430, /k/, e.g. ṭarēku “Weg” (p. 773, < Cl.Ar. {ṭrq})." La forme ṭarēku correspondant à ṭarīq(u), si elle est effectivement correctement transcrite, serait un cas où l’emphatique ṭ aurait causé la dissimilation à distance de l’uvulaire en k; toutefois, en sémitique et en berbère, c’est plutôt le changement inverse qui est habituellement observé, la dissimilation des coronales emphatiques par les uvulaires, comme dans l’algérien de Dellys triq « chemin » < ṭarīq (voir Souag 2005), et de même en berbère (voir Souag 2013). Les cas de dissimilation de type q…q > q…k en tout cas sont à ma connaissance non-attestés.

L’interprétation du changement proposé par Baxter et Sagart comme une assimilation, par exemple *k.qV > *k.kV, me semble aussi difficile, car je ne connais aucun cas de ce type.

En revanche, l’assimilation d’uvularité (vélaire > uvulaire au contact d’autres uvulaires) est bien connue, et attestée notamment en rgyalronguique, en maya et en Totonac de Misantla (MacKay 1999).

Une manière alternative de concevoir les contacts entre vélaires et uvulaires dans les séries phonétiques où les occlusives vélaires cohabitent avec les fricatives x-, ɦ- et la glottale ʔ- en chinois moyen pourrait donc être de prendre le problème à l’envers: les mots reconstruits comme uvulaires, comme 影 ʔjæŋX viendraient d’anciennes vélaires avec un préfixe uvulaire (*qə-kraŋʔ > *qraŋʔ) tandis que les vélaire seraient non-préfixées (景 kjæŋX <*kraŋʔ). Une telle solution résoudrait le problème typologique de la reconstruction de Baxter et Sagart, sans perdre le pouvoir explicatif de l'opposition entre vélaires et uvulaires en chinois archaïque.

Références
Corriente, Federico 2014 Again on the Yemenite connection of Andalusi Arabic and other Western Arabic Dialects, Folia Orientalia, 51:9-26.
MacKay, Carolyn J. (1999), A Grammar of Misantla Totonac, Salt Lake City: University of Utah Press.
Souag, Lameen. 2005. “Notes on the Algerian Arabic Dialect of Dellys” – Estudios de Dialectología Norteafricana y Andalusí 9, pp. 151-180.
Souag, Lameen. 2013. Berber and Arabic in Siwa (Egypt): A Study in Linguistic Contact. Berber Studies Vol. 37. Köln: Rüdiger Köppe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Uvulaires et vélaires en chinois archaïque," Panchronica, 06/09/2018, https://panchr.hypotheses.org/2402 (ISSN 2494-775X)