Archives de catégorie : Actualités / News

Un cas de plagiat en syntaxe du chinois

Dans billet qui vient juste de paraître, Lai Yunfan documente un cas de plagiat avéré dans une thèse de doctorat parue en 2018 (Yu 2018) portant sur les constructions disposales (处置式) dans les langues sinitiques. La victime de ce plagiat est ma collègue Hilary Chappell de l’EHESS: en effet, plusieurs sections de cet article y ont été intégralement traduites, et présentées comme un travail original.

Même à titre de traduction des travaux d’Hilary Chappell, ce plagiat pêche par des erreurs grossières, dont l’une des plus amusantes, parmi celles que relève Yunfan, est sans doute la traduction de « Thai (language) » (en chinois 泰语) par 秦语 qínyǔ, une erreur due à la ressemblance graphique entre les caractères 泰 et 秦, malgré une absence de proximité phonétique.

Certains commentateurs du billet suggèrent d’ailleurs que la personne dont le nom apparaît comme auteur de la thèse a payé quelqu’un sur internet pour effectuer cette traduction à sa place, et que le traducteur y a laissé des erreurs exprès.

Néanmoins, il semble que le crime a payé, puisque la plagiaire a obtenu son doctorat à l’université normale de Wuhan (notons que le directeur n’a pas dû lire ce document, ou qu’il manque de familiarité avec son propre domaine de recherche), et a réussi à trouver un poste dans une université normale du Hubei (湖北第二师范学院), immédiatement après sa thèse, ainsi que des financements de projets de recherches.

Des affaires de ce type sont malheureusement monnaie courante dans certains milieux du monde universitaire chinois. Une personne que je ne nommerais pas a d’ailleurs fait pression sur Lai Yunfan pour qu’il supprime au plus vite son billet, sous la menace de représailles. Lai Yunfan n’a pas cédé à ces menaces, mais a néanmoins enlevé le nom de la plagiaire et de l’université dans son billet, afin de ne pas causer un tort involontaire à Hilary Chappell et aux autres membres de notre centre de recherches.

Acculée, la plagiaire a contacté (par un message privé) une des doctorantes d’Hilary Chappell pour s’excuser, dans l’espoir que la page soit tournée le plus vite possible. Néanmoins, l’auteur de cette thèse et son directeur (汪国胜) ne devraient-il pas reconnaître publiquement cette faute déontologique, et prendre les dispositions qui s’imposent?

Selon moi, un directeur de thèse a la responsabilité directe des travaux de ses doctorants: plus encore que la plagiaire, c’est lui qui est fondamentalement à blâmer dans cette affaire.

Références
Chappell, H. (2013). Pan-Sinitic Object Marking: Morphology and Syntax. Breaking Down the Barriers: Interdisciplinary Studies in Chinese Linguistics and Beyond.​ Taipei: Academia Sinica, 785-816.
Yu Le 余乐 2018. 《汉语方言处置范畴比较研究》华中师范大学 lien

Thèse de Zhang Shuya sur le situ de Bragbar

Zhang Shuya 章舒娅 a soutenu vendredi 6 novembre 2020 sa thèse de doctorat intitulée Le rgyalrong situ de Brag-bar et sa contribution à la typologie de l’expression des relations spatiales : L’orientation et le mouvement associé devant un jury comprenant ses directeurs (Christine Lamarre et moi-même), Alexis Michaud, Nathan Hill, Antoine Guillaume et Françoise Robin. Lai Yunfan a déjà écrit une présentation détaillée de cette thèse sur ce blog; elle a par ailleurs été lauréate du prix jeune chercheur de la fondation des Treilles.

Même si le situ est l’une des premières langues rgyalrong à avoir été décrite, la variété de Bragbar se distingue fortement des dialectes précédemment étudiés, comme le cogtse, notamment par la richesse de sa système d’alternances, sujet qui a fait déjà l’objet de cet article.

Zhang Shuya est la dernière en date des « Jung-rgyalrongologen » à soutenir sa thèse, qui fait suite à celles de Lai Yunfan sur le khroskyabs et de Gong Xun sur le zbu. Elle comprend une description générale de l’ensemble de la langue, suivie d’une étude plus approfondie de l’orientation et du mouvement associé. C’est d’ailleurs, comme l’a indiqué Antoine Guillaume pendant la soutenance, la première thèse à avoir le terme « mouvement associé » dans son titre.

Si cette thèse a beaucoup bénéficié de l’environnement de travail à l’INaLCO et au CRLAO, et de l’émulation des autres doctorants, en particulier Lai Yunfan, c’est un travail dont la qualité démontre le caractère collaboratif et cumulatif de la recherche en linguistique. Il ne s’agit pas en effet d’une simple application scolaire des travaux précédents, mais d’une recherche de grande envergure et d’une réelle originalité.

Étant donnée la taille de la thèse, je vais illustrer les contributions de Zhang Shuya à la linguistique rgyalronguique et à la typologie morphosyntaxique, en restreignant la discussion à trois points particuliers concernant le mouvement associé.

Premièrement, concernant le degré d’intégration du mouvement et de l’action (p.567), Zhang Shuya montre dans l’exemple (645) que contrairement à ce que l’on savait concernant le japhug, en situ de bragbar l’emploi du cislocatif au perfectif n’implique pas que le mouvement ET l’action du verbe soient tous deux achevés, mais simplement le premier.

(645) nəɟə̂ thə̂ nə-ɟɐ-ˈtə-va-n ?
2sg quoi pfv:aval-cisloc-2-faireII-2sg
Qu’est-ce que tu es venu faire?

Malgré mon scepticisme lorsque Zhang Shuya m’a montré cet exemple, j’ai dû me rendre à l’évidence que le mouvement associé en situ est très différent de celui du japhug, où le sens de (645) ne pourrait être exprimé que par un verbe de mouvement avec complément de but. Cette découverte illustre d’une part que le paramètre du degré d’intégration du mouvement n’est pas essentiel à la définition du mouvement associé, qu’il n’est pas stable diachroniquement, et qu’au sein d’un même système de mouvement associé, tous les marqueurs ne fonctionnement pas nécessairement de la même façon: en effet, dans le cas du translocatif, il n’est pas possible de séparer ainsi la réalisation du mouvement et de l’action du verbe en bragbar (voir aussi cet article). La dissymétrie entre cislocatif et translocatif n’avait jamais été illustrée de façon aussi claire auparavant.

