Archives de catégorie : Billets

L’embarras de Couvreur

Dans le Zuozhuan, on trouve a trois reprises l’expression 猶有鬼神 « si les fantômes et les esprits existent vraiment », l’une des plus anciennes attestation dans la littérature chinoise de scepticisme (modéré) envers la notion de vie après la mort, ainsi qu’envers l’existence d’êtres et de phénomènes surnaturels, et qui n’est pas sans rappeler l’oraison funèbre d’Hypéride pour les soldats athéniens morts à la bataille, écrite avant Epicure:

εἰ μέν ἐστι τὸ ἀποθανεῖν ὅμοιον τῷ μὴ γενέσθαι, ἀπηλλαγμένοι εἰσὶ νόσων καὶ λύπης καὶ τῶν ἄλλων τῶν προσπιπτόντων εἰς τὸν ἀνθρώπινον βίον· εἰ δ᾽ ἔστιν αἴσθησις ἐν Ἅιδου καὶ ἐπιμέλεια παρὰ τοῦ δαιμονίου, ὥσπερ ὑπολαμβάνομεν,

« Si le fait de mourir est semblable à celui de ne pas exister, alors ils sont délivrés des maladies, des chagrins et des toutes les autres choses qui s’abattent sur la vie humaine. Si en revanche il y a bien une sensibilité dans l’Hadès (si les morts ressentent quelque chose), et une sollicitude de la puissance divine (envers les humains), comme nous le soutenons, … »

Il est à ce titre intéressant de voir comment le jésuite Séraphin Couvreur (1835-1919), a rendu ces trois passages dans sa traduction du Zuozhuan. Dans ce qui suit, je cite les trois occurrences de l’expression 猶有鬼神, la traduction anglaise récente de Durrant et al, et enfin celle de Couvreur.

10ème année de Xiang gong (563 avant notre ère)
10.2c 我辭禮矣,彼則以之。猶有鬼神,於彼加之
Durrant et al: “We had already declined the ritual, but they used it nonetheless. If there are indeed ghosts and spirits, they will inflict the consequences on Song.”
Couvreur: “J’ai refusé cette cérémonie (l’exécution du chant Sang lin). Eux (le prince et les officiers de Soung) l’ont employée quand même. Ensuite, s’il y a un esprit qui soit offensé, c’est sur eux qu’il doit exercer sa vengeance.”

20ème année de Xiang gong (553 avant notre ère)
20.7 若不能,猶有鬼神,吾有餒而已,不來食矣。
Durrant et al: “If you cannot, then I will not come to imbibe your offerings even if there are ghosts and spirits and I am one of them: I would rather suffer hunger.”
Couvreur: “Sinon, mon âme subsistera encore après ma mort. Elle souffrira de la faim, et voilà tout. Elle ne viendra pas se rassasier des mets que vous lui présenterez. (Elle ne les agréera pas).”

27ème année de Zhao gong (515 avant notre ère)
27.5 天既禍之,而自福也,不亦難乎!猶有鬼神,此必敗
Durrant et al: “Is it not a problem that they consider themselves blessed when Heaven has already brought trouble down on them? If ghosts and spirits exist, these men are bound to be defeated.”
Couvreur: “Le ciel envoie au prince des malheurs ; n’est-il pas bien difficile que le prince par lui-même se rende heureux ? Quand même il aurait pour lui les esprits, il serait battu.”

Couvreur a la réputation de suivre très fidèlement, voire trop, les commentaires de Zhu Xi dans ses traductions. Néanmoins, dans les trois extraits si dessus, il a clairement innové, et détourné le sens de ces passages, en effaçant le scepticisme du texte original. Pour y parvenir, il propose des traductions très différentes pour chacune de ces occurrences, « s’il y a un esprit (qui soit offensé) », « Sinon, mon âme subsistera encore après ma mort », « Quand même il aurait pour lui les esprits », qui ne sont pas basées sur les commentaires traditionnels — je précise en outre que les commentaires récents de Yang Bojun, ainsi que les traductions contemporaines en chinois du Zuozhuan, s’accordent avec la traduction de Durrant et al. sur ce point.

Il est émouvant d’observer à quel point le missionnaire a pu être embarrassé par cette révélation d’un scepticisme somme toute modéré, et portant sur une religion non-abrahamique, pour qu’il ressente le besoin d’altérer à ce point le sens du texte. Cela soulève aussi la question de savoir si ses convictions religieuses ont pu influencer la traduction d’autres passages.

Références
Couvreur, Séraphin. 1914. La chronique de la principauté de Lòu (721-480) par Confucius
Commentaire sous le nom de Tso K’ieou-ming. Paris: Les Belles Lettres. https://www.chineancienne.fr/king/tch-ouen-ts-iou-et-tso-tchouan-chunqiu-zuozhuan-tome-1-trad-s-couvreur/
Durrant, Stephen, Wai-yee Li & David Schaberg. 2016. Zuo tradition / Zuozhuan, commentary on the “spring and autumn annals”. Seattle: University of Washington Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’embarras de Couvreur," Panchronica, 10/04/2021, https://panchr.hypotheses.org/3382 (ISSN 2494-775X)

Le français parlé, langue polysynthétique?

Le statut des éléments appelés « pronoms clitiques » dans la grammaire traditionnelle du français est l’un des sujets à propos desquels la linguistique générale typologique s’oppose le plus clairement à l’approche scolaire de la linguistique francisante.

Tous les écoliers apprennent que le verbe peut être précédé d’une série de « pronoms clitiques », indexant le sujet (je, tu, il), l’objet (me, te, le), l’objet indirect (me, te, lui) et aussi des adjoints (y, en). Ils sont traités comme des mots par l’orthographe, étant séparés par des espaces les uns des autres.

Néanmoins, dans les conversations informelles sur ce sujet que j’ai pu avoir avec de nombreux typologues, locuteurs natifs ou non du français, et travaillant sur des langues autres que le français, il semble qu’une majorité de chercheurs penchent en faveur d’une analyse complètement différente: ces éléments ne sont pas des clitiques, mais des préfixes, et le français serait de ce fait une langue présentant certaines propriétés polysynthétiques (un terme nous venant de Duponceau). Les arguments en faveur de cette idée sont les suivants:

i) On ne peut rien insérer entre le verbe et ces éléments, mis à part la négation ne (qui, dans cette analyse, est elle-même un préfixe). La seule exception que je connaisse vient de la langue du droit « je soussigné XXX, reconnais… », mais il s’agit là d’un archaïsme fossilisé dans ce registre particulier, et n’a aucune productivité (il ne peut pas s’employer avec la deuxième ou la troisième personne  » †tu soussigné…. »).

ii) Ils ne peuvent pas apparaître en isolation (notamment pour répondre à la question « qui? »).

iii) Le pronom « je » fusionne avec la forme « suis » du verbe « être » en [ʃɥi], une règle qui ne peut pas s’appliquer avec tous les verbes en s- initial, et notamment pas avec la forme « suis » du verbe « suivre » (néanmoins, certains collègues ont un avis divergent sur ce point).

iv) L’ordre de ces éléments est rigide, et certaines combinaisons concevable a priori sont en fait strictement interdites. Par exemple, pour les verbes triactanciels comme « donner », il n’est pas possible d’avoir un « pronom clitique » objet de première ou de deuxième personne avec un datif de troisième personne. Ainsi, on ne peut pas dire (1a) (une phrase inintelligible), seule une phrase telle que (1b) est acceptable dans un contexte très particulier.

(1a) †Tu me lui donnes.
(1b) Tu me donnes à lui.

De même, on observe que les « pronoms clitiques » adjoints et datifs ne peuvent pas se combiner lorsque le verbe a déjà un objet préfixé. Ainsi, il est possible de dire (2a) et (2b).

(2a) Je te le donnerai à la maison.
(2b) Je t’y donnerai ton cadeau.

En revanche, (2c) me semble inacceptable (je suis ouvert à des avis alternatifs de la part des lecteurs).

(2c) †Je te l’y donnerai.

Dans l’analyse que je soutiens selon laquelle les « pronoms clitiques » sont des préfixes d’indexation, le verbe français a au plus quatre préfixes (utilisant le schwa ə pour marquer la voyelle [ø] optionnelle qui peut apparaître dans ces contextes), comme l’illustre (3).

(3) Je ne te le donnerai pas.
ʒə-nə-tə-lə-dɔnə-ʁ-e pa
1SG.S/A-NEG-2SG.DAT-3SG.O-donner-FUT-1SG NEG

Une telle façon de présenter les données pourtant bien connues du français le rapproche typologiquement davantage de langues telles que l’abkhaze que des autres langues romanes ou du latin. Même si le concept de polysynthèse a fait l’objet de critiques, dont certaines ont un certain degré de pertinence (Haspelmath 2018), il n’en est pas moins vrai qu’une confrontation de la morphosyntaxe du français parlé à celle de langues à marquage sur la tête (head-marking) pourrait apporter une lumière sur de nombreux phénomènes intéressants, notamment dans l’acquisition de cette langue, qui sont obscurcis par l’approche traditionnelle.

