Les langues sans verbe « pouvoir »

Dans un article paru en 2008 dans Studies in Language, Olesya Khanina a proposé que l’existence d’un verbe signifiant spécifiquement « vouloir » n’était pas universel; en effet, bien que toutes les langues aient un moyen d’exprimer la volonté, une grande partie d’entre elles n’ont pas de verbe ou de construction exclusivement désidérative. Il peut s’agir, par exemple, de langues où le seul verbe utilisable dans le sens correspondant à « vouloir » dans les langues européennes a un sens plus large qui recouvre aussi « penser » ou « aimer ». Cet article a donné lieu à un débat dans la même revue, qui fait partie du numéro libre d’accès du moment : http://benjamins.com/#catalog/journals/sl.34.1/toc (voir Goddard et Wierzbicka 2010, Khanina 2010).

Ce débat m’a rappelé un fait intéressant du nahuatl: si cette langue a bien un verbe vouloir (-nequi, transitif), elle n’a pas de verbe « pouvoir », et la seule construction potentielle se forme avec l’adverbe huel « bien » (Launey 1979:113), comme dans l’exemple (1) tiré du manuel de Launey:

 

aoc huel ni-qu-ilnâmiqui in tlein ô-qu-ihto-h
NEG bien 1A-3O-se.rappeler SUBORD INDEF PRF-3O-dire-PRF

(1) « Je ne peux plus me rappeler ce qu’il a dit. »

La morphologie du nahuatl est riche et productive, et le dictionnaire de Wimmer (2006) comprend de nombreux verbes dérivés de huel. On trouve en particulier des verbes incorporant l’adverbe huel comme ahhuelquîza « ne pas pouvoir partir » (-quîza « partir, intr). On peut y découvrir également l’intransitif hueliti « être capable », un verbe désadverbial formé par le suffix -ti à partir de hueli, forme pleine de huel.

Ainsi, si le nahuatl est intéressant en cela que la façon la plus habituelle pour exprimer le sens correspondant à « pouvoir » dans les langues européenne recouvre beaucoup d’autres sens, il ne s’agit pas stricto sensu d’une langue sans verbe « pouvoir, être capable ». Trouve-t-on des langues n’ayant absolument aucune construction signifiant spécifiquement « pouvoir, être capable »? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre, car s’il est facile de prouver qu’un phénomène existe, il est beaucoup plus difficile de prouver qu’une structure particulière n’existe pas dans une langue donnée, surtout dans le cas de langues peu décrites. Dans le cas du nahuatl, l’existence d’une grande quantité de textes et d’excellents dictionnaires permet plus facilement de résoudre de tels problèmes, mais rares sont les langues du monde pour lesquelles une documentation aussi extensive est disponible.

Je suis curieux, en tous cas, de connaître d’autres exemples de langues dont la construction principale pour exprimer le sens de « pouvoir, être capable » n’est pas spécifique à ce sens, comme le huel du nahuatl.

Références

Goddard, Cliff and Anna Wierzbicka. 2010. ‘Want’ is a lexical and conceptual universal. Studies in Language 34.1: 124–130.
Khanina, Olesya. 2008. How universal is wanting? Studies in Language 32:4:818–865.
Khanina, Olesya. 2010. Reply to Goddard and Wierzbicka, Studies in Language 34.1: 124–130.
Launey, Michel. 1979 Introduction à la langue et à la littérature aztèques. Paris: L’Harmattan.
Wimmer, Alexis. 2006. Dictionnaire de la langue nahuatl classique. http://www.sup-infor.com/navigation.htm

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les langues sans verbe « pouvoir »," Panchronica, 17/06/2013, https://panchr.hypotheses.org/57 (ISSN 2494-775X)