Archives de catégorie : Billets

Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?

Le hmong-mien est peut-être l’une des familles d’Asie présentant le moins de trace de morphologie; néanmoins, la paire « tuer » (Mien tai5, pHM *təj C) et « mourir » (Mien tai6, pHM *dəj C, Ratliff 2010:210) montre sans ambiguïté non seulement que des alternances de voix ont dû exister, mais en plus qu’une parenté ancienne avec l’austronésien ne peut être exclue d’un revers de la main.

Je propose la paire suivante, qui me semble sémantiquement et phonologiquement assez plausible:

« sommeil, dormir », Mien pwei5, pHM *pwei C
« rêve, rêver », Mien bei5, pHM *mpei C

Ces deux étymons sont reconstructibles sans difficulté au proto-HM, et ne sont ni des emprunts au chinois, ni apparemment à aucune langue de la région. Ils partagent la même rime, le même ton et la même initiale, et ne diffèrent que par la prénasalisation (pour « rêver ») et la présence d’une médiane *-w- (pour « dormir »).

Pour le rapport entre « dormir » et « rêve », notons le cas du russe сон, сна (< *sup-no-) "sommeil, rêve", qui s'emploie dans la collocation видеть сон "rêver", le nom composé сновидение "rêve" et le dénominal сниться "rêver". On a de même en sanskrit une collocation du même type svapnam dṛś « rêver », et le dérivé duḥsvapna- « mauvais rêve ». J’ignore si la directionnalité inverse (« rêver » –> « dormir ») est possible.

Le problème pour relier ces formes est « simplement » une question de morphologie: comme la Wortbildung du HM n’est pas connue, la relation entre ces étymons peut se prêter à toutes sortes d’interprétations: la prénasalisation est assez probablement la trace d’un préfixe (dont la fonction est à déterminer, mais qui pourrait être dénominal), et la médiane *-w- dans « dormir » pourrait être la trace de labialité de la voyelle ou la consonne d’un préfixe (autrement dit, les deux formes seraient dérivées).

Ces observations sont condamnées à ne rester que des curiosités, à moins qu’un plus grand nombre de paires présentant des caractéristiques phonologiques et morphologiques similaires ne soient mises en évidence.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?," Panchronica, 19/06/2018, https://panchr.hypotheses.org/2262 (ISSN 2494-775X)

Le nom de la crinière en Hmong de Yejipo

Dans un billet écrit l’année dernière, j’avais mentionné le nom de la « crinière » pjoŋ A en hmong de 复员 Fuyuan / 野鸡坡 Yejipo (罗泊河 Luopohe) qui diffère de toutes les autres langues hmongiques, où l’on trouve un mot à initiale ts- emprunté au chinois 鬃 tsuwŋ de même sens. Tous les hmongistes analysent ce mot comme un réflexe irrégulier de l’emprunt chinois dans ce dialecte (c’est le cas par exemple de cette thèse récente) mais au vu de la correspondance pj– à ts– irrégulière et difficilement explicable (je reconnais que l’explication que j’ai proposée est assez contestable), cette comparaison est en fait assez improbable. Cette question n’est pas qu’un détail de la phonologie de hmong, et peut avoir des incidences sur la reconstruction du chinois (notamment la question de la présence ou non d’une présyllabe dans ce mot).

Une explication alternative serait que ce pjoŋ A n’aurait aucun lien avec le mot chinois et les emprunts de celui-ci dans les langues HM. Comme le hmong confond presque complètement les codas nasales *-m, *n, *-ŋ du proto-HM, il me semble possible de considérer qu’il s’agirait d’un emprunt au mot Kra-Dai pour les « cheveux », reconstruit comme *prɤm (A) par Pittayaporn (voir la discussion de ce mot aussi ici). Le passage de *-r- à -j- aurait pu être interne au hmong (comme je le précise dans le précédent billet, *Cr- passe à Cj- dans cette variété) ou bien avoir eu lieu dans la langue Kra-dai donneuse (par exemple le mak pjam¹ « cheveux »). Le seul problème est de trouver une langue kra-dai où ‘crinière’ se désigne effectivement par une expression telle que ‘chevelure de cheval’; ce n’est pas le cas en Zhuang standard, où un emprunt au chinois 鬃 tsuwŋ est employé, et je n’ai pu trouver une telle langue en fouillant rapidement dans les descriptions récentes de langues kra-dai, mais cette possibilité me semble mériter d’être considérée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom de la crinière en Hmong de Yejipo," Panchronica, 15/06/2018, https://panchr.hypotheses.org/2255 (ISSN 2494-775X)

L’un des noms du riz en ST

Laurent Sagart propose dans ce billet un étymon pour le riz domestiqué commun au sal, au dulong, au tani et au chepang (la forme dulong par exemple est am55). Cet nouvel étymon, qui semble se conformer à ce qui est connu des lois phonétiques et qui est présent dans des langues non contiguës géographiquement, est un bon candidat pour être un mot hérité de l’ancêtre commun de tous ces groupes.

