Une orthographe tibétaine pour le japhug

A l’occasion d’un cours sur les langues rgyalronguiques à Shanghai, où les étudiants étaient dans leur majorité tibétains et pour certains encore peu familiers avec l’API, j’ai dû improviser une orthographe tibétaine pour le japhug et le stau (car les questions abordées dans mes cours portaient sur la morphosyntaxe et non sur la phonologie et je ne souhaitais pas perdre du temps à faire des révisions d’API).

J’ai eu la surprise de me rendre compte qu’il était en fait assez facile de transcrire le japhug en tibétain, pour peu que l’on adopte les conventions suivantes:

(a) Utiliser le gigu et le zhabskyu pour transcrire /i/ et /u/ et non un schwa à la façon amdo’oise
(b) Représenter le /ɯ/ par le gigu log ི, le /ɤ/ par la voyelle de base, et le /a/ par un marqueur de voyelle longue ྰ
(c) Transcrire les uvulaires avec un tsha-rtags, par exemple /q/ comme ཀ༹ et /ɢ/ comme ག༹
(d) Utiliser ཝ pour la fricative /ɣ/

Voici quelques exemples:
(1) ཤྟ་ག༹ཏྀ་ཏཱ།
ɕ-tɤ-χtɯ-t-a
« Je l’ai acheté »

(2) ཏ་རྮཱབ་ནྀ་པྱ་ར་ཤྥད་།
tɤ-rʑaβ nɯ pjɤ-rɤɕpʰɤt
« La femme rapiéçait des vêtements. »

(3) འྀ་མེ་ནྀ་ཀྀ་འ་འདི་པག་ཤ་ཉི་འཙྺེ་ངུ།
ɯ-me nɯ kɯ andi paχɕi ɲɯ-ntsɣe ŋu
« Sa fille vend des pommes là-bas. »

Noter en (3) l’emploi du ཝ souscrit plutôt que du wazur pour représenter le -ɣ- médian (afin de pouvoir garder le second pour le -w- médian).

La grande souplesse que nous offre unicode pour composer des ligatures qui n’existent ni en tibétain ni même en sanskrit résout de fait toutes les difficultés qui auraient pu exister pour empêcher d’écrire le japhug avec une orthographe tibétaine. Pour les langues rgyalronguiques tonales, on peut songer au visarga (rnam bcad རྣམ་བཅད་) ༔ pour noter l’un des tons. La prochaine étape sera de composer un script permettant la conversion automatique à partir de l’API.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une orthographe tibétaine pour le japhug," Panchronica, 26/08/2018, https://panchr.hypotheses.org/2361 (ISSN 2494-775X)

La tabouisation en cantonais

Le cantonais est remarquable par la quantité de mots tabouisés qu’on y trouve. L’aversion pour les mots à sens négatif (ou homophones avec des termes pouvant avoir une interprétation non auspicieuse) a conduit les locuteurs à changer sciemment certains éléments de mots composés par des antonymes ou des termes alternatifs.

Comme exemple typique de tabouisation par antonyme, notons par exemple le terme 猪润 tsy⁵³jøn²² « foie de porc », qui remplace le terme attendu 猪肝 tsy⁵³kɔn⁵³, du fait de l’homophonie de 肝 kɔn⁵³ avec 干 kɔn⁵³ « sec », terme considéré comme négatif dans un contexte culinaire; il est remplacé par son antonyme 润 jøn²² « humide », malgré le fait que ce dernier soit immotivé pour désigner le foie de porc.

Le second type de tabouisation peut s’illustrer par le nom 凉瓜 lœŋ²¹kwa⁵³, qui désigne la « courge amère ». Ici 凉 lœŋ²¹ « frais » remplace 苦 fu³⁵ « amer », le terme originel 苦瓜 fu³⁵kwa⁵³ étant considéré comme inauspicieux à cause des connotations de l’adjectif 苦 fu³⁵ « amer » en cantonais; l’épithète 凉 lœŋ²¹ fait référence aux propriétés nutritives/médicales de ce légume dans la conception cantonaise.

Ces deux exemples sont connus des dictionnaires, mais certains locuteurs appliquent ces procédés de tabouisation à d’autres mots par jeu linguistique; certaines de ces innovations peuvent avoir un succès limité. Une des amies de notre famille affectionne par exemple de dire 赢 jɛŋ²¹ « gagner » à la place de 书 sy⁵³ « livre », du fait de l’homophonie entre 书 sy⁵³ « livre » et 输 sy⁵³ « perdre », illustrant un autre exemple de tabouisation par antonyme ( 输 sy⁵³ « perdre » et 赢 jɛŋ²¹ « gagner »).

En cantonais, ces tabous sont transparents et compris par tous les locuteurs; néanmoins, des phénomènes similaires ont pu exister à des périodes plus ancienne du chinois et d’autres langues de la région, et ces innovations sont sans doute plus difficile à mettre en évidence dans des langues dont l’histoire est moins bien connue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La tabouisation en cantonais," Panchronica, 11/08/2018, https://panchr.hypotheses.org/2328 (ISSN 2494-775X)