Sauvons les arbres

Johann-Mattis List et moi-même avons mis en ligne la première version d’un article (qui sera soumis à un numéro spécial du Journal of Historical Linguistics) où nous défendons l’usage des arbres phylogénétiques en linguistique. Il y a en effet plusieurs courants phylosceptiques de plus en plus influents en linguistique; l’un des plus intéressants est la glottométrie d’Alexandre François (voir par exemple cet article en français, celui-ci et surtout celui-là). Il nous a semblé utile d’apporter des pistes de réponses aux questions importantes soulevées par ces travaux.

Un nom galate dans une inscription phrygienne

Cet article présente une inscription gréco-phrygienne qui contient le nom de personne Βρογιμαρος Ἐπικράτου (Brogimaros Epikratou). L’article ne le mentionne pas, mais ce nom est sans le moindre doute celtique, composé de brogi– « pays, marche » (= breton bro) et -maros « grand » (=breton meur), deux éléments amplement attestés dans l’onomastique gauloise (voir Delamarre 2001), signifiant « dont le pays est grand/qui a un grand pays ». Xavier Delamarre a d’ailleurs pu me confirmer que ce nom Brogimaros est attesté ailleurs.

La présence d’un nom celtique en Phrygie n’a rien de surprenant, surtout au troisième siècle de notre ère, longtemps après la conquête de ce pays par les galates, dont la langue était très proche du gaulois. Etant donnée néanmoins la taille réduite du corpus d’inscriptions phrygiennes, la présence d’un nom galate dans une de ces inscriptions me semble intéressante et révélatrice de la situation linguistique de l’époque; je serais curieux de savoir si d’autres cas existent dans le corpus néo-phrygien.

Addendum: L’étymologie celtique de ce nom avait déjà été remarquée par Alexandru Avram dans son article sur cette inscription en 2015.

==============
Delamarre, Xavier 2001. Dictionnaire de la langue gauloise. Paris: Editions errance.

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa « organes, état d’esprit », qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ « courber ») ou uvulaires (qaʁ « éplucher, écorcher, enlever la peau »). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ « se retourner »).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, https://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)