Archives de catégorie : Billets

Les termes de couleur en japhug

Quels sont les « termes de couleur de base » en japhug et dans les langues rgyalronguiques? Pour répondre à cette question, observons tout d’abord les différentes classes de mots pouvant servir à désigner les couleurs; il y en a quatre.

Premièrement, on trouve six verbes de couleur primaires, dont la plupart sont cognats avec le Khroskyabs et donc reconstructible au moins au proto-rgyalronguique (parmi ceux-ci certains comme « noir » et « rouge » remontent même plus haut).

Tableau 1: Verbes statifs primaires de couleur en japhug et leurs cognats khroskyabs

Japhug Khroskyabs sens
arŋi rŋə̂ être bleu/vert
qarŋe ʁrɲə̂ɣ être jaune
ɣɯrni mnə̂ɣ être rouge
wɣrum pʰrə̂m être blanc
ɲaʁ ɲá être noir
qandʐi être sombre, noirâtre

Ces verbes peuvent subir les dérivations causatives et tropatives, comme sɤrŋi ‘rendre bleu/vert’ ou nɤrŋi ‘trouver bleu/vert’.

Deuxièmement, on observe une série de noms généralement empruntés au tibétain (Jacques 2021:140):

ldʑaŋkɯ ‘vert’ < ldʑaŋ.gu
ʁmɤrsmɯɣ ‘rouge foncé’ < dmar.smug
kʰatoʁ ‘multicolore’ < ཁ་དོག་ kʰa.dog

On peut également employer un nom commun suivi de ɯ-mdoʁ, comme dans (1) (voir la glose dans Jacques 2021: 964; noter la collocation avec le verbe ndo « prendre, tenir »)

(1) ci nɯ xɕaj ɯ-mdoʁ tsa ɯ-kɯ-ndo nɯ mɤ-nɯɣɯmto.

« L’autre, qui a à peu près la couleur de l’herbe, n’est pas facile à voir.’ (https://doi.org/10.24397/pangloss-0003424#S56)

Troisièmement, il existe une pléthore d’idéophones de couleurs. Certains sont apparemment ‘dérivés’ de noms, comme ldʑɯŋldʑɯŋ « bleu », qui semble une déformation de ldʑaŋkɯ ‘vert’ par gradation consonantique, ou qhluqhlu ‘laiteux’ (tɤ-lu kɯ-tu kɯ-fse ɯ-mdoʁ ɯ-kɯ-ndo), qui rappelle le nom tɤ-lu « lait ». Toutefois, le processus de création des idéophones à partir des mots non idéophonique ne suivant pas des loi phonétiques régulières ou des procédés morphologiques clairement identifiables (Jacques 2021:442-445), il est donc difficile d’avoir une idée claire de leur origine.

Enfin, on trouve des verbes dénominaux en arɯ-, aɣɯ-, ou a– certains tirés des noms de couleur, comme arɯ-ldʑaŋkɯ « être vert », et d’autres composés d’un verbe de couleur primaire (à l’état lié=bound state, voir Jacques 2021:147) et d’un radical idéophonique, tels que:

arŋɯ-lɯz « être bleuâtre » < arŋi « être bleu/vert »
a-ɣɯrnɯ-ɕɯr « être rougeâtre » < ɣɯrni « être rouge »

Au vu des données ci-dessus, la notion de « couleur de base » (Berlin and Kay) en japhug est avant tout une question de morphologie et de linguistique historique: seuls les lexèmes du tableau 1, qui ne sont ni dérivés ni empruntés, peuvent être considérés comme tels. L’étranger dans cette liste est le verbe qandʐi « noirâtre », que l’on n’attend guère d’après la hiérarchie de Berlin et Kay, mais c’est aussi celui qui semble ne pas avoir de cognats en ouest-rgyalronguique.

Références
Berlin, B. and P. Kay 1969. Basic Color Terms: Their Universality and Evolution. Berkeley: University of California Press.
Jacques, Guillaume 2021. A grammar of Japhug. Berlin: Language Science Press. https://langsci-press.org/catalog/book/295
Lai Yunfan 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi. Thèse de doctorat, université Paris III.

 

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les termes de couleur en japhug," Panchronica, 29/09/2021, https://panchr.hypotheses.org/3434 (ISSN 2494-775X)

Un indice sur l’homophonie des caractères 決 et 玦 kwet

Dans un autre billet, j’avais proposé un indice indirect pour soutenir que 戈 kwa et 過 kwa, bien qu’homophones en chinois moyen, étaient distincts en chinois archaïque. Je propose aujourd’hui un argument pour soutenir que 決 kwet « décider » et 玦 kwet (nom qui désigne un type d’anneau) étaient bien homophones à l’époque Han et durant celle des royaumes combattants, comme ils le sont en chinois moyen.

Dans la biographie de Xiang Yu dans le Shiji, lors du célèbre épisode du banquet de Hongmen, le conseiller Fan Zeng fait des signes à Xiang Yu pour le pousser à exécuter Liu Bang immédiatement:

(1) 范增數目項王舉所佩玉玦以示之者三
« Fan Zeng fit des signes du regard à Xiang Yu, et leva le 玦 kwet en jade qu’il portait pour le lui signifier à trois reprises. »

Fan Zeng utilise son 玦 kwet pour faire référence au verbe 決 kwet, qui signifie « juger, décider, couper ».

Cet emploi n’est pas isolé dans la littérature chinoise. Avant le Shiji, on le retrouve dans le Zuozhuan (Mingong 2 = -660):

(2) 尨奇無常,金玦不復
« The motley is strange and has no tradition, and the gapped ring means you will not return. » (Durrant et al)

Ici aussi, l’anneau 玦 kwet est employé comme symbole exprimant le sens du verbe 決 kwet.

Même si du point de vue de la phonologie historique, l’idée que 玦 kwet et 決 kwet sont homophones est tout à fait banale, et partagée par tous les spécialistes, il me semble néanmoins que cette observation est intéressante du point de vue méthodologique.

Référence
Durrant, Stephen, Wai-yee Li & David Schaberg. 2016. Zuo tradition / Zuozhuan, commentary on the “spring and autumn annals”. Seattle: University of Washington Press.

[citer]

L’harmonie vocalique en Warlpiri et ses implications comparatives

Le warlpiri connait plusieurs lois d’harmonique une régressive et l’autre progressive, affectant les voyelles hautes (Harvey et Baker 2005). Les suffixes de passé (-rnu, –nu ou –ngu selon la classe de conjugaison) cause une assimilation régressive qui affecte le radical du verbe, et peut se propager sur plus d’une syllabe. Ainsi, le verb kiji- « throw » (classe 2), dont le non-passé (la forme de dictionnaire) est kiji-rni, a pour passé kuju-rnu.

Parmi les verbes subissant cette harmonie vocalique se trouvent les verbes de classe 3 pi-nyi « hit », dont le passé est pu-ngu, et yi-nyi « donner », passé yu-ngu.

De façon intéressante, cette harmonie s’observe aussi avec les suffixes -ngka de l’impératif et -ngkarla de l’irréel, bien qu’aucune voyelle -u ne se trouve dans ces suffixes. par exemple:

(1) Kurdu nyampulu wijipanu pu-ngka!
child this.PROX thief hit-IMP
`Beat this kid who is a real thief.’

De même, l’impératif de yi-nyi « donner » est yu-ngka (lequel peut être abrégé en ngka!).

Ces verbes pinya, pungu « hit » et yinya, yungu ont de nombreux cognats dans les langues pama-nyungan, et même des cognats potentielles dans les langues non-pama-nyunganes.

