A propos de l’interprétation des « divisions » en tangoute

Si le système phonologique du tangoute est relativement compris du point de vue de sa structure grâce à l’analysis systématique des fanqie des dictionnaires natifs (voir par exemple cette introduction), l’interprétation phonétique des catégories phonologiques est très difficile, et les reconstructions actuellement disponibles du tangoute inspirent peu confiance — je me sers moi-même de celle de Gong Hwang-cherng comme d’une représentation orthographique de l’information phonologique contenue dans les dictionnaires plutôt que comme essai réel de reconstituer la prononciation de cette langue.

Grâce à sa connaissance du zbu et des autres langues rgyalronguiques, Gong Xun a fait des avancées importante sur l’interprétation phonétique des distinctions phonologiques du tangoute. Ses travaux ne sont pas publiés, mais heureusement le SOAS vient de mettre en ligne une vidéo de son intervention à une conférence à Londres l’année dernière, où ses idées sur les uvulaires et les qualités de voix sont présentées en détail:

Même s’il n’a pas été publié au format papier (un article a été soumis, mais la relecture prend un temps inhabituellement long), ce travail est citable sous la forme suivante:

Gong, Xun (2017) ‘Grade II in Tangut and Hexi Late Middle Chinese’. Workshop “Recent Advances in Tangut Studies”, London, SOAS, 28 February 2017.

Il en va de même de cette présentation sur le bai dont nous avions déjà parlé (ici et ici):

Elle n’est malheureusement toujours pas publiée, mais je suggère de citer cette présentation sous la forme suivante:

Gong, Xun (2015) ‘How old is the Chinese in Bái? Reexamining Sino-Bái under the Baxter-Sagart reconstruction’. Workshop “Recent Advances in Old Chinese Historical Phonology”, London, SOAS, 6 November 2015.

La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque

Parmi les multiples fonctions de l’alternance de voisement en chinois archaïque, on trouve des exemples potentiels de nominalisation, que Baxter et Sagart (2014:55) reconstruisent comme *m- dans des exemples tels que 拄 *t(r)oʔ > ʈjuX ‘prop up, support (v.)’ ==> 柱 *m-t(r)oʔ > ɖjuX ‘pillar’(je convertis le chinois moyen dans la transcription APisée décrite ici). Des cognats potentiels de ce préfixe ailleurs en sino-tibétain existent, en particulier le ma– du Jinghpo dont j’ai parlé dans un autre billet; je suis en train de préparer un article qui traite (entre autre) de ce sujet.

Parmi les formes qu’ils donnent se trouve la paire suivante:

(1) 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ ‘weigh; evaluate; call’ ==> 稱 *mə-tʰəŋ-s > tɕʰiŋH ‘steelyard’;
Il n’y a pas de trace de voisement en chinois moyen, mais la reconstruction d’un préfixe nasal est assurée par le Hmong-Mien. B/S citent le proto-pHM *nthju̯əŋH, et la forme est bien attestée par exemple en mien de Jiangdi dzjaŋ5 ‘balance’ (le ton de série haute indique bien une initiale de type *N-t(sʰ), voir ce billet).

Néanmoins, si la présence d’une présyllabe nasale n’est guère problématique, son interprétation ici comme préfixe de nominalisation l’est. Outre le fait que le nom ‘balance’ est au qusheng, processus bien connu de nominalisation), si l’on recherche dans le dictionnaire mien de Mao Zongwu (1992:167), on peut trouver le verbe dzjaŋ1 « peser » (un exemple de phrase nous assure que c’est la bonne traduction de 称), qui doit refléter le verbe 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ dans la même couche de vocabulaire. Cette forme implique que le verbe aussi avait une présyllabe nasale, et sa reconstruction correcte dans le système B/S serait donc *mə-tʰəŋ. Cet exemple illustre à la fois l’importance du hmong-mien pour le chinois, et l’urgence d’une étude systématique des emprunts chinois anciens au moins en mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque," Panchronica, 01/02/2018, https://panchr.hypotheses.org/2129 (ISSN 2494-775X)