Archives de catégorie : Billets

Arapaho noohow- ‘voir’

La plupart des langues algonquiennes (sauf les langues de l’est) ont une série de verbes signifiant « voir » dont la racine initiale est *wāp- (qui signifie également « blanc, clair »), comme en ojibwe le VTA waabam-, le VTI waabandan- et le VAI waabi- « avoir une vision », avec des finales différentes (pour une définition de VTA, VTI et VAI, voir par exemple cette page). Même le cheyenne, dont la phonologie est très innovatrice, a un cognat de ces verbes comme le VTA vóom (voir dans ce dictionnaire avec des fichiers sons), le cognat exact de l’ojibwe waabam- (proto-algonquien *wāp-am-(ēwa)).

Si des cognats de ces verbes existaient en arapaho, nous devrions avoir †nookow- et †nookoot pour les verbes correspondants à waabam et waabandan, selon les lois phonétiques découvertes par Kroeber et Goddard (voir cet article et celui-ci). Or les verbes que l’on trouve (et qui sont d’ailleurs utilisés comme exemples dans les tableaux de conjugaison de la grammaire de Cowell and Moss 2008) sont VTA noohow– et VTI noohoot-, avec un h à la place du k attendu. Je ne pense pas que ces verbes, malgré leur ressemblance superficielle, soient apparentés à waabam et waabandan.

Les proto-formes possibles pour noohow– et sa contrepartie VTI sont assez nombreuses; la partie -ow-/-ob- est obligatoirement la finale *-am-, mais l’initiale pourrait être *[wrs]aas- (le *y devient aussi n, mais n’existe pas en début de mot en proto-algonquien). On trouve en ojibwe la forme waazakone ‘glow’ (apparemment d’un proto-algonquien *wās-askweθē-), avec une initiale apparemment provenant de *wās-. Le problème avec l’hypothèse que cette initiale serait cognate avec celle de l’arapaho est que la forme normale de cette initiale est waas– en ojibwe (avoir quelques exemples d’autres verbes ayant cette initiale). Ives Goddard, auquel j’ai soumis mon idée, pense que le z dans waazakone résulte de la dissimilation avec le k (phonétiquement géminé [kk]) suivant, d’après une loi phonétique attestée par ailleurs en ojibwe (voir Goddard 1973:47, dans des mots comme noozhishenh « mon petit-fils » à la place d’une forme †nooshish attendue d’après la reconstruction *nōhšihsa basée sur les autres langues).

Le mystère reste donc assez épais concernant l’étymologie de ces verbes; sans avoir la prétention d’y avoir apporté une réponse, j’espère au moins pouvoir avoir suscité l’intérêt de lecteurs de ce blog à cette question et à la linguistique historique de l’arapaho en général.

=====
Cowell, Andrew; Moss, Alonzo, Sr. (2008). The Arapaho Language. University Press of Colorado. ISBN 978-0-87081-901-8.
Goddard, Ives (1973). Delaware kinship terminology. Studies in linguistics, 23, 39–56.
Goddard, Ives (1974). « An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina ». International Journal of American Linguistics. 40: 102–16.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Arapaho noohow- ‘voir’," Panchronica, 10/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1816 (ISSN 2494-775X)

Rgveda 1.29

Comme exemple de ce à quoi pourrait ressembler une édition multimédia du Rgveda (qui pourrait presque trouver sa place dans l’archive pangloss), j’ai choisi un poème parmi les plus court et les plus répétitifs et ai découpé pour chaque vers un extrait sonore tiré des fichiers présenté ici. La traduction est mienne, mais a été revue avec Jamison et Elizarenkova.