Ainsi, un point où le français n’est pas encore complètement polysynthétique est l’incompatibilité entre un préfixe et le groupe nominal ou prépositionnel qu’il indexe dans la même phrase. Ainsi, les phrases (4a-b) sont mal formées en français standard.

(4a) †Le garçon il dort
(4b) †Le garçon il la voit la fille.
(4c) †Le garçon il le lui dit son avis à la fille.
(4d) †Le garçon il y va à Paris.

Toutefois, ces phrases sont possibles si l’on traite des groupes nominaux/prépositionnels comme des constituants disloqués à gauche ou à droite:

(5a) Le garçon, il dort
(5b) Le garçon, il la voit, la fille.
(5c) Le garçon, il le lui dit, son avis, à la fille.
(5d) Le garçon, il y va, à Paris.

Pour que le français se conforme au canon polysynthétique, il faudrait que des phrases comme (4) deviennent non seulement possibles, mais obligatoires. Or, j’ai pu entendre des phrases du même type chez mon fils et certains de ses camarades lorsqu’il était à l’école maternelle. Notamment, il prononçait l’infinif du verbe « aller » comme [jale], en y intégrant le préfixe -y-, comme dans des phrases telles que:

(6) ɔ̃-va j-ale a l-ekol
« On va aller à l’école. »

Il pouvait également préfixer à cette forme le préfixe re-:

(7) i-fo ʁø-j-al-e.
« Il faut y aller à nouveau. »

Un autre indice que les « pronoms clitiques » sont en fait des préfixes dans la langue parlée provient d’un exercice pour les élèves de CE1 dans lequel il est demandé aux enfants de souligner les verbes dans un texte. Dans les premiers devoirs de ce type, mon fils (et certains de ses camarades) soulignaient non seulement le radical du verbe (et ses suffixes), mais aussi le « pronom clitique » sujet, comme s’il s’agissait d’un seul mot.

Si je ne suggère pas de réformes pédagogiques (et que j’enseigne à mon fils ce que l’éducation nationale attend de lui), il me semble néanmoins que la langue écrite masque tout un ensemble de phénomènes morphosyntaxiques du français parlé, ce qui rend difficile l’étude de cette langue dans une perspective typologique, en dépit de son immense documentation.

Références
Haspelmath, Martin 2018. The last word on polysynthesis: A review article. Linguistic Typology 22(2):307-326. https://www.researchgate.net/publication/327152270_The_last_word_on_polysynthesis_A_review_article

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français parlé, langue polysynthétique?," Panchronica, 25/02/2021, https://panchr.hypotheses.org/3354 (ISSN 2494-775X)

Le préfixe de l’aspect continu en Rma

Ceci est un billet invité de Nathaniel Sims.

Comme c’est le cas pour d’autres variétés du Rma, (aussi appelé Qiang) le Yonghe utilise un préfixe pour exprimer l’aspect continu. Ce préfixe indique qu’un état ou une action est en cours et couvre la gamme sémantique des adverbes « encore » et « toujours » en français. Il est également assez similaire au morphème chinois 还 hai « encore ». Le préfixe d’aspect continu Yonghe présente certaines variations phonologiques et sémantiques. Cette section abordera d’abord les alternances phonologiques, puis les nuances sémantiques. Enfin, nous discuterons de l’utilisation de ce préfixe avec les emprunts provenant du chinois.

1. Alternances phonologiques

Le préfixe de marquage d’aspect continu présente deux types différents d’allomorphie. Premièrement, il y a une alternance vocalique entre [tæ] et [ta]. La première se produit avant les voyelles antérieures tandis que la seconde se produit avant les voyelles postérieures. Des exemples illustrant cette alternance sont donnés dans le Tableau 1 ci-dessous :

La figure 1 donne des exemples du préfixe continu par M. Yang Zhiquan dans le corpus. On y voit que la variante [tæ] est plus courante contrairement aux exemples correspondant à la variante [ta] qui est, malheureusement, plus rare.

Avec plus de données, il pourrait être démontré qu’il existe des sous-régularités en fonction de la voyelle qui suit le préfixe, et aussi de la position du préfixe relativement à la chaîne de préfixes dans laquelle il apparaît éventuellement.

Le deuxième type d’alternance est de nature tonale. Avant les verbes monosyllabiques de type I, le préfixe a un ton grave et le radical a un ton aigu. Avant les verbes monosyllabiques de type II (ainsi que les verbes irréguliers de type IV, tels que « boire »), le préfixe a un ton aigu.

L’exemple (1) illustre à la fois l’alternance vocale et tonale. Notez que « manger » est un verbe de type I et que « boire » est un verbe irrégulier de type IV.

 

(1) ká  hǐ tǽ-thæ̀, mòmó tà-dzá
1S vin  CONT-boire:1 brioche.vapeur   CONT-manger:1

‘Je bois encore du vin, je mange encore des brioches à la vapeur’ (YH-102_023)

Avant les verbes disyllabiques, le préfixe a un ton grave invariable et il y a une neutralisation de la distinction entre les verbes disyllabiques avec un ton aigu final et ceux avec un ton aigu initial. Le tableau 3 donne des exemples illustrant ce point.

2. Nuances sémantiques

La sémantique de ce préfixe est nuancée. D’une part, il peut désigner la continuation comme le montre l’exemple (1) qui a été produit par M. Yang Zhiquan au milieu du dîner. D’autre part et outre une signification purement aspectuelle, ce préfixe peut donner une signification emphatique. L’exemple (2), tiré de l’histoire d’un homme qui prend un cheval à son gendre, illustre cette fonction du préfixe. Plus tard, sa femme le réprimande pour avoir pris le cheval.

(2a)  méj:
EXCL

‘mon dieu!’

(2b) mútʌ̀ kʌ́tʌ̀ mà-tʂwá-j,
they thus NEG-have-EVID

‘ces gens sont si pauvres’

(2c)  jý ʔʌ̀-tʌ́  dzì-pú-kì-næ̀
horse one-CLF  ORT:towards-buy-AM:go-LNK

‘(ils) vont  acheter un cheval,’

(2d) ʔú tɕhjǽ tæ̀-jí-kì-wù-nì
you want:1 CONT-say-AM:go-APPL-2

‘et pourtant tu vas et tu leur dis « Je (le) veux »
OU ‘et tu es quand même allé leur dire que tu le voulais.’

Notez que le prédicat qui prend le préfixe de l’aspect continu est déjà apparu, et l’utilisation du préfixe reflète l’attitude critique de la femme qui parle à son mari.

Lorsqu’il est utilisé avec des verbes statiques, le préfixe peut donner un sens soit aspectuel, soit superlatif. Ainsi, [tà-ʂʌ́-j] CONT-joli-EVID peut signifier « encore joli » ou « encore plus joli ». Le préfixe peut également être utilisé avec au moins quelques verbes statifs après la construction de classification « un peu », et ce d’une manière légèrement emphatique, exprimant un dépassement des attentes. Un exemple de ce type d’utilisation est donné en (3).

(3) ʔʌ́-w tæ̀-ʑí-j
un-morceau CONT-délicieux-EVID

‘plutôt savoureux !’ cf. le chinois 还有点好吃 (littéralement « encore un peu bon à manger. »)

3. Utilisation avec les emprunts du chinois

Lorsque ce préfixe est utilisé avec les emprunts du chinois, l’assimilation vocale est toujours présente. Des exemples illustrant ce point sont donnés dans le tableau 4.

Il est intéressant de constater que, dans le cas des emprunts du chinois, le préfixe CONT a toujours un ton grave et que le motif des deux premières syllabes de ces constructions est invariablement bas-haut. Notez que les emprunts chinois [ɕín-thà] « pratiquer, permettre, autoriser » et [phàn-thá] « être gros » ont des motifs tonaux différents dans la forme de citation, mais que ces différences sont neutralisées lorsqu’elles sont préfixées par le préfixe d’aspect continu. Cela témoigne du degré d’intégration des emprunts chinois en Rma. Ils déclenchent les mêmes alternances segmentaires dans le préfixe d’aspect continu, et sont soumis aux mêmes types de neutralisations tonales lorsqu’ils sont préfixés par des verbes en Rma.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Nathaniel A. Sims, "Le préfixe de l’aspect continu en Rma," Panchronica, 17/11/2020, https://panchr.hypotheses.org/3309 (ISSN 2494-775X)

Étymologie du chinois 豚

Parmi les nombreux termes désignant les cochons en chinois ancien, 豚 dwon (reconstruit comme *lˤu[n] par Baxter et Sagart) « petit cochon » a été comparé au gongduk don par George van Driem.