Deuxièmement, Zhang Shuya montre également (p.587) qu’au sein des dialectes situ, on observe à la fois une évolution diachronique d’un marqueur de mouvement associé translocatif à un marqueur d’orientation non-spécifiée (en bragbar), ainsi que l’évolution inverse (en cogtse), ce qui réfute l’idée d’une unidirectionnalité dans l’évolution des systèmes de mouvement associé de d’orientation.

Troisièmement, on observe en bragbar une fusion entre mouvement associé et préfixes d’orientation dans le cas du préfixe composé ɕo- (p.592) très inattendue que Zhang Shuya analyse avec raison comme résultant d’un ordonnancement irrégulier mouvement MA-orientation, inverse de celui qui est général dans la langue, mais identique à celui que l’on trouve en rgyalrong du nord, ce qui a naturellement des implications importantes pour la linguistique historique.

Des cas similaires de contributions très spécifiques peuvent se trouver dans l’ensemble de la thèse.

Par ailleurs, le travail de Zhang Shuya ne se limite pas à sa thèse, puisqu’elle a d’une part enregistré et transcrit un corpus de 48 heures, qui a vocation à être conservé dans la collection Pangloss, et qu’elle se consacre à des projets de recherches sur les systèmes de parentés (Zhang et Fan à paraître) et sur l’ethnobotanique.

Références
Jacques, Guillaume, Aimée Lahaussois, and Shuya Zhang Forthcoming. Associated motion in Sino-Tibetan, with a focus on Gyalrongic and Kiranti. In Guillaume, Antoine and Harold Koch (eds.), Associated Motion. Moutonde Gruyter.
Koch, Harold 1984. The category of « Associated Motion » in Kaytej.Languages in Central Australia (1) : 23–24.
Zhang, Shuya and Jingming Fan (à paraître). Brag-bar kinship system in synchronic and diachronic perspectives. Bulletin of the School of Oriental and African Studies.

Les voisées du mien et la reconstruction de la prénasalisation en chinois archaîque

Mon premier article sur la phonologie du hmong-mien vient de paraître dans la revue JSEALS. Dans ce travail, j’étudie systématiquement les couches d’emprunts du chinois en mien de Jiangdi dans lesquelles les obstruentes sourdes du chinois moyenne correspondent à des voisées (provenant pour l’essentiel d’anciennes prénasalisées), et propose quelques révisions aux reconstructions de Baxter et Sagart (2014). Cet article reprend certaines idées des billets suivants de ce blog: 1694, 2129, 2262 et 2227.

Commme le site de la maison d’édition ne permettait pas d’inclure de fichier supplémentaire, je joins à ce billet l’annexe de cet article. Ce fichier inclut les exemples que j’ai trouvé dans le dictionnaire de Mao (1992), mais aussi ceux que l’on peut identifier parmi la liste d’emprunts fournis par Downer en annexe de son article de 1973.

Des études similaires sur d’autres variétés de hmong-mien, en particulier les langues hmonguiques, seraient très précieuses pour évaluer la proportion de ces mots qui est reconstructible au proto-hmong-mien, et celle qui est plus tardive.

Références
Baxter, William H. & Laurent Sagart. 2014.Old Chinese: a new reconstruction. Oxford: Oxford University Press.
Downer, Gordon B. 1973. Strata of Chinese loanwords in the Mien dialect of Yao. Asia Major 18.1:1–33
Mao, Zongwu. 1992. Hàn-yáo cídiǎn (miǎnyǔ) 汉瑶词典(勉语) [A Chinese-Mien Dictionary]. Chengdu: Sichuan minzu chubanshe

Le verbe ‘écrire’ en brokpa

Le brokpa (འབྲོག་པ་ ⁿbrog.pa) est une langue tibétique du Bhoutan, qui, comme son nom l’indique, d’une part est parlée par des nomades et d’autre part préserve le groupe br- du tibétain ancien.

Cette langue est l’objet du dernier numéro de la revue Himalayan Linguistics. Dans l’une des contributions, les auteurs
notent que le verbe écrire ɖi (p.44), dont la forme de dictionnaire en tibétain classique est འབྲི་ ⁿbri, ne soit pas †bri comme on pourrait s’y attendre, mais a une occlusive rétroflexe comme s’il s’agissait de *dri. Ils en concluent qu’il s’agit d’un emprunt au Dzongkha ou a une autre langue tibétique. Si cette hypothèse ne peut pas être exclue, une autre possibilité doit néanmoins être prise en compte: il pourrait s’agir de la préservation de l’ancien présent འདྲི་ ⁿdri, dont འབྲི་ ⁿbri est la forme analogisée (Hill 2005). On s’attendrait en fait en brokpa à une alternance entre ɖi au présent et †bri au passé (de བྲིས་ bris) si l’on applique les lois phonétiques régulières, mais ce dialecte a peu d’alternances de radical, et il ne serait pas surprenant qu’il ait généralisé le présent.

Il est donc possible que cette langue, l’une des rares de la région a préserver l’opposition entre br- et dr-, a aussi préservé une forme de présent héritée du tibétain ancien; ce serait un archaïsme remarquable, car ni le tibétain de l’ouest (balti-ladakhi) ni l’amdo n’ont préservé la forme non-analogique.

Références
Rüfenacht, Sara et Waldis, Sereina 2020. Diachronic and areal aspects of Brokpa phonology, Himalayan Linguistics 19(1): 42-53.
Hill, Nathan W. (2005) ‘The verb ‘bri ‘to write’ in Old Tibetan’. Journal of Asian and African Studies, (68), pp 177-182.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe ‘écrire’ en brokpa," Panchronica, 24/08/2020, https://panchr.hypotheses.org/3275 (ISSN 2494-775X)

Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain

En dialectologie tibétaine, le tibétain ancien (ou même simplement le tibétain classique sous sa forme écrite) est souvent pris par défaut comme l’ancêtre commun des langues tibétiques modernes (Tournadre 2014). Or, de la même façon que le latin classique n’est pas l’ancêtre exact des langues romanes modernes (voir notamment cet article pour des exemples de formes romanes qui ne sont pas dérivables du latin classique), il est reconnu qu’assimiler le tibétain impérial ou le tibétain littéraire postérieur au proto-tibétain est une simplification outrancière, et que l’on ne peut exclure l’hypothèse que certaines distinctions phonologiques des dialectes non-représentées dans l’écritures puissent potentiellement être archaïques (Hill 2010, Tournadre 2014).

