Un emprunt du vietnamien en chinois?

Dans un billet sur le blog Indo-sinica, Alexis Michaud mentionne parmi de multiples sujets l’hypothèse de Michel Ferlus selon laquelle le mot 蠟 lap « cire » serait d’origine vietnamienne. L’hypothèse est audacieuse, car si les emprunts chinois de diverses époques forment une part considérable du vocabulaire vietnamien, aucun emprunt assuré du vietnamien spécifiquement vers le chinois n’a été proposé auparavant, et même les étymologies austroasiatiques suggérées pour certains mots chinois par Norman et Mei, puis par Schuessler, sont très très peu convaincantes (i.e. avec des telles méthodes, on peut aussi trouver des emprunts sioux en chinois).

Néanmoins, à ma grande surprise, l’argument de Michel Ferlus est finalement assez solide, pour deux raisons principalement:

(1) Le mot 蠟 lap « cire » est tardif en chinois (II-IIIe siècle), et n’a aucune étymologie interne claire (et encore moins une étymologie sino-tibétaine)
(2) Le vietnamien sáp « cire » a des cognats dans les langues viet-muong avec un groupe k(h)r- attendu.

La correspondance entre le chinois moyen l- et le vietnamien s- < *k(h)r- (NB: le *s du proto-VM devient t- en vietnamien; le |s| orthographique du vietnamien représente [s] en vietnamien du nord et [ʂ] en vietnamien du sud, la prononciation du sud étant ici plus conservatrice) s’observe dans quelques emprunts anciens, tels que sức « force » emprunté au chinois 力 lik à une époque où ce mot avait un groupe de consonne initial qui s’est simplifié en *r- et a évolué en l- par la suite. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle 力 lik est reconstruit *k.rək par Baxter et Sagart.

Si sáp « cire » et sức « force » présentent donc les mêmes correspondances entre vietnamien et chinois, il y a néanmoins un problème de chronologie, car le *r- du chinois archaïque était déjà devenu l- au IIe siècle, lorsque 蠟 lap apparaît. Si le mot était venu du chinois en vietnamien, il devrait avoir donc un l- un vietnamien (et un tel mot existe d’ailleurs, la lecture sino-vietnamienne lạp). L’hypothèse que le mot chinois 蠟 lap soit emprunté au vietnamien en revanche ne pose pas de problème, puisque le chinois aurait de toute façon confondu les r- et les l- étrangers en l- après le changement phonétique de *r- vers l-. Donc l’hypothèse de M. Ferlus est bien la plus parcimonieuse, et soulève naturellement la question de savoir si d’autres emprunts dans cette direction n’attendent pas d’être découverts.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un emprunt du vietnamien en chinois?," Panchronica, 30/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/754 (ISSN 2494-775X)

L’onomastique : une source de données pour la phonologie historique du chinois?

La lecture des textes chinois antique est ardue pour de nombreuses raisons; en ce qui me concerne personnellement, n’ayant pas reçu une éducation classique suffisamment sérieuse, je suis assez frustré par ma méconnaissance du contexte historique et en particulier des personnages importants. Il est commun en plus que la même personne soit mentionnée par des noms différents dans plusieurs sources, ce qui rajoute à la confusion pour les non-initiés.

Hier soir, alors que je relisais ce chapitre des Entretiens de Confucius, un nom propre a retenu mon attention.

Au verset 5 de ce chapitre, un nom de personne présente une variante: 公山弗擾 Gongshan Furao; un commentaire indique que ce personnage avait un nom alternatif 公山不狃 Gongshan Buniu. La similitude phonétique entre 弗擾 Furao et 不狃 Buniu n’est pas évidente à priori si l’on se base sur la lecture en mandarin. En chinois archaïque en revanche, on a:

弗擾 pjut ɲewX < *put *niwX
不狃 pjuw ɳjuwX < *pəʔ *Cә.nruʔ

Il convient de noter que le caractère 擾 ɲewX est un peu bizarre au sein de sa série phonétique (il n’est pas inclus dans la liste de Baxter/Sagart, la reconstruction est de moi mais je ne pense pas qu’il y ait ici de grande controverse); les autres caractères de la même série sont de la forme 憂 yōu ‘juw < *ʔ(r)u avec une rime *-u (normalement *-u et -iw n’apparaissent pas dans la même série).