Toutefois, quelle que soit l’origine de ce mot gongduk, il me semble qu’il est possible de proposer une étymologie interne au chinois. Il existe en effet un adjectif 腯 dwot « gras », qui s’emploie particulièrement pour les cochons (selon le Shuowen, 牛羊曰肥,豕曰腯), et dont voici un exemple d’utilisation dans le Zuozhuan:

(1) 吾牲牷肥腯,粢盛豐備
“Mes victimes, sont parfaites et d’une seule couleur ; elles sont bien grasses. Le millet offert dans les vases est abondant et les remplit. » (Huan 6, traduction de Couvreur)

La série de 盾 dwonX (< *lˤu[n]ʔ) est aussi reconstruite avec des latérales par Baxter et Sagart, et les deux séries phonétiques ne sont donc pas incompatibles. 豚 dwon et 腯 dwot sont d’ailleurs explicitement rapprochés par Wang Li (1982:457).

Le nom 豚 dwon pourrait s’expliquer comme une nominalisation par le suffixe -n (marginalement attesté en chinois, mais bien connu en tibétain) de 腯 dwot (< *lˤut), à reconstruire donc comme *lˤut-n, signifiant originellement "le gras", une épithète appropriée pour désigner un cochon engraissé. Cette hypothèse ne rend toutefois pas compte du sens spécifique de "cochonnet".

Références
Baxter, William H. & Laurent Sagart. 2014.Old Chinese: a new reconstruction. Oxford: Oxford University Press.
van Driem, George 2005. ‘Tibeto-Burman vs. Indo-Chinese: Implications for population geneticists, archaeologists and prehistorians’, pp. 81-106 in Laurent Sagart, Roger Blench and Alicia Sanchez-Mazas, eds. The Peopling of East Asia: Putting Together the Archaeology, Linguistics and Genetics. London: Routledge Curzon.
Wang Li 1982 《同源字典》商务印书馆

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Étymologie du chinois 豚," Panchronica, 16/11/2020, https://panchr.hypotheses.org/3302 (ISSN 2494-775X)

A propos d’une comparaison sino-tibétaine

Le verbe honorifique tibétain mkʰʲen མཁྱེན་ « savoir » (emprunté en japhug comme mcʰin avec le sens spécialisé « percevoir la vraie nature de ») a été comparé par un certain nombre d’auteurs, dont Bodman et Hill (2019), au chinois 見 kenH « voir ». Cette comparaison semble très attractive du point de vue sémantique (οἶδα) et phonétique.

Toutefois, elle me semble impossible pour des raisons morphologiques. Comme l’a montré Gong (1977), en effet, mkʰʲen མཁྱེན་ est la forme honorifique de l’adjectif mkʰan མཁན་ « être expert » (mkʰan.po མཁན་པོ་ « savant, expert ») par l’infixe -y-, qui cause aussi une métaphonie a–>e.
Par ailleurs, mkʰan མཁན་ est lui-même apparenté à mkʰas མཁས་ « être savant, être expert » (emprunté en japhug comme mkʰɤz), ce qui implique que la racine de ces adjectifs est mkʰa-, et que -n et -s sont des suffixes.
Il faut admettre que ces comparaisons internes ne sont pas sans difficultés, car le suffixe -n ne dérive pas normalement de verbes (notons toutefois le verbe sbʲjin སྦྱིན་ ‘donner’, cognat du japhug mbi « donner » et du chinois 畀, et dont la coda -n n’est pas élucidée). Néanmoins, elles suffisent à invalider la comparaison avec le verbe chinois 見 kenH « voir » pour trois raisons.
Premièrement, sémantiquement, il n’y a aucun indice que ni mkʰʲen མཁྱེན་, ni mkʰan མཁན་ ne viennent d’un verbe de perception, et qu’un changement voir –> savoir ait eu lieu. Supposer un changement sémantique en sens inverse savoir–>voir dans le cas du chinois est peu vraisemblable.
Deuxièmement, la comparaison des voyelles est bien moins attractive lorsque la dérivation interne au tibétain est prise en compte: à moins de supposer que le chinois avait aussi un infixe y causant une métaphonie, hypothèse que ne soutient aucune donnée au moment où j’écris (l’infixe honorifique est d’ailleurs limité au tibétain, et ne se retrouve dans aucune autre langue), la correspondance est en fait entre a et *e.
Troisièmement, la consonne finale -n ne faisant pas partie de la racine en tibétain, il faudrait expliquer son origine en chinois aussi.

Références
Gong, Hwang-cherng. 1977. gǔ zàngwén de y jíqí xiāngguān wèntí 古藏文的y及其相關問題[Old Tibetan y and related problems]. Bulletin of the Institute of History and Philology 48(2). 205–228.
Hill, Nathan W. 2019. The historical Phonology of Tibetan, Burmese, and
Chinese. Cambridge: Cambridge University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos d’une comparaison sino-tibétaine," Panchronica, 31/10/2020, https://panchr.hypotheses.org/3287 (ISSN 2494-775X)

Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain

Le verbe tibétain སྦྱིན་ sbʲin « donner » est surprenant à plus d’un titre.

Premièrement, sa consonne finale ne trouve pas de correspondant dans les cognats avec d’autres langues trans-himalayennes, comme le chinois 畀 pjijH (de *pi-s ou *pit-s, voire même peut-être *pik-s), le Khaling |bi| ou le hakha lai pèe-I, peek-II ‘give, offer’ (du proto-Kuki-Chin *pia-I, *piak-II selon VanBik 2009) — l’absence de coda en japhug (mbi « donner ») n’est pas décisif, car le *-n est perdu régulièrement en proto-rgyalrong.

Deuxièmement, (comme c’est le cas des verbes « donner » dans de nombreuses langues, du grec δίδωμι à l’hébreu nāṯan) sa flexion est unique: སྦྱིན་ sbʲin au présent et au futur, bʲin བྱིན་ au passé et à l’impératif, il a donc un préfixe s– au présent/futur, là ou d’autres verbes ont soit un préfixe nasal འ ɦ-, soit d-/g- (lesquels sont en distribution complémentaire).

Il est possible que ce préfixe soit unique, mais il pourrait aussi s’agir de la trace d’une loi phonétique particulière. Dans cette seconde hypothèse, on pourrait supposer que le préfixe qui donne g- devant coronale au présent (avec arrondissement de la voyelle), avait pour réflexe original s- devant labiale. On attendrait en principe d- devant labiale, mais notons qu’il n’y aucun verbe ayant une initiale labiale avec un d- marquant le présent alternant avec b- au passé.

Le g- du présent peut en principe soit se reconstruire comme *go-, soit comme *do- (le voisement étant non-distinctif, voir cet article et les références qui y sont citées). Si l’on suppose que le préfixe s- dans སྦྱིན་ sbʲin est le réflexe régulier de ce préfixe devant nasale, il faut supposer la règle (1), qui ne doit pas s’interpréter toutefois comme un changement phonétique unique.

(1) *g(o)- ou *d(o) > s- /_[labiale]

Cette hypothèse n’a d’intérêt que si elle permet de rendre compte d’autres faits apparemment sans relation. A ce titre, notons le nom སྨེ་བ་ sme.ba ‘grain de beauté’, qui semble avoir pour cognat en japhug qame de même sens, un des très rares noms de partie du corps à ne pas être inaliénablement possédé, et à avoir le préfixe de classe qa-. Dans l’hypothèse où le préfixe de présent était originellement dorsal, on pourrait modifier (1) en supposant que la règle était (2)

(2) *[dorsale]- > s- /_[labiale]

(au lieu donc de *[dorsale]- > d- /_[labiale], la règle habituellement admise)

On pourrait rendre comme de སྨེ་ sme– et de སྦྱིན་ sbʲin par (2) selon (3).
(3) a. *gV-me > sme
b. *go-bin > sbʲin

La préinitiale d- devant labiale aurait pour origine uniquement des dentales, et non des vélaires. La forme de futur སྦྱིན་ sbʲin dans cette hypothèse est analogique, car le futur des verbes à labiale ont d- et que donc selon (2) il ne peuvent pas provenir d’une dorsale.

Références

VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages. STEDT Monograph 8 Lien

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain," Panchronica, 18/07/2020, https://panchr.hypotheses.org/3271 (ISSN 2494-775X)

Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain

En dialectologie tibétaine, le tibétain ancien (ou même simplement le tibétain classique sous sa forme écrite) est souvent pris par défaut comme l’ancêtre commun des langues tibétiques modernes (Tournadre 2014). Or, de la même façon que le latin classique n’est pas l’ancêtre exact des langues romanes modernes (voir notamment cet article pour des exemples de formes romanes qui ne sont pas dérivables du latin classique), il est reconnu qu’assimiler le tibétain impérial ou le tibétain littéraire postérieur au proto-tibétain est une simplification outrancière, et que l’on ne peut exclure l’hypothèse que certaines distinctions phonologiques des dialectes non-représentées dans l’écritures puissent potentiellement être archaïques (Hill 2010, Tournadre 2014).