Néanmoins, la recherche de traits plus archaïques que le tibétain ancien dans les langues tibétiques modernes a été jusqu’ici peu fructueuse. Shafer (1941) avait par exemple proposé que les dialectes tibétains de l’ouest (ladakhi-balti) avaient préservé une opposition phonologique entre *e et *ia confondus en tibétain ancien, mais cette idée s’est révélée basée sur une analyse incorrecte des données (Jacques 2009). Parmi les indices les plus clairs de formes plus archaïques que le tibétain ancien se trouvent la formes des numéraux « 8 » et « 100 » du dialecte de Bayan (Gong 2016), qui semblent avoir échappé à la loi de fortition *ry > rgy-.

L’article de Sangsrgyas Tshering (桑吉次力) sur le tibétain de Thebo (sa langue maternelle), que je me réjouis d’avoir publié dans les Cahiers de linguistique — Asie orientale, est à ce titre à mes yeux une contribution importantes à la linguistique tibétaine: il documente en effet un archaïsme remarquable et inattendu dans cette langue.

L’article porte principalement sur la mise en évidence d’une loi phonétique unique de ce dialecte: en Thebo, la préinitiale b-, lorsqu’elle est située avant une initiale sourde, voise cette dernière, comme on l’observe notamment dans la conjugaison de nombreux verbes transitifs, qui ont le préfixe b- au passé, comme par exemple « couper », qui au passé a une initiale dʒ- correspondant au groupe bc- du tibétain ancien:

進行體 /tʃeʔ/ གཅོད། ⟨gcod⟩ (現在時) -od : -eʔ
完成體 /dʒɛʔ/ བཅད། ⟨bcad⟩ (過去時) -ad : -ɛʔ
命令 /tʃʰeʔ/ ཆོད། ⟨chod⟩ (命令語氣) -od : -eʔ

Cette loi phonétique très étonnante, sans aucun équivalent dans les autres variétés de tibétain, ne fait pas de doute: on peut l’observer dans les données de Lin (2014), même si la loi n’est pas formulée dans cette publication. Cette loi phonétique implique que la préinitiale b- était bien voisée en tibétain ancien, même dans les groupes à initiale sourde. Comme les voisées du tibétain ancien deviennent des sourdes en initiale absolu, ce voisement a dû avoir lieu après le dévoisement des anciennes occlsuives sonores.

Le préfixe b- ne se trouve pas au passé des verbes à initiale labiale en tibétain classique. Ainsi, le verbe འབུབས་ ⁿbubs ཕུབ་ pʰub ཕུབ pʰub་ « couvrir (une maison d’un toit) » dont la racine est |pub| a un passé pʰub provenant selon Coblin (1976) d’un proto-forme *b-pub, avec dissimilation en *pub puis aspiration régulière.

En Thebo toutefois, on trouve plusieurs verbes à initiale labiale, dont le radical au présent et à l’impératif sont aspirés, et celui du passé est voisé, comme le montre les données suivantes (seule une partie est présente dans l’article; l’auteur a aimablement complété les paradigmes à ma demande pour ce billet):

présent: འབུབས་ ⁿbubs /pʰə/
passé: ཕུབ་ pʰub /bʊʔ/
impératif: ཕུབ pʰub /pʰʊʔ/ 蓋(房子)

présent: འབོགས་ ⁿbogs /pʰu/
passé: ཕོགས་ pʰogs /buʔ/
impératif: ཕོག་་ pʰog /pʰuʔ/ 卸(東西)

présent: འབིགས་ ⁿbigs /pʰə/
passé: ཕུག་ pʰug /bʊʔ/
impératif: ཕུགས་ pʰug /pʰʊʔ/ 穿(孔)

présent: ཕྲལ་་ pʰral /tʂiː/
passé: ཕྲལ་ pʰral /dʐɛː/
impératif: ཕྲོལ་་ pʰral /tʂiː/ 弄破

L’aspiration des formes du présent sont analogiques (de l’impératif et des verbes sans alternances de voisement). Le radical du présent provient d’une forme telle que *dprol avec vocalisme o pour expliquer l’alternance vocalique.

Le formes du passés en revanche ne sont pas explicables par analogie, mais ne peuvent pas non plus provenir directement des formes du tibétain classique listées ci-dessus. Sangsrgyas Tshering propose une idée très ingénieuse: le voisement serait la trace du *b- de passé dans ces verbes, qui avait été reconstruit dans ces formes par Coblin en 1976.

Ainsi:
*b-pug > *buk > bʊʔ
*b-pral > *bral > dʐɛː
etc.

Nous sommes ici face à un cas de confirmation à posteriori d’une reconstruction interne par des données sans rapport avec celle-ci, comme le cas des laryngales de l’indo-européen: Sangsrgyas Tshering est donc à Coblin ce que Kuryłowicz était à Saussure.

Cette découverte montre que les langues tibétiques non-littéraires, même celles qui ont une phonologie très innovatrices comme le Thebo, ont un rôle crucial à jouer non seulement pour la typologie des changements phonétiques, mais aussi pour la reconstruction du proto-tibétain. La documentation détaillée de toutes ces langues vulnérables est un impératif pour la discipline.

Références
Coblin, W. South. 1976. Notes on Tibetan Verbal Morphology. T’oung Pao 62. 45–70.
Hill, Nathan W. 2010. An Overview of Old Tibetan Synchronic Phonology. Transactions of the Philological Society 108(2). 110–125.
Gong Xun 2016. A Phonological History of Amdo Tibetan Rhymes. BSOAS, 79,2:347–374. https://www.academia.edu/27924827/A_Phonological_History_of_Amdo_Tibetan_Rhymes
Jacques, Guillaume 2009. Le développement du tibétain ancien -e- dans les dialectes occidentaux. EMSCAT. https://journals.openedition.org/emscat/1500
Lin, You-jing. 2014. Thebo. In Jackson T-S. Sun. Phonological Profile of Little-Studied Tibetic Varieties, 215–268. Taipei: Institute of Linguistics, Academia Sinica.
Sangsrgyas Tshering 桑吉次力 2020. 迭部藏語的“清音濁化”, Cahiers de Linguistique Asie Orientale 49(1):1–20.
Shafer, R. 1941 The Vocalism of Sino-Tibetan II, Journal of the American Oriental Society, 61, pp. 18-31
Tournadre, Nicolas. 2014. The Tibetic languages and their classification. In Thomas Owen Smith, & Nathan Hill (eds.), Trans-Himalayan linguistics, historical and descriptive linguistics of the Himalayan area, 105–130. Berlin: Mouton de Gruyter http://www.nicolas-tournadre.net/wp-content/uploads/multimedia/2014-The_Tibetic_languages.pdf

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain," Panchronica, 22/06/2020, https://panchr.hypotheses.org/3261 (ISSN 2494-775X)

印欧历史比较语言学入门

封城期间,安坐家中隔离的同时,本人在语言学沙龙Linguistique sur Seine中开讲印欧历史语言学的入门课程,给我的学生讲解希腊语和梵文的对应关系,介绍历史语言学的基本原则和基础知识。由此,希望将来做汉藏语语言学研究的学生能够借鉴新语法学派的严格研究方法,对自己的研究有个新的启发。

开头三次课没有录,第四次课由我的新博士生杨大雪(卡瓦钦博 ཁ་བ་ཆེན་པོ་)录制编辑,并上传到了YoutubeB站

这一课程重点讨论古希腊语和梵文的动词系统,同时介绍历史比较法和内部构拟法,第四次课对前三次课做了回顾和复习,分析了过去非完成时和不定过去时的动词形态和基本构拟,还讲解了类推如何改造动词变位。

这一系列讲座每周更新一次,下周讨论无词干元音动词的现在时变位,欢迎大家指教!