Toutefois, il est surprenant de remarquer que dans la quasi-totalité des langues autres que le warlpiri, on trouve des cognats à vocalisme u, celui de la forme harmonisée avec le suffixe du passé en warlpiri.

A l’intérieur du pama-nyungan, notons le pitjantjatjara punganyi « hit, strike », passé pungu (identique à celui du warlpiri), et dans les langues Thura-Yura (Simpson and Hercus 2004:633), on trouve:

Gloss “to hit, cause break in material integrity”
pcTY *pungku
pPN
*pu- (Capell 1956:92 ‘Common Australian’)
Barngarla pungkutu (stab, bite, wound, kill)
Adnyamathnha vunggu- (tear apart)
Kaurna punggondi

Gloss “to give”
pTY *yungkV
Wirangu yunggarn
Kuyani yungku-
Nukunu yungkatya
Narangga junggwidja, junggo (JB), ungooroo (EM)
Kaurna yunggondi

Suivant Capell, Alpher (2004) reconstruit *pu- en proto-pama-nyungan pour « hit ».

En Gunwinyguan, une famille non-pama-nyungane, on trouve les formes suivantes en ngalakgan et en rembarrnga (Baker 2004:321)

Root Sense Past Punct NonPast PastCont Irrealis Future
Ngalakgan bu “hit” bo bun buniny buni buna
Rembarrnga bu “hit” buwa bun buniny bunv buna
On trouve aussi en Ngalakgan wuni « give », qui pourrait être cognat du warlpiri yinyi.

Deux hypothèses me semblent concevable pour expliquer les formes du warlpiri.

(i) On peut admettre que le warlpiri est une langue plus conservatrice que les autres, ayant conservé une alternance perdue ailleurs. Dans ce cas, il faut admettre que l’harmonie régressive du passé était extraordinairement ancienne, et s’est appliquée de façon indépendante dans de nombreuses branches du pama-nyungan et même ailleurs, suivie d’une analogie qui l’aurait détruite.
(ii) Une possibilité alternative serait que l’alternance observée en warlpiri serait innovatrice, et due à la surapplication de la règle d’alternance i/u entre présent et passé à un verbe anciennement à radical u (on devait selon cette hypothèse avoir eu à un stade plus ancien des formes de présent *punyi ou *yunyi au lieu de pinyi, yinyi).

Il ne me semble pas possible de trancher à ce stade entre ces deux hypothèses, mais notons que l’on trouve des verbes à vocalisme i signifiant « hit » en dehors du pama-nyungan. Le cas le plus intéressant est sans doute cela du bardi (de la famille nyulnyulan), dans lequel existent deux verbes distincts (Bowern 2012: 546-547) potentiellement apparentés, avec une différence de vocalisme:

-bi- ‘hit with implement’
-boo- ‘hit, poke, kill’

Il ne s’agit pas néanmoins dans cette langue d’une alternance morphologique vivante.

Notons aussi le Gooniyandi (de la famille bunuban) bini “throw”.

Références
Alpher, Barry 2004. Pama-Nyungan: phonological reconstruction and status
as a phylogenetic group, in Bowern and Koch 2004.
Baker, Brett 2004. Stem forms and paradigm reshaping in Gunwinyguan, in Bowern and Koch 2004.
Bowern, Claire and Harold Koch 2004. Australian languages classification and the comparative method. Amsterdam: Benjamins.
Bowern, Claire 2012. A Grammar of Bardi. Berlin: Mouton de Gruyter.
Laughren, Mary, Kenneth Hale & the Warlpiri Lexicography Group. 2007. Warlpiri-english encyclopaedic dictionary. University of Queensland.
Simpson, Jane and Luise Hercus 2004. Thura-Yura comparative vocabulary, in Bowern and Koch 2004.
Mark Harvey, Brett Baker 2005 Vowel harmony, directionality and morpheme
structure constraints in Warlpiri. Lingua. https://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.305.1981&rep=rep1&type=pdf

Progressif et causatif en japhug

Dans ma grammaire du japhug, j’avais proposé (pp.1164-1165) l’hypothèse selon laquelle le progressif asɯ- (qui a de nombreux allomorphes: asɯ-, az-, -ɤsɯ-, -ɤz-, -ɤs-, -osɯ-, -oz-, selon l’environnement morphologique) provenait de la combinaison du passif a- et du causatif sɯ-.

Un point intéressant que j’avais omis de préciser est que le progressif peut se combiner avec le causatif, comme en témoignent les exemples (1) et (2). On remarque dans ces enregistrements une variation libre entre ɲɯ-ɤsɯ-sɯ- et ɲɯ-ɤs-sɯ- avec chute de la voyelle, résultant en une fricative géminée.

(1) sɲɯɣjɯ kɯ tɤscoz ɲɯ-ɤsɯ-sɯ-rɤt.
crayon ERG lettre SENS-PROG-CAUS-écrire
« Il écrit une lettre avec un crayon. »

(2) ɯʑo kɯ ʑɴɢro kɯ rɤɣo ɲɯ-ɤsɯ-sɯ-lɤt.
3SG ERG guimbarde ERG SENS-PROG-CAUS-relâcher
« Il fait un air à la guimbarde. »

Cette compatibilité était prédictible, étant donné que d’une part, même si l’hypothèse de grammaticalisation ci-dessus est correcte, celle-ci a dû avoir lieu en proto-rgyalronguique du nord (puisque des préfixes cognats existent en zbu et en tshobdun) et que donc le lien historique entre le progressif et le causatif n’est plus perceptible synchroniquement, et d’autre part puisque le causatif sigmatique est le seul préfixe à pouvoir être répété (p.847).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Progressif et causatif en japhug," Panchronica, 07/06/2021, https://panchr.hypotheses.org/3407 (ISSN 2494-775X)

Un indice indirect pour l’hétérophonie de 戈 et 過 en chinois archaïque

Le caractère 過 a deux lectures en chinois moyen, kwa et kwaH, la seconde étant la lecture par défaut, qui a donné notamment la prononciation guò du mandarin. La première lecture est homophone avec celle de 戈 kwa, qui désigne l’arme la plus utilisée dans les armées de la Chine archaïque. Ce dernier se prononce en mandarin, lecture irrégulière mais sans ancienneté — il s’agit d’un mot de la couche littéraire, qui n’est employé en mandarin parlé que dans des expressions venues de la langue écrite.

Si l’on projette 過 kwa et 戈 kwa en chinois archaïque, la reconstruction dans la système de Baxter (1992) serait *kʷaj pour les deux: ils seraient donc homophones en chinois moyen et en chinois archaïque. Néanmoins, Baxter et Sagart (2014) proposent une reconstruction *Cə.kʷˤaj « tough, fibrous (vegetables) » pour 過 kwa (les données soutenant cette reconstruction ne sont pas incluses dans le livre), s’opposant à 戈 kwa *kʷˤaj.

Indépendamment de la question de la présence ou non d’une présyllabe dans ce mot, il existe à mon avis un indice indirect que 過 kwa et 戈 kwa n’étaient PAS homophones en chinois archaïque.

Dans un passage du Zuozhuan (襄公四年) portant sur l’archer Yi (羿 ŋejH), nous lisons le récit suivant (la traduction reprend Durrant, Li et Schaberg, mais les noms ont été modifiés pour se conformer aux gloses phonétiques; j’indique la prononciation en chinois moyen, toutes les lectures ont été revérifiées avec le jingdian shiwen):

浞因羿室,生澆及豷,
dʐæwk ʔjin ŋejH ɕit, ʂæŋ ŋewH gip xijH,
« Han Zhuo took over Archer Yi’s wives and concubines and fathered Yao 澆 and Xi 豷.