J’ignore comment expliquer le rapport de série phonétique entre 擾 ɲewX et 憂 ‘juw, mais en tous les cas, il ne semble pas complètement inconcevable que le caractère 擾 ait pu avoir été utilisé pour transcrire une syllabe à rime *-u (les caractères utilisés pour noter des noms de personnes ou de lieu ont parfois des lectures qui diffèrent de leur lecture habituelle), auquel cas la ressemblance phonétique entre les deux variantes serait moins spéculative.

Cet exemple suggère à mon avis au moins la possibilité que des traces de variantes dialectales du chinois archaïque se cachent dans les textes classiques. Toutefois, même si c’est le cas, il n’est pas certain que ces variantes soient suffisamment nombreuses et systématiques pour n’être autre chose qu’une curiosité philologique, et qu’elles puissent réellement contribuer à la reconstruction du chinois archaïque.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’onomastique : une source de données pour la phonologie historique du chinois?," Panchronica, 28/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/747 (ISSN 2494-775X)

L’obstruentisation du *l en jinghpo

Il est bien connu qu’en tibétain ancien, le *l du prétibétain devient -d- dans certains groupes, comme *md-, *Nd- > md-, ‘d-/ld- (d’après les lois de Bodman et de Conrady). Ce changement s’est poursuivi dans les langues tibétaines modernes, où en particulier zl- donne une occlusive ou une affriquée dans la quasi-totalité des variétés modernes (voir la présentation de Gong Xun à ce propos, en cours de relecture en ce moment).

Il est moins connu que le jinghpo a un changement du même type; le phénomène est mentionné dans Matisoff (2003:50-63), et mérite un développement plus détaillé. La table suivante montre les exemples les plus clairs:

Jinghpo sens Tibétain
mă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « lécher » ldag < *N-lag
ʃă³ta̱³³ « lune » zla
lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « main » lag.pa
ʃă³¹tai³³ « nombril » lte.ba < *t-le

On remarque qu’il s’agit toujours de mots à présyllabe en jinghpo, jamais de mot en initiale absolue. Mon interprétation de cette correspondance (Matisoff ne propose pas de loi phonétique claire) est que la suite de lois phonétiques suivantes a opéré:
*Cl- > *Cd- > *Cə-d- > Că.t-

Autrement dit, le jinghpo avait originellement de vrais groupes de consonnes. Le *l a subi une fortition en *d lorsqu’il suivait certaines consonnes (au moins *s et les nasales *m et *n; lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ vient peut-être de *n-lak > *l-dak comme en tibétain), ce qui explique l’absence de cette correspondance en début de mot.

Le nom pă̱⁵⁵la⁵⁵ ‘flèche’ (tibétain mda *məl-) suggère que l’obstruentalisation n’avait pas lieu devant occlusive (*pl- > *pəl- > pă̱.l).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’obstruentisation du *l en jinghpo," Panchronica, 25/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/726 (ISSN 2494-775X)

Les origines du *-s en chinois archaïque

Je viens de rendre disponible sur academia cet article, soumis au Bulletin of Chinese Linguistics, une version modifiée de ma présentation à la conférence de novembre dernier.

Les lecteurs intéressés peuvent me faire part de leurs commentaires en privé ou sur ce site s’ils le souhaitent. Une partie des idées présentées ici sont nouvelles, en particulier (1) le changement phonétique *-t => *-s /C_# (où C représente une consonne labiale ou vélaire) et (2) la comparaison des valeurs passives et antipassives de la dérivation par ton partant en chinois avec le réfléchi en -si du kiranti.

Ce travail soulève une question à laquelle je ne me sens pas nécessairement capable de répondre dans l’immédiat: si les comparaisons proposées sont valides, et si effectivement les suffixes *-s du chinois archaïque ont des origines sino-tibétaines distinctes, avait-on encore synchroniquement en chinois archaïque plusieurs suffixes productifs différents, ou le système s’était-il déjà opacifié à un point qu’ils n’étaient plus distincts?

