La noix en hmong et en rgyalronguique

Le terme japhug de la noix, ʑɴɢɯloʁ (que je transcrivais autrefois comme ʑɴɢoloʁ car la voyelle de la première syllabe a dans ce mot une prononciation particulière due à son environnement — la transcription ʑɴɢɯloʁ représente la variante lente hyper-articulée), a des cognats dans les autres langues rgyalronguiques; il est encore difficile de déterminer s’il s’agit d’un mot voyageur ou d’un mot hérité au sein du rgyalronguique lui-même (rappelons que le -ʁ du japhug vient d’une coda *-q).

Ratliff (2010, §6.31, §13), sur la base du Zongdi hlə(5) et du Fuyuan qlo(C) reconstruit un proto-hmong *qlow (C) pour « walnut ». Notons que le proto-hmong avait déjà perdu les occlusives finales, mais que le *-k du mien correspond généralement à des rimes au ton C de série haute, ce qui est le cas ici; rien n’interdit donc, du point de vue interne au hmonguique, de supposer qu’une coda *-k a pu avoir existé ici. Ces langues sont parlées au Guizhou, à plus d’un millier de kilomètres au sud-est de la région Rgyalrong, et l’hypothèse d’un mot voyageur pour « noix » présent uniquement en hmong et en rgyalronguique, sans attestation dans les langues situées au milieu, est sans doute contestable. Néanmoins, nous savons qu’il existe en hmong-mien des emprunts anciens à une langue birmo-qianguique, et il est possible que ce mot pour « noix » fasse partie de la même couche. L’étude du rgyalronguique d’une part, et du hmong-mien d’autre part, peuvent bénéficier l’une de l’autre.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La noix en hmong et en rgyalronguique," Panchronica, 17/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1758 (ISSN 2494-775X)

Un étymon kiranti-kuki-chin

En étudiant le proto-kuki-chin, j’ai trouvé le verbe suivant du Hakha Lai tûm-I, tǔm-II ‘beat a drum, play music’ qui remonte à un étymon reconstructible en proto-kuki-chin. Ce verbe rappelle le khaling |tup| त:म्न्य « play music, beat metal », qui se retrouve en proto-kiranti (voir tableau 5 de cet article). Le sens primaire semble être celui de « frapper le métal », d’où dérive ensuite celui de jouer d’un instrument (pas exclusivement à percussion).

On trouve dans certaines langues naga un étymon potentiellement apparenté, voir cette entrée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon kiranti-kuki-chin," Panchronica, 16/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1752 (ISSN 2494-775X)

Le destin de *sr- en tibétain

Suite à cet article et à ce billet, voici, en plus des mots tibétain gɕam « le bas » et ɕig « le pou », quelques nouveaux exemples de *sr- > ɕ- en tibétain.

En proto-kuki-chin, selon Van Bik, on trouve les mots suivants:

[1077] *hriat (Hakha hriat, hriaʔ) « comb » qui peut se comparer au tibétain ཤད་ ɕad, bɕad « peigner »
Le ia du KC peut correspondre au *ja ancien, comme dans Hakha pariat « huit » (tibétain བརྒྱད་ brgʲad < *-prjat, situ wurjāt); il ne s'agit donc peut-être pas du traitement de *sr-, mais de celui de *srj- en tibétain.

[1080] *hroom (ɦakha hrôom-I, hrǒom-II) ‘share, distribute’, et tibétain གཤོམ་ gɕom, bɕams « disposer, préparer »; notons la correspondance vocalique de PKC -om à -am ailleurs dans PKC *wom > Hakha vôm ‘bear’, tibétain དོམ་ dom < *t-wam, situ tə-wām "ours")

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le destin de *sr- en tibétain," Panchronica, 14/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1735 (ISSN 2494-775X)

Les calques d’étymologies populaires

Dans certaines variétés de breton populaire, on peut désigner les chinois par le terme kac’her kraoñ « chieur de noix » (voir ce dictionnaire par exemple); ce terme d’apparence opaque est en fait le calque d’une étymologie populaire facétieuse du mot français « chinois » [ʃinwa] comme « chie » [ʃi] + « noix » [nwa]. Je m’interroge dans quelle mesure des étymologies du même type, combinant une étymologie populaire (plus ou moins assumée) suivie d’un calque dans autre langue, sont un phénomène courant.

Notons au passage que le nom kraoñ « noix » fait partie de ceux qui ont subi un transfer de nasalité de l’attaque sur la voyelle, un phénomène étudié dans cet article et mentionné aussi dans ce billet

L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn « ginseng » remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm « racine » (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m « racine » ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram « racine », selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam « le bas » reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig « pou » (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme « tronc », voir « arbre » en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)

Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle

Le nom du « foie » en indo-européen fait partie des noms neutres hétéroclitiques, avec une alternance entre r au nominatif/accusatif et n aux cas obliques (voir cet article de Schindler à propos de cette classe de noms). En sanskrit, on a par exemple nom/acc yak-ṛt, abl/gen yak-nas, instr yak-nā, un paradigme alternant qui n’est partagé qu’avec le nom śak-ṛt « excrément, bouse de vache » (notons que la présence du -t au nom/acc est encore mal expliquée, voir la thèse d’Aurelijus Vijūnas pour une discussion de ce sujet).

Or, on trouve dans certaines langues iraniennes des formes remontant à *yakṛna-, combinant les deux thèmes, proto-forme qui sous-tend le khotanais gyagarrä (voir Mayrhofer, EWA, tome II:391). Cette forme a été proposée comme exemple d’analogie non-proportionnelle dans une discussion sur académia. Je pense néanmoins qu’il est possible d’en rendre compte par une analogie proportionnelle stricte.

Le paradigme de ce nom en iranien a dû être:

Nom/acc *yak-ṛ (sans le -t, dont on ne trouve de traces qu’en sanskrit; l’avestique jeune a yākarə)
Gen/Abl *yak-nah

Or, les thèmes en -n neutres on le paradigme suivant en sanskrit (en prenant nāma < *h3nomṇ "nom")
Nom/acc nām-a (le a venant du n syllabique)
Gen/Abl nām-nas

En iranien, le paradigme devait être à peu de choses identique:
Nom/acc *nāma
Gen/Abl *nāmnah

Or, dans un état de langue précédant le khotanais attesté, où les voyelles finales avaient déjà chuté, le paradigme des noms neutres en -n serait:
Nom/acc *nām
Gen/Abl *nāmnah (avec préservation du -a du fait du -h)

A ce stade, les cas obliques des thèmes en -n serait formés synchroniquement par le simple ajout de désinences combinant un élément -n- avec les suffixes des thèmes consonantiques (Instr -nā, Gen/abl -nah etc). Si à ce stade le paradigme de "foie" est réanalysé comme étant un thème en -n neutre (n’oublions pas ici que « foie », comme tous les hétéroclitiques, est neutre), et le *ṛ comme une partie du radical, il devient possible d'appliquer l'analogie proportionnelle:

*nām ==== *yakṛ
*nām-nah ==== X
X=*yakṛ-nah

ce qui donne le prototype du nom khotanais, sans avoir à supposer de changement analogique exotique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle," Panchronica, 08/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1710 (ISSN 2494-775X)

========================
Correctif (12 avril 2017)

Comme l’indique ce livre, p 341, les thèmes en -n neutres du khotanais n’avaient pas perdu le -a final (venant de *-ṇ) en khotanais ancien; c’est une caractéristique du khotanais tardif, et donc l’explication proposée ci-dessus est problématique.