La forme am55 rappelle le verb Khaling |ʔomt| « mûrir », qui peut s’employer à propos de céréales (voir ce dictionnaire, où nous l’avons traduit « ripen (of grains) »). Le -t se trouve dans un certain nombre de verbes déponents, dont certains impersonnels, une particularité partagée avec d’autres langues kiranties (voir cet article), et le o du khaling vient en partie d’une voyelle que je reconstruis *ɑ en proto-kiranti (voir ici) et ce verbe implique donc une racine verbale proto-kirantie *ʔɑm « mûrir » (dont il reste à trouver des cognats ailleurs en kiranti). Il est concevable qu’un terme désignant une céréale ait pu avoir été dérivé de cette racine, et je propose donc que l’étymon pour « riz » ci-dessus est une forme nominalisée de cette racine verbale. Si cette idée est valide, on devrait trouver des traces de cette racine verbale dans d’autres langues, y compris hors du kiranti.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’un des noms du riz en ST," Panchronica, 16/05/2018, https://panchr.hypotheses.org/2245 (ISSN 2494-775X)

La productivité des affixes en japhug

Les mots d’origine chinoise, voire l’intrusion de phrases complètes en chinois, sont assez communs dans le japhug tel qu’il est actuellement communément parlé, même par les meilleurs locuteurs. Si les emprunts en grande quantité sont un signe du déclin de la langue, il serait réducteur d’y voir seulement un motif de contrariété pour le linguiste qui étudie cette langue. En effet, les emprunts sont le terrain idéal pour étudier la productivité de la morphologie.

Les verbes empruntés au chinois (contrairement à ceux qui viennent du tibétain, qui sont entrés dans la langue à une époque plus ancienne) le sont comme des noms, et doivent subir une dérivation dénominale au moyen des préfixes – ou – pour être utilisés comme verbes. Les bases verbales résultantes peuvent ensuite servir d’entrée à l’application d’autres procédés morphologiques; lorsque c’est le cas, on obtient la garantie que le procédé en question est synchroniquement productif.

La phrase (1) que j’ai entendue hier (et notée avec précipitation dans mon cahier), illustre le verbe nɯ-guanxin, du chinois 关心 guānxīn « se préoccuper, prendre soin » préfixé du réfléchi ʑɣɤ– (à propos duquel voir cet article).

(1) thɯ-kɯ-wxti tɕe tu-kɯ-ʑɣɤ-nɯ-guanxin ɲɯ-ra
PFV-GENR:S/P-être.grand CONJ IPFV-GENR:S/P-REFL-DENOMINAL-se.préoccuper SENS-être.nécessaire
« Lorsque l’on vieilli, il faut prendre soin de soi-même. »

Cet exemple spontané démontre la productivité actuelle du préfixe ʑɣɤ– en japhug (que l’on pouvait déjà subodorer du fait du nombre considérable de verbes portant ce préfixe). Le verbe nɯ- étant transitif, et permettant des objets humains, il est possible de s’en servir pour tester la productivité d’autres préfixes, par exemple l’antipassif -, qui dérive le verbe intransitive sɤ-nɯ-guanxin « se soucier/prendre soin des gens ».

Même si ce mélange avec le chinois est regardé avec désapprobation par les locuteurs qui prononcent ces phrases eux-mêmes, ces exemples (en particulier lorsqu’ils proviennent de la parole spontanée) sont en fait précieux et méritent tout à fait leur place dans une grammaire de la langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La productivité des affixes en japhug," Panchronica, 04/05/2018, https://panchr.hypotheses.org/2238 (ISSN 2494-775X)

Japhug ɯ-mbrɤzɯ « le résultat »

Le nom japhug ɯ-mbrɤzɯ « résultat » est de toute évidence lié au tibétain ⁿbras « riz, fruit, résultat », mais la forme dissyllabique avec un –ɯ final était restée jusqu’ici inexpliquée. Je viens de trouver la réponse aujourd’hui: il s’agit tout simplement du tibétain ⁿbras.bu « résultat », avec un traitement *-zb- > -z- similaire à celui que l’on observe en Anlaut avec zɯxtɕʰɤl « cymbales » de sbug.tɕʰal — il serait aussi possible de supposer que le dialecte tibétain donneur avait déjà subi une assimilation entre le suffixe –bu et la syllabe précédente (voir cet article à propos des formes de ce suffixe), comme le suggèrent des mots tels que rɯlɯ « médicament en boulette » de ril.bu, mais cela impliquerait que le voisement du -s final se serait effectué en tibétain plutôt qu’en japhug.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Japhug ɯ-mbrɤzɯ « le résultat »," Panchronica, 28/04/2018, https://panchr.hypotheses.org/2221 (ISSN 2494-775X)