A propos des préverbes d’orientation en tangoute et en horpa

Mathieu Beaudouin a fondé un blog de linguistique dont le premier billet aborde la question épineuse de la cognation des préverbes d’orientation entre tangoute, horpa, khroskyabs et rgyalrong nucléaire.

Le préverbe d’orientation indéfinie du tangoute 𘙇 rjɨr- et celui du khroskyabs rə- (Lai 2017:305) ont une ressemblance indéniable, et semblent distincts de leurs équivalent en geshiza (dæ- Honkasalo 2019:534) ou en rgyalrong nucléaire (japhug jɤ-).

Le geshiza a bien un préverbe rə-, mais celui-ci signifie « away from river, upwards », et Mathieu Beaudouin propose l’hypothèse d’une comparaison avec le préverbe tɤ- « vers le haut » du japhug, avec lénition de l’occlusive, un changement courant mais encore mal compris, et qui fera l’objet d’un prochain billet. Notons que le situ de Bragbar a aussi une initiale lénifiée r- dans le préverbe « vers le haut » (Zhang 2016). En tangoute et en khroskyabs, l’orientation « vers le haut » est exprimée par des préverbes distincts, 𗈪 .a- et æ-.

La question de savoir quelles langues sont innovatrices sur ce point est assez complexe, et il est difficile d’y répondre de façon décisive à ce stade de notre connaissances des lois phonétiques. Mathieu privilégie l’hypothèse que le geshiza et le japhug, appartenant à des branches plus éloignées du rgyalronguiques, devraient refléter la fonction archaïque, et que le tangoute et le khroskyabs auraient innovés en subissant un changement sémantique du la fonction « vers le haut » vers celle d’orientation indéfinie, et en innovant un préverbe « vers le haut » distinct (à attaque nulle).

Un argument contre l’archaïsme du préverbe tɤ- du japhug (et de ses cognats en rgyalrong nucléaire) est qu’il pourrait avoir été grammaticalisé d’un adverbe ou d’un nom locatif: il y a même deux candidats potentiels entre lesquels je ne veux pas trancher: atu « vers le haut » et ɯ-taʁ « le haut », provenant de deux racines distinctes), tandis qu’une telle explication ne semble pas disponible pour les préverbes du tangoute et du khroskyabs.

Toutefois, si l’on observe les formes des préverbes d’orientation dans d’autres langues de la région (Shirai 2018), il semble que l’orientation « vers le haut » est marquée par un préverbe à occlusive dentale dans la majorité des langues, y compris en rmaïque (qiang) et en pumi, tandis que la seule langue autre que le khroskyabs et le tangoute à avoir une attaque nulle pour ces préverbes est le zhaba, ce qui irait en faveur de l’hypothèse de Mathieu, et pourrait avoir une incidence sur la question de la position du tangoute dans le groupe rgyalronguique.

La seconde partie de l’hypothèse de Mathieu, à savoir la réinterprétation du préverbe « vers le haut » comme préverbe à orientation indéfinie, mérite discussion. Sur la question phonétique, Lai (2017: 319) suggère que le préfixe rə- du khroskyabs pourrait provenir par lénition d’une ancienne occlusive dentale, préservée en stau (də- en g.yurong). Toutefois, si cette idée est acceptée, elle va paradoxalement à l’encontre de l’hypothèse de Mathieu, car dans ce cas le cognat du préfixe rə- du khroskyabs en geshiza serait plutôt le préfixe indéfini dæ-.

Références
Honkasalo, Sami 2019. A Grammar of Eastern Geshiza : A Culturally Anchored Description. Université d’Helsinki.
Lai, Yunfan 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi, université Paris III.
Shirai Satoko 2018. A geolinguistic analysis of directional prefixes in Qiangic languages
Zhang, Shuya 2016. La phonologie et la morphologie du dialecte de Brag-dbar du rgyalrong situ, mastaire de l’Inalco.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos des préverbes d’orientation en tangoute et en horpa," Panchronica, 12/04/2020, https://panchr.hypotheses.org/3249 (ISSN 2494-775X)

Errata dans un nouvel article

Le Bulletin of Chinese Linguistics vient de publier ce nouvel article portant sur l’interprétation de traces de morphologie en tibétain et en chinois à la lumière des langues rgyalronguiques. Il développe en particulier certaines idées présentées dans cet article.

Je me suis malheureusement rendu compte après publication de la présence d’un nombre assez considérable d’erreurs typographiques, qui m’avaient échappé lors de la relecture des épreuves.

Voici une liste (sans doute non exhaustive) d’erreurs portant sur les caractères chinois et la transcription (et qui n’étaient pas présentes dans le fichier soumis à la revue):

p.22
祂 jet, jejH ‘to pull’ (b *lat(-s)) → 革世 sjet ‘leading string’ (b *s-lat)
> 抴 ; 靾
身寸 ʑek, ʑæH ‘to shoot’
> 射
以 jiX ‘take, use’ (*ləʔ) → 鉛 ziX ‘handle of plow or sickle’ (*sə.ləʔ)
> 鈶
p.23
曾瓦 tsigH
> 甑 tsiŋH
喪 sag,
> saŋ

On remarque aussi que dans la version HTML, les infixes, notés entre chevrons, disparaissent car il sont sans doute interprétés comme des balises HTML. Cette nouvelle mésaventure illustre à quel point les auteurs doivent être vigilants lors de la relecture des épreuves, pour ne pas avoir de regrets après publication.

Référence
Jacques, Guillaume 2019. Fossil Nominalization Prefixes in Tibetan and Chinese. Bulletin of Chinese Linguistics, 12(1):13–28.