Néanmoins, la recherche de traits plus archaïques que le tibétain ancien dans les langues tibétiques modernes a été jusqu’ici peu fructueuse. Shafer (1941) avait par exemple proposé que les dialectes tibétains de l’ouest (ladakhi-balti) avaient préservé une opposition phonologique entre *e et *ia confondus en tibétain ancien, mais cette idée s’est révélée basée sur une analyse incorrecte des données (Jacques 2009). Parmi les indices les plus clairs de formes plus archaïques que le tibétain ancien se trouvent la formes des numéraux « 8 » et « 100 » du dialecte de Bayan (Gong 2016), qui semblent avoir échappé à la loi de fortition *ry > rgy-.

L’article de Sangsrgyas Tshering (桑吉次力) sur le tibétain de Thebo (sa langue maternelle), que je me réjouis d’avoir publié dans les Cahiers de linguistique — Asie orientale, est à ce titre à mes yeux une contribution importantes à la linguistique tibétaine: il documente en effet un archaïsme remarquable et inattendu dans cette langue.

L’article porte principalement sur la mise en évidence d’une loi phonétique unique de ce dialecte: en Thebo, la préinitiale b-, lorsqu’elle est située avant une initiale sourde, voise cette dernière, comme on l’observe notamment dans la conjugaison de nombreux verbes transitifs, qui ont le préfixe b- au passé, comme par exemple « couper », qui au passé a une initiale dʒ- correspondant au groupe bc- du tibétain ancien:

進行體 /tʃeʔ/ གཅོད། ⟨gcod⟩ (現在時) -od : -eʔ
完成體 /dʒɛʔ/ བཅད། ⟨bcad⟩ (過去時) -ad : -ɛʔ
命令 /tʃʰeʔ/ ཆོད། ⟨chod⟩ (命令語氣) -od : -eʔ

Cette loi phonétique très étonnante, sans aucun équivalent dans les autres variétés de tibétain, ne fait pas de doute: on peut l’observer dans les données de Lin (2014), même si la loi n’est pas formulée dans cette publication. Cette loi phonétique implique que la préinitiale b- était bien voisée en tibétain ancien, même dans les groupes à initiale sourde. Comme les voisées du tibétain ancien deviennent des sourdes en initiale absolu, ce voisement a dû avoir lieu après le dévoisement des anciennes occlsuives sonores.

Le préfixe b- ne se trouve pas au passé des verbes à initiale labiale en tibétain classique. Ainsi, le verbe འབུབས་ ⁿbubs ཕུབ་ pʰub ཕུབ pʰub་ « couvrir (une maison d’un toit) » dont la racine est |pub| a un passé pʰub provenant selon Coblin (1976) d’un proto-forme *b-pub, avec dissimilation en *pub puis aspiration régulière.

En Thebo toutefois, on trouve plusieurs verbes à initiale labiale, dont le radical au présent et à l’impératif sont aspirés, et celui du passé est voisé, comme le montre les données suivantes (seule une partie est présente dans l’article; l’auteur a aimablement complété les paradigmes à ma demande pour ce billet):

présent: འབུབས་ ⁿbubs /pʰə/
passé: ཕུབ་ pʰub /bʊʔ/
impératif: ཕུབ pʰub /pʰʊʔ/ 蓋(房子)

présent: འབོགས་ ⁿbogs /pʰu/
passé: ཕོགས་ pʰogs /buʔ/
impératif: ཕོག་་ pʰog /pʰuʔ/ 卸(東西)

présent: འབིགས་ ⁿbigs /pʰə/
passé: ཕུག་ pʰug /bʊʔ/
impératif: ཕུགས་ pʰug /pʰʊʔ/ 穿(孔)

présent: ཕྲལ་་ pʰral /tʂiː/
passé: ཕྲལ་ pʰral /dʐɛː/
impératif: ཕྲོལ་་ pʰral /tʂiː/ 弄破

L’aspiration des formes du présent sont analogiques (de l’impératif et des verbes sans alternances de voisement). Le radical du présent provient d’une forme telle que *dprol avec vocalisme o pour expliquer l’alternance vocalique.

Le formes du passés en revanche ne sont pas explicables par analogie, mais ne peuvent pas non plus provenir directement des formes du tibétain classique listées ci-dessus. Sangsrgyas Tshering propose une idée très ingénieuse: le voisement serait la trace du *b- de passé dans ces verbes, qui avait été reconstruit dans ces formes par Coblin en 1976.

Ainsi:
*b-pug > *buk > bʊʔ
*b-pral > *bral > dʐɛː
etc.

Nous sommes ici face à un cas de confirmation à posteriori d’une reconstruction interne par des données sans rapport avec celle-ci, comme le cas des laryngales de l’indo-européen: Sangsrgyas Tshering est donc à Coblin ce que Kuryłowicz était à Saussure.

Cette découverte montre que les langues tibétiques non-littéraires, même celles qui ont une phonologie très innovatrices comme le Thebo, ont un rôle crucial à jouer non seulement pour la typologie des changements phonétiques, mais aussi pour la reconstruction du proto-tibétain. La documentation détaillée de toutes ces langues vulnérables est un impératif pour la discipline.

Références
Coblin, W. South. 1976. Notes on Tibetan Verbal Morphology. T’oung Pao 62. 45–70.
Hill, Nathan W. 2010. An Overview of Old Tibetan Synchronic Phonology. Transactions of the Philological Society 108(2). 110–125.
Gong Xun 2016. A Phonological History of Amdo Tibetan Rhymes. BSOAS, 79,2:347–374. https://www.academia.edu/27924827/A_Phonological_History_of_Amdo_Tibetan_Rhymes
Jacques, Guillaume 2009. Le développement du tibétain ancien -e- dans les dialectes occidentaux. EMSCAT. https://journals.openedition.org/emscat/1500
Lin, You-jing. 2014. Thebo. In Jackson T-S. Sun. Phonological Profile of Little-Studied Tibetic Varieties, 215–268. Taipei: Institute of Linguistics, Academia Sinica.
Sangsrgyas Tshering 桑吉次力 2020. 迭部藏語的“清音濁化”, Cahiers de Linguistique Asie Orientale 49(1):1–20.
Shafer, R. 1941 The Vocalism of Sino-Tibetan II, Journal of the American Oriental Society, 61, pp. 18-31
Tournadre, Nicolas. 2014. The Tibetic languages and their classification. In Thomas Owen Smith, & Nathan Hill (eds.), Trans-Himalayan linguistics, historical and descriptive linguistics of the Himalayan area, 105–130. Berlin: Mouton de Gruyter http://www.nicolas-tournadre.net/wp-content/uploads/multimedia/2014-The_Tibetic_languages.pdf

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain," Panchronica, 22/06/2020, https://panchr.hypotheses.org/3261 (ISSN 2494-775X)

Le kiranti est-il paraphylétique? (1)

Dans un article récent, Gerber et Grollmann (2018) passent en revue les innovations proposées par différents auteurs pour définir le groupe kiranti, et concluent que les arguments en faveur de la monophylie du kiranti ne sont pas décisifs.

Parmi les innovations qu’ils critiquent, notons ma proposition d’une loi phonétique *-a[tl] à *-ɛ[tl] en proto-kiranti (Jacques 2017:205), basée sur les exemples suivants:

A cette idée, Gerber et Grollmann (2018:217) apportent l’objection suivante:

Il est clair qu’il existe des *-at et et -al en proto-kiranti (qui deviennent -ɛt et -ɛl respectivement en kiranti), et que leur existence soulève une question pour mon hypothèse: soit il s’agit de mots empruntés, ou formés par suffixation de -t après le changement de *-a[tl] à *-ɛ[tl], soit il faut postuler en pré-proto-kiranti une voyelle distincte de *a dans ces mots.

Néanmoins, les données du lohorung discutées dans ce passage n’infirment en rien l’hypothèse que j’avais proposée. Le verbe |khɛt| « aller » du lohorung cité dans ces paragraphes correspond au khaling |kʰot| « aller », qui se reconstruit régulièrement comme *|kʰɑt| selon mon système (voir p.6). Le fait que le lohorung ait une rime -ɛt alternant avec -ar est une observation très intéressante, mais ce qu’elle montre est que (i) le *-ɑt du proto-kiranti devient -ɛt en lohorung , mais que par contre (ii) devant voyelle, où le -t- se lénifie en -r-, et où le *ɑ doit être en syllabe ouverte (le r devenant l’attaque de la syllabe suivante, comme en limbu |sɛt| tuer qui donne /sɛr-uŋ/ [sɛ.ruŋ] ‘je le tue(rai)’).