恃其讒慝詐偽而不德于民,使澆用師滅斟灌及斟尋氏。
dʑiX gi dʐɛm tʰok tʂæH hjweH ɲi pjuw tok hju mjin, ʂiX ŋewH jowŋH ʂij, mjiet tɕim-kwanH gip tɕim-zim dʑeX
« Relying on his slanderous wickedness and deceitful treachery, he showed no virtue toward the people and sent Yao 澆 to employ troops to eliminate the Zhenguan and Zhenxun lineages. »

處澆于過,處豷于戈
tɕʰjoX ŋewH hju kwa, tɕʰjoX xijH hju kwa
« He placed Yao 澆 in Guo 過 and Xi 豷 in Ge 戈. » (Zuozhuan, Xiang 4)

Ici 過 et 戈 indiquent des noms de lieux. Leur lecture en chinois moyen suit le jingdian shiwen: 過,古禾反,注及下同。戈,古禾反。

Même s’il n’est pas clair si 過 et 戈 ici sont des toponymes mythologiques ou s’il font référence à des lieux réels, il semble absurde, dans un tel passage, que les deux toponymes aient été homophones à l’époque où ce texte a été rédigé, puisqu’ils font parties des caractéristiques qui distinguent les deux fils de Han Zhuo. Même si ce type de données ne permet pas de juger de la nature de la distinction phonétique, il s’agit néanmoins d’un indice indirect qui me semble confirmer l’idée d’une opposition phonétique invisible à partir du chinois moyen, des rimes, et des séries phonétiques.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Durrant, Stephen, Wai-yee Li & David Schaberg. 2016. Zuo tradition / Zuozhuan, commentary on the “spring and autumn annals”. Seattle: University of Washington Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un indice indirect pour l’hétérophonie de 戈 et 過 en chinois archaïque," Panchronica, 17/05/2021, https://panchr.hypotheses.org/3402 (ISSN 2494-775X)

A propos de l’égophorique en japhug

Même si ma grammaire du japhug est maintenant parue, je ne considère pas avoir fini l’étude de cette langue, et continuerai à écrire de petites notes ponctuelles sur la grammaire de cette langue, qui pourront à terme être intégrées à une seconde version.

Une des particularités du japhug et des autres langues rgyalrong est d’avoir à la fois une catégorie égophorique et un système d’indexation, contrairement à l’immense majorité des langues à égophorique. Cette question ayant déjà été traitée dans cet article accessible en ligne et dans ma grammaire, je n’y reviendrai pas ici.

L’égophorique en japhug a une distribution très différente de celle que l’on trouve dans les langues tibétique: il n’apparaît pas sur la copule (mais en revanche est courant sur les verbes existentiels) et est restreint au présent imperfectif. Il est courant avec les verbes statifs, mais apparaît aussi avec les verbes dynamiques, parfois avec le progressif asɯ- (fusionnant en ku-osɯ- [kosɯ-]). Une difficulté particulière de son étude et qu’avec certains verbes, il n’est pas distinguable de l’imperfectif, étant marqués tous deux par le préverbe ku- (préverbe de classe B « vers l’est ») et le thème 3 dans le cas des verbes transitifs.

La distribution de base de l’égophorique est qu’il peut apparaître avec une première personne dans les phrases déclaratives, avec une seconde personne dans une phrase interrogative, ou avec une troisième personne (« égophorique large ») si celle-ci est liée à la première personne (phrase déclarative) ou la seconde (phrase interrogative), en particulier dans les formes possédées.

Il y a néanmoins certains exemples de troisième personne à l’égophorique dans mon corpus qui s’expliquent mal, faisant référence à des entités sans lien avec le locuteur, comme notamment l’exemple (95) p.1115 ou l’exemple suivant, prononcé par les serviteurs d’un roi, invitant une personne venue demander à manger de s’en aller, étant donné que le palais est dans tous ses états suite à la maladie du prince:

(1) rɟɤlpu ɯ-tɕɯ ɯ-rna ku-mŋɤm
roi 3SG.POSS–fils 3SG.POSS-oreille PRS.EGOPH-avoir.mal
Le fils du roi a une douleur à l’oreille. lien

Cet exemple est d’autant plus remarquable que le verbe endopathique mŋɤm « avoir mal » (qui n’existe qu’à la troisième personne, l’expérient est possesseur de la partie du corps), ne s’emploie pas à l’égophorique pour parler d’une douleur que l’on ressent soi-même, mais au sensoriel.

Dans une présentation qui a eu lieu la semaine dernière, et dont l’exemplier est en ligne, Camille Simon présente le fonctionnement de l’égophorique en tibétain de l’amdo, et introduit une nouvelle distinction entre égo-participatif, marquant l’implication du locuteur, et égo-autoritatif, marquant « l’autorité épistémique du locuteur ».

Si l’égo-participatif suffit à rendre compte d’exemples tels que (94) p.1115 et (236) p. 1161, dont les sujets sont la fille et la nièce de la locutrice, respectivement (comparer avec l’exemple (22) p.7 en amdoskad), il me semble que la notion d’égo-autoritatif proposée par Camille Simon est un bon point de départ pour expliquer des exemples tels que (95) p.1115 ou (1) ci-dessus. Une étude plus détaillée de l’égophorique me semble être une des priorités futures des travaux sur la morphosyntaxe du japhug, et des autres langues rgyalrong.

Références
Jacques, Guillaume 2019. Egophoric marking and person indexation in Japhug. Language and Linguistics 20:4, 515–534 lien 1 lien 2
Jacques, Guillaume 2021. A grammar of Japhug. Comprehensive Grammar Library 1. Berlin: Language Science Press. https://langsci-press.org/catalog/book/295
Simon, Camille 2021. La catégorie égophorique dans les langues de l’Amdo (Tibet). Présentation à la société linguistique de Paris, 24 avril 2021.
Tournadre, Nicolas 2008. Arguments against the Concept of ‘Conjunct’ / ‘Disjunct’ in Tibetan, Dans : Huber, B., Volkart, M., Widmer, P. & Schwieger, P. (éds) Chomolangma, Demawend und Kasbek. Festschrift für Roland Bielmeier zu seinem 65. Geburtstag vol. 1, p. 281-308.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de l’égophorique en japhug," Panchronica, 28/04/2021, https://panchr.hypotheses.org/3394 (ISSN 2494-775X)

Deux étymons pour « nom » en sino-tibétain?

A côté de l’étymon reflété par le Japhug tɤ-rmi « nom », le chinois 名 mjieŋ < *meŋ et le tibétain miŋ, certaines langues sino-tibétaines ont un groupe initial br-:

Nungish:
Rawang: bø̀ng, brìng https://www.webonary.org/rawang/
Trung: ɑŋ³¹ bɹɯŋ⁵⁵ 

Lepcha ʔábryáng 

Kho-Bwa (Lieberherr and Bodt 2017, Sub-grouping Kho-Bwa based on shared core vocabulary:
Rupa azɛŋ
Chayangtajo Puroik a-bɹɛŋ

Le STEDT postule pour ces formes (il n’inclut que le nungish et le lepcha) un étymon distinct de celui du chinois 名 mjieŋ.

Malgré la ressemblance apparente entre les deux étymons, il est en effet possible qu’ils ne sont pas apparentés. Selon moi, il est même possible de proposer une étymologie pour cet isoglosse nungish-lepcha-kho-bwa

En japhug, le verbe mbri, qui désigne soit le bruit d’objets animés, soit le cri ou le chant d’animaux, se trouve en effet l’expression suivante:
(1) ɯ-rmi ɲɤ-mbri
3S.POSS-nom IFR-être.bruyant
« Il/elle est devenu célèbre » lien

Ce verbe, cognat du chinois 鳴 mjæŋ <*mreŋ, peut donc avoir été réanalysé comme "être renommé" (κλυτός), d'où ensuite une forme nominalisée "nom". Si cette étymologie est correcte, nous avons donc une innovation commune non-triviale regroupant ces trois sous-groupes.