Modèle arborescent et tri de lignées incomplet

Un numéro récent de la revue Journal of Historical Linguistics (dirigé par Siva Kalyan, Alexandre François et Harald Hammarström) contient un article en faveur d’un usage raisonné du modèle arborescent en linguistique par Johann-Mattis List et moi-même, et une réaction à celui-ci par Siva Kalyan et Alexandre François, dont le modèle glottométrique se place comme une alternative au modèle de l’arbre.

Le débat entre « dendrophiles » et « dendrosceptiques » qui a eu lieu sur academia.edu il y a quelques années, et sous une forme finalisée dans ce numéro spécial, révèle que nos positions ne sont pas aussi éloignées qu’il n’y paraît à premier abord, et que nos divergences sont dues notamment à une compréhension différente de la notion d’innovation (Kalyan et François 2019:167-170).

En outre, la notion de tri de lignées incomplet (sans article wikipédia en français au moment où j’écris), empruntée à la biologie de l’évolution, peut notamment rendre compte des croisements d’isoglosses qui semblent remettre en cause la validité du modèle de l’arbre. Siva Kalyan et Alexandre François concluent d’ailleurs (p. 174) que:

We hope to have shown that Historical Glottometry does not challenge the family tree model once incomplete lineage sorting has been taken into account. Our approach is actually meant as a critique of the tree model as traditionally understood, where an innovation must necessarily affect the
whole of the population in which it occurs. The crucial observation of the wave model – that innovations frequently overlap – pertains to the developments that occur in a proto-language before it splits up (i.e., when it is still a network of mutually intelligible dialects). Thus, this observation is naturally captured within the framework of “incomplete lineage sorting” proposed by J&L; the only difference in our argument is that we allow for “variation” in the proto-language that is not only morphological or sociolinguistic, but also areal (dialectal).

Juho Pystynen présente aussi dans un billet écrit il y a quelques années une illustration claire de la notion de tri de lignées incomplet en linguistique.

Avec cette notion, le modèle arborescent est très loin de la caricature qui en est parfois faite. En particulier, dans un entretien récent publié dans un numéro spécial de la revue Romantisme sur les indo-européens, où il réagit notamment à notre compte-rendu critique de son livre (Pellard et al. 2019), et à propos duquel Thomas Pellard a déjà écrit un commentaire détaillé, Jean-Paul Demoule affirme que (p.22):

Plus généralement, derrière le modèle en arbre, il y a le modèle de l’État-nation, avec sa langue, ses frontières, son organisation et ses croyances homogènes – ce qui n’est nullement attesté dans les sociétés pré-étatiques telles qu’elles ont pu être observées de par le monde

L’idée d’une relation entre modèle de l’arbre et celui « d’état-nation homogène » m’est très étrange. Ces deux notions me semblent absolument dénuées de tout rapport.
Tout d’abord, notons que les humains ont par exemple dans les parties non-recombinantes de leur génome (chromosome Y et ADN mitochondrial) des lignées patrilinéaires et matrilinéaires qui se prêtent à une phylogénie en arbre, et ceci indépendamment de toute considération sur la structure sociale ou l’idéologie politique.
D’autre part, le modèle de l’arbre ne demande pas de faire l’hypothèse d’une proto-langue absolument uniforme, comme nous l’avons mentionné plus haut dans ce billet.
Enfin, la corrélation entre langue et ethnicité est une question complexe dans les peuples que nous pouvons observer à notre époque, et il n’y a pas de raison de penser qu’il en allait autrement aux époques anciennes. Pour un cas que je connais de première main, notons par exemple que l’idée même d’un « peuple japhug » semblerait aux locuteurs de cette langue complètement grotesque et incongrue (voir même offensante; ils se considèrent tous avant tout comme tibétains). Pourtant, nul ne peut nier la réalité de l’existence d’une langue japhug. En outre, le monolinguisme qui est devenu récemment une norme dans certains pays d’Europe n’était pas nécessairement pratiqué dans toutes les sociétés anciennes. Dans une société comptant une proportion importante de bilingues (ne connaissant pas tous forcément la même paire de langues), la connaissance d’une langue n’était qu’un élément parmi d’autres, peut-être pas le plus important, de l’identité ethnique, pour autant que cette question même ait eu un sens.

Références
Demoule, Jean-Paul. 2019. La question indo-européenne : Un défi toujours actuel pour les sciences humaines et sociales (entretien réalisé par Aurélien Aramini et Arnaud Macé). Romantisme 185(3). 14−25. doi.org/10.3917/rom.185.0014
Jacques, Guillaume & List, Johann-Mattis 2019. Save the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 128−166. https://doi.org/10.1075/jhl.17008.mat
Kalyan, Siva & François, Alexandre. 2019. When the waves meet the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 167−176. https://doi.org/10.1075/jhl.18019.kal https://www.academia.edu/39808238/_Kalyan_Fran%C3%A7ois_When_the_waves_meet_the_trees_A_response_to_Jacques_and_List
Pellard, Thomas & Sagart, Laurent & Jacques, Guillaume. 2018. L’indo-européen n’est pas un mythe. Bulletin de la Société de Linguistique de Paris. 113(1). 79−102. https://doi.org/10.2143/BSL.113.1.3285465 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01871582

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Modèle arborescent et tri de lignées incomplet," Panchronica, 15/11/2019, https://panchr.hypotheses.org/3025 (ISSN 2494-775X)

Les langues « yarloungiques »

Lors d’une conversation avec Tashi Nyima (co-auteur d’une étude sur le lamo, dont j’ai déjà parlé dans un billet précédent) et Nathan W. Hill, pendant l’IATS qui a eu lieu à Paris le mois dernier, a été soulevé le problème du terme « langues tibétaines », qui est potentiellement ambigu au moins pour les non-linguistes: il peut être compris comme signifiant ce que l’on appelle improprement les « dialectes tibétains » (langues issues du tibétain impérial, aussi appelées « languaes tibétiques ») mais aussi « langues du Tibet », incluant celles qui ne viennent pas du tibétain.

Cette question pourtant assez triviale est la cause de crispations, voire de colère, de la part de savants peu sensibilisés à l’intérêt de la diversité linguistique, lorsqu’est mentionnée existence dans les régions culturellement tibétaines de langues non-tibétaines, c’est à dire non-issues du tibétain ancien. Il me semble que les réactions épidermiques dont les participants à la conférences ont pu être témoins, sont peut-être dues à un malentendu dû justement à l’ambiguïté du terme « tibétain ».