Cette question est complètement indépendante que celle du *-ɛt proto-kiranti, qui se confond avec *-et dans les langues autres que le le limbou. Comme le montrent les données de Gerber dans ce document de travail, le mewahang (et le lohorung) présente une voyelle /e/ dans le verbe « tuer », qui s’oppose au /ɛ/ provenant de *-at ou *-ɑt: « The mid-low front vowel ɛ contrasts with mid-high e, viz. seʔma ‘to kill’ vs. sɛʔma ‘to pull’ » (p.4). Le mewahang a donc subi des changements phonétiques similaires à celui du khaling: *-ɛt et *-at devenant respectivement /-et/ et /-ɛt/. Le conditionnement du second changement est légèrement différent, puisqu’en khaling le passage de *a à ɛ affecte tous les *a qui ne sont pas suivis d’une vélaire, y compris en syllabe ouverte, pas seulement ceux suivis de -t.

Un réel contre-exemple à mon hypothèse serait de trouver une langue kiranti où l’un des cognats des quatre verbes du tableau ci-dessus aurait préservé un vocalisme /a/: l’hypothèse ne porte pas sur un trait typologique (un changement *-at à *-ɛt, qui naturellement peut avoir lieu dans n’importe quelle région du monde) mais sur le fait que certains étymons kiranti ont une voyelle antérieure (ɛ en limbou et e dans les autres langues) correspondant à une voyelle ouverte ailleurs dans le famille.

Références
Gerber, Pascal et Selin Grollmann 2018. What is Kiranti? Bulletin of Chinese Linguistics, 11(2): 99-152. lien 1,lien 2
Jacques, Guillaume 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots, Folia Linguistica Historica 38. 177–215.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le kiranti est-il paraphylétique? (1)," Panchronica, 03/04/2020, https://panchr.hypotheses.org/3234 (ISSN 2494-775X)

« sentir » et « entendre » en hmong-mien

La quasi-totalité des langues hmong-mien ont un cognat pour le verbe « entendre » (« 听见 » dans Wang et Mao 1995:189), que Ratliff (2010:66) reconstruit *hnəumX « to hear », sur la base des données suivantes:

(I)
Yanghao: n̥haŋ3
Jiwei: n̥hɑŋ3
Hmong blanc: hn̥ɔ3
Zongdi: nɔ3b
Fuyuan: n̥uB
Jiongnai: n̥ɐŋ3
Pahng: n̥ɔ̃3
Mien de Luoxiang: nom3
Mien de Lanjin: num3
Biaomin: n̥ən3

Wang et Mao (1995) compte davantage de langues, mais pour les dialectes mien de Jiangdi et de Xiangjiang, qui ne sont pas inclus dans Ratliff (2010), aucun cognat n’est indiqué (p.190). Toutefois, si l’on consulte un autre groupe de cognats, celui de « sentir » p.100 (« 闻;嗅 »; sélection d’une partie des langues), on trouve des formes suivantes:

(II)
Yanghao: m̥hi5
Zongdi: mi5b
Qingyan: m̥jou5
Fuyuan: m̥jenC
Jiongnai: m̥ai5
Mien de Jiangdi: n̥om3
Mien de Xiangjiang: n̥uŋ3
Mien de Luoxiang: hom5
Mien de Lanjin: hɔːm5’
Biaomin: m̥ja5

Parmi ces formes, on remarque que les cognats donnés pour les dialectes mien de Jiangdi et Xiangjiang sont irréguliers aussi bien du point de vue du ton (3 au lieu de 5) que de l’initiale (n̥ au lieu de m̥ ou h attendus). Or, ces deux formes sont en revanche phonétiquement compatibles avec celles du groupe de cognats (I) pour « entendre » ci-dessus, et il est préférable de considérer qu’elles sont cognates avec (I) plutôt qu’avec les autres formes de (II).

Un changement sémantique de « entendre » à « sentir » est tout à fait possible: un tel changement a eu lieu en chinois (闻), et le verbe mtshɤm « entendre » en japhug peut s’employer pour toutes les perceptions non-visuelles non-volitionnelles (incluant les odeurs, ou les vibrations, voir l’exemple (2) dans cet billet). Comme le sens « sentir » est restreint à une sous-branche de la famille, il est plus économique de supposer que le changement sémantique a eu lieu dans ce sens.

La forme mien n̥om3 rappelle fortement l’étymon trans-himalayen que l’on retrouve en tibétain snom, bsnams སྣོམ་ བསྣམས་ « sentir » ou en japhug ɕɯmnɤm ‘donner une odeur’ (voir la discussion de la phonétique de ce verbe dans cet article), mais cette ressemblance serait probablement fortuite, à moins de supposer le même changement sémantique indépendant dans plusieurs branches de la famille.

Ratliff (2010:12;50) suggère que le groupe de cognat (II), pour lequel elle donne la reconstruction *hmji̯əmH, serait emprunté à l’étymon trans-himalayen. Si l’on exclut les dialectes mien de Jiangdi et Xiangjiang (qui de toute façon ne peuvent pas dériver sans problème de *hmji̯əmH), on pourrait sauver cette idée en supposant que le *hm- reflète ici en fait le groupe complexe *s-mn- que je suppose en tibétain (*bV-s-mnam-s > bsnams).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« sentir » et « entendre » en hmong-mien," Panchronica, 11/03/2020, https://panchr.hypotheses.org/3228 (ISSN 2494-775X)

Etymologie de quelques adverbes d’orientation en japhug

Les adverbes tɤton ‘vers le haut (de la pente)’ et tɤʑɯn « vers le bas (de la pente) » en japhug sont doublement anormaux: i) ils ont une coda –n qui ne se trouve pas dans les mots du vocabulaire hérité (le –n ayant disparu, comme le –l, suite à un changement phonétique), ii) le radical ʑɯ(n) de l’adverbe ‘vers le bas’ a une consonne initiale différente à la fois de celles des préverbes d’orientation « vers le bas » et des autres adverbes indiquant cette orientation (préverbes: pɯ-, pjɯ-; adverbes: aki, tɕeki; noms: ɯ-pa « le bas ») que de ceux de l’orientation « vers l’aval » (préverbes: thɯ-, chɯ-; adverbes: athi, tɕethi; noms: ɯ-thɤcu).

La comparaison avec le tshobdun permet d’aller plus loin. Les cognats de ces deux adverbes sont tɐ́təm `uphill’ et tɐ́ɟət `downhill’ respectivement; les formes japhug attendues à partir de celles du tshobdun seraient †tɤtom et †tɤʑɯt respectivement. C’est donc la coda qui demande une explication; la plus simple est la coalescence avec soit le démonstratif , soit l’additif , qui ne sont pas accentués et peuvent tendre à perdre leur voyelle.

Les premières syllabes – / – pourraient s’interpréter soit comme des préfixes possessifs indéfinis (dans ce cas les bases –təm et –ɟət seraient nominales) ou des préfixes de nominalisation (les bases ci-dessus seraient alors d’origine verbale);

L’adverbe ‘vers le haut de la pente’ ressemble superficiellement aux noms et adverbes tels que japhug atu « haut » ou le situ atô « en amont ». Néanmoins, la coda -m en tshobdun indique que cette ressemblance est sans doute fortuite. Je n’essaierai pas de proposer une étymologie pour –ton et –təm.

En ce qui concerne –ʑɯn et –ɟət, notons que cette correspondance remonte à la consonne proto-rgyalrong que j’ai reconstruite *j-, et qui correspond à j– en situ de cogtse. or dans cette langue, il existe un verbe jə̂ ‘to go downwards’ (Lin 2016:61) dont la forme serait compatible avec les adverbes du tshobdun et du japhug, modulo la coda -t. Le cogtse confond les *j- et les *lj- du proto-rgyalrong (japhug ʑ- et j- respectivement), mais le situ de bragbar les distingue (comme ɟ- et j-), et l’on a bien dans ce dialecte la forme ɟə̂ (Zhang 2019:319) attendue pour un mot à initiale *j-.

Si ce verbe et toute la série à laquelle il appartient n’existe pas en rgyalrong du nord, les adverbes tɤʑɯn et tɐ́ɟət sont interprétables comme des formes originellement nominales dérivées de ce verbe, par application conjointe d’un suffixe de nominalization –t (très rare en rgyalronguique, cf tibétain -d) et d’un préfixe de nominalization tɤ- (ou de la forme du préfixe de possession indéfini, après la nominalisation par la suffixe -t).