1.029.01a yác cid dhí satya somapā
1.029.01b anāśastā́ iva smási

1.029.01c ā́ tū́ na indra śaṃsaya
1.029.01d góṣv áśveṣu śubhríṣu
1.029.01e sahásreṣu tuvīmagha

sandhi:
yác cid dhí > yad/cid/hi
anāśastā́ > anāśastā́s
na > nas
góṣv > góṣu

vocabulaire:
yad: si/quand (neutre sg de ya-)
cid: indéfini
hi: particule
satya- (adj): « véritable » (satya: voc.m.sg)
soma-pā-: « buveur de soma »
iva: comme
anāśasta- : an- (négation), participe passé (en -ta-) de ā+|śaṃs| « espérer » (āśaṃsā- « espoir », āśaṃsu- « espérant ») « sans espoir » (nom.m.pl)
smasi: /as/ « être » présent 1pl
ā́+śaṃsaya: causatif (classe X) de ā+|śaṃs, « donner de l’espoir »
tū: particule
nas: pronom clitique, 1pl.dat
indra: vocatif
go- f. « vache » (góṣu loc.pl)
áśva- m. cheval (áśveṣu loc.pl)
śubhrí- (adj): magnifique (śubhríṣu loc.pl)
sahásra-: millier (sahásreṣu loc.pl)
tuvīmagha- (adj) très généreux

« Chaque fois que nous sommes désespérés, ô véritable buveur de soma, donne-nous de l’espoir, (consistant) en milliers de magnifiques bœufs et chevaux, ô très généreux Indra. »


1.029.02a śíprin vājānãm pate
1.029.02b śácīvas táva daṃsánā
1.029.01c ā́ tū́…

śíprin- (adj): joufflu, (vocatif.ms.sg, pourvu de śiprā- f. « joue »)
vāja- m: prix, butin (gen.pl)
pati- m: maître (voc.sg)
śácīvas: puissant (voc.sg)
tava: 2sg.gen
daṃsánā-f: « wunderbare That, Kraft der Götter » (Grassmann), instr.fem.sg (en sanskrit classique on aurait daṃsanayā)

« Joufflu, puissant maître des butins, par ta puissance extraordinaire, donne-nous… »


1.029.03a ní ṣvāpayā mithūdŕ̥śā
1.029.03b sastā́m ábudhyamāne
1.029.03c ā́ tū́…
sandhi: ṣvāpayā > svāpaya

ní ṣvāpaya-: imp.2sg du causatif de ni+|svap| « dormir »
mithūdŕ̥ś- : « visible |dṛś| par intermittence »
sastā́m: imp.2du de |sas| « dormir »
á-budhyamāne : « non éveillées » (duel » a- négatif+ participe passé médio-passif nom.fem.du de |budh| « être réveillé »

« Fait dormir les deux qui sont visibles par intermittence.
Qu’elles dorment, non éveillées; donne-nous… »
(les entités en question ne sont pas clairement identifiées, peut-être les deux hapax kuṇḍr̥ṇā́cī- et kr̥kadāśū- mentionnées plus bas).


1.029.04a sasántu tyā́ árātayo
1.029.04b bódhantu śūra rātáyaḥ
1.029.04c ā́ tū́…
sandhi:
tyā́ > tyā́s
árātayo > árātayas

sasántu: 3pl.imp de |sas| « dormir »
tyā́s: démonstratif (nom.pl)
rāti-: généreux (dérivé de |rā| « donner ») (nom.pl)
árāti- : non-généreux, avare (de |rā| « donner ») ou « ennemi » (nom.pl)
bódhantu : 3pl.imp de |budh| « se réveiller »
rāti-: généreux/don (dérivé de |rā| « donner ») ou peut-être « calme » (*rmH-tí- de |ram|, ramṇāti)
śūra- m: « héro » (voc.m.sg)

« Que dorment les avares, et que se réveillent les généreux, ô héro, donne-nous… »
(peut-être un double sens avec généreux/don/calme et avare/ennemi/ »non-calme »))


1.029.05a sám indra gardabhám mr̥ṇa
1.029.05b nuvántam pāpáyāmuyā́
1.029.05c ā́ tū́…
sandhi: pāpáyāmuyā́> pāpáyā amuyā́

sam+mr̥ṇa: imp.sg de sam+|mr̥ṇ| « écraser »
gardabha-: âne
nuvántam : participe présent acc.m.sg de |nu| « émettre un son »
pāpā- f. : mal (instr.sg)
amuyā́ : démonstratif (instr.sg.fem de asau)

« Ecrase, ô Indra, l’âne qui braie d’une façon aussi détestable; donne-nous… »