Toponymie et mythologie

Comme je l’ai mentionné dans un billet précédant, la recherche directe de mythologie pré-bouddhique dans la région Rgyalrong est assez décevante, car la majorité des histoires traditionnelles sont pan-tibétaines. Néanmoins, la toponymie contient des informations intéressantes. Actuellement à Mbarkham, je travaille en partie sur ce sujet actuellement.

Il existe à Kamnyu un endroit appelé Znɤrɣɤma, un toponyme purement japhug, en fait le participe oblique z– du verbe nɤrɣɤma « appeler la pluie », un verbe dénominal basé sur un composé *-rɣɤma (venant selon moi de tɯ-rɣi « graines, semences » et ta-ma « travail »), qui veut donc dire « l’endroit où l’on appelle la pluie ».

Voici l’explication qui est donnée de cette activité (et de ce lieu en particulier) dans un texte:
(1) tɯ-mɯ wuma ʑo tɤ-me tɕe,
Lorsqu’il n’y avait vraiment plus de pluie,
(2) tɕendɤre tshitsuku ɕ-ku-sɤ-nɯrtɕa-nɯ tɕe,
Les gens allaient (là-bas) pour faire des taquineries,
(3) fsaŋ ra ɕ-pjɯ-ta-nɯ,
ils y faisaient des fumigations,
(4) ɕ-pjɯ-rɟaʁ-nɯ nɯra tɕe,
ils y dansaient,
(5) tɕe tɯ-mɯ ku-sɯ-lɤt-nɯ pjɤ-ŋgrɤl.
et faisaient tomber la pluie.

La phrase (2) est assez cryptique. Le verbe ɕ-ku-sɤ-nɯrtɕa-nɯ « ils vont faire des taquineries », outre l’utilisation intéressante du mouvement associé ɕ- que je ne commenterai pas, est une forme antipassive en – du verbe transitif nɯrtɕa « taquiner, embêter ». J’ai eu aujourd’hui l’explication de cette forme: il s’agit en fait d’une manière détournée de faire référence aux dieux locaux (ʑɯβdaʁ, du tibétain gʑi.bdag) — cette phrase a été glosée par ʑɯβdaʁ ɕ-kú-wɣ-nɯrtɕa « on va taquiner les dieux locaux », la pluie étant le résultat du courroux de ces divinités (et non une faveur).

L’emploi de l’antipassif ici pourrait être dû à un tabou contre l’utilisation directe de termes désignant les divinités, une idée qui demande toutefois à être confirmée par davantage de données.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Toponymie et mythologie," Panchronica, 22/04/2018, https://panchr.hypotheses.org/2215 (ISSN 2494-775X)

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (3): Troubetskoï et l’indo-européen

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1, 2) et celui de Thomas Pellard (1, 2, 3 et 4).

Jean-Paul Demoule n’est pas le premier universitaire à mettre en doute l’existence d’une langue indo-européenne. Nikolaï S. Troubetskoï, linguiste principalement connu pour sa contribution fondamentale à la phonologie structuraliste (en particulier son ouvrage posthume Grundzüge der Phonologie), a aussi tenu une position similaire; il est d’ailleurs l’une des deux personnes auxquelles le livre est dédicacé (« à Vladimir Ivan-Pavlovitch pour des questions, à Nikolaï Sergueïevitch pour des réponses« ), et a manifestement été l’un des grands inspirateurs de J.-P. Demoule.

Troubetskoï est en effet l’auteur d’un article provocateur publié de façon posthume en 1939 intitulé Gedanken über das Indogermanenproblem, dont J.-P. Demoule cite une version antérieure parue en 1936 (pp.164-166), où l’on peut lire l’affirmation suivante (p. 82):

Es gibt also eigentlich gar keinen zwingenden Grund zur Annahme einer einheitlichen indogermanischen Ursprache, von der die einzelnen indogermanischen Sprachzweige abstammen würden. Ebenso gut denkbar ist, dass die Vorfahren der indogermanischen Sprachzweige ursprünglich einander unähnlich waren, sich aber durch ständigen Kontakt, gegenseitige Beeinflussung und Lehnverkehr allmählich einander bedeutend genahert haben, ohne jedoch jemals mit einander ganz identisch zu werden.