Ces formes indiquent donc que la racine verbale jə̂ ‘to go downwards’ du situ est un archaïsme, hypothèse renforcée par le fait que l’on trouve dans les langues kiranties un verbes de deixis élévationnelle cognat: khaling |je| येन्य ‘come down’, limbou |yu|’come down’ (d’un lieu à altitude plus haute). Il est donc possible que l’opposition d’élévation que l’on trouve dans les verbes de mouvement du situ et ceux de nombreuses langues kiranties (à propos desquelles un article est en préparation) soit au moins en partie une préservation de leur ancêtre commun.

Réferences
Lin, Youjing 2016. How grammar encodes space in Cogtse Rgyalrong. Himalayan Linguisttics, 16(1), Special Issue on the Grammatical Encoding of Space, Carol Genetti and Kristine Hildebrandt (eds.), pp 59-83. https://escholarship.org/content/qt7k7535h6/qt7k7535h6.pdf
Sun, Jackson T.-S. and Bstan’dzin Blogros 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts With a Grammatical Introduction. Language and Linguistics Monograph Series 62. http://www.ling.sinica.edu.tw/LL/zh/monographs.Contect/%E8%8D%89%E7%99%BB%E5%98%89%E6%88%8E%E8%AA%9E%E5%8F%A3%E8%AA%9E%E6%96%87%E6%9C%AC%E5%88%86%E6%9E%90%E6%9A%A8%E8%AA%9E%E6%B3%95%E7%B6%B1%E8%A6%81/
Zhang, Shuya 2019. Stem alternations in the Brag-bar dialect of Situ Rgyalrong, Linguistics of the Tibeto-Burman Area, 41(2):294-330. https://www.academia.edu/38302707/Stem_alternations_in_the_Brag-bar_dialect_of_Situ_Rgyalrong

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Etymologie de quelques adverbes d’orientation en japhug," Panchronica, 22/02/2020, https://panchr.hypotheses.org/3206 (ISSN 2494-775X)

Problèmes de comparatisme rgyalronguique (2): les correspondances vocaliques

Le japhug et certaines variétés de situ se distinguent des autres langues rgyalronguiques en cela que leur rime -a correspond bien au tibétain -a (ou au tibétain -al, -an, suite à la chute des sonantes finales *-l et *-n, ou au tibétain -o suite à la loi de Laufer) ou d’autres langues extérieures au rgyalronguiques, et préservent vraisemblablement le *-a du proto-rgyalronguique.

Les quelques paires de cognats suivants entre japhug et tibétain illustrent ces correspondances:
|ndza| « manger » : ཟ་ za « manger »
|pa| « faire » : བྱས་ bʲas « faire » (passé, racine -bʲa-)
tɯ-rna « oreille » : རྣ་ rna « oreille »
tɯ-ɕna « nez » : སྣ་ sna « nez »
tɯ-tɣa « empant » : མཐོ་ mtʰo « empant » (pré-tibétain *mtwa)
tɯ-ɕɣa « dent » : སོ་ so « dent » (pré-tibétain *swa)

La plupart des langues rgyalronguiques, y compris certains dialectes du situ comme celui de Bragbar , ont toutefois des voyelles antérieures (en bragbar -iɛ, en tshobdun -e, en zbu -i, -ie ou -e) correspondant au japhug -a. Ces correspondances s’observent dans des emprunts au tibétain, comme nous allons le voir plus bas, ce qui indique leur caractère relativement récent; par ailleurs, le fait que le tshobdun soit affecté par l’antériorisation des voyelles, tandis que le japhug ne l’est pas, alors que ces deux langues sont sans nul doute les plus proches phylogénétiquement, implique que ces changements ont eu lieu indépendamment dans les différentes langues rgyalronguiques (au moins en partie).

Néanmoins, si l’on s’intéresse de près aux correspondances, il est évident que l’on ne peut se contenter de supposer un changement d’antériorisation non-conditionné du *-a. Simplement entre le tshobdun et le japhug, ont observe les deux correspondances principales suivantes (les données tshobdun viennent des textes édités par Jackson T.-S. Sun):

Japhug : Tshobdun

(1) -a : -e
qarma « crossoptilon » : qɐrme
ra « être nécessaire » : reʔ
sna « être bien » : sneʔ
spa « être capable » : ‘spe
tɤjpa « neige » : tɐjpe
tɯ-ŋga « habits » : tə́-ⁿge
tɯ-rpa « hache » : tərpe
tɯ-tɣa « empant » : kə-tʰwe

La correspondance (1) est très courante dans les emprunts au tibétain:
tɤ-zgra « bruit » : o-zgre : སྒྲ་ sgra
smɤnba « médecin » : smɐ́nbe : སྨན་པ་ sman.pa

(2) -a : -ɐ
iɕqha « à l’instant » : ʃqʰɐʔ
nɤɕqa « supporter » : nɐ́ʃqɐ
ɴqa « être dur » : mqɐ
sqa « cuire » : sqɐ
tɤ-ʁa « temps libre » : tɐqɐ
βʁa « gagner, être puissant » : fqɐ
ɯ-qa « fond »: o-qʰɐ


cha « pouvoir » : cʰɐ
nɤma « faire, travailler sur » : nɐmɐ
tɤrka « mule »: tɐrkɐ

Cette correspondance est aussi attestée dans certains emprunts (plus rares que la précédentes)
ɯ-tshɯɣa « forme »: o-tsʰəɣɐ : ཚུག་ཀ་ tsʰug.ka

Il est manifeste que la correspondance (2) contient une part disproportionnée de mots à initiales uvulaires. Il est donc vraisemblable de supposer que le changement de *-a à -e en tshobdun a été bloqué dans les mots à initiales uvulaires (à cause de l’effet bien connu des uvulaires sur le F1). Les mots à initiales non-uvulaires seront discutés plus tard, mais notons dans un premier temps que leurs cognats en zbu (chɐ̂ « pouvoir », nɐmɐʔ II:nɐmɐ « travailler »; données personnelles) n’ont pas subi l’antériorisation (et que certains d’entre eux, comme « mule », sont probablement des emprunts internes aux langues rgyalrong).

Il semble exister un contre-exemple au blocage de l’antériosation par les uvulaires: le verbe transitif qha « haïr », dont le cognat tshobdun est qʰeʔ (dans ⁿge-qʰeʔ-nə « ils détestent » à l’imperfectif 3pl, thème I). Néanmoins, ont trouve aussi une forme qʰɐ (p.156, qʰɐ-nə « ils détestent » qui semble analysable comme un thème I. Son cognat zbu qɐ̂ II: ´qhɐ III: (données de Gong 2018, dialecte zbu distinct de celui cité ailleurs dans ce billet) n’a de forme à voyelle antérieure qu’au thème III. Le dérivé propriétif sɐqʰɐ « être détestable » a bien la voyelle -ɐ attendue, et quelle que soit la raison pour la forme imperfective ⁿge-qʰeʔ-nə (une généralisation analogique à partir du thème III, qui comme en japhug qʰe a une voyelle antérieure?), cette exemple n’infirme pas l’hypothèse que les uvulaires bloquent l’antériorisation en tshobdun.

Une complication aux correspondances (1) et (2) est le fait qu’il existe des alternances -e / -ɐ entre le thème I et II d’une part, et entre I/II et III d’autre part.

Le premier cas s’observe dans fceʔ « changer » II: fcɐ, III: fcɛʔ et ɐmqeʔ « se battre » II : ɐmqɐ (dont l’applicatif nɐmqeʔ a pour cognate japhug nɤmqe « insulter »).

Néanmoins, la plupart des verbes en -e ou -ɐ n’ont pas d’alternance vocaliques entre les thèmes I et II; c’est le cas des autres verbes correspondant au -a du japhug:

rɐmɐ « travailler », II: rɐmɐʔ (japhug rɤma)
sqɐ « cuire en faisant bouillir » II:sqɐʔ (japhug sqa)

Au thème III, les verbes en -e aux thèmes I et II ont toutefois régulièrement -ɐ:
ⁿdze « manger », II:ⁿdzeʔ, III:ⁿdzɐ (japhug ndza)
ntʃʰe »tuer », II:ntʃʰeʔ, III:ntʃʰɐ (japhug ntɕha)

Si l’origine de l’alternance -e / -ɐ au thème III est encore inconnue, notons aussi que certains mots à -e ou -i en japhug correspondent à des mots en -ɐ en tshobdun (ou en zbu), suggérant une centralisation d’anciennes voyelles antérieures dans certains contextes (liste non-exhaustive):

tɤ-rte « chapeau »: tɐrtɐ
tɯrme « homme »: tərmɐ
tɤ-se « sang » : tɐsɐ
tɤ-jme « queue » : o-jmɐ
tɤ-re « rire »: tɐrɐ
tɯtsɣe « commerce »: tətswɐ
ɯ-mke « cou »: o-mkɐ
ŋke « marcher »: nkɐ
tɤŋe « soleil »: tɐ́ŋɐ

Le verb qɐrte « porter (un chapeau) », pourtant vraisemblablement dérivé de tɐrtɐ « chapeau », a en revanche une voyelle antérieure.