1.029.06a pátāti kuṇḍr̥ṇā́ciyā
1.029.06b dūráṃ vā́to vánād ádhi
1.029.06c ā́ tū́…
sandhi: vā́to > vā́tas

pátāti : subjonctif 3sg de |pat| « voler »
kuṇḍr̥ṇā́cī : « ein in Kreisen sich bewegender Raubvogel » (Grassmann, hapax, instr.sg)
dūráṃ : de loin (adjectif converti en adverbe)
vā́ta- m. : vent (nom.sg)
vána- n.: forêt (instr.sg)
adhi: postposition « dessus » (ici avec l’ablatif)

« Que le vent s’envole loin de la forêt avec l’oiseau de proie; donne-nous… »


1.029.07a sárvam parikrośáṃ jahi
1.029.07b jambháyā kr̥kadāśúvam
1.029.07c ā́ tū́…
sandhi: jambháyā > jambháya

sárva- : tout (acc.sg)
parikrośá- : « démon hurleur » pari-+|kruś| « hurler » (acc.sg)
jahi: imp.2sg de |han| « tuer »
jambháya: imp.2sg de |jambh| « mordre, écraser »
kr̥kadāśū- : (hapax,acc.sg)

« Tue chaque hurleur, écrase la ???, donne-nous… »

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Rgveda 1.29," Panchronica, 27/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1790 (ISSN 2494-775X)

Le védique : une philologie à tradition orale

Le védique est l’une des seules langues anciennes à disposer d’une tradition ininterrompue de récitation orale (l’arabe coranique est peut-être un autre exemple, encore que les traditions de récitation actuelles ne doivent pas être indépendantes de la version écrite), ce qui offre un attrait supplémentaire indéniable à cette langue: je n’ai personnellement jamais pu étudier le grec de façon satisfaisante à cause de la prononciation francisée absurde qui est enseignée (dans laquelle ἀλλὰ γὰρ ἐλπὶς ἔφη κακά devient une blague scatologique niveau maternelle).

La récitation du rigvéda complet est par ailleurs disponible intégralement sur ce site et d’autres, en une cinquantaine de fichiers mp3 (voici par exemple ici ou le texte complet; plusieurs traductions sont disponibles, dont celle-ci en français, qui n’est toutefois pas très recommandée; les meilleures sont celles de Geldner, Renou, Yelizarenkova et Jamison, qui sont toutes trouvables d’une façon ou d’une autre sur internet).

Le premier fichier commence par une invocation à Ganapati (Ganesha), dont on peut trouver une analyse dans le magnum opus de Watkins p. 242.

Le premier hymne du RV « agním īḷe puróhitaṃ » (dont ce site donne une analyse détaillée) commence à 1:45. Le début du second fichier est bizarrement au milieu de l’hymne 1.23 (ligne 16).

Notons que la prononciation recèle des subtilités phonologiques qui indiquent clairement que cette récitation n’est pas basée sur le système phonologique des langues indo-aryennes modernes; ainsi, le sandhi entre puróhitaṃ et yajñásya, où l’on entend clairement un [j̃] nasalisé, alors que ce détail n’apparaît pas dans la transcription du texte samhita. Les règles de prononciation de l’accent védique sont peu intuitives au début, mais sont bien connues (voir cet article).

Je présenterai dans un billet suivant un hymne védique ligne par ligne, accompagné du son.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le védique : une philologie à tradition orale," Panchronica, 27/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1783 (ISSN 2494-775X)

Une trace des groupes de consonnes en kulung?

Le kulung fait partie des langues kiranties qui ont perdu les groupes initiaux; citons ainsi les paires suivantes (données de Tolsma 2006 et khaling de ce dictionnaire). Notons que comme le montre Boyd Michailovsky, les voisées *b, *d *g du proto-kiranti correspondent à des voisées en khaling et à des sourdes en kulung, et que les *p et *t du proto-kiranti correspondent à des voisées en kulung (Starostin et Opgenort posent une série additionnelle d’occlusive, maise c’est selon moi une erreur, voir cet article.

kumma |kup| « brood » :: Khaling |glumt|
khəmma |khəp| « cover, put the lid on » :: Khaling |khropt|
khumma |khum| « bury » :: Khaling |khlum|
phamma |phap| « bend over, fold » :: Khaling |phlɛpt|
puima |put| « boil » :: Khaling |bhlitt|
etc..