Pour éviter les controverses terminologiques inutiles, nous sommes tous les trois parvenus à la conclusion que nous avions besoin d’un terme non-ambigu désignant spécifiquement les langues issues du tibétain impérial, mais sans employer un terme relié au nom du Tibet, afin de garder « tibétain » comme un terme géographique pouvant recouvrir des langues de toutes origines mais parlées dans des zones de culture tibétaines.

Les termes « bodish » et « bodic » inventés par Shafer sur la base du nom Bod « Tibet » ont été employés de façons tellement larges et diverses (parfois incluant même le kiranti, le rgyalronguique et le ouest-himalayen) qu’ils en ont perdu toute substance, et ne sont pas appropriés pour résoudre ce problème.

Or, comme les « dialectes tibétains » proviennent de l’expansion de l’empire du Tibet, gouverné par la dynastie du Yarloung, il me semble que le terme yarloungique (en anglais yarlungic), serait approprié pour indiquer spécifiquement les langues qui descendent du tibétain ancien (de la même façon que les langues romanes viennent du latin), par opposition à toutes les autres langues « autochtones » du Tibet. Ce choix terminologique me semble acceptable pour tous: aucun locuteur de langue tibétique ne va vouloir se distancier de l’empire tibétain, mais en même temps avec ce terme il devient possible de parler de « langues tibétaines non-yarloungiques », une façon de désigner les autres langues minoritaires du Tibet qui peut moins heurter les susceptibilités.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les langues « yarloungiques »," Panchronica, 15/08/2019, https://panchr.hypotheses.org/2983 (ISSN 2494-775X)

Nouvelles publications à propos de La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen

La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen est un sujet hautement controversé. Les linguistes qui se sont intéressés à cette question et à celle de l’Urheimat de la famille ont des opinions très diverses, qui portent en particulier sur la question du groupe extérieur. La position traditionnelle, selon laquelle le chinois serait le groupe extérieur (et que toutes les autres langues appartiendrait à un clade « tibéto-birman ») est généralement associée à l’idée que la famille proviendrait de la Chine du nord, avec une diversification secondaire. Un point de vue alternatif, qui soutient l’idée d’une diversification « en étoile » de la famille, dont le chinois ne serait qu’une des branches (voire la sous-branche d’un groupe), voit l’Urheimat au centre de diversité des sous-branches de la famille (avec des foyers proposés en Inde du nord-est ou au Sichuan).

Un autre question liée à la phylogénie est celle de l’antiquité de l’indexation en personne et de la typologie polysynthétique telle qu’on l’observe en rgyalronguique ou en kiranti: s’agit-il d’une innovation d’une sous-branche de la famille ou d’un trait archaïque à reconstruire jusqu’au proto-TH?

Malheureusement, de nombreuses publications portant sur ces questions présentent des arbres qui se veulent phylogénétiques parfois détaillés, mais sans innovations explicites justifiant les clades proposés (ce sont donc plus des vues de l’esprit que de vraies hypothèses scientifiques), et consacrent plus d’énergie à discuter de sujets frivoles tels que la dénomination de la famille comme « sino-tibétain » ou « trans-himalayen » plutôt que d’étymologie.

Deux articles utilisant l’inférence bayésienne viennent de paraître presque en même temps à propos du sino-tibétain: Zhang et al. (2019) et Sagart et al. (2019). La première publication utilise directement les groupes de cognats de la base de donnée STEDT (http://stedt.berkeley.edu/~stedt-cgi/rootcanal.pl), tandis que la seconde, à laquelle j’ai participé, est basée sur une base de donnée lexicale décrite dans ce ce billet de Johann-Mattis List.

Il est trop tôt pour comparer de façon détaillée les résultats de ces deux articles — cette comparaison demandera une série de publications additionnelles. Ce billet présente quelques observations préliminaires (voir aussi cette conférence faite à l’université Xinan de Chongqing la semaine dernière).

Concernant la question du groupe extérieur, l’article de Zhang et al. (2019) a un groupe non-chinois avec une probabilité postérieure de 68% (l’arbre principal n’indique pas les probabilités postérieures, ce qui est assez surprenant, mais celles-ci peuvent se trouver dans les matériaux supplémentaires). Les résultats de Sagart et al. sont assez différents sur cette question selon la méthode employée: le covarion avec horloge relâchée (qui n’impose pas une vitesse unique d’évolution sur l’ensemble de l’arbre) et le Dollo stochastique (implémenté avec le programme Traitlab conçu par Robin Ryder, coauteur de l’article) ont peu de structure à la racine (avec 33% et 43% respectivement de probabilités postérieures soutenant le chinois comme groupe extérieur), tandis que le covarion à horloge stricte a un fort soutien pour le chinois comme groupe extérieur (99%). L’himalayen de l’ouest apparaît comme un groupe extérieur alternatif possible dans les analyses à horloge relâchée et Dollo, mais il ce résultat être peut-être dû à la quantité importante d’emprunts à l’indo-aryen et au tibétain, qui ont remplacé un partie conséquente du vocabulaire hérité dans notre base de données.

Les résultats des deux articles n’indiquent donc pas de façon définitive que le chinois est le groupe extérieur du sino-tibétain, mais c’est néanmoins l’hypothèse la plus probable, qui demandera à être confirmée par les études futures sur la question.

Un résultat non-trivial assez solide de Sagart et al. (2019) est le clade tibéto-rgyalronguique (avec un sous-groupe birmo-rgyalronguique) qui ressort de toutes les analyses obtenues. Ce clade obtenu sur la base du vocabulaire soutient l’idée que la morphologie verbale commune au rgyalronguique et au kiranti doit être aussi ancestrale au tibétain et au lolo-birman (puisque le kiranti est extérieur au tibéto-rgyalronguique), et donc que le tibétain et les lolo-birman ont perdu l’indexation en personne et les préfixes de nominalisation.

Zhang et al. (2019) ont un soutien presque négligeable pour le tibéto-rgyalronguique (35%), mais ont aussi 100% de probabilités postérieures pour le birmo-rgyalronguique, pourtant en utilisant les groupes de cognats rassemblés par J. Matisoff, qui m’a affirmé s’opposer à cette idée. Il est possible que la faible probabilité du groupe tibéto-rgyalronguique chez Zhang et al. (2019) est due aux emprunts au tibétain non-reconnus dans le STEDT, mais cette hypothèse demande à être évaluée en détail.

L’existence du clade tibéto-rgyalronguique, s’il est bien confirmé par les travaux futurs sur la phylogénie de la famille, implique que la typologie polysynthétique remonte assez haut dans l’histoire de la famille. Par ailleurs, le terme « tibéto-birman » devra être abandonné pour désigner le clade non-chinois si le chinois est bien le groupe extérieur de la famille.

