« vingt » en tibétain

Dans le billet d’hier, j’ai mentionné qu’il existait des formes du numéral « deux » en sino-tibétain sans -s final même dans des langues préservant cette coda. Le numéral tibétain གཉིས་ gɲis « deux » a bien cette coda, mais en revanche ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu « vingt » semble n’en avoir aucune trace.

Néanmoins, il est vraisemblable que la second syllabe -ɕu de ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu est apparentée au numéral བཅུ་ btɕu « dix », d’autant que dans les autres dizaines, ont trouve une variante -tɕu sans préinitiale, comme dans སུམ་ཅུ་ sum.tɕu « trente ». La forme régulièrement attendue serait donc quelque chose comme †ɲis.tɕu. Or, Li Fang-kuei (1933:141) a proposé que *stɕ- > ɕ- serait un changement régulier en tibétain; certains de ses exemples demandent à être réexaminés (voir plus bas), mais le changement lui-même n’est pas en doute. Bien que Li Fang-kuei lui-même ne le mentionne pas, cette loi phonétique explique le numéral « vingt »: la forme *ɲis.tɕu supposée ci-dessous par analogie au numéral « trente » donne régulièrement ɲi.ɕu si on lui applique la loi proposée par Li Fang-kuei.

Notons qu’en tibétain ancien, où le changement sts-> s- n’avait pas encore lieu, on trouve déjà la forme ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu « vingt » (par exemple dans cette inscription), ce qui implique que *stɕ- > ɕ- et sts- > s- ont eu lieu à des époques différentes.

Parmi les exemples de stɕ- > ɕ- proposés par Li Fang-kuei, on trouve གཤམ་ gɕam « bas » comparé à la syllabe ཆམ་ tɕʰam de l’expression ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa « vaincre, annihiler » (qu’il traduit comme « throw down, cause to lie down » avec le verbe འབེབས་ ɴbebs, phab « jeter vers le bas ». j’ai consacré un billet à གཤམ་ gɕam « bas », et suis toujours convaincu que mon étymologie est valide; elle est incompatible avec la proposition de Li Fang-kuei.

Il me semble qu’interpréter ཆམ་ tɕʰam dans ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa comme « le bas » est problématique pour deux raisons. Tout d’abord, le verbe འབེབས་ ɴbebs, lui-même signifie déjà « jeter vers le bas ». Ensuite, la même syllabe ཆམ་ tɕʰam ou sa variante non-aspirée ཅམ་ tɕam apparaissent dans des expressions telles que ཅམ་བཞག་ cam.bʑag « abandonner complètement, arrêter » (avec ་བཞག་ bʑag « poser ») et semble signifier soit « complètement » soit « calmement, progressivement ». Le sens de ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa est doinc plutôt littéralement « terrasser complètement », et ཆམ་ tɕʰam (quelle que soit son étymologie; c’est selon moi plutôt un idéophone) n’a donc rien à faire avec གཤམ་ gɕam « bas ». Notons que même si l’on acceptait la proposition de Li Fang-kuei, il faudrait admettre l’existence d’un préfixe *s- dans གཤམ་ gɕam « bas » (qui viendrait de *kə-s-tɕam), ce qui pose plus de problèmes qu’il n’en résout.

====
Correctif: Nathan W. Hill a attiré mon attention sur le fait qu’Abel Zadoks, dans un manuscrit (toujours non-publié) écrit en 2013 sur l’alternance entre dpon et pon et entre btsun et tsun en tibétain ancien, mentionne en passant l’idée que le -ɕ- dans ɲi.ɕu s’explique par *stɕ- > ɕ-. Comme j’ai effectivement lu ce manuscrit il y a quelques années, il est possible que je tienne cette idée du travail d’Abel.

Références
Li Fang-kuei 1933. Certain Phonetic Influences of the Tibetan Prefixes upon the Root Initials, Bulletin of the Institute of History and Philology 6(2): 135-157.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« vingt » en tibétain," Panchronica, 12/11/2017, https://panchr.hypotheses.org/2052 (ISSN 2494-775X)

Un ancien système quinaire en sino-tibétain?

Les numéraux entre « deux » et « neuf » sont généralement cognats entre les langues ST, du moins pour les langues qui préservent leurs numéraux natifs. Parmi ceux-ci, « deux » et « sept » ont des ressemblances qui ont permis de suggérer (j’ignore qui l’a fait en premier) que le système actuel recouvre une ancienne base quinaire.

En japhug, la ressemblance entre ʁnɯz « deux » et kɯɕnɯz « sept » est indéniable, mais les deux numéraux n’ont pas la même rime dans toutes les langues rgyalrong (en situ de cogtse kəniɛ̄s  » deux » et kəɕnə̄s « sept », en bragdbar kənə̂s « deux » et kəɕnɐ̄ʔs « sept »), ce qui minimise la ressemblance, et suggère qu’il pourrait s’agir d’un hasard.

