Archives de catégorie : Lectures / Readings

La science et le bon sens

Dans un compte-rendu de Sagart (1999) par Sun Yuwen (2007), spécialiste de phonologie historique du chinois dans le prestigieux département de chinois de l’université de Pékin, élève de Guo Xiliang, qui était lui-même disciple de Wang Li, se trouve le passage suivant, qui me semble illustrer de façon cruellement involontaire le gouffre qui sépare la linguistique historique de la pratique des philologues traditionnels. Je ne donne pas de lien, car cet article est relativement facile à trouver, mais je peux fournir le PDF éditeur aux lecteurs de ce blog qui veulent se persuader qu’il ne s’agit pas d’un canular.

« 大家公认,汉语的单字中,一个字本身只有一个语素,不能有两个语素。这是常识。我们知道,按照科学的观点,科学和常识有不同,科学比较完密、系统,常识是无意中得来的,错误较多。但是科学不能违背常识,对于常识中的错误部分,要有充分的科学根据论证它是错误的。 »

« Tout le monde reconnaît que dans un caractère chinois, chaque caractère lui-même ne contient qu’un seul morphème, et ne peut pas avoir deux morphèmes. C’est une question de bon sens. (Bien sûr), nous savons que du point de vue scientifique, la science est différente du bon sens. La science est plus complète et plus systématique. Le bon sens s’est constitué spontanément, et comporte de nombreuses erreurs. Mais la science ne peut pas aller à l’encontre du bon sens. En ce qui concerne la partie erronée du bon sens, il doit y avoir une base scientifique suffisante pour prouver qu’elle est fausse. »

J’en reste sans voix…

Références
Sagart, Laurent (1999). The roots of Old Chinese. Amsterdam: Benjamins.
Sun Yuwen (2007) 《上古汉语词缀构拟析评(下) 》江汉大学学报 26(4):68-75.

Karlgren et la phonologie

Ce billet est une première réaction (tardive) au compte-rendu de Christoph Harbsmeier (CH) de l’ouvrage de Baxter et Sagart.

Cet article porte sur des sujets très différents, et il serait fastidieux d’essayer de répondre à toutes les objections offertes par CH. Certaines d’entre elles sont pour le moins surprenantes, comme sa décision d’ἐπέχειν concernant l’appartenance du hittite à la famille indo-européenne (‘And one may be forgiven for suspending one’s judgement by a judicious form of epochē even in the case of Hittite as Indo-European’), négligeant le fait que la démonstration de la parenté du hittite à l’indo-européen n’est qu’un sous-produit du déchiffrement de cette langue, et que sans la grammaire comparée de l’indo-européen, ce déchiffrement aurait été beaucoup plus hasardeux. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer notre connaissance actuelle du hittite à celle de langues de la même époque comme le hourrite ou l’élamite qui n’ont pas de parentes actuelles.

Comme le compte-rendu de CH se place davantage dans le domaine de l’histoire des idées que de la linguistique à proprement parler, je vais discuter ici d’une objection concernant l’interprétation des travaux de Karlgren.

CH déclare que Karlgren « never showed any interest in phonology » et qu’il était même « intellectually allergic to phonology ». Il est indéniable que l’on peut trouver dans certains écrits de Karlgren des affirmations de ce type. Néanmoins, plus que la représentation que Karlgren lui-même avait de son travail, il me semble plus important de considérer sa pratique de la reconstruction, et de ne pas colporter une vision surannée de l’opposition entre phonétique et phonologie.

Karlgren s’était donné pour but la reconstruction précise des détails phonétiques du chinois moyen et archaïque, et rejetait la pratique, qu’il percevait comme une simplification abusive, d’unifier des catégories en distribution complémentaire par un même symbole, ce en quoi consistait selon lui la « phonologie ». Néanmoins, si sa reconstruction des voyelles peut sembler obscure et souvent arbitraire (en grande partie à cause de son emploi d’un système de notation phonétique qui était déjà obsolète à l’époque où il écrivait), son analyse de l’inventaire des consonnes démontre par contraste une capacité de réflexion en terme d’oppositions phonologiques.

En particulier, comme le fait remarquer Haudricourt (1954:353) concernant la reconstruction d’initiales sonores simples *d- et *g- (correspondant entre autres à *l- et à *ɢʷ- dans le système de B/S), « Karlgren […], phonologue avant la lettre, a considéré l’absence de sonores ordinaires dans son tableau comme des « cases vides » à remplir. » En effet, ayant reconstruit les obstruentes sonores 全濁 comme des sonores aspirées (pour rendre compte de leur réflexes dans certaines langues sinitiques contemporaines), il a ressenti l’anomalie que représente le fait d’avoir une série de sonores aspirées sans les sonores simples correspondantes, un raisonnement proche de celui de Jakobson concernant l’indo-européen. Même si la solution choisie par Karlgren n’est acceptée par aucun chercheur actuel, il est important de saluer l’originalité de cette idée pour son époque.