Références
Lieberherr, I., & Bodt, T. A. (2017). Sub-grouping Kho-Bwa based on shared core vocabulary. Himalayan Linguistics, 16(2). http://dx.doi.org/10.5070/H916232254 Retrieved from https://escholarship.org/uc/item/4t27h5fg

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Deux étymons pour « nom » en sino-tibétain?," Panchronica, 24/04/2021, https://panchr.hypotheses.org/3390 (ISSN 2494-775X)

L’embarras de Couvreur

Dans le Zuozhuan, on trouve a trois reprises l’expression 猶有鬼神 « si les fantômes et les esprits existent vraiment », l’une des plus anciennes attestation dans la littérature chinoise de scepticisme (modéré) envers la notion de vie après la mort, ainsi qu’envers l’existence d’êtres et de phénomènes surnaturels, et qui n’est pas sans rappeler l’oraison funèbre d’Hypéride pour les soldats athéniens morts à la bataille, écrite avant Epicure:

εἰ μέν ἐστι τὸ ἀποθανεῖν ὅμοιον τῷ μὴ γενέσθαι, ἀπηλλαγμένοι εἰσὶ νόσων καὶ λύπης καὶ τῶν ἄλλων τῶν προσπιπτόντων εἰς τὸν ἀνθρώπινον βίον· εἰ δ᾽ ἔστιν αἴσθησις ἐν Ἅιδου καὶ ἐπιμέλεια παρὰ τοῦ δαιμονίου, ὥσπερ ὑπολαμβάνομεν,

« Si le fait de mourir est semblable à celui de ne pas exister, alors ils sont délivrés des maladies, des chagrins et des toutes les autres choses qui s’abattent sur la vie humaine. Si en revanche il y a bien une sensibilité dans l’Hadès (si les morts ressentent quelque chose), et une sollicitude de la puissance divine (envers les humains), comme nous le soutenons, … »

Il est à ce titre intéressant de voir comment le jésuite Séraphin Couvreur (1835-1919), a rendu ces trois passages dans sa traduction du Zuozhuan. Dans ce qui suit, je cite les trois occurrences de l’expression 猶有鬼神, la traduction anglaise récente de Durrant et al, et enfin celle de Couvreur.

10ème année de Xiang gong (563 avant notre ère)
10.2c 我辭禮矣,彼則以之。猶有鬼神,於彼加之
Durrant et al: “We had already declined the ritual, but they used it nonetheless. If there are indeed ghosts and spirits, they will inflict the consequences on Song.”
Couvreur: “J’ai refusé cette cérémonie (l’exécution du chant Sang lin). Eux (le prince et les officiers de Soung) l’ont employée quand même. Ensuite, s’il y a un esprit qui soit offensé, c’est sur eux qu’il doit exercer sa vengeance.”

20ème année de Xiang gong (553 avant notre ère)
20.7 若不能,猶有鬼神,吾有餒而已,不來食矣。
Durrant et al: “If you cannot, then I will not come to imbibe your offerings even if there are ghosts and spirits and I am one of them: I would rather suffer hunger.”
Couvreur: “Sinon, mon âme subsistera encore après ma mort. Elle souffrira de la faim, et voilà tout. Elle ne viendra pas se rassasier des mets que vous lui présenterez. (Elle ne les agréera pas).”

27ème année de Zhao gong (515 avant notre ère)
27.5 天既禍之,而自福也,不亦難乎!猶有鬼神,此必敗
Durrant et al: “Is it not a problem that they consider themselves blessed when Heaven has already brought trouble down on them? If ghosts and spirits exist, these men are bound to be defeated.”
Couvreur: “Le ciel envoie au prince des malheurs ; n’est-il pas bien difficile que le prince par lui-même se rende heureux ? Quand même il aurait pour lui les esprits, il serait battu.”

Couvreur a la réputation de suivre très fidèlement, voire trop, les commentaires de Zhu Xi dans ses traductions. Néanmoins, dans les trois extraits si dessus, il a clairement innové, et détourné le sens de ces passages, en effaçant le scepticisme du texte original. Pour y parvenir, il propose des traductions très différentes pour chacune de ces occurrences, « s’il y a un esprit (qui soit offensé) », « Sinon, mon âme subsistera encore après ma mort », « Quand même il aurait pour lui les esprits », qui ne sont pas basées sur les commentaires traditionnels — je précise en outre que les commentaires récents de Yang Bojun, ainsi que les traductions contemporaines en chinois du Zuozhuan, s’accordent avec la traduction de Durrant et al. sur ce point.

Il est émouvant d’observer à quel point le missionnaire a pu être embarrassé par cette révélation d’un scepticisme somme toute modéré, et portant sur une religion non-abrahamique, pour qu’il ressente le besoin d’altérer à ce point le sens du texte. Cela soulève aussi la question de savoir si ses convictions religieuses ont pu influencer la traduction d’autres passages.

Références
Couvreur, Séraphin. 1914. La chronique de la principauté de Lòu (721-480) par Confucius
Commentaire sous le nom de Tso K’ieou-ming. Paris: Les Belles Lettres. https://www.chineancienne.fr/king/tch-ouen-ts-iou-et-tso-tchouan-chunqiu-zuozhuan-tome-1-trad-s-couvreur/
Durrant, Stephen, Wai-yee Li & David Schaberg. 2016. Zuo tradition / Zuozhuan, commentary on the “spring and autumn annals”. Seattle: University of Washington Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’embarras de Couvreur," Panchronica, 10/04/2021, https://panchr.hypotheses.org/3382 (ISSN 2494-775X)

Le français parlé, langue polysynthétique?

Le statut des éléments appelés « pronoms clitiques » dans la grammaire traditionnelle du français est l’un des sujets à propos desquels la linguistique générale typologique s’oppose le plus clairement à l’approche scolaire de la linguistique francisante.

Tous les écoliers apprennent que le verbe peut être précédé d’une série de « pronoms clitiques », indexant le sujet (je, tu, il), l’objet (me, te, le), l’objet indirect (me, te, lui) et aussi des adjoints (y, en). Ils sont traités comme des mots par l’orthographe, étant séparés par des espaces les uns des autres.

Néanmoins, dans les conversations informelles sur ce sujet que j’ai pu avoir avec de nombreux typologues, locuteurs natifs ou non du français, et travaillant sur des langues autres que le français, il semble qu’une majorité de chercheurs penchent en faveur d’une analyse complètement différente: ces éléments ne sont pas des clitiques, mais des préfixes, et le français serait de ce fait une langue présentant certaines propriétés polysynthétiques (un terme nous venant de Duponceau). Les arguments en faveur de cette idée sont les suivants:

i) On ne peut rien insérer entre le verbe et ces éléments, mis à part la négation ne (qui, dans cette analyse, est elle-même un préfixe). La seule exception que je connaisse vient de la langue du droit « je soussigné XXX, reconnais… », mais il s’agit là d’un archaïsme fossilisé dans ce registre particulier, et n’a aucune productivité (il ne peut pas s’employer avec la deuxième ou la troisième personne  » †tu soussigné…. »).

ii) Ils ne peuvent pas apparaître en isolation (notamment pour répondre à la question « qui? »).

iii) Le pronom « je » fusionne avec la forme « suis » du verbe « être » en [ʃɥi], une règle qui ne peut pas s’appliquer avec tous les verbes en s- initial, et notamment pas avec la forme « suis » du verbe « suivre » (néanmoins, certains collègues ont un avis divergent sur ce point).

iv) L’ordre de ces éléments est rigide, et certaines combinaisons concevable a priori sont en fait strictement interdites. Par exemple, pour les verbes triactanciels comme « donner », il n’est pas possible d’avoir un « pronom clitique » objet de première ou de deuxième personne avec un datif de troisième personne. Ainsi, on ne peut pas dire (1a) (une phrase inintelligible), seule une phrase telle que (1b) est acceptable dans un contexte très particulier.