Or, on trouve deux verbes ayant s- en kulung correspondant à kr- en khaling, tous deux devant i:

simma |sip| « cut (moving the object towards the knife), cut one’s hand, saw » :: khaling |kript| « cut » (avec des exemples comme ʔʌ̄msu-ʔɛ ʔarasʌ̄ŋ krʌptɛsu. « They sawed the wood. »)
simma |sip| « close the eyes » :: khaling |krim| « close the eyes » (la correspondance de consonne finale n’est pas isolée).

Je n’ai pas d’autre exemple pour le moment, mais il semble vraisemblable de supposer, sur la base de ces exemples qui sont sémantiquement convaincants, un changement *kr- > s- /_i. Ainsi, même si le kulung a perdu les groupes de consonnes, ceux-ci n’auraient pas toujours disparu impunément.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace des groupes de consonnes en kulung?," Panchronica, 26/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1778 (ISSN 2494-775X)

Un emprunt kulung en khaling?

Dans un billet écrit l’année dernière, j’avais déjà mentionné le problème des emprunts entre langues kiranties. Je suis en ce moment en train de travailler sur la phonologie/morphologie historique du kulung, et je remarque que le mot kawa ‘eau’ rappelle le khaling कव kʌwʌ ‘rivière’. Notons que le mot khaling est anormal. Une proto-forme kirantie *kawa devrait donner en khaling †kɛ̂: avec chute du -w- intervocalique, tout comme *ŋgrawa > घ्र्या: ghrɛ̂: « crabe »(voir cet article).

Il est donc très vraisemblable que le khaling कव kʌwʌ soit un emprunt au kulung. Le mot kulung lui-même est peut-être cognat du khaling कु ku « eau », mais cette forme est encore non-expliquée (*ku devrait donner †kʉ), et la correspondance des voyelles n’est pas comprise.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un emprunt kulung en khaling?," Panchronica, 19/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1771 (ISSN 2494-775X)

Langues rgyalrong et textes confucéens

Dans le Mengzi (1.7), on peut lire le passage suivant (la traduction proposée ici n’a aucune prétention littéraire, et suit le texte de près):

(1)「挾太山以超北海,語人曰:『我不能』,是誠不能也;為長者折枝,語人曰:「我不能」,是不為也,非不能也。
« Concernant le fait de sauter au-dessus de la Mer du Nord en tenant le mont Tai sous le bras, Si l’on dit à des gens « je ne peux pas le faire », c’est qu’on ne peut vraiment pas le faire; si l’on dit la même chose à propos de casser des branches pour les personnes âgées, c’est qu’on ne (veut pas prendre la peine de) le faire, et non qu’on ne peut pas le faire. »

Si le sens de littéral de la phrase 為長者折枝 hjweH ʈjaŋX tɕæX tɕet tɕe « casser des branches pour les personnes âgées » ne pose pas de problème, le sens précis de cette expression n’est pas immédiatement clair et fait l’objet de commentaires divergents. Voici une nouvelle interprétation, basée sur la phrase japhug (2) tirée de ce texte (l’histoire de Padma ‘Od’bar).

(2) a-mu rcanɯ ndʑu tɯ-ldʑa cinɤ a-mɤ-pɯ-tɯ-sɯ-qlɯt-nɯ ra
1SG.POSS-mère FOC baguette un-CL même.pas IRR-NEG-PFV-CAUS-casser falloir:FACT
« Faites en sorte que ma mère n’ait même pas besoin de casser (une branche pour faire) une baguette. »

Cette phrase n’est pas dans l’original tibétain pour autant que j’aie pu le voir, et doit être une expression japhug locale. Comme dans le Mengzi, elle fait référence à la tâche la plus facile à exécuter parmi tous les soins et les services aux personnes âgées que se doit d’observer celui qui respecte la piété filiale.

