Le nom du ‘miel’ en chinois archaïque

Dans un article paru dans le premier numéro de *Wékʷesos intitulé « The word for ‘honey’ in Chinese and its relevance for the study of Indo-European and Sino-Tibetan language contact » (téléchargeable ici), j’avais proposé une révision de la reconstruction et de l’étymologie du chinois 蜜 « miel » en chinois. Le point de départ de cet article volontairement provocateur (dans le sens ou je l’ai écrit en attendait une réaction de spécialistes des langues concernées) était le mot lakkia -mlet⁸ « 蜜蜂 / abeille » que Lan Qingyuan 2005 analyse comme un emprunt au chinois 蜜 « miel » p.130. Mon article essaie donc de répondre à la question: si cette forme est bien empruntée au chinois, quelles en sont les conséquences pour la reconstruction de ce mot? Il faut alors considérer que la reconstruction en chinois moyen mjit et le chinois archaïque *mit qui en découle sont fautifs, et que 蜜 a dû avoir une médiane en chinois archaïque *mrit, qui donnerait mit en chinois moyen, et que le placement de 蜜 dans les table de rimes comme étant chongniu 4 est donc une erreur; les conséquences sont également importantes également pour la comparaison avec le tokharien B mit « miel ».

Il faut préciser que -mlet⁸ n’apparaît pas seul en lakkia, c’est un morphème qui peut être extrait de mots comme tu²mlet⁸ « 蜜蜂 abeille », la:p⁸mlet⁸ « 蜂蜡 cire » ou tie:ŋ²mlet⁸ « 蜂蜜 miel », comme on peut l’observer dans l’extrait suivant du dictionnaire de Liu Baoyuan:

Dans un article qui vient de paraître, Kristin Meier and Michaël Peyrot examinent de façon critique l’hypothèse que j’avais proposée. Il apportent des corrections importantes concernant le tokharien (par exemple, le fait que *mr- doit donner pr- en tokharien B, une loi phonétique que j’aurais dû connaître) et expliquent de façon détaillée la chronologie relative des changements phonétiques entre proto-tokharien et tokharien, montrant comment le chinois archaïque *mit a pu provenir d’une forme intermédiaire *ḿətə, ancêtre du tokharien B mit.

En outre, j’apprécie particulièrement leur discussion détaillée du lakkia mlet⁸, qui est il faut bien le dire la seule raison pour laquelle j’ai écrit originellement mon article (pour les lecteurs de ce blog peu familiers avec la phonologie historique de cette langue, voir pour commencer cet article et celui-ci).

La première question concerne les origines possibles du lakkia ml-, car il n’est pas évident à première vue que le proto-Kam-Sui *mr- (si un tel groupe existait bien) donne ml- dans cette langue. Meier et Peyrot indiquent à juste titre suivant Ferlus (1996:256 et 247) que le groupe *mn- donne ml- comme dans le mot « oiseau » mlok⁷, et qu’un groupe *C-mr- donne bl- en lakkia au moins dans le mot « sangsue » bliŋ². Il proposent par ailleurs deux autres étymologies où bl- en lakkia semble bien venir d’une groupe contenant *mr-, avec des comparaisons tirées de Pittayaporn 2009:173).

blaːk⁸ ‘slippery’ (proto-Tai *m.lɯːl B).
wan²blau¹ ‘day after tomorrow’ (deuxième syllabe comparée à *C̬.rɯ: A ‘day after tomorrow’, où *C̬. représente une voisée)

Néanmoins, ils soulignent aussi l’existence du mot lakkia mlet⁸ « 密(筛子编得密) serré (par exemple, à propos de la façon dont un tamis est tressé) » homophone du mot « abeille », que Lan Qingyuan (2005: 129) rapproche du chinois 密 mit venant de *mrit dont c’est un des sens (c’est une paire minimale en chinois moyen avec « miel » dans la reconstruction normale), une forme qui donne crédit à l’idée que *mr- pourrait être l’une des origines de ml- en lakkia. Il y a donc un mystère de la phonologie historique de cette langue encore non résolu, qui ne pourra l’être que par une étude extensive des groupes de consonnes en Kam-sui, et notamment dans les emprunt ancien au chinois. Il faut sans doute à mon avis partir de deux types de groupes différents, peut-être *mr- > ml- vs *Cmr- > bl-, un changement qui rappellerait le tibétain où *mr- > ɴbr- mais *s-mr- > sbr- comme je l’ai proposé ici.

