La phonologie des auto-corrections

La transcription des textes japhug, activité à laquelle je consacre au moins une demi-heure tous les jours, me donne l’occasion d’observer « en direct » des phénomènes grammaticaux et phonologiques intéressants.

Un phénomène sur lequel je n’ai jamais écrit, mais à propos duquel je commence à disposer d’une quantité de données suffisante pour pouvoir faire des observations non-triviales, est celle des auto-corrections, lorsque le locuteur se trompe et reprend la forme correcte.

Voici quelques exemples que je trouve particulièrement intéressants.

(1) chɯ-sthɯt-nɯ ɯ-tɯ-me sara… saχaʁ ʑo ŋgrɤl
« (lorsqu’ils commencent à tondre les moutons), Ils n’en finissent pas »

Tshendzin prononce ici le verbe statif saχaʁ « être extrêmement » comme sara(ʁ), avec un /r/ qui remplace le /χ/: je suis très surpris par une telle substitution, les deux segments n’ayant aucun traits phonologique en commun dans ce système, et en l’absence d’un mot ressemblant (notons toutefois qu’en tant que locuteur du français, il m’arrive d’intervertir des /r/ et des /ʁ/ lorsque j’apprends des langues ayant les deux phonèmes, mais c’est un cas différent)

(2) tɕe apow ɣɯ ɯ-mɲo… ɯ-jmŋo ku-sɯntɕhɤr pjɤ-ŋu.
« Il apparaissait dans les rêves d’Abao. »

Ici ɯ-jmŋo « rêve » est d’abord prononcé comme /ɯmɲo/: autrement dit, le groupe à trois éléments /jmŋ/ (à l’histoire compliquée, venant de *lm devant voyelle vélarisée, c’est le seul exemple de groupe dans la langue) est remplacé par /mɲ/, un groupe à deux éléments, dont le deuxième combine le lieu d’articulation du /j/ et le mode d’articulation du /ŋ/. Cet exemple précieux nous donne un indice sur la façon dont un groupe comme /jmŋ/ peut se simplifier diachroniquement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La phonologie des auto-corrections," Panchronica, 27/08/2017, https://panchr.hypotheses.org/1940 (ISSN 2494-775X)

Morphologie fossile en japhug

Même si le japhug et les autres langues rgyalronguiques ont une morphologie riche et productive, il n’en ont pas moins une quantité non-négligeable de traces de morphologie fossile non analysable. Un exemple est offert par le verbe courant mɯnmu ‘bouger’ qui apparemment contient un préfix mɯ-, car la base nmu est attestée par un verbe qui s’applique uniquement aux tremblements de terre (voir cet article).

Une autre paire de verbes ayant de la morphologie fossile est sna et mna, verbes statifs dont les sens sont les suivants:

sna: être bon (tɯrme ɲɯ-sna « c’est quelqu’un de bon »), être digne de (… mɤ-sna-a « je ne suis pas digne de…), être (kɤ-ndza sna « ça peut se manger »)

mna: être le meilleur (nɯ-kɯ-mna « leur chef », mbro stu kɯ-mna « le meilleur cheval ») guérir, aller mieux (ɯ-kɯ-mŋɤm to-mna « sa maladie a guéri »)

Je ne leur connais pas de cognat en dehors du rgyalronguique, et à moins que la ressemblance de sens entre ces deux mots ne soit un hasard, la nature des préfixes m- et s- que l’on semble pouvoir observer ici, ainsi que celle de la racine « na », est un mystère épais. Des données additionnelles tirées des autres langues rgyalronguiques permettront peut-être de mieux comprendre cette morphologie.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Morphologie fossile en japhug," Panchronica, 12/08/2017, https://panchr.hypotheses.org/1934 (ISSN 2494-775X)

Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan

Les langues hmong-mien ont pour désigner la « crinière » des mots empruntés au chinois 鬃 tsuŋ à différentes époques (voir Wang et Mao 1995: 141, Ratliff 2010: 71-73). En mien de Jiangdi 江底 la forme dzoŋ¹ avec un ton de série haute indique une ancienne prénasalisée (*n-ts-) qui peut refléter une présyllabe nasale du chinois archaïque (voir ce billet).

Dans les langues hmong, on ne retrouve pas cette prénasalisation. En revanche, le hmong de Fuyuan 复员 (parlé au Guizhou) a pjoŋ (A), une forme non expliquée. Le groupe pj- dans cette variété peut remontrer à *pr- (comme dans pjoŋ (B) de *prɔŋ(B) ‘winnow 簸(米)’, Wang et Mao 1995:117, Ratliff 2010:49).

Pour expliquer cette correspondance irrégulière, ma première intuition aurait été une lénition « vietnamienne » *pə-s- –> *pə-r-, comme ce que j’ai proposé en Kra-Dai dans cet
article
pour l’étymon proto-tai *prɤm (A) « cheveux » (Buyang ma°ɕam⁵⁴). Toutefois, comme les anciens *ts restent ts- dans cette variété, il n’est pas possible d’admettre un changement *pə-ts –> *pə-s- –> *pr- se confondant avec les anciens *pr- dans ce mot (la présyllabe *pə- pouvant potentiellement être la trace de quelque chose en chinois). S’agit-il de la trace d’une ancienne présyllabe qui s’est fusionnée avec la syllabe principale suivant un changement encore plus compliqué que celui auquel j’avais pensé, du croisement entre un mot natif et l’emprunt chinois, ou encore d’un mot non-apparenté qui a fortuitement la même rime? Cette question me semble difficilement soluble sans davantage de données sur cette variété.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan," Panchronica, 06/08/2017, https://panchr.hypotheses.org/1927 (ISSN 2494-775X)