La similitude entre les deux passages ne suggère pas un héritage commun (puisque les mots employés ne sont pas cognats), mais rend vraisemblable l’idée que « casser des branches » dans le passage du Mengzi doive avoir la même interprétation que dans la phrase (2).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Langues rgyalrong et textes confucéens," Panchronica, 17/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1767 (ISSN 2494-775X)

La noix en hmong et en rgyalronguique

Le terme japhug de la noix, ʑɴɢɯloʁ (que je transcrivais autrefois comme ʑɴɢoloʁ car la voyelle de la première syllabe a dans ce mot une prononciation particulière due à son environnement — la transcription ʑɴɢɯloʁ représente la variante lente hyper-articulée), a des cognats dans les autres langues rgyalronguiques; il est encore difficile de déterminer s’il s’agit d’un mot voyageur ou d’un mot hérité au sein du rgyalronguique lui-même (rappelons que le -ʁ du japhug vient d’une coda *-q).

Ratliff (2010, §6.31, §13), sur la base du Zongdi hlə(5) et du Fuyuan qlo(C) reconstruit un proto-hmong *qlow (C) pour « walnut ». Notons que le proto-hmong avait déjà perdu les occlusives finales, mais que le *-k du mien correspond généralement à des rimes au ton C de série haute, ce qui est le cas ici; rien n’interdit donc, du point de vue interne au hmonguique, de supposer qu’une coda *-k a pu avoir existé ici. Ces langues sont parlées au Guizhou, à plus d’un millier de kilomètres au sud-est de la région Rgyalrong, et l’hypothèse d’un mot voyageur pour « noix » présent uniquement en hmong et en rgyalronguique, sans attestation dans les langues situées au milieu, est sans doute contestable. Néanmoins, nous savons qu’il existe en hmong-mien des emprunts anciens à une langue birmo-qianguique, et il est possible que ce mot pour « noix » fasse partie de la même couche. L’étude du rgyalronguique d’une part, et du hmong-mien d’autre part, peuvent bénéficier l’une de l’autre.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La noix en hmong et en rgyalronguique," Panchronica, 17/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1758 (ISSN 2494-775X)

Un étymon kiranti-kuki-chin

En étudiant le proto-kuki-chin, j’ai trouvé le verbe suivant du Hakha Lai tûm-I, tǔm-II ‘beat a drum, play music’ qui remonte à un étymon reconstructible en proto-kuki-chin. Ce verbe rappelle le khaling |tup| त:म्न्य « play music, beat metal », qui se retrouve en proto-kiranti (voir tableau 5 de cet article). Le sens primaire semble être celui de « frapper le métal », d’où dérive ensuite celui de jouer d’un instrument (pas exclusivement à percussion).

On trouve dans certaines langues naga un étymon potentiellement apparenté, voir cette entrée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon kiranti-kuki-chin," Panchronica, 16/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1752 (ISSN 2494-775X)

Le destin de *sr- en tibétain

Suite à cet article et à ce billet, voici, en plus des mots tibétain gɕam « le bas » et ɕig « le pou », quelques nouveaux exemples de *sr- > ɕ- en tibétain.

En proto-kuki-chin, selon Van Bik, on trouve les mots suivants:

[1077] *hriat (Hakha hriat, hriaʔ) « comb » qui peut se comparer au tibétain ཤད་ ɕad, bɕad « peigner »
Le ia du KC peut correspondre au *ja ancien, comme dans Hakha pariat « huit » (tibétain བརྒྱད་ brgʲad < *-prjat, situ wurjāt); il ne s'agit donc peut-être pas du traitement de *sr-, mais de celui de *srj- en tibétain.

[1080] *hroom (ɦakha hrôom-I, hrǒom-II) ‘share, distribute’, et tibétain གཤོམ་ gɕom, bɕams « disposer, préparer »; notons la correspondance vocalique de PKC -om à -am ailleurs dans PKC *wom > Hakha vôm ‘bear’, tibétain དོམ་ dom < *t-wam, situ tə-wām "ours")

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le destin de *sr- en tibétain," Panchronica, 14/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1735 (ISSN 2494-775X)

Les calques d’étymologies populaires

Dans certaines variétés de breton populaire, on peut désigner les chinois par le terme kac’her kraoñ « chieur de noix » (voir ce dictionnaire par exemple); ce terme d’apparence opaque est en fait le calque d’une étymologie populaire facétieuse du mot français « chinois » [ʃinwa] comme « chie » [ʃi] + « noix » [nwa]. Je m’interroge dans quelle mesure des étymologies du même type, combinant une étymologie populaire (plus ou moins assumée) suivie d’un calque dans autre langue, sont un phénomène courant.

