L’hébreu à la rescousse du gyalronguique

Un des problèmes non-résolus de la linguistique gyalronguique est la reconstruction des suffixes d’indexation personnelle. Si certaines langues, comme le situ et le zbu présentent des alternances non-triviales, notamment pour marquer la 1sg, le japhug a un système complètement parallèle entre pronoms, préfixes possessifs et suffixes d’indexation, comme le montre le tableau suivant tiré de cet article:

japhug_pronoms

Etant donné les points communs entre les systèmes d’indexation du gyalronguique et ceux du kiranti (en particulier le situ et le kiranti du sud), notamment les préfixes, le système d’indexation dans son ensemble ne peut pas être une innovation récente des langues rgyalronguiques. Si c’était le cas, outre que les ressemblances avec le kiranti et d’autres langues devraient être considérées comme fortuites, il faudrait admettre que les pronoms aient été grammaticalisés indépendanmment dans chaque langue individuelle, puisque les correspondances irrégulières entre langues gyalrong dans les suffixes d’indexation sont les mêmes que dans les pronoms: ainsi le zbu et le situ ont des suffixes et des pronoms palatalisés pour le pluriel et le duel (-ndʑə et -ɲə), tandis que le tshobdun a des formes non-palatalisés (-ndzə, -nə) et le japhug a seulement le duel qui est palatalisé (-ndʑi, -nɯ).

Une telle hypothèse ne serait acceptée par personne, pas même ceux qui veulent remettre en cause l’antiquité des systèmes d’indexations en ST comme LaPolla. Toutefois, l’isomorphie entre suffixes d’indexation et pronoms/préfixes possessifs néanmoins demande une explication. Il me semble qu’il faut considérer la possibilité d’une analogie massive entre pronoms et suffixes d’indexations. Ce type de cas est rare dans les langues dont l’histoire est bien connue, mais il existe un exemple bien attesté: celui des suffixes d’accompli en hébreu (voir Joüon et Muraoka, pp 122-3).

Observons d’abord le paradigme régulier de l’inaccompli en hébreu (avec le verbe qāṭal « tuer »), comparé avec celui de l’arabe (avec kataba « écrire »). Le formes phonétiquement irrégulières en hébreu sont en gras:

1sg qāṭál-tî — katab-tu
1pl qāṭál-nû — katab-nā

2m.sg qāṭál-tā — katab-ta
2f.sg qāṭal-t — katab-ti
2m.pl qāṭal-tem — katab-tum
2f.pl qāṭal-ten — katab-tunna

3m.sg qāṭal — katab-a
3f.sg qāṭəlâ — katab-at
3pl qāṭəl-û — katab-ū / katab-na

Voici le paradigme des suffixes possessifs (avec sûs « cheval ») et des pronoms:

1sg sûs-î — ʔănî, ʔănōxî
1pl sûsḗ-nû — ănáħnû

2m.sg sûsə-xā — ʔattâ
2f.sg sûsē-x — ʔat
2m.pl sûsə-xem — ʔattem
2f.pl sûsə-xen — ʔatten

3m.sg sûs-ô — hûʔ
3f.sg sûs-āh — hîʔ
3m.pl sûs-ām — hēm, hḗmmâ
3f.pl sûs-ān — hēn, hḗnnâ

Une analyse exhaustive de ces paradigmes dépasse le cadre de ce billet, mais notons que plusieurs suffixes de l’inaccompli ont des formes inexplicables si l’on admet pour le proto-sémitique du nord-ouest des suffixes similaires à ceux de l’arabe:
(i) La 1sg *-ta devrait donner †-t en hébreu, et non -tî, qui ajoute à la désinence le -î du suffixe possessif et du pronom ʔănî.
(ii) La 1pl *-na ou *-nâ devrait donner soit †-n soit †-nô en hébreu; le -nû est rigoureusement identique au suffixe possessif.
(iii) La 2m.sg devrait être †-t comme le féminin, et les formes du pluriel devraient être différentes; on observe le même paradigme -â, zéro, -em, -en entre pronoms, suffixes possessifs et suffixes d’inaccompli.