« Il n’existe en fait pas de raison contraignante d’accepter l’idée d’une proto-langue indo-européenne unifiée, de laquelle les branches indo-européennes individuelles proviendraient. Il est tout aussi imaginable que les prédécesseurs des branches indoeuropéennes étaient originellement distinctes, mais se sont rapprochées de façon significative progressivement par un contact constant, des influences réciproques et des emprunts, sans toutefois jamais devenir complètement identiques. »

Le plus étonnant dans cet article n’est pas tant le point de vue extrême cité ci-dessus, qui nie l’existence d’une langue proto-indo-européenne, mais de l’absence de réelle argumentation en faveur de cette hypothèse et de données présentées à son appui; il tente dans la suite de l’article de définir la famille indo-européenne sur la base de traits structuraux (comme la présence d’harmonie vocalique ou de marquage ergatif), essai infructueux comme l’a brillamment démontré Emile Benveniste dans son article La classification des langues (Problèmes de linguistique générale I, page 110), où il indique que le takelma, tel qu’il est décrit par Sapir, se conformait aux critères troubetskoïens de langue indo-européenne.

Il est manifeste que le point de vue de Troubetskoï n’a emporté l’adhésion d’aucun linguiste comparatisme. Par exemple, Ernst Pulgram (cité dans ce billet) dans un article pourtant polémique, mentionne en passant:

Let me first mention, and dispose of, the view (held by few, notably by Trubetzkoy, though perhaps only for a time and for the sake of argument) that there never was a Proto-Indo-European language, but that the similarity of the attested Indo-European idioms is due to progressive assimilation through constant and enduring contact with one another.

Néanmoins, l’opinion des spécialistes, si renommés et nombreux soient-ils, n’est pas un argument en soi contre le scénario historique esquissé par Troubetskoï. Le modèle troubetskoïen d’une convergence progressive entre langues originellement différentes, aussi iconoclaste soit-il, mérite d’être examiné de façon dépassionnée.

La première question qui doit être posée est si oui ou non des cas de langues mixtes, dont aussi bien le vocabulaire de base que l’ensemble de la morphologie (y compris les irrégularités) proviendraient de deux langues mères (ou plus). Ce point est assez contesté, mais il existe bien une poignée de langues, dont le michif (à propos duquel je recommande ce site), l’aléoute de Mednyj et le ma’a/mbugu, dont une partie significative du vocabulaire et base et la morphologie verbale proviennent de langues appartenant à deux langues de familles distinctes. Par exemple, l’essentiel des verbes et l’ensemble de la morphologie verbale du michif provient du cri des plaines et les noms et les adjectifs viennent du français canadien; toutefois, les verbes français « avoir » et « être » avec leur morphologie irrégulière ont été préservés et on trouve de la morphologie crise, en particulier l’obviatif –wa même sur les noms d’origine française.

Quand bien même on accepte la catégorie de « langue mixte », une observation s’impose: les cas de vraies langues mixtes sont non seulement très rares (entre 3 et 10 langues sur 6000), mais aussi tous très divergents les uns des autres (les lecteurs peuvent lire par eux-même l’article de Maarten Mous sur ma’a / mbugu plus haut pour voir à quel point il est « mixte » d’une façon très distincte du michif). Plutôt qu’à un type très minoritaire, on a affaire à des cas isolés et uniques, nés dans des circonstances sociales très spéciales et très différentes. Dans le cas du michif par exemple, cette langue provient d’une communauté de métis cri-français (avec aussi des personnes d’origine ojibwe, anglaise et écossaise) tous bilingues, qui ont volontairement créé une langue incompréhensible des monolingues français et des monolingues cris, et les locuteurs du michif n’ont jamais été monolingues dans cette langue.

De ce fait, il est complètement invraisemblable de suggérer que les ressemblances systématiques observées entre les langues indo-européennes anciennes, en particulier la présence de morphologie irrégulière commune, conformes aux correspondances phonétiques régulières observées dans le lexique, dans les noms et les verbes, pourrait s’expliquer par des modèles de type « michif » ou de type « ma’a ». Outre le fait qu’il est préférable en général de favoriser une hypothèse simple par rapport à une hypothèse complexe sans preuves contraignantes à supposer la seconde, si les ancêtres des branches de l’indo-européen provenaient effectivement de langues originellement mixtes, on devrait observer des ressemblances limitées à la morphologie ou à certaines parties du lexique (soit les verbes, soit les noms) et non réparties uniformément dans l’ensemble de la langue.