(1a) †Tu me lui donnes.
(1b) Tu me donnes à lui.

De même, on observe que les « pronoms clitiques » adjoints et datifs ne peuvent pas se combiner lorsque le verbe a déjà un objet préfixé. Ainsi, il est possible de dire (2a) et (2b).

(2a) Je te le donnerai à la maison.
(2b) Je t’y donnerai ton cadeau.

En revanche, (2c) me semble inacceptable (je suis ouvert à des avis alternatifs de la part des lecteurs).

(2c) †Je te l’y donnerai.

Dans l’analyse que je soutiens selon laquelle les « pronoms clitiques » sont des préfixes d’indexation, le verbe français a au plus quatre préfixes (utilisant le schwa ə pour marquer la voyelle [ø] optionnelle qui peut apparaître dans ces contextes), comme l’illustre (3).

(3) Je ne te le donnerai pas.
ʒə-nə-tə-lə-dɔnə-ʁ-e pa
1SG.S/A-NEG-2SG.DAT-3SG.O-donner-FUT-1SG NEG

Une telle façon de présenter les données pourtant bien connues du français le rapproche typologiquement davantage de langues telles que l’abkhaze que des autres langues romanes ou du latin. Même si le concept de polysynthèse a fait l’objet de critiques, dont certaines ont un certain degré de pertinence (Haspelmath 2018), il n’en est pas moins vrai qu’une confrontation de la morphosyntaxe du français parlé à celle de langues à marquage sur la tête (head-marking) pourrait apporter une lumière sur de nombreux phénomènes intéressants, notamment dans l’acquisition de cette langue, qui sont obscurcis par l’approche traditionnelle.

Ainsi, un point où le français n’est pas encore complètement polysynthétique est l’incompatibilité entre un préfixe et le groupe nominal ou prépositionnel qu’il indexe dans la même phrase. Ainsi, les phrases (4a-b) sont mal formées en français standard.

(4a) †Le garçon il dort
(4b) †Le garçon il la voit la fille.
(4c) †Le garçon il le lui dit son avis à la fille.
(4d) †Le garçon il y va à Paris.

Toutefois, ces phrases sont possibles si l’on traite des groupes nominaux/prépositionnels comme des constituants disloqués à gauche ou à droite:

(5a) Le garçon, il dort
(5b) Le garçon, il la voit, la fille.
(5c) Le garçon, il le lui dit, son avis, à la fille.
(5d) Le garçon, il y va, à Paris.

Pour que le français se conforme au canon polysynthétique, il faudrait que des phrases comme (4) deviennent non seulement possibles, mais obligatoires. Or, j’ai pu entendre des phrases du même type chez mon fils et certains de ses camarades lorsqu’il était à l’école maternelle. Notamment, il prononçait l’infinif du verbe « aller » comme [jale], en y intégrant le préfixe -y-, comme dans des phrases telles que:

(6) ɔ̃-va j-ale a l-ekol
« On va aller à l’école. »

Il pouvait également préfixer à cette forme le préfixe re-:

(7) i-fo ʁø-j-al-e.
« Il faut y aller à nouveau. »

Un autre indice que les « pronoms clitiques » sont en fait des préfixes dans la langue parlée provient d’un exercice pour les élèves de CE1 dans lequel il est demandé aux enfants de souligner les verbes dans un texte. Dans les premiers devoirs de ce type, mon fils (et certains de ses camarades) soulignaient non seulement le radical du verbe (et ses suffixes), mais aussi le « pronom clitique » sujet, comme s’il s’agissait d’un seul mot.

Si je ne suggère pas de réformes pédagogiques (et que j’enseigne à mon fils ce que l’éducation nationale attend de lui), il me semble néanmoins que la langue écrite masque tout un ensemble de phénomènes morphosyntaxiques du français parlé, ce qui rend difficile l’étude de cette langue dans une perspective typologique, en dépit de son immense documentation.

Références
Haspelmath, Martin 2018. The last word on polysynthesis: A review article. Linguistic Typology 22(2):307-326. https://www.researchgate.net/publication/327152270_The_last_word_on_polysynthesis_A_review_article

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français parlé, langue polysynthétique?," Panchronica, 25/02/2021, https://panchr.hypotheses.org/3354 (ISSN 2494-775X)

Le préfixe de l’aspect continu en Rma

Ceci est un billet invité de Nathaniel Sims.

Comme c’est le cas pour d’autres variétés du Rma, (aussi appelé Qiang) le Yonghe utilise un préfixe pour exprimer l’aspect continu. Ce préfixe indique qu’un état ou une action est en cours et couvre la gamme sémantique des adverbes « encore » et « toujours » en français. Il est également assez similaire au morphème chinois 还 hai « encore ». Le préfixe d’aspect continu Yonghe présente certaines variations phonologiques et sémantiques. Cette section abordera d’abord les alternances phonologiques, puis les nuances sémantiques. Enfin, nous discuterons de l’utilisation de ce préfixe avec les emprunts provenant du chinois.

1. Alternances phonologiques

Le préfixe de marquage d’aspect continu présente deux types différents d’allomorphie. Premièrement, il y a une alternance vocalique entre [tæ] et [ta]. La première se produit avant les voyelles antérieures tandis que la seconde se produit avant les voyelles postérieures. Des exemples illustrant cette alternance sont donnés dans le Tableau 1 ci-dessous :

La figure 1 donne des exemples du préfixe continu par M. Yang Zhiquan dans le corpus. On y voit que la variante [tæ] est plus courante contrairement aux exemples correspondant à la variante [ta] qui est, malheureusement, plus rare.

Avec plus de données, il pourrait être démontré qu’il existe des sous-régularités en fonction de la voyelle qui suit le préfixe, et aussi de la position du préfixe relativement à la chaîne de préfixes dans laquelle il apparaît éventuellement.

Le deuxième type d’alternance est de nature tonale. Avant les verbes monosyllabiques de type I, le préfixe a un ton grave et le radical a un ton aigu. Avant les verbes monosyllabiques de type II (ainsi que les verbes irréguliers de type IV, tels que « boire »), le préfixe a un ton aigu.

L’exemple (1) illustre à la fois l’alternance vocale et tonale. Notez que « manger » est un verbe de type I et que « boire » est un verbe irrégulier de type IV.

 

(1) ká  hǐ tǽ-thæ̀, mòmó tà-dzá
1S vin  CONT-boire:1 brioche.vapeur   CONT-manger:1

‘Je bois encore du vin, je mange encore des brioches à la vapeur’ (YH-102_023)

Avant les verbes disyllabiques, le préfixe a un ton grave invariable et il y a une neutralisation de la distinction entre les verbes disyllabiques avec un ton aigu final et ceux avec un ton aigu initial. Le tableau 3 donne des exemples illustrant ce point.