Notons au passage que le nom kraoñ « noix » fait partie de ceux qui ont subi un transfer de nasalité de l’attaque sur la voyelle, un phénomène étudié dans cet article et mentionné aussi dans ce billet

L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn « ginseng » remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm « racine » (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m « racine » ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram « racine », selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam « le bas » reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig « pou » (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme « tronc », voir « arbre » en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)

Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle

Le nom du « foie » en indo-européen fait partie des noms neutres hétéroclitiques, avec une alternance entre r au nominatif/accusatif et n aux cas obliques (voir cet article de Schindler à propos de cette classe de noms). En sanskrit, on a par exemple nom/acc yak-ṛt, abl/gen yak-nas, instr yak-nā, un paradigme alternant qui n’est partagé qu’avec le nom śak-ṛt « excrément, bouse de vache » (notons que la présence du -t au nom/acc est encore mal expliquée, voir la thèse d’Aurelijus Vijūnas pour une discussion de ce sujet).

Or, on trouve dans certaines langues iraniennes des formes remontant à *yakṛna-, combinant les deux thèmes, proto-forme qui sous-tend le khotanais gyagarrä (voir Mayrhofer, EWA, tome II:391). Cette forme a été proposée comme exemple d’analogie non-proportionnelle dans une discussion sur académia. Je pense néanmoins qu’il est possible d’en rendre compte par une analogie proportionnelle stricte.

Le paradigme de ce nom en iranien a dû être:

Nom/acc *yak-ṛ (sans le -t, dont on ne trouve de traces qu’en sanskrit; l’avestique jeune a yākarə)
Gen/Abl *yak-nah

Or, les thèmes en -n neutres on le paradigme suivant en sanskrit (en prenant nāma < *h3nomṇ "nom")
Nom/acc nām-a (le a venant du n syllabique)
Gen/Abl nām-nas

En iranien, le paradigme devait être à peu de choses identique:
Nom/acc *nāma
Gen/Abl *nāmnah

Or, dans un état de langue précédant le khotanais attesté, où les voyelles finales avaient déjà chuté, le paradigme des noms neutres en -n serait:
Nom/acc *nām
Gen/Abl *nāmnah (avec préservation du -a du fait du -h)

A ce stade, les cas obliques des thèmes en -n serait formés synchroniquement par le simple ajout de désinences combinant un élément -n- avec les suffixes des thèmes consonantiques (Instr -nā, Gen/abl -nah etc). Si à ce stade le paradigme de "foie" est réanalysé comme étant un thème en -n neutre (n’oublions pas ici que « foie », comme tous les hétéroclitiques, est neutre), et le *ṛ comme une partie du radical, il devient possible d'appliquer l'analogie proportionnelle:

*nām ==== *yakṛ
*nām-nah ==== X
X=*yakṛ-nah

ce qui donne le prototype du nom khotanais, sans avoir à supposer de changement analogique exotique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle," Panchronica, 08/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1710 (ISSN 2494-775X)

========================
Correctif (12 avril 2017)

Comme l’indique ce livre, p 341, les thèmes en -n neutres du khotanais n’avaient pas perdu le -a final (venant de *-ṇ) en khotanais ancien; c’est une caractéristique du khotanais tardif, et donc l’explication proposée ci-dessus est problématique.

L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque

En lisant ce livre, je suis tombé sur ce mot pour l’étain (dans deux dialectes):

炯奈语(龙华)lei35
炯奈语(六巷)lhe22

On lui trouve des cognats dans d’autres langues hmong:
吉卫 lhja54
阳孟 lhja35
中心 lje31

Ce mot est de toute évidence un emprunt au chinois archaïque 锡 sek < *s-lˁek; le groupe de consonne ici, admis par la plupart des spécialistes du chinois archaïque, est basé sur la partie phonétique 易 yek < *lek (voir cet article pour une explication de la méthodologie qui sous-tend la reconstruction de groupes consonantiques en chinois archaïque).