Troubetskoï propose donc un modèle pour expliquer les ressemblances entre langues qui exige de supposer une situation non observée parmi les langues actuelles (notons d’ailleurs qu’aucune des langues citées ci-dessus n’était décrite à l’époque où Troubetskoï écrivait). Il s’agit plus d’une vue de l’esprit à laquelle Troubetskoï ne croyait peut-être pas vraiment lui-même comme le suggère Pulgram, destinée à inciter un débat et une réflexion, plutôt que la réponse à une question controversée comme le comprend J.-P. Demoule.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (3): Troubetskoï et l’indo-européen," Panchronica, 17/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2185 (ISSN 2494-775X)

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1) et celui de Thomas Pellard (1, 2 et 3).

La « paléontologie linguistique » — la confrontation du vocabulaire reconstructible par la linguistique avec des données archéologiques, pour tenter de placer dans l’espace et le temps les locuteurs de proto-langues, est un sujet auquel J.-P. Demoule consacre un chapitre entier et qui fait l’objet d’une de ses 12 « antithèses » (p 597):

L’utilisation de la paléontologie linguistique débouche sur de nombreuses contradictions et apories, et sur des raisonnements circulaires.

Aux pages 530-2, il présente quelques observations soutenant selon lui l’idée que la paléontologie linguistique mènerait à une impasse. Minimisant la masse du vocabulaire et de la morphologie communes aux langues indo-européennes, en particulier en répétant l’affirmation fausse selon laquelle seule une racine serait commune à toutes les langues indo-européennes, il insiste sur le caractère trompeur du vocabulaire commun:

On connaît aussi la démonstration par l’absurde d’Ernest Pulgram à la même époque, qui, sur la foi des mots communs aux langues romanes, proposait de reconstruire une culture « proto-romane » ou « latine », domainée par des rois, des prêtres et des évêques, où l’on fumait du tabac, buvait de la bière et du café […]. En réalité, on le sait, tous ces mots, et ce qu’ils désignaient, sont apparus dans les langues romanes postérieurement à l’époque romaine. Mais encore faut-il disposer d’évidences [sic] textuelles.

On pourrait plaider que l’on sait que le café est un produit originaire d’Arabie, et que le mot (non indo-européen) est arrivé avec la chose.

La notion qui est singulièrement absente dans tout ce passage, ainsi que dans l’ensemble du livre, est celle de correspondance phonétique (connue de Pulgram mais ignorée par Demoule). En effet, sans même connaître l’origine du café et du tabac, et quand bien même le latin nous aurait été inconnu, il serait possible, en comparant les langues romanes, de remarquer que les correspondances phonétiques observées dans ces mots diffèrent de celles du vocabulaire hérité. Ainsi, le c– de l’espagnol devant a– correspond régulièrement à ch– en français (comme dans cantar et chanter), ce qui suffit à montrer (mais peut se confirmer par d’autres critères phonétiques et morphologiques) que la ressemblance entre le français café et l’espagnol cafe ne peut pas être due à un héritage commun. Si les lois phonétiques sont comprises (et comme l’a démontré Bloomfield pour l’algonquien, il n’est pas nécessaire pour cela de disposer d’une langue anciennement attestée), distinguer les emprunts les plus récents ne présente pas de difficulté; il est donc possible par cette méthode (dont l’application précise est très technique) de reconnaître, dans chaque langue indo-européennes (ainsi que dans les autres familles de langues dont la grammaire comparée est bien étudiée), les différentes couches d’emprunts, d’identifier leur sources et de leur donner une chronologie au moins relative, et ceci même pour les états préhistoriques pour lesquels nous ne disposons pas de textes.

Certes, même en connaissant les lois phonétiques, des cas d’emprunts indétectables et d’emprunts nativisés sont attestés, comme J.-M. List et moi-même l’avons illustré dans cet article. Néanmoins, ces cas sont nettement minoritaires et ne concernent guère que les noms.

Or, la paléontologie linguistique ne se limite pas à l’examen des noms reconstructibles (seuls des noms sont cités par J.-P. Demoule), mais aussi à celui des verbes, en général beaucoup moins empruntables. Dans cet article (le livre complet est accessible à cette adresse), R. Garnier, B. Sagot et L. Sagart discutent du rôle possible du lait dans l’expansion de la famille indo-européenne, et une part importante de leur argumentation porte sur la racine verbale *h2melǵ « traire » qui est solidement reconstructible en indo-européen non-anatolien; notons que les formes attestées sont trop dissemblables superficiellement aussi bien du fait des changements réguliers qu’ils ont subis que de leur structure morphologique pour pouvoir être des emprunts anciens nativisés ou des emprunts indétectables, et qu’il ne peut s’agir que de cognats.