2. Nuances sémantiques

La sémantique de ce préfixe est nuancée. D’une part, il peut désigner la continuation comme le montre l’exemple (1) qui a été produit par M. Yang Zhiquan au milieu du dîner. D’autre part et outre une signification purement aspectuelle, ce préfixe peut donner une signification emphatique. L’exemple (2), tiré de l’histoire d’un homme qui prend un cheval à son gendre, illustre cette fonction du préfixe. Plus tard, sa femme le réprimande pour avoir pris le cheval.

(2a)  méj:
EXCL

‘mon dieu!’

(2b) mútʌ̀ kʌ́tʌ̀ mà-tʂwá-j,
they thus NEG-have-EVID

‘ces gens sont si pauvres’

(2c)  jý ʔʌ̀-tʌ́  dzì-pú-kì-næ̀
horse one-CLF  ORT:towards-buy-AM:go-LNK

‘(ils) vont  acheter un cheval,’

(2d) ʔú tɕhjǽ tæ̀-jí-kì-wù-nì
you want:1 CONT-say-AM:go-APPL-2

‘et pourtant tu vas et tu leur dis « Je (le) veux »
OU ‘et tu es quand même allé leur dire que tu le voulais.’

Notez que le prédicat qui prend le préfixe de l’aspect continu est déjà apparu, et l’utilisation du préfixe reflète l’attitude critique de la femme qui parle à son mari.

Lorsqu’il est utilisé avec des verbes statiques, le préfixe peut donner un sens soit aspectuel, soit superlatif. Ainsi, [tà-ʂʌ́-j] CONT-joli-EVID peut signifier « encore joli » ou « encore plus joli ». Le préfixe peut également être utilisé avec au moins quelques verbes statifs après la construction de classification « un peu », et ce d’une manière légèrement emphatique, exprimant un dépassement des attentes. Un exemple de ce type d’utilisation est donné en (3).

(3) ʔʌ́-w tæ̀-ʑí-j
un-morceau CONT-délicieux-EVID

‘plutôt savoureux !’ cf. le chinois 还有点好吃 (littéralement « encore un peu bon à manger. »)

3. Utilisation avec les emprunts du chinois

Lorsque ce préfixe est utilisé avec les emprunts du chinois, l’assimilation vocale est toujours présente. Des exemples illustrant ce point sont donnés dans le tableau 4.

Il est intéressant de constater que, dans le cas des emprunts du chinois, le préfixe CONT a toujours un ton grave et que le motif des deux premières syllabes de ces constructions est invariablement bas-haut. Notez que les emprunts chinois [ɕín-thà] « pratiquer, permettre, autoriser » et [phàn-thá] « être gros » ont des motifs tonaux différents dans la forme de citation, mais que ces différences sont neutralisées lorsqu’elles sont préfixées par le préfixe d’aspect continu. Cela témoigne du degré d’intégration des emprunts chinois en Rma. Ils déclenchent les mêmes alternances segmentaires dans le préfixe d’aspect continu, et sont soumis aux mêmes types de neutralisations tonales lorsqu’ils sont préfixés par des verbes en Rma.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Nathaniel A. Sims, "Le préfixe de l’aspect continu en Rma," Panchronica, 17/11/2020, https://panchr.hypotheses.org/3309 (ISSN 2494-775X)

Étymologie du chinois 豚

Parmi les nombreux termes désignant les cochons en chinois ancien, 豚 dwon (reconstruit comme *lˤu[n] par Baxter et Sagart) « petit cochon » a été comparé au gongduk don par George van Driem.

Toutefois, quelle que soit l’origine de ce mot gongduk, il me semble qu’il est possible de proposer une étymologie interne au chinois. Il existe en effet un adjectif 腯 dwot « gras », qui s’emploie particulièrement pour les cochons (selon le Shuowen, 牛羊曰肥,豕曰腯), et dont voici un exemple d’utilisation dans le Zuozhuan:

(1) 吾牲牷肥腯,粢盛豐備
“Mes victimes, sont parfaites et d’une seule couleur ; elles sont bien grasses. Le millet offert dans les vases est abondant et les remplit. » (Huan 6, traduction de Couvreur)

La série de 盾 dwonX (< *lˤu[n]ʔ) est aussi reconstruite avec des latérales par Baxter et Sagart, et les deux séries phonétiques ne sont donc pas incompatibles. 豚 dwon et 腯 dwot sont d’ailleurs explicitement rapprochés par Wang Li (1982:457).

Le nom 豚 dwon pourrait s’expliquer comme une nominalisation par le suffixe -n (marginalement attesté en chinois, mais bien connu en tibétain) de 腯 dwot (< *lˤut), à reconstruire donc comme *lˤut-n, signifiant originellement "le gras", une épithète appropriée pour désigner un cochon engraissé. Cette hypothèse ne rend toutefois pas compte du sens spécifique de "cochonnet".

Références
Baxter, William H. & Laurent Sagart. 2014.Old Chinese: a new reconstruction. Oxford: Oxford University Press.
van Driem, George 2005. ‘Tibeto-Burman vs. Indo-Chinese: Implications for population geneticists, archaeologists and prehistorians’, pp. 81-106 in Laurent Sagart, Roger Blench and Alicia Sanchez-Mazas, eds. The Peopling of East Asia: Putting Together the Archaeology, Linguistics and Genetics. London: Routledge Curzon.
Wang Li 1982 《同源字典》商务印书馆

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Étymologie du chinois 豚," Panchronica, 16/11/2020, https://panchr.hypotheses.org/3302 (ISSN 2494-775X)

A propos d’une comparaison sino-tibétaine

Le verbe honorifique tibétain mkʰʲen མཁྱེན་ « savoir » (emprunté en japhug comme mcʰin avec le sens spécialisé « percevoir la vraie nature de ») a été comparé par un certain nombre d’auteurs, dont Bodman et Hill (2019), au chinois 見 kenH « voir ». Cette comparaison semble très attractive du point de vue sémantique (οἶδα) et phonétique.

Toutefois, elle me semble impossible pour des raisons morphologiques. Comme l’a montré Gong (1977), en effet, mkʰʲen མཁྱེན་ est la forme honorifique de l’adjectif mkʰan མཁན་ « être expert » (mkʰan.po མཁན་པོ་ « savant, expert ») par l’infixe -y-, qui cause aussi une métaphonie a–>e.
Par ailleurs, mkʰan མཁན་ est lui-même apparenté à mkʰas མཁས་ « être savant, être expert » (emprunté en japhug comme mkʰɤz), ce qui implique que la racine de ces adjectifs est mkʰa-, et que -n et -s sont des suffixes.
Il faut admettre que ces comparaisons internes ne sont pas sans difficultés, car le suffixe -n ne dérive pas normalement de verbes (notons toutefois le verbe sbʲjin སྦྱིན་ ‘donner’, cognat du japhug mbi « donner » et du chinois 畀, et dont la coda -n n’est pas élucidée). Néanmoins, elles suffisent à invalider la comparaison avec le verbe chinois 見 kenH « voir » pour trois raisons.
Premièrement, sémantiquement, il n’y a aucun indice que ni mkʰʲen མཁྱེན་, ni mkʰan མཁན་ ne viennent d’un verbe de perception, et qu’un changement voir –> savoir ait eu lieu. Supposer un changement sémantique en sens inverse savoir–>voir dans le cas du chinois est peu vraisemblable.
Deuxièmement, la comparaison des voyelles est bien moins attractive lorsque la dérivation interne au tibétain est prise en compte: à moins de supposer que le chinois avait aussi un infixe y causant une métaphonie, hypothèse que ne soutient aucune donnée au moment où j’écris (l’infixe honorifique est d’ailleurs limité au tibétain, et ne se retrouve dans aucune autre langue), la correspondance est en fait entre a et *e.
Troisièmement, la consonne finale -n ne faisant pas partie de la racine en tibétain, il faudrait expliquer son origine en chinois aussi.