L’hébreu offre donc un exemple de contamination entre les paradigmes possessifs et pronoms d’une part, et suffixes d’indexation d’autre part, ce qui peut servir de modèle pour expliquer les formes des langues gyalronguiques, qui ont apparemment poussé plus loin cette analogie entre les trois paradigmes — l’analogie semble est restée constamment active, et a maintenu la ressemblance entre les paradigmes en supprimant à intervalles réguliers les accidences dues aux changements phonétiques réguliers.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’hébreu à la rescousse du gyalronguique," Panchronica, 22/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1660 (ISSN 2494-775X)

La nasale intrusive en limbou

Les correspondances phonétiques des mots apparentés entre le chinois et le tibétain sont très complexes pour un grand nombre de raisons; l’une d’entre elle est à mon avis la perte dans ces deux langues d’une morphologie plus complexe de type gyalrong-kiranti.

Pour illustrer ce problème, notons par exemple le nom de parenté pour ‘père’, tibétain pʰa ཕ་, chinois 父 bju < *N-paʔ (selon Baxter et Sagart). Si l'on part de l'idée qu'il ne s'agit pas d'un mot d'origine enfantine (une objection tout à fait recevable), on se retrouve façe à une correspondance inexplicable entre p(h)-en tibétain et *N-p- avec prénasalisation anormale en chinois.

Or, en limbou, les noms de parentés (dont pa "père", voir le dictionnaire limbou en ligne) ont à leurs formes possessives un élément nasal intrusif non-expliqué (a-mba « mon père »). En l’occurrence, le nom pa « père » en limbou pose problème du point de vue comparatif (puisque le limbou p vient de proto-kiranti *b, voir cet article), mais la nasale homorganique intrusive pourrait tout à fait être un phénomène ancien.

Si l’on accepte cette dernière idée, le tibétain pourrait représenter la racine nue, et le chinois une généralisation de la forme possédée à la forme nue: *pa « père », *ŋa-N-pa « mon père » aurait été réanalysé comme *N-pa « père », *ŋa-N-pa « mon père ». Cette correspondance irrégulière entre chinois et tibétain ne serait donc pas un problème de phonologie comparée, mais plutôt de morphologie historique. Trouve-t-on d’autres traces de nasales préfixées inexpliquées dans les noms de parentés ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La nasale intrusive en limbou," Panchronica, 21/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1654 (ISSN 2494-775X)

Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »

Comme l’indique le CSD dans l’entrée sur le verbe « désirer », la première syllabe *kǫ- de ce verbe correspond au lakota kúŋ « désirer » et à la forme diminutive kúŋla. La seconde syllabe *-ra en revanche n’est pas cognate de -la en lakota (*-ra donnerait -ya dans cette langue).

Comment rendre compte plus précisément de l’étymologie de ce verbe? Dans le corpus de Dorsey, il s’emploie presque toujours (222 fois sur 235) avec le suffixe -goⁿ « comme », comme en (1): (l’étymologie de ce suffixe est discutée ici)

(1) wi-síthe ki, wi-tóⁿbe koⁿbthé-goⁿ
1>2-penser.à quand 1>2-1sg:voir désirer:1sg-comme
« Quand je pense à toi, j’ai envie de te voir. »

Or, le verbe « penser » (ebthé, ethé) s’emploie toujours en omaha (pas dans les autres langues dhegiha toutefois) aussi avec ce suffixe, au point que le manuel de conjugaison de Eschenberg et Saunsoci donner ethégoⁿ comme radical du verbe « penser ».
Comme je l’explique dans cet article, le verbe ebthé, ethé « penser » est étymologiquement un thème en *y-, ayant incorporé un élément démonstratif *e-, qui a été réanalysé comme un thème en *r- du fait de la confusion à la première personne des groupes *wy- et *wr- en bð-. Dans ce verbe la troisième personne ethé est refaite; on attendrait †ezhé si cette forme était phonétique.