Toutes ces observations indiquent que d’anciens *-e sont devenus -ɐ en tshobdun (il deviennent normalement -ɛ), et que certains verbes à *-e ont subi ce changement phonétique au thème II, mais pas au thème I (il est donc possible que cette alternance soit liée à l’accentuation), comme les verbes à alternances -e / -ɐ fceʔ « changer » et ɐmqeʔ « se battre ». Il est encore trop tôt pour déterminer avec précision le contexte phonétique précis de ce changement, car il est inévitable que l’analogie a dû jouer, comme l’atteste le fait que certains verbes semblent présenter des formes alternatives en tshobdun: ntsweʔ « vendre » (cognat du japhug ntsɣe) a pour thèmes II ntswɐ (ne-ntswɐ « he sold them out », p.202) et ne-ntswe (ne-ntswe « after he had sold … », p.203).

Références
Gong, Xun. Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Chine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative. Université Sorbonne Paris Cité. https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01894726v2/
Sun, Jackson T.-S. and Bstan’dzin Blogros 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts With a Grammatical Introduction. Language and Linguistics Monograph Series 62. http://www.ling.sinica.edu.tw/LL/zh/monographs.Contect/%E8%8D%89%E7%99%BB%E5%98%89%E6%88%8E%E8%AA%9E%E5%8F%A3%E8%AA%9E%E6%96%87%E6%9C%AC%E5%88%86%E6%9E%90%E6%9A%A8%E8%AA%9E%E6%B3%95%E7%B6%B1%E8%A6%81/

Problèmes de comparatisme rgyalronguique (1): la monosyllabisation sporadique

La documentation des langues rgyalronguiques a connu récemment des progrès importants, notamment avec la parution des textes tshobdun, et nous commençons à disposer des matériaux pour jeter les bases d’une vraie grammaire comparée du rgyalronguique. Dans cette série de billets, je vais présenter plusieurs questions particulièrement épineuses de comparatisme des langues rgyalronguiques.

On trouve entre les langues rgyalrongs certains cognats ayant un radicale dissyllabique dans une langue, et monosyllabique dans une autre.

Le japhug tɤ-pɤri « dîner » (et ses dérivés comme le verbe dénominal nɤpɤri « prendre son dîner »), au radical dissyllabique -pɤri (tɤ- est le préfixe de possesseur indéfini), correspond à tɐ-priʔ en tshobdun avec un radical monosyllabique -priʔ.

Il s’agit là d’un exemple isolé, et l’on trouve dans un autre cas la situation inverse: le nom possédé tshobdun o-múru « (sa) colère » au radical dissyllabique correspondant au japhug tɤ-mbrɯ « colère », avec chute de la voyelle de la première syllabe du radical et insertion d’un -b- épenthétique *-mVru > *-mru > *-mbru.

Un troisième type de correspondance s’observe avec le verbe sɐⁿbrovʔ, que J. T-S. Sun traduit comme « eat main food with », correspondant au japhug zmɤrɤβ de même sens. Ici, les deux langues ont des radicaux dissyllabiques. Le japhug zmɤrɤβ « manger avec » n’est pas synchroniquement analysable, mais a la forme du causatif d’un verbe †mɤrɤβ, qui lui-même pourrait être le dénominal d’un nom †tɤ-rɤβ. Si un tel nom n’est pas attesté à ma connaissance, on trouve en revanche le tshobdun tɐrovʔ « viande cuite » qui en serait le cognat attendu. Il est donc possible que le verbe tshobdun sɐⁿbrovʔ vienne d’un plus ancien *sɐ-m-rovʔ avec insertion d’un -b- épenthétique ici aussi, où le *-m- serait l’allomorphe non-syllabique d’un préfixe dénominal, et *sɐ- celui du causatif.

Le japhug et le tshobdun auraient donc ici deux verbes partageant la même racine et les même préfixes dérivationnels, mais avec une position différente de la voyelle de la chaîne préfixale:

*sɐ-m-rovʔ
*z-mɤ-rɤβ

Ces trois types de correspondances divergentes des radicaux dissyllabiques en japhug et en tshobdun ont sans doute leur explication dans des règles morphophonologiques de réduction vocalique aujourd’hui non-productives, et qu’il est prématuré de tenter de reconstruire. Notons qu’à l’intérieur du japhug on trouve des traces de phénomènes de réduction des premières syllabes de radical (lorsque certains préfixes sont ajoutés), comme l’illustre le nom ɯ-ʁle « réputation, face », nom possédé dérivé de qale « vent », où le préfixe qa- est devenu ʁ-.

Si les langues rgyalronguiques ne sont pas « monosyllabiques », ces observations rappellent le caractère apparemment sporadique de la monosyllabicisation dans ses premières étapes observé par exemple en viet-muong. Ces phénomènes ne sont pas incompatibles avec une approche néogrammairienne, mais pour les interpréter correctement, il est nécessaire de faire l’hypothèse de règles morphologiques disparues. Dans le cas du rgyalronguique celles-ci pourront sans doute bientôt être établie avec un certaine plausibilité lorsque nous aurons des grammaires synchroniques, des textes et des dictionnaires pour toutes les langues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Problèmes de comparatisme rgyalronguique (1): la monosyllabisation sporadique," Panchronica, 19/01/2020, https://panchr.hypotheses.org/3150 (ISSN 2494-775X)

Japhug et Tshobdun

La collection de textes tshobdun de Jackson T.S.Sun vient enfin de paraître, et est accessible en ligne à cette adresse. C’est une ressource fondamentale pour l’étude des langues rgyalronguiques: grâce à ce travail et aux autres collections de données du même type, il va bientôt devenir possible d’écrire une véritable grammaire comparée de ces langues.

Le tshobdun est assez probablement la langue la plus proche du japhug; je parlerai dans un autre billet des innovations communes partagées par ces deux langues.

La différence entre ces deux langues est néanmoins très profonde.Pour l’illustrer, comparons la phrase (1) tirée de la collection de textes Tshobdun avec (2), une adaptation en Japhug (par moi-même).

(1)
kəməqʰúnəʔ ⁿge-kə-qɐrŋiʔ=rɐʔ=kə ⁿge-fʃɐt-nə=nəʔ
afterwards IPFV-NMLZ:SBJ-hunt=PL=ERG IPFV-recount-3PL=SUB
pʰargot paste=nəʔ χʃíkə sɐsəɣvɐr
wild.boar solitary.pig=TOP very be.frightening
kɐ-o-ntʃʰe tʃʰozʔ ŋoʔ
GP-INV-kill be.the.rule be
Afterwards those who used to hunt tell (us), “Solitary boars are very frightening and kill people.”

(2) kɯ-maqhu tɕe, kɯ-ɣɤrʁaʁ pɯ-kɯ-ŋu nɯra kɯ pjɯ-fɕɤt-nɯ tɕe,
NMLZ:S/A-être.après LNK NMLZ:S/A-chasser PST.IPFV-NMLZ:S/A-être DEM:PL ERG IPFV-raconter-PL LNK
phaʁrgot khɯrndɯɣ nɯ wuma sɤɣ-mu tɕe pjɯ-kɯ-sat ŋgrɤl.
sanglier solitaire DEM vraiment PROP-ressentir.de.la.peur:FACT LNK IPFV-GENR:S/P-tuer être.le.cas.habituellement:FACT

Voici une liste des différences principales dans ce passage:

(i) Pour dire « ceux qui étaient chasseurs », on emploie en japhug plutôt la copule au passé imperfectif pɯ-kɯ-ŋu
(ii) différences de vocabulaire:
paste: « sanglier solitaire » (de pa « cochon » et -ste « seul »; l’équivalent japhug serait †pɤsti ou †paʁsti). Le japhug khɯrndɯɣ vient du tibétain ཁེར་འདུག་ kʰer.ⁿdug
χʃíkə : « très », emprunt à l’amdo qui n’existe pas en japhug, où l’on utilise wuma « vraiment, du Tibétain ŋo.ma (aussi en Tshobdun: ome)
sɐsəɣvɐr: « être effrayant », antipassif propensif du causatif səɣvɐr « effrayer » du verbe intransitif vɐr « ressentir de la peur ». En japhug on forme directement le propensif deexpérienceur du verb mu (sɤɣ-mu). L’équivalent Japhug de sɐ-səɣ-vɐr serait †sɤɕɯɣmu.
ntʃʰe: « tuer »,voir cette présentation
tʃʰozʔ : le cognat tɕhɤz en japhug (emprunté au tibétain) s’emploie au négatif pour exprimer le sense « contraire à la religion »
(iii) le générique de l’objet s’exprime par kɯ- en japhug, et par la combinaison de kɐ- et l’inverse en tshobdun.