Références
Gong, Hwang-cherng. 1977. gǔ zàngwén de y jíqí xiāngguān wèntí 古藏文的y及其相關問題[Old Tibetan y and related problems]. Bulletin of the Institute of History and Philology 48(2). 205–228.
Hill, Nathan W. 2019. The historical Phonology of Tibetan, Burmese, and
Chinese. Cambridge: Cambridge University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos d’une comparaison sino-tibétaine," Panchronica, 31/10/2020, https://panchr.hypotheses.org/3287 (ISSN 2494-775X)

Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain

Le verbe tibétain སྦྱིན་ sbʲin « donner » est surprenant à plus d’un titre.

Premièrement, sa consonne finale ne trouve pas de correspondant dans les cognats avec d’autres langues trans-himalayennes, comme le chinois 畀 pjijH (de *pi-s ou *pit-s, voire même peut-être *pik-s), le Khaling |bi| ou le hakha lai pèe-I, peek-II ‘give, offer’ (du proto-Kuki-Chin *pia-I, *piak-II selon VanBik 2009) — l’absence de coda en japhug (mbi « donner ») n’est pas décisif, car le *-n est perdu régulièrement en proto-rgyalrong.

Deuxièmement, (comme c’est le cas des verbes « donner » dans de nombreuses langues, du grec δίδωμι à l’hébreu nāṯan) sa flexion est unique: སྦྱིན་ sbʲin au présent et au futur, bʲin བྱིན་ au passé et à l’impératif, il a donc un préfixe s– au présent/futur, là ou d’autres verbes ont soit un préfixe nasal འ ɦ-, soit d-/g- (lesquels sont en distribution complémentaire).

Il est possible que ce préfixe soit unique, mais il pourrait aussi s’agir de la trace d’une loi phonétique particulière. Dans cette seconde hypothèse, on pourrait supposer que le préfixe qui donne g- devant coronale au présent (avec arrondissement de la voyelle), avait pour réflexe original s- devant labiale. On attendrait en principe d- devant labiale, mais notons qu’il n’y aucun verbe ayant une initiale labiale avec un d- marquant le présent alternant avec b- au passé.

Le g- du présent peut en principe soit se reconstruire comme *go-, soit comme *do- (le voisement étant non-distinctif, voir cet article et les références qui y sont citées). Si l’on suppose que le préfixe s- dans སྦྱིན་ sbʲin est le réflexe régulier de ce préfixe devant nasale, il faut supposer la règle (1), qui ne doit pas s’interpréter toutefois comme un changement phonétique unique.

(1) *g(o)- ou *d(o) > s- /_[labiale]

Cette hypothèse n’a d’intérêt que si elle permet de rendre compte d’autres faits apparemment sans relation. A ce titre, notons le nom སྨེ་བ་ sme.ba ‘grain de beauté’, qui semble avoir pour cognat en japhug qame de même sens, un des très rares noms de partie du corps à ne pas être inaliénablement possédé, et à avoir le préfixe de classe qa-. Dans l’hypothèse où le préfixe de présent était originellement dorsal, on pourrait modifier (1) en supposant que la règle était (2)

(2) *[dorsale]- > s- /_[labiale]

(au lieu donc de *[dorsale]- > d- /_[labiale], la règle habituellement admise)

On pourrait rendre comme de སྨེ་ sme– et de སྦྱིན་ sbʲin par (2) selon (3).
(3) a. *gV-me > sme
b. *go-bin > sbʲin

La préinitiale d- devant labiale aurait pour origine uniquement des dentales, et non des vélaires. La forme de futur སྦྱིན་ sbʲin dans cette hypothèse est analogique, car le futur des verbes à labiale ont d- et que donc selon (2) il ne peuvent pas provenir d’une dorsale.

Références

VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages. STEDT Monograph 8 Lien

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain," Panchronica, 18/07/2020, https://panchr.hypotheses.org/3271 (ISSN 2494-775X)

Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain

En dialectologie tibétaine, le tibétain ancien (ou même simplement le tibétain classique sous sa forme écrite) est souvent pris par défaut comme l’ancêtre commun des langues tibétiques modernes (Tournadre 2014). Or, de la même façon que le latin classique n’est pas l’ancêtre exact des langues romanes modernes (voir notamment cet article pour des exemples de formes romanes qui ne sont pas dérivables du latin classique), il est reconnu qu’assimiler le tibétain impérial ou le tibétain littéraire postérieur au proto-tibétain est une simplification outrancière, et que l’on ne peut exclure l’hypothèse que certaines distinctions phonologiques des dialectes non-représentées dans l’écritures puissent potentiellement être archaïques (Hill 2010, Tournadre 2014).

Néanmoins, la recherche de traits plus archaïques que le tibétain ancien dans les langues tibétiques modernes a été jusqu’ici peu fructueuse. Shafer (1941) avait par exemple proposé que les dialectes tibétains de l’ouest (ladakhi-balti) avaient préservé une opposition phonologique entre *e et *ia confondus en tibétain ancien, mais cette idée s’est révélée basée sur une analyse incorrecte des données (Jacques 2009). Parmi les indices les plus clairs de formes plus archaïques que le tibétain ancien se trouvent la formes des numéraux « 8 » et « 100 » du dialecte de Bayan (Gong 2016), qui semblent avoir échappé à la loi de fortition *ry > rgy-.

L’article de Sangsrgyas Tshering (桑吉次力) sur le tibétain de Thebo (sa langue maternelle), que je me réjouis d’avoir publié dans les Cahiers de linguistique — Asie orientale, est à ce titre à mes yeux une contribution importantes à la linguistique tibétaine: il documente en effet un archaïsme remarquable et inattendu dans cette langue.

L’article porte principalement sur la mise en évidence d’une loi phonétique unique de ce dialecte: en Thebo, la préinitiale b-, lorsqu’elle est située avant une initiale sourde, voise cette dernière, comme on l’observe notamment dans la conjugaison de nombreux verbes transitifs, qui ont le préfixe b- au passé, comme par exemple « couper », qui au passé a une initiale dʒ- correspondant au groupe bc- du tibétain ancien:

進行體 /tʃeʔ/ གཅོད། ⟨gcod⟩ (現在時) -od : -eʔ
完成體 /dʒɛʔ/ བཅད། ⟨bcad⟩ (過去時) -ad : -ɛʔ
命令 /tʃʰeʔ/ ཆོད། ⟨chod⟩ (命令語氣) -od : -eʔ

Cette loi phonétique très étonnante, sans aucun équivalent dans les autres variétés de tibétain, ne fait pas de doute: on peut l’observer dans les données de Lin (2014), même si la loi n’est pas formulée dans cette publication. Cette loi phonétique implique que la préinitiale b- était bien voisée en tibétain ancien, même dans les groupes à initiale sourde. Comme les voisées du tibétain ancien deviennent des sourdes en initiale absolu, ce voisement a dû avoir lieu après le dévoisement des anciennes occlsuives sonores.

Le préfixe b- ne se trouve pas au passé des verbes à initiale labiale en tibétain classique. Ainsi, le verbe འབུབས་ ⁿbubs ཕུབ་ pʰub ཕུབ pʰub་ « couvrir (une maison d’un toit) » dont la racine est |pub| a un passé pʰub provenant selon Coblin (1976) d’un proto-forme *b-pub, avec dissimilation en *pub puis aspiration régulière.

