Les « reconstructions-poubelles »

A l’occasion d’une conférence organisée en mémoire de Li Fang-kuei qui vient d’avoir eu lieu à Taipei, j’ai appris l’existence d’une interview de lui par Randy LaPolla et Ning-Ping Chan qui a eu lieu en 1986, un an avant son décès, et dont la transcription est disponible ici.

Si Li Fang-kuei est connu pour son aversion pour les polémiques et les attaques ad hominem (voir en particulier ce témoignage), il exprime dans ce document son opinion sur les travaux de Benedict et de Matisoff (sur lesquels la base de donnée STEDT est basée), qu’il n’hésite pas à qualifier de ‘junk’.

En lisant ce document, il est possible de constater que l’histoire de la linguistique connaît parfois des retours en arrière. En comparaison avec la rigueur de Li Fang-kuei, dont les travaux en linguistique historique de l’athabasque, du tibétain, du tai et du chinois, pourtant pionniers dans chacun de ces domaines, sont toujours utiles, ceux de Benedict et Matisoff, dont les reconstructions ne sont pas reproductibles et ne permettent d’expliquer les formes d’aucune langue attestée, ont causé un immense dommage à la linguistique historique du sino-tibétain, qui ne pourra être réparé qu’en cessant de citer leur travail (comme le conseille d’ailleurs Li Fang-Kuei lui-même) et en recommençant l’entreprise de comparatisme sur des bases rigoureuses, aussi bien du point de vue de la doctrine (lois phonétiques sans exceptions, stratification des emprunts, analogie) que des données (par exemple, cesser de confondre le dictionnaire de Jäschke avec la langue tibétaine).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les « reconstructions-poubelles »," Panchronica, 15/07/2018, https://panchr.hypotheses.org/2280 (ISSN 2494-775X)