La paléontologie linguistique représente un défi : ce domaine exige de synthétiser sans les édulcorer et les simplifier les données de l’archéologie et de la linguistique. Du fait de la quantité de connaissances requises, il est sans doute préférable que ce type de recherche soit effectué en équipe, combinant l’expertise de spécialistes de disciplines différentes, mais la difficulté de l’exercice ne signifie pas pour autant que ce domaine doive être abandonné. Négliger la paléontologie linguistique, comme le font trop d’indo-européanistes, me semble dommageable à la fois pour l’archéologie et la linguistique historique, disciplines sœurs qui ont tout à perdre d’une polémique simplificatrice.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2160 (ISSN 2494-775X)

La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque

Parmi les multiples fonctions de l’alternance de voisement en chinois archaïque, on trouve des exemples potentiels de nominalisation, que Baxter et Sagart (2014:55) reconstruisent comme *m- dans des exemples tels que 拄 *t(r)oʔ > ʈjuX ‘prop up, support (v.)’ ==> 柱 *m-t(r)oʔ > ɖjuX ‘pillar’(je convertis le chinois moyen dans la transcription APisée décrite ici). Des cognats potentiels de ce préfixe ailleurs en sino-tibétain existent, en particulier le ma– du Jinghpo dont j’ai parlé dans un autre billet; je suis en train de préparer un article qui traite (entre autre) de ce sujet.

Parmi les formes qu’ils donnent se trouve la paire suivante:

(1) 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ ‘weigh; evaluate; call’ ==> 稱 *mə-tʰəŋ-s > tɕʰiŋH ‘steelyard’;
Il n’y a pas de trace de voisement en chinois moyen, mais la reconstruction d’un préfixe nasal est assurée par le Hmong-Mien. B/S citent le proto-pHM *nthju̯əŋH, et la forme est bien attestée par exemple en mien de Jiangdi dzjaŋ5 ‘balance’ (le ton de série haute indique bien une initiale de type *N-t(sʰ), voir ce billet).

Néanmoins, si la présence d’une présyllabe nasale n’est guère problématique, son interprétation ici comme préfixe de nominalisation l’est. Outre le fait que le nom ‘balance’ est au qusheng, processus bien connu de nominalisation), si l’on recherche dans le dictionnaire mien de Mao Zongwu (1992:167), on peut trouver le verbe dzjaŋ1 « peser » (un exemple de phrase nous assure que c’est la bonne traduction de 称), qui doit refléter le verbe 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ dans la même couche de vocabulaire. Cette forme implique que le verbe aussi avait une présyllabe nasale, et sa reconstruction correcte dans le système B/S serait donc *mə-tʰəŋ. Cet exemple illustre à la fois l’importance du hmong-mien pour le chinois, et l’urgence d’une étude systématique des emprunts chinois anciens au moins en mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque," Panchronica, 01/02/2018, https://panchr.hypotheses.org/2129 (ISSN 2494-775X)

Jinghpo wànhkùt « fumée »

Le nom jinghpo wànhkùt « fumée » est un composé comprenant le nom wàn « feu » (l’une des innovations définitoires du groupe sal) et une syllabe -hkùt vraisemblablement apparentée à la racine que l’on trouve un peu partout dans la famille, par exempleen japhug tɤkhɯ avec un préfixe tɤ- qui est probablement un préfixe possessif indéfini de nom inaliénablement possédé fossilisé (noter les verbes dérivés ɣɤkhɯ « être enfumé » et sɤkhɯ « fumer »)

Comment expliquer la coda -t dans le jinghpo -hkùt ? Il est évident qu’une solution phonologique ne s’impose pas, et qu’il s’agit d’un suffixe. Or, il existe un verbe hkú traduit dans le dictionnaire de Dai et al. comme « 熏 » (le seul exemple donné est wànhkùt hkú « 烟熏 », ce qui suggère qu’il s’agit d’un verbe intransitif « enfumer »). La syllabe -hkùt est donc très vraisemblablement un dérivé nominal de ce verbe (même si je n’explique pas la différence de ton), avec un suffixe -t cognat du -d de nominalisation bien connu du tibétain (à propos duquel voir les exemples dans cet article, comme nad ནད་ « maladie » de na ན་ « malade »). Ce n’est donc qu’un cognat indirect de la forme japhug, passé par un stade verbal.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jinghpo wànhkùt « fumée »," Panchronica, 29/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2124 (ISSN 2494-775X)

La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)

Dans le billet d’hier, j’ai soulevé les problèmes que pose l’hypothèse selon laquelle l’alternance tonale dans certains verbes causatifs en jinghpo serait due à un préfixe sigmatique causatif. Explorons une hypothèse alternative. On remarque que dans les exemples suivants, les verbes ont tous une coda sonante (-i compte comme une coda, -oi n’est pas une diphtongue monophonémique):

(1)
rōng “在” , róng “使在、关”
yām “当(奴隶)” , yám “使当(奴隶)”
nōi “挂着” , nói “挂上”