Références>
Laurent,Sagart and Jacques, Guillaume and Lai, Yunfan and Ryder, Robin and Thouzeau, Valentin and Greenhill, Simon J. and List, Johann-Mattis (2019): Dated language phylogenies shed light on the ancestry of Sino-Tibetan. Proceedings of the National Academy of Science of the United States of America 116. 10317-10322. DOI: 10.1073/pnas.1817972116

Zhang Menghan, Yan Shi, Pan Wuyun and Jin Li 2019. Phylogenetic evidence for Sino-Tibetan origin in northern China in the Late Neolithic. Nature volume 569, pages 112–115. https://www.nature.com/articles/s41586-019-1153-z

L’antiquité des fricatives labiodentales

Un article qui vient de paraître dans Science présente une étude multidisciplinaire combinant linguistique historique, phonétique et paléoanthropologie, soutenant l’idée (attribuée à Hockett) que les fricatives labiodentales seraient des développements tardifs dans les langues du monde, postérieurs à la révolution néolithique, permis par un changement d’alimentation lié à l’agriculture.

Si certaines publications de linguistique dans des revues généralistes sont basées sur des corrélations dont l’interprétation est contestable, l’hypothèse que soutient cet article me semble mériter une sérieuse considération.

Il est vrai que dans la plupart des grandes familles de langues connues, les labiodentales sont secondaires: en indo-européen, à l’initiale de mot par exemple, les f- du germanique viennent de *p-, et ceux du latin (et dans des langues romanes) de *bh- ou de *dh-. Le proto-indo-européen, le proto-sémitique, le proto-ouralique, le chinois archaïque, dont certains des descendants ont des fricatives labiodentales, sont universellement reconstruits sans ces consonnes, qui se sont développées suivant des chemins très différents.

Néanmoins, les proto-langues, même les mieux reconstruites, ont un statut épistémologique distinct de celui des langues attestées: il s’agit en effet d’hypothèses toujours susceptibles d’être révisées. L’interprétation phonétique des proto-phonèmes elle-même est une question qui n’est pas toujours triviale.

Dans le cas des labiodentales, les langues maskoguiennes (en anglais muskogean, du nom Creek maskókî désignant leur langue) offrent un cas intéressant. Depuis Haas (1947), le proto-maskoguien est reconstruit avec une occlusive labiovélaire *kʷ qui correspond à k- en Creek (Cr)/Seminole (S) et à b- dans les autres langues (Choctaw Ct, Chickasaw Cs, Alabama A, Koasati K), comme l’illustre l’exemple (1). C’est la seule opposition phonologique entre occlusives sourdes et voisées dans ces langues (le *kʷ est passé à b sans se confondre avec les anciens *p qui sont restés p).

(1) *kʷixi ‘mulberry’ Ct bíhi, Cs bihiʔ, A bihi-coba ‘fig’ (coba ‘big’), K bihi ‘fig’, M bi:h-i, Cr/S ki:

Haas (1947:136) reconstruit aussi une fricative labiovélaire *xʷ, qui comme le montrent (2) et (3) correspond à la labiodentale f- en initiale de mot dans toutes les langues et à h- dans certains contextes.

(2) *xʷoxixo « bee » Ct foi, Cs fohiʔ, A/K foho, Cr fo: (Booker 1993:405)
(3) *kʷuxʷu- « to be roily » Ct buhukači(B) to churn (from « to cause to be roily »), Cr kufu’-y-ita « to churn »

La reconstruction comme *xʷ n’est pas explicitement justifiée: Haas note simplement ‘the reconstructed symbol *xʷ now replaces the *f which was formerly used ». On peut supposer qu’elle a pris cette décision pour obtenir un système plus symétrique avec le *kʷ. Si un changement *xʷ > f- est attesté dans de nombreuses langues (par exemple en cantonais), notons néanmoins que l’évolution de ce *xʷ n’est absolument pas symétrique avec celle du *kʷ dans les langues ci-dessus; si c’était le cas, on attendrait une fricative labiodentale f ou v dans les langues autres que le Creek, et un h- dans cette dernière en initiale de mot, ce qu n’est pas le cas. La solution de Haas est possible, mais l’hypothèse plus conservatrice de reconstruire *f à la place de *xʷne l’est pas moins.

L’absence (ou au moins la rareté) de labiodentales dans les proto-langues n’est donc pas un fait de langue complètement observable: c’est une lacune qui reflète peut-être davantage certaines habitudes des linguistes comparativistes qu’un phénomène réel des langues anciennes.

References
Blasi, D E ; Moran, Steven ; Moisik, S R ; Widmer, P ; Dediu, D ; Bickel, B (2019). Human sound systems are shaped by post-Neolithic changes in bite configuration. Science, 363(6432):eaav3218. https://science.sciencemag.org/content/363/6432/eaav3218
Booker, Karen M. 1993. More on the Development of Proto-Muskogean *kʷ,International Journal of American Linguistics, Vol. 59, No. 4: pp. 405-415.
Mary R. Haas,1947 « Development of Proto-Muskogean *kʷ, International Journal of American Linguistics 13, no. 3 (Jul., 1947): 135-137.
Kimball, Geoffrey 1990. The proto-Muskogean numeral system. https://kuscholarworks.ku.edu/bitstream/handle/1808/22916/MALC_1990_197-213_Kimball.pdf?sequence=1

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’antiquité des fricatives labiodentales," Panchronica, 10/04/2019, https://panchr.hypotheses.org/2950 (ISSN 2494-775X)

La détection automatique des emprunts

Dans un billet récent, Johann-Mattis List soulève la question de l’automatisation de la détection des emprunts.

Selon moi, il est des cas où une procédure automatique pourrait être envisagée, et je vais présenter ici une procédure qui me semble implémentable.

Le cas le plus simple est celui de langues dont l’ancêtre est (presque) attesté, comme les langues tibétaines ou les langues romanes, dont les ancêtres étaient des variétés proches du tibétain ancien et du latin classique.