Ainsi, de la même façon que Montaigne mérite le titre de philosophe malgré son affirmation du contraire, Karlgren faisait de la phonologie sans le savoir, malgré son opposition véhémente à la phonologie de son époque.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Harbsmeier, Christoph (2016) Irrefutable Conjectures. A Review of WilliamH. Baxter and Laurent Sagart, Old Chinese. A New Reconstruction, Monumenta Serica, 64:2,445-504, DOI: 10.1080/02549948.2016.1259882
Haudricourt, André G. (1954) Comment Reconstruire Le Chinois Archaïque,WORD, 10:2-3, 351-364, DOI: 10.1080/00437956.1954.11659532

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Karlgren et la phonologie," Panchronica, 30/12/2020, https://panchr.hypotheses.org/3333 (ISSN 2494-775X)

Japhug et Tshobdun

La collection de textes tshobdun de Jackson T.S.Sun vient enfin de paraître, et est accessible en ligne à cette adresse. C’est une ressource fondamentale pour l’étude des langues rgyalronguiques: grâce à ce travail et aux autres collections de données du même type, il va bientôt devenir possible d’écrire une véritable grammaire comparée de ces langues.

Le tshobdun est assez probablement la langue la plus proche du japhug; je parlerai dans un autre billet des innovations communes partagées par ces deux langues.

La différence entre ces deux langues est néanmoins très profonde.Pour l’illustrer, comparons la phrase (1) tirée de la collection de textes Tshobdun avec (2), une adaptation en Japhug (par moi-même).

(1)
kəməqʰúnəʔ ⁿge-kə-qɐrŋiʔ=rɐʔ=kə ⁿge-fʃɐt-nə=nəʔ
afterwards IPFV-NMLZ:SBJ-hunt=PL=ERG IPFV-recount-3PL=SUB
pʰargot paste=nəʔ χʃíkə sɐsəɣvɐr
wild.boar solitary.pig=TOP very be.frightening
kɐ-o-ntʃʰe tʃʰozʔ ŋoʔ
GP-INV-kill be.the.rule be
Afterwards those who used to hunt tell (us), “Solitary boars are very frightening and kill people.”

(2) kɯ-maqhu tɕe, kɯ-ɣɤrʁaʁ pɯ-kɯ-ŋu nɯra kɯ pjɯ-fɕɤt-nɯ tɕe,
NMLZ:S/A-être.après LNK NMLZ:S/A-chasser PST.IPFV-NMLZ:S/A-être DEM:PL ERG IPFV-raconter-PL LNK
phaʁrgot khɯrndɯɣ nɯ wuma sɤɣ-mu tɕe pjɯ-kɯ-sat ŋgrɤl.
sanglier solitaire DEM vraiment PROP-ressentir.de.la.peur:FACT LNK IPFV-GENR:S/P-tuer être.le.cas.habituellement:FACT

Voici une liste des différences principales dans ce passage:

(i) Pour dire « ceux qui étaient chasseurs », on emploie en japhug plutôt la copule au passé imperfectif pɯ-kɯ-ŋu
(ii) différences de vocabulaire:
paste: « sanglier solitaire » (de pa « cochon » et -ste « seul »; l’équivalent japhug serait †pɤsti ou †paʁsti). Le japhug khɯrndɯɣ vient du tibétain ཁེར་འདུག་ kʰer.ⁿdug
χʃíkə : « très », emprunt à l’amdo qui n’existe pas en japhug, où l’on utilise wuma « vraiment, du Tibétain ŋo.ma (aussi en Tshobdun: ome)
sɐsəɣvɐr: « être effrayant », antipassif propensif du causatif səɣvɐr « effrayer » du verbe intransitif vɐr « ressentir de la peur ». En japhug on forme directement le propensif deexpérienceur du verb mu (sɤɣ-mu). L’équivalent Japhug de sɐ-səɣ-vɐr serait †sɤɕɯɣmu.
ntʃʰe: « tuer »,voir cette présentation
tʃʰozʔ : le cognat tɕhɤz en japhug (emprunté au tibétain) s’emploie au négatif pour exprimer le sense « contraire à la religion »
(iii) le générique de l’objet s’exprime par kɯ- en japhug, et par la combinaison de kɐ- et l’inverse en tshobdun.

La palatalisation des dentales en tibétain

L’ouvrage de Johanna Bialek sur les composés en tibétain est une contribution majeure non seulement à la philologie du tibétain ancien, mais aussi une source copieuse d’informations cruciales pour les linguistes qui s’intéressent à la reconstruction du pré-tibétain.

A titre d’exemple du type de données que l’on peut trouver dans ce livre, notons le passage suivant (p.216), qui mérite d’être cité dans son intégralité:

*-yul seems to have been replaced by -śul in the second syllable of compounds the first member of which ended in -s and was a clan name; thus ‘CLAN NAME+śul’ should be interpreted as “a land of the CLAN”. Other examples include dags śul (PT 1285: r23, r91, r178), mchims śul (PT 1285: r92, r179), and gnubs śul (ITJ 734: 7r300; although here it occurs as a part of the proper name yul gnubs śul kiṅ drug “a land Gnubs-śul-kiṅ-drug”). These variants appear side by side with the correct forms, cf.: mchims yul (PT 1285: r21–2), rṅegs yul (PT 1285: r24), dags yul (ITJ 734: 8r334).

Ces exemples démontrent de façon irréfutable que le groupe *sj (s+y) proto-tibétain donne ɕ- (ś dans la transcription de Bialek), aussi bien comme attaque que comme groupe hétérosyllabique; c’est une confirmation importante de la reconstruction interne des alvéolo-palatales comme provenant de fricatives et d’affriquée dentale suivies d’un yod (Gong 1977).

References
Bialek, Johanna 2018. Compounds and Compounding in Old Tibetan, A Corpus Based Approach. Marburg: Indica et Tibetica Verlag.
龔煌城 1977〈古藏文的y及其相關問題〉,《中研院史語所集刊》48.2