Comparative Siouan Dictionary

Le Comparative Siouan Dictionary, oeuvre collective monumentale, est désormais publié sur internet:

http://csd.clld.org/

Ce dictionnaire était accessible sous forme d’un fichier PDF distribué aux chercheurs intéressés depuis de nombreuses années, et nous nous en étions notamment servi lors de la rédaction de notre article sur la nasalité avec Alexis Michaud et Bob Rankin (lui même rédacteur principal du CSD).

Cette version représente un effort considérable pour systématiser les notes et les transcriptions — même s’il reste quelques scories, c’est inévitable pour un travail de cette ampleur. Depuis le décès de Bob Rankin l’année dernière, j’étais inquiet que ce travail ne tombe dans l’oubli, mais le voici sous une forme finalisée et complètement citable, ce qui va permettre aux études sur la linguistique historique des langues sioux d’aller de l’avant.

Que reste-t-il de la mythologie pré-tibétaine de la région Gyalrong?

Par comparaison avec les cultures kiranties, qui préservent de riches mythologies peu influencées aussi bien par la culture indo-aryenne que la culture tibétaine (c’est là d’ailleurs un des sujets de recherche principaux du projet Himalco), la culture Gyalrong est très tibétanisée; la quasi-totalité des histoires que j’ai enregistrées sont des versions de contes pan-tibétains, et certaines sont même clairement tirées de sources écrites (c’est notamment le cas de cette histoire qui concerne les râkshasî de Sri Lanka).

Une des seules histoires traditionnelles qui préserve peut-être des traces de mythologie pré-tibétaine est celle-ci, qui traite du vol de l’eau retenue par un dieu de la montagne dans une corne de chèvre (tshɤʁrɯ). Je vais la traduire prochainement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Que reste-t-il de la mythologie pré-tibétaine de la région Gyalrong?," Panchronica, 23/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/307 (ISSN 2494-775X)

Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?

Les langues kalapouyennes, famille disparue de l’Orégon, font partie des moins bien documentées de l’Amérique du nord, et sont connues essentiellement par les données de terrain de Gatschet, de Frachtenberg et de Melville Jacobs (voir Banks 2007 pour ce qui s’approche le plus d’une description utilisable d’une des langues de ce groupe, le santiam).

En lisant Berman (1990:54 — je peux fournir cette référence aux lecteurs de ce blog intéressés), j’ai été frappé par le mot pour ‘pomme de terre’, en santiam pdoʔ (et ses cognats en yonkalla gampduʔ, et en tualatin mampdu) qui ressemblent fortement à l’étymon sioux pour ‘pomme de terre’ (bló, en lakhota et bdó en Yankton et en Sisseton, voir Ullrich 2008 et sa version en ligne). La distance géographique entre les langues sioux et l’Orégon est assez considérable, mais cette ressemblance est-elle le seul fruit du hasard? Pour confirmer cette idée, il faudrait trouver des traces de ce Wanderwort potentiel ailleurs.

Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Berman, Howard. 1990. An outline of Kalapuya historical phonology. International Journal of American Linguistics 56. 27-59.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.
Zenk, Henry. 2006. The Kalapuyan Presence in Oregon’s Geographic Names

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?," Panchronica, 19/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/296 (ISSN 2494-775X)

Mon travail sur le japhug (1)

La langue japhug est parlée dans la partie tibétaine du Sichuan (par moins de dix mille personnes); j’étudie la variété du village de Kamnyu, situé ici:

J’invite tout d’abord les lecteurs de ce blog à se faire par eux-mêmes une idée de la sonorité de cette langue en consultant le corpus japhug sur l’archive Pangloss.

Je travaille sur le japhug depuis 2002; mon travail consiste à collecter des histoires traditionnelles et des conversations, à compiler un dictionnaire multimédia (qui devrait paraître très bientôt sur le site Pangloss) et à analyser la grammaire de cette langue à travers des livres et des articles. Cette approche boasienne me semble la seule appropriée pour obtenir des données fiables en linguistique et en ethnologie sur les langues et les cultures de tradition orale menacées.

Voici une photographie de mes informateurs principaux, Tshendzin 陈珍 et Dpalcan 柏尔青, prise chez eux en 2012 (malheureusement je suis un piètre photographe). En plus de séjours de terrain presque tous les ans, je suis en contact téléphonique régulier avec eux et d’autres amis de la région.