Or, il existe un nombre conséquent de verbes ayant une trace du suffixe -t applicatif (voir cet article pour des exemples en kiranti):

(2)
màlāng “直” , màlán “使直”
màdī “湿” , màdìt “使湿”
shàmū “动” , shàmòt “使动”
lùng “上(山)”, lún “往高处放东西”

On observe qu’avec les verbes à syllabe ouverte, on ajoute simplement un -t (avec un changement vers le ton 31 dans le cas de ‘bouger’), et que les verbes à consonne finale -ng voient celle-ci devenir -n, par un stade *-ŋt > *-nt > -n (comme en khaling, dans l’article cité ci-dessus). Ces verbes développent un ton haut dans leur forme causative.

Si l’on admet maintenant qu’avec les sonantes autres que -ŋ, le suffixe applicatif dental ne cause pas d’assimilation (c’est le cas en khaling, où seul -ŋ est affecté), mais qu’il produit néanmoins l’alternance tonale vers le ton haut 55, il devient possible de considérer les exemples yám et nói en (1) comme un sous-groupe de (2). Le cas de róng “使在、关” est plus compliqué: celui-ci devrait être une extension analogique de l’alternance tonale sans changement segmental, basé sur des verbes tels que yám et nói. Cette hypothèse est un moindre mal par rapport aux problèmes que pose l’analyse de cette alternance tonale comme provenant d’un préfixe causatif. Alternativement, comme on note qu’en khaling le paradigme des verbes en -ŋt fait intervenir des alternances synchroniques entre -nd- et -ŋ- (voir les paradigmes complets dans cet article), de telles alternances peuvent se régulariser aussi bien comme -nd- ~ -nd- que comme -ŋ- ~ -ŋ- (voire même -ŋd- ~ -ŋd-), ce qui expliquerait, pour ce verbe, la combinaison de la trace tonale du suffixe d’applicatif avec l’absence d’assimilation.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)," Panchronica, 28/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2119 (ISSN 2494-775X)

La causativisation par changement tonal en jinghpo

Le jinghpo fait partie des langues dont le préfixe causatif sigmatique a de nombreux allomorphes, et est resté productif (Stephen Morey le dit d’ailleurs explicitement dans sa grammaire du Turung).

On trouve quelques verbes à initiale sonante ayant une forme causative au ton haut 55 (Dai et al 1990:79; je garde ses gloses):

rōng “在” , róng “使在、关”
yām “当(奴隶)” , yám “使当(奴隶)”
nōi “挂着” , nói “挂上”

L’expérience des dialectes tibétains pourrait suggérer que les formes au ton haut ont développé celui-ci suite à la chute du préfixe sigmatique, toujours attesté dans certaines formes (sha-, ja- etc). Néanmoins, cette solution soulève deux problèmes:

(1) Il est possible pour des verbes à initiale sonante d’avoir un causatif régulier en sha-, comme mān “习惯” => shà-màn “使习惯”. Ce problème est minime, car on peut supposer que les forme régulières ont été créées analogiquement.
(2) Si l’on suppose qu’il existait un allomorphe du préfixe causatif sans voyelle devant les sonantes (comme c’est le cas du z- en japhug, voir par exemple cet article), il faut noter que pour les mots en r-, on attendrait un traitement *sr- > ts- comme celui de tsí’ « pou » (cf japhug zrɯɣ). Le fait que l’alternance est tonale et non segmentale suggère que s’il faut bien supposer un *sr- à une certaine étape de la proto-langue, ce groupe aurait été conçu à un époque où les *sr- primaires avaient déjà commencé à subir la chaîne de changements donnant ts-).

Notons au passage que l’absence de ton haut dans le mot gayà’ “害羞” discuté dans ce billet suggère que le y- ne doit pas s’explique comme un ancien groupe *sj-, et que le z- du japhug tɤzraʁ « honte » doit s’expliquer comme un préfixe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La causativisation par changement tonal en jinghpo," Panchronica, 27/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2115 (ISSN 2494-775X)

Les relatives à tête interne peuvent-elles être non-restrictives?

Les travaux de linguistique typologique ont noté de nombreuses contraintes sur les relatives à tête interne, en particulier concernant la définitude de l’élément relativisé et le caractère restrictif de ces relatives.

En japhug, comme je l’ai mentionné dans ce billet, les relatives à tête interne sont très courantes. Voici un passage qui me semble un exemple potentiel de relative à tête interne non-restrictive:

(1) tɕe ɲɯ-mɯnmu nɤ ɲɯ-mɯnmu tɕe tɕe, nɯ ɯ-ŋgɯ ɴɢoɕna kɯ-rɤʑi nɯ kɯ pjɯ-mtshɤm tɕe, tɕe chɯ-nɯɬoʁ tɕe ku-ndɤm ɲɯ-ŋu.