Modèle arborescent et tri de lignées incomplet

Un numéro récent de la revue Journal of Historical Linguistics (dirigé par Siva Kalyan, Alexandre François et Harald Hammarström) contient un article en faveur d’un usage raisonné du modèle arborescent en linguistique par Johann-Mattis List et moi-même, et une réaction à celui-ci par Siva Kalyan et Alexandre François, dont le modèle glottométrique se place comme une alternative au modèle de l’arbre.

Le débat entre « dendrophiles » et « dendrosceptiques » qui a eu lieu sur academia.edu il y a quelques années, et sous une forme finalisée dans ce numéro spécial, révèle que nos positions ne sont pas aussi éloignées qu’il n’y paraît à premier abord, et que nos divergences sont dues notamment à une compréhension différente de la notion d’innovation (Kalyan et François 2019:167-170).

En outre, la notion de tri de lignées incomplet (sans article wikipédia en français au moment où j’écris), empruntée à la biologie de l’évolution, peut notamment rendre compte des croisements d’isoglosses qui semblent remettre en cause la validité du modèle de l’arbre. Siva Kalyan et Alexandre François concluent d’ailleurs (p. 174) que:

We hope to have shown that Historical Glottometry does not challenge the family tree model once incomplete lineage sorting has been taken into account. Our approach is actually meant as a critique of the tree model as traditionally understood, where an innovation must necessarily affect the
whole of the population in which it occurs. The crucial observation of the wave model – that innovations frequently overlap – pertains to the developments that occur in a proto-language before it splits up (i.e., when it is still a network of mutually intelligible dialects). Thus, this observation is naturally captured within the framework of “incomplete lineage sorting” proposed by J&L; the only difference in our argument is that we allow for “variation” in the proto-language that is not only morphological or sociolinguistic, but also areal (dialectal).

Juho Pystynen présente aussi dans un billet écrit il y a quelques années une illustration claire de la notion de tri de lignées incomplet en linguistique.

Avec cette notion, le modèle arborescent est très loin de la caricature qui en est parfois faite. En particulier, dans un entretien récent publié dans un numéro spécial de la revue Romantisme sur les indo-européens, où il réagit notamment à notre compte-rendu critique de son livre (Pellard et al. 2019), et à propos duquel Thomas Pellard a déjà écrit un commentaire détaillé, Jean-Paul Demoule affirme que (p.22):

Plus généralement, derrière le modèle en arbre, il y a le modèle de l’État-nation, avec sa langue, ses frontières, son organisation et ses croyances homogènes – ce qui n’est nullement attesté dans les sociétés pré-étatiques telles qu’elles ont pu être observées de par le monde

L’idée d’une relation entre modèle de l’arbre et celui « d’état-nation homogène » m’est très étrange. Ces deux notions me semblent absolument dénuées de tout rapport.
Tout d’abord, notons que les humains ont par exemple dans les parties non-recombinantes de leur génome (chromosome Y et ADN mitochondrial) des lignées patrilinéaires et matrilinéaires qui se prêtent à une phylogénie en arbre, et ceci indépendamment de toute considération sur la structure sociale ou l’idéologie politique.
D’autre part, le modèle de l’arbre ne demande pas de faire l’hypothèse d’une proto-langue absolument uniforme, comme nous l’avons mentionné plus haut dans ce billet.
Enfin, la corrélation entre langue et ethnicité est une question complexe dans les peuples que nous pouvons observer à notre époque, et il n’y a pas de raison de penser qu’il en allait autrement aux époques anciennes. Pour un cas que je connais de première main, notons par exemple que l’idée même d’un « peuple japhug » semblerait aux locuteurs de cette langue complètement grotesque et incongrue (voir même offensante; ils se considèrent tous avant tout comme tibétains). Pourtant, nul ne peut nier la réalité de l’existence d’une langue japhug. En outre, le monolinguisme qui est devenu récemment une norme dans certains pays d’Europe n’était pas nécessairement pratiqué dans toutes les sociétés anciennes. Dans une société comptant une proportion importante de bilingues (ne connaissant pas tous forcément la même paire de langues), la connaissance d’une langue n’était qu’un élément parmi d’autres, peut-être pas le plus important, de l’identité ethnique, pour autant que cette question même ait eu un sens.

Références
Demoule, Jean-Paul. 2019. La question indo-européenne : Un défi toujours actuel pour les sciences humaines et sociales (entretien réalisé par Aurélien Aramini et Arnaud Macé). Romantisme 185(3). 14−25. doi.org/10.3917/rom.185.0014
Jacques, Guillaume & List, Johann-Mattis 2019. Save the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 128−166. https://doi.org/10.1075/jhl.17008.mat
Kalyan, Siva & François, Alexandre. 2019. When the waves meet the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 167−176. https://doi.org/10.1075/jhl.18019.kal https://www.academia.edu/39808238/_Kalyan_Fran%C3%A7ois_When_the_waves_meet_the_trees_A_response_to_Jacques_and_List
Pellard, Thomas & Sagart, Laurent & Jacques, Guillaume. 2018. L’indo-européen n’est pas un mythe. Bulletin de la Société de Linguistique de Paris. 113(1). 79−102. https://doi.org/10.2143/BSL.113.1.3285465 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01871582

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Modèle arborescent et tri de lignées incomplet," Panchronica, 15/11/2019, https://panchr.hypotheses.org/3025 (ISSN 2494-775X)

L’indexation de personne en satar

Dans un document rendu public sur academia.edu en 2015 traitant du Meyor-Zakhring, Roger Blench affirme que le Satar, langue mounda du népal, aurait le même système d’indexation que les langues kiranti voisines.

DeLancey (2015) has recently claimed Meyor is part of a grouping he calls ‘Central’ Trans-Himalayan, aka a subgroup of Tibeto-Burman. The branches said to constitute this include Jinghpaw [Jingpho], Meyor, Northern Naga, and Kuki-Chin. The basis of his argument is that Meyor shows pronominal coreferencing and that the pronoun paradigms resemble Northern Naga languages such as Nocte and Monsang. This is not the place to judge the argument relating the other languages discussed, but there is a strong case for not making genetic claims based on a single piece of morphosyntax. To cite a striking example, the Satar language, spoken in Nepal, is affiliated to Munda, and thus Austroasiatic. However, it has the same pronominal coreferencing system as the neighbouring Kiranti languages (Tolsma 2003). We usually assume such systems are borrowed, and in this case a complete body of morphosyntax has been absorbed by a language of a different phylum.

Cette idée est due à une interprétation erronée du l’article de Tolsma. Dans celui-ci, l’auteur dit simplement que cette langue, comme les langues kiranties, a une indexation sur le verbe, mais rien dans cet article n’indique que ni les morphèmes d’indexation, ni la structure du système, ne ressemblent en rien à ceux des langues kiranties. Pour que chacun puisse s’en convaincre, voici les affixes de personne (en regard des pronoms) que donne Tolsma (2003:237); il est utile de les reproduire ici, car son article est difficile à trouver, et cette langue relativement obscure, n’étant même pas référencée dans Anderson (2008).

Ni les pronoms, ni les formes cliticisées correspondantes ne présentent de ressemblance particulières avec les langues kiranties (voir par exemple les paradigmes du khaling). G. Tolsma donne les formes du paradigme du verbe im ‘donner’, qui présente un alignement nominatif-accusatif sans rapport avec celui observé en kiranti; même l’hypothèse selon laquelle le système d’indexation du Satar aurait vu le jour du fait d’une convergence typologique avec les langues kiranties est plus que discutable.

En toute honnêteté, il faut admettre que la seconde personne am pourrait rappeler le préfixe possessif des noms bantawa am- (qui n’a pas de cognat que je connaisse ailleurs en kiranti), mais il ne s’agit pas d’un préfixe verbal (dans le verbe la seconde personne est marquée par le préfixe tɨ-). Par ailleurs, il aurait été surprenant qu’aucune ressemblance fortuite ne soit observable avec au moins l’une des 22 langues kiranties.

Réferences
Anderson, Gregory 2008. The Munda Languages. Routledge.
Blench, Roger 2015. The classification of Meyor (Zakhring). https://www.academia.edu/15754880/The_classification_of_Meyor_Zakhring_
DeLancey Scott (2015) Morphological evidence for a central branch of Trans-Himalayan (Sino-Tibetan). Cahier de Linguistique d’Asie Orientale 44:122–149.
Gerard J. Tolsma. 2003. A survey of Satar, an endangered language in Nepal: An interim report. In Descriptive theoretical studies in minority languages of East and Southeast Asia 3, 235-251. Tokyo: ELPR.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’indexation de personne en satar," Panchronica, 21/10/2019, https://panchr.hypotheses.org/3002 (ISSN 2494-775X)