IMG_0185

Quel est l’intérêt plus général de travailler sur une langue obscure, inconnue du grand public en Chine et même dans les régions tibétaines, où on la considère comme un dialecte bizarre du tibétain?

Tout d’abord, c’est le véhicule de la culture locale. Le corpus d’histoires traditionnelles et de films que j’ai recueilli (transcrit mais pas encore traduit) contient des descriptions originales de la faune et de la flore locale, ainsi que des informations d’un grand intérêt sur les techniques agricoles, de construction de maisons et de tissage.

Ensuite, c’est une langue dont la structure grammaticale est très particulière, voire unique au monde. Le japhug et quelques langues voisines sont les seules langues en dehors des Amériques à avoir un système d’accord de type direct-inverse, font partie des rares langues à la fois verbe-finales et majoritairement préfixantes, les seules langues de Chine à incorporation nominale et quasiment les seules langues d’Eurasie avec un antipassif qui ne soit pas en même temps moyen, autobénéfactif ou réfléchi. Le japhug est la seule langue au monde dont l’inverse marque aussi le générique du sujet transitif. Il a aussi un système très riche d’idéophones, qui donnent à cette langue une forme d’expressivité peu commune.

Enfin, c’est une langue qui présente des traits conservateurs parmi les langues sino-tibétaines du point de vue de la morphologie verbale et de la phonologie. Cette langue permet de mieux comprendre l’histoire de langues littéraires plus « importantes » comme le chinois et le tibétain. Son importance pour la reconstruction de l’histoire des langues sino-tibétaines est comparable à celle du sanskrit pour l’indo-européen. Mais si personne n’oserait se prétendre indo-européaniste sans connaître le sanskrit, le japhug et les autres langues gyalrongs sont malheureusement négligées par les linguistes.

C’est pour cette raison que j’essaie de mettre en place à Paris une équipe de spécialistes de langues gyalronguiques, comprenant pour le moment Lai Yunfan, spécialiste du Khroskyabs et Gong Xun du zbu. Espérons que nous parviendrons à terme à décrire de façon satisfaisante ces langues vulnérables, et à leur donner la place qu’elle méritent en linguistique historique et typologique. Peut-être qu’un jour la connaissance d’une langue rgyalrong, en plus du chinois et du tibétain, sera un pré-requis pour faire un doctorat en linguistique comparée du sino-tibétain, comme c’est le cas avec le sanskrit en indo-européen.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Mon travail sur le japhug (1)," Panchronica, 10/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/264 (ISSN 2494-775X)

knech ha thnou

Je l’ignorais jusqu’à récemment, mais il existe un texte arthurien en moyen-breton, An Dialog etre Arzur Roe d’an Bretounet ha Guynglaff datant du quinzième siècle, qui malgré sa brièveté (247 vers) est d’un grand intérêt à plusieurs égards. J’ai reçu aujourd’hui l’édition de Hervé Le Bihan:

http://www.brezhoneg.org/fr/livres/dialog-etre-arzur-roe-d-bretounet-ha-guynglaff-le-dialogue-entre-arthur-roi-des-bretons-et

L’édition comprend une transcription du texte datant du dix-huitième siècle accompagnée d’une traduction, une restitution du texte original, un glossaire détaillé et certains textes en français et en breton permettant de contextualiser ce document, ainsi qu’une introduction détaillée expliquant l’histoire tortueuse de la transmission de ce texte.

Ce texte en vers présente des exemples de rimes internes, et témoigne d’une tradition indigène de versification sophistiquée (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’ai eu le grand plaisir, en feuilletant ce livre, de trouver l’expression knech ha thnou (187) ‘en tous lieux’, correspondant à peu près au français ‘par monts et par vaux’. knech ‘colline’ correspond au breton moderne krec’h, et thnou ‘vallée’, est devenu traoñ dans les dialectes KLT. Dans ces deux mots, le n est devenu r en deuxième élément du groupe, et la nasalité passe sur la voyelle suivante, au moins dans le mot pour ‘vallée’. C’est là un des exemples que nous avions analysés dans l’article Michaud et al. (2012) dans une perspective panchronique. Le Dialog nous offre la plus ancienne attestation de ces mots en moyen-breton, et peut contribuer à déterminer avec une certaine précision la date où ce changement phonétique a eu lieu, et je regrette de ne pas avoir cité ce texte dans notre article. Il s’agit donc d’un nouvel exemple de l’importance fondamentale de la philologie pour la linguistique panchronique.