Il s'agit du ton C1, de la même classe tonale que le mot "fer" (autre emprunt ancien au chinois 鐵 thet < *lhˁik), et il doit contenir des anciens rusheng:

炯奈语(龙华)lhɔ35
炯奈语(六巷)lhəu22
吉卫 lho54
阳孟 lho35
中心 lho31

Il s'agit d'une nouvelle confirmation que les emprunts anciens au chinois dans les langues hmong-mien peuvent avoir préservés des caractéristiques phonétiques plus archaïques qu'aucun dialecte chinois; c'est à ma connaissance le premier exemple de chinois *sl- correspondant à lh- en hmong-mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque," Panchronica, 31/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1703 (ISSN 2494-775X)

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la distinction de voisement étant transphonologisée registre tonal, et celle d’aspiration étant perdue (*mp-, *mpʰ- > b-; *nt-, *nth- > d etc).

Ils se sont servis dans leur reconstruction essentiellement des mots reconstruits en proto-hmong-mien (Wang Fushi et Mao Zongwu 苗瑶语古音构拟et Ratliff 2010), mais il est facile, en étudiant le dictionnaire du mien de Jiangdi 江底 de Mao Zongwu (汉瑶词典(勉语)), de trouver de nombreux cas de mots ayant des voisées en mien (venant de préinitiales) correspondant à des sourdes aspirées ou non-aspirées en chinois.

Certains de ces mots, comme bjoːt8 « bouillir » (chinois 沸 pjɨjH < *Nə-puts; notons qu’il existe un autre verbe bwei5 « bouillir » en mien avec un -i correspondant au *-ts du chinois archaïque, donc tardif, qui se retrouve toutefois en hmong et semble suivre les correspondances des mots hmong-miens natifs), semblent d'une grande antiquité (la préservation du -t final est ici probablement indicatrice d'un emprunt pré-Han). D'autres toutefois, comme beu1 "jeter" (chinois 抛 phæw), ont des correspondances indicatrice d’un emprunt d’une langue de type chinois moyen. Signalons le mémoire de mastaire de
Li Lizhi (《汉瑶词典》中勉语汉语借词的研究) qui propose une stratification détaillée des emprunts en mien sur la base du dictionnaire de Mao Zongwu.

Pourrait-il s’agir d’une innovation en mien? Bien sûr, dans le cas de mots à voisée en chinois moyen, comme le mien dzoːi2 « complet », qui vient du chinois 齐 dzej (dont un des sens est « complet », dans des expressions telles que 齐全), il serait possible d’argumenter que le voisement est dû au fait que le mot est emprunté à un dialecte chinois qui aurait préservé le voisement jusqu’à une période postérieure à la perte de celui-ci en mien et à la conversion de la prénasalisation en voisement dans cette langue. Un tel argument n’est pas possible pour les mots à sourdes aspirées et non-aspirées en chinois moyen, bien entendu.

Une autre question est de savoir s’il pourrait s’agir d’une alternance interne au mien; même si les langues hmong-mien sont presque complètement isolante, on remarque quelques trace de morphologie ancienne(Ratliff 2010:199-213).

L’une des plus étonnante, notée à juste titre par Martha Ratliff (2010: 210) est la paire entre « tuer » (mien tai5 < *təjH) et "mourir" (mien tai6 < *dəjH), qui rappelle l'austronésien *paCay "tuer" / *maCay "mourir" (*C, quelque soit son interprétation phonétique, correspond à t dans la plupart des langues austronésiennes). Cette paire de verbes soulève de nombreuses questions concernant la parenté du hmong-mien (ce ne sont pas les seules formes ressemblant à l'austronésien dans la famille), et en tous les cas montre des alternances morphologiques de voisement (manifestée en mien par les tons de série haute (1,3,5,7) opposés à ceux de série basse (2,4,6,8)) ont pu avoir un jour existé. Néanmoins, il ne semble pas qu'il y ait d'exemples clairs de paires de verbes natifs ayant une alternance de prénasalisation (cf Downer 1973). Il est donc peu vraisemblable que la prénasalisation dans les verbes empruntés au chinois aient pu être dus à un préfixe en hmong-mien (contrairement par exemple aux langues rgyalronguiques, où les verbes récemment empruntés au chinois prennent des préfixes dénominaux, tels que – en japhug, voir cet article).