‘La proie se débat (bouge et bouge sans arrêt), et l’araignée, qui se trouve dans (la toile), sent (les vibrations), sort et l’attrape. » (pangloss)

La relative en question est glosée en (2); c’est une relative participiale dont la tête, ɴɢoɕna « araignée » est bien interne, comme le montre le complément locatif nɯ ɯ-ŋgɯ « à l’intérieur » qui appartient à la relative.
(2) [nɯ ɯ-ŋgɯ ɴɢoɕna kɯ-rɤʑi] nɯ kɯ pjɯ-mtshɤm tɕe
DEM 3SG.POSS-intérieur araignée NMLZ:S/A-rester DEM ERG IPFV-entendre LNK
« l’araignée, qui se trouve dans (la toile), le sent. »

Ici, le contexte montre qu’il doit s’agir d’une non-restrictive — il ne s’agit pas d’ajouter à l’araignée une caractéristique la distinguant des autres (« l’araignée qui reste dedans »), mais plutôt l’apposition d’une information supplémentaire la concernant.

La seule analyse alternative possible serait une apposition nɯ ɯ-ŋgɯ ɴɢoɕna « l’araignée à l’intérieur », kɯ-rɤʑi « celle qui s’y trouve », mais cette analyse semble forcée. Si (2) est un véritable exemple de relative à tête interne non-restrictive, il doit s’en trouver d’autres dans le corpus, que seule une recherche patiente permettra de mettre au jour.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les relatives à tête interne peuvent-elles être non-restrictives?," Panchronica, 23/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2108 (ISSN 2494-775X)

Retour sur *sr- et *j-

Dans ce billet, j’avais soulevé le problème de la correspondance entre le *sr- le mot « honte » dans certaines langues (Japhug tɤ-zraʁ, nɤzraʁ etc) face au *j- observé en jinghpo gayà’ 害羞 et au hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II (z- vient de *j-).

Or si l’on oublie la comparaison avec le chinois 色 ʂik qui il faut bien le reconnaître est contestable, les langues ayant *sr- dans cet étymon appartiennent toutes à la branche birmo-qianguique.

Je propose donc l’idée suivante: le pré-birmo-qianguique avait une initiale *sj-, qui a subi une Verschärfung en *sr-, se confondant avec les anciens *sr-, comme le traitement du proto-sioux *y- en omaha dans les groupes de consonnes (*y- ne se confond pas avec *r- comme consonne simple, mais *wy- donne bð- ou br- dans les langues dhegiha comme *wr-). Pour rendre compte des formes jinghpo et kuki-chin, on peut supposer soit (i) que *sj- donne j- dans ces langues (ii) que *sj- en birmo-qianguique contient un préfixe *s- (mais il faudrait l’identifier, ce qui n’est pas évident).

Il existe bien sûr des groupes sj- et zj- en japhug et ailleurs, mais il s’agit soit d’idéophones, soit de mots à préfixe z-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Retour sur *sr- et *j-," Panchronica, 22/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2104 (ISSN 2494-775X)

Le verbe « donner » en jinghpo

Le verbe « donner » en jinghpo yā [ja33] (qui a de nombreuses fonctions dans cette langue, voir par exemple cet article) est rapproché par le STEDT d’un certain nombre de formes dans d’autres langues sal, en kham et en thulung, comparaisons sur lesquelles je ne préfère pas me prononcer pour le moment. En revanche, il me semble possible de rapprocher ce verbe du chinois 與 joX, reconstruit par Baxter et Sagart (2014) comme *m-q(r)aʔ, donc avec initiale non-latérale — il pensent en particulier que ce mot est étymologiquement distinct de son homophone en chinois moyen 予 joX qui aurait eu une latérale *laʔ. Comme je l’ai déjà expliqué dans cet article, si je suis d’accord avec l’idée que tous les j- (喻四) du chinois ne proviennent pas de latérales, lorsque des mots ayant cette initiale en chinois correspondent à des étymons ayant un j- dans une langue où les j- n’ont pas d’origines alternatives diverses (comme le Limbu où *r- devient j-), il est plus vraisemblable d’admettre que le chinois avait des *j- primaires dans ces mots, même si les données internes aux chinois ne sont pas claires.

Le verbe 與 joX pourrait être un nouvel exemple (outre la série de 羊癢祥 discutée dans cet article) de *j- primaire en chinois — ce qui n’exclut pas la possibilité que des uvulaires voisées soient la troisième origine du chinois moyen j-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe « donner » en jinghpo," Panchronica, 19/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2100 (ISSN 2494-775X)