Si les différentes valeurs de la dérivation par ton partant étaient encore distincte en chinois archaïque, on devrait s’attendre à des différences dans les alternances phonétiques. En particulier, une question que je n’ai pas encore abordée dans la version en ligne de l’article, mais que j’ajouterai dans la version finale, est que le réfléchi en -si du kiranti s’accompagne de la nasalisation des occlusives finales, comme en khaling |ʔipt-si| ‘dormir’ donne ʔʌ̂msiŋʌ अ:म्सिङ ‘je dors’. On s’attend donc en chinois à des paires où la forme passive ou antipassive aurait un ton partant (venant de *-s) et une finale -m -n ou -ŋ en chinois moyen dans certains cas où la forme de base est à occlusive finale -p -t -k (un type d’alternance appelé 对转 en linguistique traditionnelle du chinois). J’ignore encore si de telles paires existent, mais comme personne ne s’est posé cette question en ces termes, il est possible que nous puissions trouver des exemples.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les origines du *-s en chinois archaïque," Panchronica, 17/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/718 (ISSN 2494-775X)

La linguistique historique est-elle une démocratie?

Dans un article récent, James A. Matisoff critique sévèrement Nathan W. Hill, entre autre pour l’affirmation suivante, où Nathan suggère qu’il est préférable de baser la reconstruction du proto-lolo-birman sur le birman ancien, avant d’utiliser les langues lolo (dont ont sait qu’elles sont très érodées phonologiquement, et ont une phonologie historique très compliquée et difficile à interpréter).

‘Indo-Europeanists do not customarily give full consideration to the evidence of the Nuristani languages before directly comparing Sanskrit to other ancient languages such as Greek. Full consideration of Loloish languages before employing Old Burmese in the reconstruction of Tibeto-Burman is no more necessary.’

Je suis assez d’accord avec Nathan sur cette question. Il est assez évident pour tout comparatiste que certaines langues préservent davantage de quantité d’information sur la proto-langue que d’autres; le problème est de savoir dans quelle proportion. On peut diviser le problème en au moins trois sous-questions.

(I) Les langues anciennes sont-elles plus importantes que les langues attestées plus récemment pour reconstruire les proto-langues?

La formulation de Nathan pourrait laisser penser que les langues anciennement attestées sont nécessairement plus conservatrices que les langues plus récemment attestées. Même si c’est souvent le cas, des contre-exemples notoires existent, déjà mentionnés dans ce billet. En sino-tibétain, il est indéniable que le tibétain ancien est plus ou moins la proto-langue d’où dérivent les langues tibétaines modernes, et que le birman est nettement plus conservateur que les langues lolo. Au sein de ces sous-branches, il ne fait aucun doute que ces deux langues anciennes sont d’une importance considérable.

Néanmoins ni le tibétain ancien, ni le birman ancien ne sont particulièrement conservatrices par rapport à d’autres langues plus récemment attestées telles que les langues gyalronguiques ou le rawang, en particulier du point de vue de la morphologie: comme je pense l’avoir montré par exemple dans cet article, on trouve en tibétain des traces fossilisées de processus encore productifs en gyalronguique.

(II) Lorsque l’on reconstruit une proto-langue, est-il nécessaire de prendre en compte le témoignage de toutes les langues filles?

S’il serait préférable bien entendu d’utiliser toutes les données de toutes les langues pour établir une reconstruction, dans la pratique les systèmes de reconstruction ayant réussi ont tous été basés sur un échantillon de langues judicieusement choisies, que le linguiste connaissait bien, et qui étaient parmi les plus conservatrices. C’est le cas de:

(a) L’indo-européen (non anatolien), qui est quand même essentiellement grec+sanskrit, avec les autres langues pour combler les trous.
(b) L’algonquien, dont la reconstruction par Bloomfield était basée sur le fox, le cree, l’ojibwe et le menominee (et le fox est de très loin la langue qui préserve le mieux la structure morphologique générale du proto-algonquien, notamment en préservant toutes les voyelles finales).
(c) L’austronésien, que Dempwolff a reconstruit aussi sur la base de quatre langues.