Nous avons donc une large couche d’emprunts au chinois ayant des initiales remontant à des prénasalisées, mais qui du point de vue des autres caractéristiques phonologiques ressemble à un dialecte chinois moyen; nous avons donc affaire à un dialecte chinois d’époque post-Han, qui n’était distinct du système du qieyun que parla préservation de quelques traits comme la prénasalisation, et qui comme le suggère Downer pourrait même être ancestral à la couche la plus ancienne du cantonais et du hakka. La prénasalisation en hmong-mien n’est donc pas une curiosité remontant à une époque archaïque, dont l’ajout à la reconstruction serait extrêmement spéculatif comme le suggère Schuessler (2015), mais un trait encore présent en chinois des Han et probablement assez général dans les dialectes du sud jusqu’à l’époque Tang.

Pour finir, on trouve en hmong-mien des mots sino-tibétains non-chinois, probablement venant d’une langue birmo-rgyalronguique ancienne, dont certains ont une prénasalisation. Si l’on prend bwan5 « neige, glace », probablement apparenté au japhug tɤjpa (*lpa < **lpan; le -n est attesté en trong tɯ³¹wɑn⁵³  »neige »), on observe que la prénasalisation en hmong-mien, à une époque encore plus ancienne, provient de la confusion de préinitiales nasale et d’autres prénitiales sonantes comme *l-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La prénasalisation en hmong-mien," Panchronica, 19/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1694 (ISSN 2494-775X)

D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?

Les lois phonétiques du khaling présentées dans cet article montrent que les *a du pré-khaling ne restent a que lorsque suivies de vélaires, et deviennent ɛ en syllabe ouverte et suivies des codas labiales et dentales. Toutefois, on trouve un nombre non-négligeable de noms en -ap et en -am. Quelle peut-être donc leur origine?

L’étymon khaling dhâm धाःम् « ciel » offre peut-être la solution. Son cognat thulung est dha:mu (les données thulung viennent d’Aimée Lahaussois). La correspondance entre le ton tombant et le -u final perdu de la seconde syllabe est attendue (voir cet article). Le limbou a quant à lui taŋsaŋba « ciel » (données limbou tirées de ce dictionnaire). Je proposerais donc une reconstruction *daŋ en proto-kiranti, avec une proto-forme intermédiaire *daŋmu dans l’ancêtre commun au thulung et au khaling; la seconde syllabe pourrait être cognate de l’étymon reflété par le japhug tɯ-mɯ « ciel, pluie », qui a des cognats répandus); le limbou aurait de son côté formé un composé différent (notons que le changement *d- > t- est parfaitement régulier en limbou, voir cet article parmi d’autres).

En khaling, le *-ŋ a dû disparaître tardivement, après le passage de *a > ɛ et probablement avant la chute des voyelles hautes finales:

*daŋmu > *da:mu > dʰâm

En thulung, le -N a chuté avec allongement compensatoire de la voyelle précédente, sans modifier le timbre de la voyelle.

La reconstruction proposée ici diffère fondammentalement de celle de Starostin, qui n’a pas pris en compte le mot limbou.

La même règle s’observe dans le nom khaling ʔā:p आप् « pin », qui correspond au limbou aːŋ « pin », et aussi peut-être khaling -tā:p -ताप् « soi-même » que l’on pourrait comparer au limbou thaŋbɛn « young man »(d’un pré-khaling *taŋbi ?). Notons que cette idée a le mérite additionnel d’expliquer pourquoi les noms « pin » et « soi-même » ont une voyelle longue en khaling au ton plat suivie d’une occlusive finale (normalement ce type de syllabe n’est pas possible dans cette langue).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?," Panchronica, 23/02/2017, https://panchr.hypotheses.org/1684 (ISSN 2494-775X)