Le numéral « deux » a une coda -s dans les langues qui préservent cette finale, mais le lolo-birman (birman hnac, une rime qui peut provenir de *-ik ou peut-être *-it) est reconstruit avec une coda *-k. En chinois, 二 ɲijH peut provenir de *nis, mais il n’est pas possible non plus d’exclure *nits (si l’on accepte l’hypothèse quinaire, a vu de « sept » 七 tsʰit, dont l’initiale peut venir d’un groupe contenant *ṇ). Peu de langues de la famille préservant le *-s final, il est difficile de réconcilier ces formes.

Même en japhug, langue où ʁnɯz « deux » présente une coda sifflante, on trouve plusieurs formes apparentées sans -z. C’est le cas du duel ni (voir cet article), dont il est difficile d’imaginer qu’il n’ait aucune relation avec ʁnɯz, mais aussi de ʁnaʁna « les deux ». Le quantifieur duel ni pourrait provenir d’une forme phonétiquement rabotée de ʁnɯz (à une époque précédant le changement *-is > -ɯz), mais il pourrait aussi s’agir d’une forme primaire n’ayant pas été préfixée de ʁ- (dont le statut préfixal est confirmé par son absence dans sqa-m-nɯz « douze ») et suffixée de -z, quel que soit l’origine étymologique de ces affixes. La forme ʁnaʁna « les deux », avec un ablaut et sans coda, est encore plus difficile à expliquer.

Si effectivement le -z est suffixal, pourquoi le trouve-t-on depuis le chinois jusqu’au tibétain, et quelle serait sa fonction? S’il ne l’est pas, comment rendre compte des langues où l’on trouve -t, une autre coda, voire rien à la place? Le jour où il existera pour le sino-tibétain une étude sur les numéraux d’une ampleur et d’une rigueur comparable à ce que nous trouvons en indo-européen (voir en particulier cette Habilitationsschrift) est encore lointain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un ancien système quinaire en sino-tibétain?," Panchronica, 11/11/2017, https://panchr.hypotheses.org/2048 (ISSN 2494-775X)

La suppression des exemples

La difficulté de compiler un dictionnaire pour une langue peu documentée comme le japhug n’est pas tant d’accumuler des données et découvrir de nouveaux mots — quoique cette tâche demande de longues années de travail — que de s’assurer de la validité des traductions et même des phrases d’exemple elles-mêmes. Que les phrases d’exemples soient tirées d’histoires et de conversations ou bien directement élicitées, il arrive en effet que les informateurs aient des avis divergent sur leur validité, voire même (et c’est assez courant) changent d’avis. Le compilateur du dictionnaire a donc un choix à faire pour décider s’il est préférable de garder ou non une phrase qui ne fait pas l’unanimité; dans ces cas, ma décision est généralement de supprimer l’exemple. C’est pour cette raison que certains exemples présent dans la version 1.0 du dictionnaire ont disparu de la version 1.1, et qu’il en sera de même dans la prochaine version, en cours de préparation.

A titre d’exemple, Dpalcan en 2010, sollicité pour avoir des phrases avec le verbe saʁdɤt « être glissant » (déexpérienceur de aʁdɤt « tomber par terre ») m’a donné la phrase suivante:

(1) qaɟy ɲɯ-saʁdɤt
poisson SENS-être.glissant
« Le poisson (a la peau) glissant(e) »

Or, cette phrase me semblait suspecte car le sens attendu serait « glissant » à propos du sol, mais son emploi pour désigner la peau visqueuse des poissons était quelque peu surprenante. J’ai pu vérifier avec Tshendzin ce matin effectivement que le verbe nɤŋgiolo, dérivation de « direction distribuée » de ŋgio « glisser » (lui-même anticausatif de kio « faire glisser ») était plus approprié pour exprimer ce sens, car:

(2) tɯ-mi nɯnɯ ɯ-thoʁ tɕe ɲɯ-kɯ-ŋgio « ɲɯ-saʁdɤt » tu-kɯ-ti ŋu
GENR.POSS-pied DEM 3SG.POSS-sol LNK IPFV-GENR:S/P-glisser SENS-être.glissant IPFV-GENR-dire être:FACT
« On dit « ɲɯ-saʁdɤt » ‘c’est glissant’ lorsque son pied glisse par terre. »

Le principal problème pour déterminer la correction d’une phrase dans une langue comme le japhug est la taille du corpus. Dans une langue comme le français ou le chinois, une simple requête sur un moteur de recherche permet rapidement d’avoir une idée précise de la variété d’usage d’un mot et de ses collocations (sans parler l’existence d’une armée de dictionnaires diverses), mais dans une langue avec un corpus d’à peine 80 heures, beaucoup de mots sont soit insuffisamment, soit pas du tout attestés, ce qui rend difficile d’avoir des certitudes sur leur emploi afin d’apprendre à parler la langue le mieux possible.

La seule solution est de revérifier plusieurs fois tous les exemples, et surtout de collecter un corpus de la taille la plus conséquente possible. Plus celui-ci sera important et varié, et plus les erreurs et les phrases bancales pourront être facilement détectables (y compris les phrases incorrectes que l’on trouve dans les histoires).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La suppression des exemples," Panchronica, 10/11/2017, https://panchr.hypotheses.org/2045 (ISSN 2494-775X)