Meier et Peyrot proposent ensuite une étymologie alternative à celle de Lan Qingyuan: -mlet⁸ « abeille » ne viendrait pas de 蜜 « miel » mais du mot 蠣 ljejH (reconstruit *mə-rat-s dans le système de Baxter/Sagart) qu’ils traduisent par « stinging insect ». Ce mot est compatible phonétiquement, et si le caractère 蠣 sert à écrire un mot signifiant « huître » en chinois moderne (牡蛎), on trouve en effet un exemple où il désigne un type de scorpion dans le Zhuangzi (il s’agit d’un mot sans doute non apparenté à « huître »):

(1) 其知憯於蠣蠆之尾
« Leur sagesse est plus mortelle que la queue des scorpions. »

Dans cet emploi 蠣 est sans aucun doute une forme alternative de 蠆 ʈʰæjH « scorpion » reconstruit *mə-r̥ˤa[t]-s et dans ce passage les deux apparaissent l’un après l’autre de façon allitérative *(mə-)rat-s (mə-)r̥ˤa[t]-s.

Cette hypothèse est intéressante, et même si elle soulève de nombreuses questions (en particulier, la rime *-at devant consonne grave dans un mot chinois peut-elle correspondre à -et dans la strate empruntée au chinois archaïque en lakkia?), elle n’est pas moins improbable que celle de Lan Qingyuan, qui, je dois le reconnaître, crée des problèmes trop importants.

Un problème additionnel concernant l’hypothèse que je proposais dans mon article qui n’est pas mentionné par Meier et Peyrot est le fait que si effectivement le placement de 蜜 comme chongniu 4 dans les tables de rimes était une erreur, on s’attendrait néanmoins à trouver la notation correcte en écriture ‘Phagspa, qui les distingue clairement; or le ‘Phagspa a bien mi pour 蜜 et mue pour 密, la distinction attendue pour l’opposition chongniu de ces syllabes.

Je dois donc abandonner l’hypothèse proposée dans mon article de 2014, mais me réjouis de ce que cet article a stimulé une discussion qui clarifie la chronologie des contacts entre chinois et tokharien, et contribue à la linguistique historique du kra-dai.

Bibliographie
Jacques, Guillaume 2014. The word for ‘honey’ in Chinese and its relevance for the study of Indo-European and Sino-Tibetan language contact, *wékʷos 1:111–116.
Meier, Kristin and Michaël Peyrot 2017. The Word for ‘Honey’ in Chinese, Tocharian and Sino-Vietnamese. Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, Vol. 167, No. 1, pp. 7-22 https://www.jstor.org/stable/10.13173/zeitdeutmorggese.167.1.0007

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom du ‘miel’ en chinois archaïque," Panchronica, 20/07/2017, https://panchr.hypotheses.org/1894 (ISSN 2494-775X)

Une attestation ancienne du kalapouyen ?

Dans un numéro de la revue Anthropological Linguistics paru cette année (NB: cette revue a un an de retard systématique) se trouve l’article ‘Francis Drake’s 1579 Voyage: Assessing Linguistic Evidence for an Oregon Landing’ par John Lyon, dont une version est accessible en ligne.

Il analyse une liste de mots transcrits au seizième siècle (l’antiquité, pour l’Amérique du nord) par des membres des expéditions de Francis Drake.

Parmi les mots discutés se trouve la forme petáh ‘root whereof they make a kind of meal, and either bake it into bread or eat it raw’, à laquelle John Lyon compare le kalapouyen pdoʔ, à propos de laquelle j’avais consacré un billet il y a quelques années. Si cette comparaison est confirmée, il s’agirait de la plus ancienne attestation d’une langue kalapouyenne.

D’après cet article, pdoʔ désigne plus particulièrement la plante Sagittaria latifolia, et une forme ressemblante (peut-être empruntée au kalapouyen, comme le suggèrent Zenk et al. 2010, à l’entrée waptʰu) se retrouve en chinook sous la forme wapato, le wa- étant un préfixe possessif féminin en chinook (voir cet article de Sapir). Ce mot chinook lui-même, par l’intermédiaire du jargon chinook, est devenu un mot d’usage en anglais américain pour cette plante.

Dans mon billet précédant, j’avais proposé qu’il pouvait s’agir d’un mot voyageur aussi reflété par le Lakhota bló ‘pomme de terre’ (voir les cognats de ce mots dans les autres langues siouanes). La ressemblance du kalapouyen pdoʔ avec laforme bdó des dialectes sioux en d- est moins évidente lorsque le chinook et cette ancienne attestation sont prises en considération, d’autant qu’il ne s’agit pas du tout de la même plante malgré les traductions par ‘potato’ en anglais qui sont données.

Références
Lyon, John 2016. Francis Drake’s 1579 Voyage: Assessing Linguistic Evidence for an Oregon Landing, Anthropological Linguistics 58(1):1-51. PDF
Zenk, Henry, Tony Johnson, Sarah Braun Hamilton 2010. Chinuk Wawa (Chinook Jargon) etymologies PDF

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une attestation ancienne du kalapouyen ?," Panchronica, 15/07/2017, https://panchr.hypotheses.org/1883 (ISSN 2494-775X)