Il n’y a pas de langues « inutiles » pour la linguistique historique. Les langues conservatrices permettent de reconstruire la structure générale du proto-système, tandis que les langues moins conservatrices, même si leur contribution est moindre pour reconstruire le proto-système, permettent d’observer des évolutions, ce qui est intéressant pour une autre raison. En algonquien par exemple, la contribution respective du fox et de l’arapaho à la reconstruction est très déséquilibrée: l’arapaho est une langue qui peut au mieux confirmer des choses que nous connaissons déjà sur la proto-langue; en revanche, son intérêt en tant qu’exemple de changements phonétiques (voir ici et ici) et morphologiques rares est très supérieur à celui du fox.

Il en va de même en lolo-birman et dans l’ensemble du sino-tibétain. La phrase de Nathan n’est pas un jugement de valeur suggérant que les langues lolo moins conservatrices seraient « inférieures » au birman, mais simplement que lorsque l’on établit un système de reconstruction, il faut se concentrer dans un premier temps sur les langues les plus faciles à interpréter (en ST, cela signifie en gros les langues qui ont au moins préservé la plupart des consonnes finales et certains groupes de consonnes) avant d’aborder les langues à phonologie érodée. Les langues érodées peuvent avoir des archaïsmes cachés (c’est certainement le cas de l’arapaho), mais ceux-ci demandent une connaissance technique très avancée pour être mis au jour, et c’est un travail qui ne peut être accompli que par un comparatiste très rodé.

Donc ma réponse à (II) est idéalement oui, mais probablement pas dans un premier temps.

(III) Dispose-t-on de critères objectifs pour déterminer la valeur relative du témoignage de chaque langue?

Cette question est la mère de tous les débats en linguistique historique. Je ne peux pas y répondre de façon complètement satisfaisante dans ce court billet, mais voici des éléments de réponse.

La directionalité des changements phonétiques est le plus souvent assez claire, notamment dans le cas de confusions phonologiques (merger). En ST, les langues sans groupes de consonnes initiaux et sans consonnes finales (comme le lolo-birman, le tujia, le karen, le naish etc), sont objectivement toutes très évoluées phonologiquement, et contribueront donc davantage à la typologie des changements phonétiques qu’à la reconstruction du proto-ST. Les langues ayant des groupes de consonnes en revanche ne sont pas nécessairement conservatrices, car certaines langues, en particulier le rma (qiang), ont créé des groupes de consonnes et des codas secondaires dus à la chute de voyelles (voir entre autre ce billet).

En morphologie, la question de la directionalité est plus ardue. Les langues à morphologie compliquée l’ont-elle innovée, ou celle à la morphologie plus simple l’ont-elle perdue? Le moyen de démontrer qu’une langue a perdu de la morphologie est de trouver des traces fossilisées de celle-ci, qui peuvent s’expliquer en prenant d’autres langues en compte. Je pense que c’est notamment le cas avec l’indexation en personne sur le verbe, qui a été perdue en tibétain, mais dont il subsiste une trace potentielle, une idée que Sprigg avait indépendamment proposée 20 avant moi.

En conclusion, les progrès futurs dans la reconstruction du sino-tibétain viendront du choix des langues sur lesquelles baser le cœur du système de reconstruction. Ce sont à mon avis:

(a) Le rgyalronguique (évidemment…), pour les préfixes et les groupes de consonnes.
(b) le kiranti, pour les suffixes (notamment, ils s’agit des rares langues à préserver les groupes finaux -Ct et -Cs).
(c) le rawang/dulong: moins conservateur pour les préfixes que le rgyalronguique, et moins que le kiranti pour les suffixes, mais très utile comme confirmation des reconstructions.

Le chinois et le tibétain, en revanche, sont beaucoup moins utiles pour bâtir le fondement du système de reconstruction, et c’est l’obstination à se servir de ces deux langues dans les précédents travaux (en particulier ceux de Starostin et de Gong Huangcheng) qui a conduit le domaine dans l’ornière. Le chinois en particulier, même s’il a peut-être quelques archaïsmes marginaux (le maintien du contraste entre *a et *ə), est très érodé phonologiquement (même à l’époque archaïque), et c’est une langue à interpréter au moyen de la reconstruction plutôt qu’une langue qui y contribuera.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La linguistique historique est-elle une démocratie?," Panchronica, 10/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/700 (ISSN 2494-775X)