L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique

Une des innovations communes au sous-groupe du birmo-rgyalronguique comprenant les langues autres que lolo-birmanes que l’on pourrait appeler « na-gyalronguique » est le nom de l’année correspondant au /pa/ que l’on trouve en japhug tɯ-xpa « une année » et pakuku « tous les ans » (voir cet article). L’étymologie de ce nom est donc importante pour comprendre la classification des langues de ce groupe.

L’usage du verbe pa « faire » dans l’exemple (1) peut contribuer à cette question.

(1) tɕiʑo ni kɤ-amɯfse-tɕi nɤ jinde kɯβdɤsqi ɯ-ro to-pa.
1DU DU PFV-se.reconnaître-1DU LNK maitenant quarante 3SG.POSS-reste IFR-faire
« Cela fait plus de quarante ans que nous nous connaissons. » (voir ce texte)

L’exemple (1) signifie littéralement « Après que nous nous ayons fait connaissance, plus de quarante (ans) se sont passés. »

L’emploi du verbe pa « faire » pour le sens de « s’accomplir » à propos d’une certaine unité de temps suggère que le nom « année » pourrait dériver de cet emploi spécifique de ce verbe (avec lequel il est homophone dans les langues considérées), « (unité de temps) accomplie » => « année ». La difficulté que j’entrevois avec cette idée est le fait que le nom correspondant à /pa/ s’emploie dans les langues autre que rgyalrong pour des adverbes de temps tels que « cette année », « l’année dernière » ou « l’année prochaine », et pas pour les mesures d’années « un an », « deux ans » etc.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique," Panchronica, 24/09/2017, https://panchr.hypotheses.org/1971 (ISSN 2494-775X)

« Oublier » et « se rappeler »

Le bantawa |mitt| ‘to think, remember’ et le yakkha |mit| ‘remember’ reflètent une racine verbale *mit « se rappeler » en proto-kiranti, pour laquelle je n’ai pas suggéré de correspondant extra-kiranti dans cet article.

En rgyalronguique, le japhug jmɯt ‘oublier’, le situ jmə̂s et le khroskyabs lmə̂ (voir la thèse de Lai Yunfan) reflètent une racine proto-rgyalronguique dont la reconstruction approximative doit être *lmîs « oublier ». La possibilité d’une comparaison entre les deux étymons ne me paraît pas impossible, même si elle soulève plusieurs questions: la correspondance du *-s final du rgyalronguique (le japhug -t est secondaire, voir la discussion dans ce billet) au -t du kiranti, et bien entendu la correspondance sémantique. Voir aussi cette entrée du STEDT qui rassemble des mots dont certains sont probablement apparentés, commele jinghpo myìt « penser, pensée » (le sens originel).

Dans les langues ayant des préverbes d’origine adverbiale, comme l’indo-européen ancien, il est tout à fait possible de passer de « se souvenir » à « oublier » par l’ajout d’un préverbe; ainsi, le sanskrit a vismarati « il oublie » dérivé de smarati « il se souvient ». Parfois, des préverbes apparentés ont des effets opposés dans des langues distinctes, comme l’illustre l’exemple amusant du tchèque zapomenout « oublier » au regard du russe запоминать « se rappeler ».

En rgyalronguique, le verbe « oublier » s’emploie par exemple en japhug avec un préverbe dont l’un des usage est le mouvement centrifuge (nɯ-, voir dans cet article); par ailleurs, notons que le sens de « se rappeler » est exprimé par un mot dérivé d’un emprunt au tibétain (ɕɯftaʁ) qui ne peut donc pas être bien ancien. Il est donc loisible de considérer la possibilité qu’à un stade plus ancien le même verbe s’employait pour les deux sens, avec « oublier » lorsqu’on lui mettait le préfixe centrifuge, et « se souvenir » avec le préfixe centripète (en pseudo-japhug *ka-jmɯt), le second ayant donc été perdu dès le proto-rgyalronguique. La différence de sens entre rgyalronguique d’une part, et kiranti d’autre part peut donc s’expliquer par une innovation rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Oublier » et « se rappeler »," Panchronica, 23/09/2017, https://panchr.hypotheses.org/1966 (ISSN 2494-775X)

Un nouveau cognat entre japhug et chinois?

La liste des cognats entre langues rgyalronguiques et chinois n’est pas très étendue, et il est rare de trouver de nouveaux cognats (il en va de même d’ailleurs avec le tibétain, à propos des cognats avec lequel j’ai consacré ce billet et celui-ci).

Le japhug ɕlɯɣ ‘laisser tomber (par erreur) 失手’ a des cognats en situ ɕlə̂k et en khroskyabs slɑ́ɣ / slə̂ɣ « laisser tomber » (Lai 2007:276). Il s’agit d’un causatif lexicalisé du verbe lɯɣ « se détacher, s’échapper, glisser » (comme par exemple un chien qui se détache sans vraiment faire exprès, un couteau qui dérape etc — pour la version volitionnelle il faut dire ʑɣɤ-sɯɣ-lɯɣ « se détacher » avec le causatif régulier et le réfléchi).

Les verbes ɕlɯɣ et lɯɣ me semblent candidats à une comparaison avec le chinois 失 ɕit « perdre » dont la reconstruction en chinois archaïque pourrait être soit *lhit, soit *lhik; si la comparaison est correcte, c’est la deuxième option qu’il faut choisir (avec une correspondance phonétique identique à celle de « pou » zrɯɣ – 虱 ʂit < *srik). Cette comparaison soulève la question de l'origine de la latérale sourde *lh: s'agit-il d'une trace de préfixe causatif (et donc 失 serait cognat de la forme dérivée ɕlɯɣ) ou y a-t-il une autre raison? Notons que 失 appartient à une famille de mot comprenant des formes avec latérale sonore tels que 佚逸 yit < *lik, « se laisser aller, s’échapper » et dont le sens semble bien comparable à celui de lɯɣ. Il s’agit peut-être d’un cas où une paire morphologique est partagée par le chinois et le rgyalronguique (ce qui ne veut pas dire que les deux formes sont forcément héritées — il pourrait s’agir aussi de formation parallèles même si la forme de base est cognate).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un nouveau cognat entre japhug et chinois?," Panchronica, 07/09/2017, https://panchr.hypotheses.org/1951 (ISSN 2494-775X)