Je pense maintenant que la seconde racine verbale de koⁿbthe, goⁿthe « désirer » doit en fait être la même que celle de ebthé, ethé, et qu’il faut donc reconstruire *kǫ=yA, 1sg *w-kǫ=w-yA en pre-proto-Dhegiha, cette racine subissant ensuite la même analogie que le verbe « penser » (sans quoi la 3sg devrait être †goⁿzhe), donnant la forme *kkǫ-wrA d’où dérivent les formes actuelles.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »," Panchronica, 02/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1634 (ISSN 2494-775X)

Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha

Dans ce billet, j’aborde la questions des deux exceptions à la métathèse *pk- > *kp- proposées par J. Koontz: le nom « tortue » et le verbe « désirer ». Dans des billets ultérieurs, je discuterai du paradigme archaïque phú « je viens », škú « tu viens » et des paradigmes à lénition.

(1) « tortue »
Concernant le nom « tortue », le seul indice d’une reconstruction *pk- est la forme mandan pké. Il est en particulier manifeste que le lakota khé et l’omaha kké peuvent s’expliquer par une proto-forme *hke, car les pré-aspirées du proto-siouane de la vallée du Mississippi (pSVM) donnent des post-aspirées en lakota.

L’élément p- en mandan, comme l’indique le CSD, est un préfixe de classe *wi- réduit qui se retrouve dans beaucoup de noms d’animaux sous forme fossilisée (notamment dans lakota pté « bison », omaha tté). Le fait qu’il s’agisse d’un élément morphologique implique également qu’il est tout à fait possible de poser plusieurs proto-formes en proto-sioux, l’une préfixée *wi-hké d’où proviendrait le mandan, et l’autre non-préfixée qui aurait donné le pSVM.

L’étymon « tortue » n’est donc pas un contre-exemple à la loi de métathèse; d’autre part, notons qu’il serait surprenant que *pk- donne kh- en lakhota, car dans cette langue les autres groupes *Ck ne donnent pas des aspirées.

(2) le verbe « désirer »
Rappelons le paradigme de ce verbe en omaha:
1sg kką́bðe,
2sg šką́hne
3sg gą́ða

voici celui de l’osage (tiré de Quintero 2009):
1sg hkǫ́bra
2sg škǫ́šta
3sg kǫ́ða

Le proto-Dhegiha était (*A note la voyelle à Ablaut, sujet que je réserve pour une autre fois).
1sg *hkǫ́=brA
2sg *škǫ́=šrA
3sg *kǫ́=rA

Le second élément est un thème en *r-. comme le souligne Lameen Souag, les paradigmes en *r- sont plus clairs que ceux à occlusive pour montrer la nécessité de reconstruire un préfixe *w- à la 1sg. Je discute de ce paradigme, et de celui du thème en *y- qui s’est confondu avec lui, dans cet article.

Il y a à mon avis plusieurs façon de rendre compte de la forme de 1sg. Celle que propose Lameen Souag, à savoir un blocage de la règle de métathèse dans les verbes monosyllabiques en *ka-, n’est pas absolument impossible (même si, comme il le reconnait, elle semble peu motivée phonétiquement).

A mon avis, une autre possibilité est de prendre en compte qu’il s’agit d’un verbe à double indiciation (le seul, d’ailleurs, préservé dans ces langues). Mon expérience avec les langues kiranti et rgyalronguiques, où ce genre de phénomène est beaucoup plus courant, est que les indices personnels ont souvent des formes idiosyncratiques dans les verbes de ce type (je prépare un article sur cette question). La solution que j’envisagerais est la suivante.

(1) *w-kǫ=w-rA
(2) *pkǫ=brA (obstruentisation)
(3) *kkǫ=brA (dissimilation des deux groupes à labiale)

La règle (3) fait des prédictions concernant le reste du vocabulaire: on ne devrait pas trouver de mots reconstructibles du type pCVpCV (mis à part les mots rédupliqués, bien sûr). A ma connaissance (et j’ai vérifié dans le CSD), il n’y a pas de racine de ce type, mais au vu du faible nombre de racines reconstruite, cette absence pourrait être accidentelle. Précisons toutefois qu’il existe plusieurs règles de dissimilation labiale dans les langues siouanes, et que ce changement ne serait pas isolé.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha," Panchronica, 01/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1623 (ISSN 2494-775X)