Bibliographie
Michaud, Alexis, Guillaume Jacques, and Robert Rankin. 2012. Historical transfer of nasality between consonantal onset and vowel : from C to V or from V to C ? Diachronica 29.2 :201–230.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "knech ha thnou," Panchronica, 07/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/252 (ISSN 2494-775X)

La linguistique de la longue durée

Il existe quatre langues pour lesquelles on dispose d’une documentation quasi-continue sur plus trois mille ans. Il s’agit du grec, du chinois, de l’araméen et de l’égyptien-copte. J’exclus de ce groupe très restreint l’hébreu (qui, s’il n’a jamais été oublié, a cessé d’être une langue maternelle jusqu’à sa renaissance à la fin du dix-neuvième siècle) et les langues indo-aryennes (car d’une part le védique est difficile à dater, et d’autre part les étapes intermédiaires entre sanskrit et langues modernes sont insuffisamment bien attestées).

Ces quatre langues ont un rôle prééminent à jouer en linguistique historique car elles offrent une fenêtre unique sur l’évolution morphosyntaxique sur le long terme. Si la méthode comparative permet de reconstruire phonologie et morphologie, cette méthode est beaucoup plus difficile à appliquer à la syntaxe, et les études en syntaxe panchronique doivent, à mon avis, se baser en priorité sur des évolutions attestées dans des textes. Pour la plupart des langues du monde, on ne dispose hélas au mieux que de deux ou trois siècles d’attestation continue, ce qui est insuffisant pour observer des changements de grande ampleur.

Peu, voire aucun linguiste, ne maîtrise ces quatre langues (même si certains s’en approchent, comme par exemple Eitan Grossman, qui connaît le grec et les langues sémitiques du nord-ouest en plus de l’égyptien, sa spécialité première), et les études sur ces langues appartiennent à des traditions d’études assez distinctes, ce qui élève des obstacles à la mise en place d’une linguistique de la longue durée: l’observation détaillée des changements morphosyntaxiques sur plusieurs millénaires et la mesure de la durée et de la vitesse à laquelle ils ont lieu.

Les langues de l’antiquité la plus profonde présentent des difficultés spécifiques: les systèmes d’écritures de ces quatre langues, à leurs stades les plus anciens, ne représentent qu’imparfaitement la prononciation et n’indiquent qu’une faible partie de la morphologie. Le cas le plus évident est celui du chinois, dont l’écriture est difficile à interpréter et omet presque complètement la morphologie dérivationnelle que l’on peut reconstruire indépendamment (Sagart 1999). Néanmoins, pour l’araméen non-vocalisé et l’égyptien (pré-copte), les voyelles, qui pourtant apportent des informations cruciales sur la morphologie (ne serait-ce que la distinction des suffixes de personne à l’accompli), ne sont pas représentées dans l’écriture. Dans le cas du grec, on dispose d’un système perfectionné qui représente de façon relativement fiable le système phonologique du Ve siècle avant notre ère, mais qui est trompeur pour les textes épiques (où certains passages préservent des vers datant de l’époque où le grec avait encore des r voyelle). Le grec mycénien quand à lui est transcrit dans un système d’écriture profondément inadapté qui rend malaisée l’interprétation des documents les plus anciens dans cette langue. Néanmoins, ces difficultés peuvent être contournées grâce à des stades ultérieurs mieux attestés de ces langues (y compris les emprunts dans les langues voisines et le comparatisme) qui permettent d’extrapoler les données manquantes.

Les spécialistes de ces quatre domaines pourraient gagner à travailler ensemble et à considérer que l’étude de ces quatre langues (plus l’indo-iranien et éventuellement le latin, car la richesse des langues romanes compense partiellement sa moins grande profondeur historique) forment un sous-domaine cohérent de la linguistique historique. Il faut démocratiser l’accès à la compréhension détaillée de l’histoire de ces langues cruciales, souvent engluées dans une tradition philologique peu abordable, et leur redonner la place centrale qu’elles méritent dans notre discipline.

Bibliographie
Sagart, Laurent. 1999. The roots of Old Chinese. Amsterdam: Benjamins.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La linguistique de la longue durée," Panchronica, 06/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/242 (ISSN 2494-775X)