En Thebo toutefois, on trouve plusieurs verbes à initiale labiale, dont le radical au présent et à l’impératif sont aspirés, et celui du passé est voisé, comme le montre les données suivantes (seule une partie est présente dans l’article; l’auteur a aimablement complété les paradigmes à ma demande pour ce billet):

présent: འབུབས་ ⁿbubs /pʰə/
passé: ཕུབ་ pʰub /bʊʔ/
impératif: ཕུབ pʰub /pʰʊʔ/ 蓋(房子)

présent: འབོགས་ ⁿbogs /pʰu/
passé: ཕོགས་ pʰogs /buʔ/
impératif: ཕོག་་ pʰog /pʰuʔ/ 卸(東西)

présent: འབིགས་ ⁿbigs /pʰə/
passé: ཕུག་ pʰug /bʊʔ/
impératif: ཕུགས་ pʰug /pʰʊʔ/ 穿(孔)

présent: ཕྲལ་་ pʰral /tʂiː/
passé: ཕྲལ་ pʰral /dʐɛː/
impératif: ཕྲོལ་་ pʰral /tʂiː/ 弄破

L’aspiration des formes du présent sont analogiques (de l’impératif et des verbes sans alternances de voisement). Le radical du présent provient d’une forme telle que *dprol avec vocalisme o pour expliquer l’alternance vocalique.

Le formes du passés en revanche ne sont pas explicables par analogie, mais ne peuvent pas non plus provenir directement des formes du tibétain classique listées ci-dessus. Sangsrgyas Tshering propose une idée très ingénieuse: le voisement serait la trace du *b- de passé dans ces verbes, qui avait été reconstruit dans ces formes par Coblin en 1976.

Ainsi:
*b-pug > *buk > bʊʔ
*b-pral > *bral > dʐɛː
etc.

Nous sommes ici face à un cas de confirmation à posteriori d’une reconstruction interne par des données sans rapport avec celle-ci, comme le cas des laryngales de l’indo-européen: Sangsrgyas Tshering est donc à Coblin ce que Kuryłowicz était à Saussure.

Cette découverte montre que les langues tibétiques non-littéraires, même celles qui ont une phonologie très innovatrices comme le Thebo, ont un rôle crucial à jouer non seulement pour la typologie des changements phonétiques, mais aussi pour la reconstruction du proto-tibétain. La documentation détaillée de toutes ces langues vulnérables est un impératif pour la discipline.

Références
Coblin, W. South. 1976. Notes on Tibetan Verbal Morphology. T’oung Pao 62. 45–70.
Hill, Nathan W. 2010. An Overview of Old Tibetan Synchronic Phonology. Transactions of the Philological Society 108(2). 110–125.
Gong Xun 2016. A Phonological History of Amdo Tibetan Rhymes. BSOAS, 79,2:347–374. https://www.academia.edu/27924827/A_Phonological_History_of_Amdo_Tibetan_Rhymes
Jacques, Guillaume 2009. Le développement du tibétain ancien -e- dans les dialectes occidentaux. EMSCAT. https://journals.openedition.org/emscat/1500
Lin, You-jing. 2014. Thebo. In Jackson T-S. Sun. Phonological Profile of Little-Studied Tibetic Varieties, 215–268. Taipei: Institute of Linguistics, Academia Sinica.
Sangsrgyas Tshering 桑吉次力 2020. 迭部藏語的“清音濁化”, Cahiers de Linguistique Asie Orientale 49(1):1–20.
Shafer, R. 1941 The Vocalism of Sino-Tibetan II, Journal of the American Oriental Society, 61, pp. 18-31
Tournadre, Nicolas. 2014. The Tibetic languages and their classification. In Thomas Owen Smith, & Nathan Hill (eds.), Trans-Himalayan linguistics, historical and descriptive linguistics of the Himalayan area, 105–130. Berlin: Mouton de Gruyter http://www.nicolas-tournadre.net/wp-content/uploads/multimedia/2014-The_Tibetic_languages.pdf

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain," Panchronica, 22/06/2020, https://panchr.hypotheses.org/3261 (ISSN 2494-775X)

Le kiranti est-il paraphylétique? (1)

Dans un article récent, Gerber et Grollmann (2018) passent en revue les innovations proposées par différents auteurs pour définir le groupe kiranti, et concluent que les arguments en faveur de la monophylie du kiranti ne sont pas décisifs.

Parmi les innovations qu’ils critiquent, notons ma proposition d’une loi phonétique *-a[tl] à *-ɛ[tl] en proto-kiranti (Jacques 2017:205), basée sur les exemples suivants:

A cette idée, Gerber et Grollmann (2018:217) apportent l’objection suivante:

Il est clair qu’il existe des *-at et et -al en proto-kiranti (qui deviennent -ɛt et -ɛl respectivement en kiranti), et que leur existence soulève une question pour mon hypothèse: soit il s’agit de mots empruntés, ou formés par suffixation de -t après le changement de *-a[tl] à *-ɛ[tl], soit il faut postuler en pré-proto-kiranti une voyelle distincte de *a dans ces mots.

Néanmoins, les données du lohorung discutées dans ce passage n’infirment en rien l’hypothèse que j’avais proposée. Le verbe |khɛt| « aller » du lohorung cité dans ces paragraphes correspond au khaling |kʰot| « aller », qui se reconstruit régulièrement comme *|kʰɑt| selon mon système (voir p.6). Le fait que le lohorung ait une rime -ɛt alternant avec -ar est une observation très intéressante, mais ce qu’elle montre est que (i) le *-ɑt du proto-kiranti devient -ɛt en lohorung , mais que par contre (ii) devant voyelle, où le -t- se lénifie en -r-, et où le *ɑ doit être en syllabe ouverte (le r devenant l’attaque de la syllabe suivante, comme en limbu |sɛt| tuer qui donne /sɛr-uŋ/ [sɛ.ruŋ] ‘je le tue(rai)’).

Cette question est complètement indépendante que celle du *-ɛt proto-kiranti, qui se confond avec *-et dans les langues autres que le le limbou. Comme le montrent les données de Gerber dans ce document de travail, le mewahang (et le lohorung) présente une voyelle /e/ dans le verbe « tuer », qui s’oppose au /ɛ/ provenant de *-at ou *-ɑt: « The mid-low front vowel ɛ contrasts with mid-high e, viz. seʔma ‘to kill’ vs. sɛʔma ‘to pull’ » (p.4). Le mewahang a donc subi des changements phonétiques similaires à celui du khaling: *-ɛt et *-at devenant respectivement /-et/ et /-ɛt/. Le conditionnement du second changement est légèrement différent, puisqu’en khaling le passage de *a à ɛ affecte tous les *a qui ne sont pas suivis d’une vélaire, y compris en syllabe ouverte, pas seulement ceux suivis de -t.

Un réel contre-exemple à mon hypothèse serait de trouver une langue kiranti où l’un des cognats des quatre verbes du tableau ci-dessus aurait préservé un vocalisme /a/: l’hypothèse ne porte pas sur un trait typologique (un changement *-at à *-ɛt, qui naturellement peut avoir lieu dans n’importe quelle région du monde) mais sur le fait que certains étymons kiranti ont une voyelle antérieure (ɛ en limbou et e dans les autres langues) correspondant à une voyelle ouverte ailleurs dans le famille.

Références
Gerber, Pascal et Selin Grollmann 2018. What is Kiranti? Bulletin of Chinese Linguistics, 11(2): 99-152. lien 1,lien 2
Jacques, Guillaume 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots, Folia Linguistica Historica 38. 177–215.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le kiranti est-il paraphylétique? (1)," Panchronica, 03/04/2020, https://panchr.hypotheses.org/3234 (ISSN 2494-775X)