Dans un tel cas, la procédure qui peut être employée (par exemple dans cet article) pour distinguer entre mots hérités et emprunts peut se schématiser de la façon suivante:

(1) collecter les mots pour lesquels une étymologie dans la langue ancestrale peut être déterminée. Les mots sans étymologie sont des candidats à être analysés comme emprunts (il peut s’agir aussi de mots hérités dont l’étymologie n’est pas évidente).
(2) Faire la liste des doublets: deux mots correspondant à la même forme ancestrale, toutes choses étant égale par ailleurs. Si ces deux formes ne peuvent pas s’expliquer comme des formes alternantes d’un même paradigme, alors au plus seule une des deux peut être héritée, et l’autre doit être empruntée à une autre variété provenant de la même proto-langue (une autre possibilité est que les deux mots soient des emprunts appartenant à des couches différentes). Il est possible que le corpus de donnée sur lequel on travaille ne contient pas de doublets ou trop peu pour être utilisable. Dans ce cas, sauter l’étape (3).
(3) Identifier les correspondances phonétiques distinctes des deux couches sur la base de ces doublets.
(4) Analyser l’ensemble du vocabulaire ayant une étymologie, et classer en plusieurs couches les correspondances, prenant comme base de départ les correspondances identifiées en (3).
(5). Une fois que l’on dispose de plusieurs couches de vocabulaire basées sur les correspondances phonétiques, l’identification de la couche héritée par rapport à la ou aux couches empruntées peut se baser sur les critères suivants:
(a) Proportion de vocabulaire culturel (religieux, technique) dans la couche, registre de langue (le registre littéraire/honorifique tend à être dans une couche empruntée).
(b) Proportion entre noms et verbes (pour les langues où ce critère est applicable): les couches héritées tendent à contenir plus de verbes en proportion que les couches empruntées (c’est frappant par exemple dans le cas du tibétain de Cone, cet article)).
(c) Irrégularité de la morphologie: les paradigmes les plus irréguliers ont plus de chances d’être dans la couche héritée (mais ce critère n’est pas absolu, notons le cas de l’anglais dont certains verbes forts sont empruntés au vieux norrois).

Lorsque la langue ancestrale n’est pas attestée, la détection des emprunts est beaucoup plus difficile, et sera traitée dans un autre billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La détection automatique des emprunts," Panchronica, 03/04/2019, https://panchr.hypotheses.org/2946 (ISSN 2494-775X)

La collection pangloss : des doi pour toutes les ressources

La collection pangloss (Michailovsky et al. 2014), sur laquelle est conservée un corpus japhug, dispose désormais d’un doi pour chaque document. Cette innovation va permettre de simplifier de façon considérable la citation des données: jusque là, du fait de l’absence d’URL stables, il était arrivé qu’un relecteur anonyme me reproche de citer des documents « inaccessibles » dans un manuscrit soumis à une revue, alors qu’ils étaient bien disponibles sur l’archive.

Chaque texte est maintenant pourvu d’un onglet ‘citation’ indiquant la référence et le doi du document, comme on peut le voir sur l’image ci-dessous (en haut à droite):

Une des versions de l’histoire du déluge en japhug, par exemple (un des premiers textes que j’ai enregistrés) est accessible à l’adresse https://doi.org/10.24397/pangloss-0003360.

J’invite donc tous les utilisateurs des données préservées dans cette collection à faire usage de ces doi, plutôt que des adresses temporaires (comme celle-ci: http://lacito.vjf.cnrs.fr/pangloss/corpus/show_text.php?id=cocoon-8ff372b9-7ea6-3166-bf6b-253fbecdfd3b&idref=cocoon-ab295f73-e715-3ce2-b609-511f6f158e7d) ou du titre des histoires, afin de fluidifier l’accès à ces données.

======
Michailovsky, Boyd, Martine Mazaudon, Alexis Michaud, Séverine Guillaume, Alexandre François and Evangelia Adamou 2014. Documenting and researching endangered languages: the Pangloss Collection. Language Documentation & Conservation, University of Hawaiʻi Press, 8, pp.119-135. lien

Thèse de Gong Xun sur le zbu

La thèse de Gong Xun sur le zbu « Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Chine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative », soutenue le 22 juin 2018, est maintenant accessible sur TEL.

Le zbu est la langue parlée la plus en amont de la région Gyalrong et la moins accessible géographiquement. Contrairement à d’autres langues comme le japhug dont les locuteurs sont nombreux dans la ville de Mbarkham, dans le cas du zbu il est impossible de trouver de bons locuteurs à la ville et il est nécessaire de travailler dans des villages reculés dans des conditions matériellement difficiles en comparaison avec celles d’autres chercheurs de terrain travaillant dans des régions tibétaines de Chine.

Par ailleurs, Gong Xun n’a eu la chance de travailler avec un informateur idéal capable à la fois de raconter des histoires traditionnelles et d’expliquer la grammaire, mais a été contraint d’effectuer des recherches avec de nombreux informateurs différents. Il a passé près de deux ans avant de trouver de bons informateurs, dont l’un est malheureusement décédé durant le travail de thèse.

En outre, le zbu est une langue à la phonologie difficile, qui demande une longue pratique avant de pouvoir être transcrite avec fiabilité; la quintuple opposition entre les rimes que Gong Xun note –ut, –ot, –uˠt, –oˠt et –at est particulièrement difficile à percevoir. Gong Xun ne s’est pas laissé allé à la facilité d’une transcription simplifiée, mais a préféré être certain de maîtriser le système phonologique avant de publier la moindre donnée sur cette langue.

Enfin, il est possible d’affirmer sans le moindre doute que le zbu est la langue à la morphologie verbale de loin la plus complexe de la famille sino-tibétaine et de toutes les langues parlées en Chine, en particulier en ce qui concerne les alternances de thèmes qui sont traitées en détail dans la thèse. Aux antipodes du type ‘isolant’ représenté par les langues mieux connues de la famille telles que le chinois ou le birman, le zbu est une langue polysynthétique au verbe touffu et irrégulier (voir en particulier le chapitre 6, pp 213-280), et dont le degré de complexité peut se comparer à celui d’une langue athabasque.

Les contributions de cette thèse sont très nombreuses. Gong Xun a tout d’abord mis en évidence la diversité dialectale jusqu’ici inconnue de la langue zbu, en particulier au niveau de la morphologie verbale. Cette langue, que l’on croyait jusqu’ici être relativement homogène, est en fait un continuum dialectal de plusieurs variétés à la limite de l’intercompréhension, et l’étude de Gong Xun montre que plus d’une grammaire et d’un dictionnaire seront nécessaires. Ensuite, cette thèse comble un manque dans la littérature sur les langues non-tibétaines du Sichuan: c’était jusqu’à la complétion de cette thèse la moins connue des cinq langues natives du district de Mbarkham. Par ailleurs, Gong Xun démontre l’intérêt considérable du zbu à la fois pour la typologie des relations grammaticales (en particulier concernant les systèmes direct-inverse), mais aussi pour la grammaire comparée des langues sino-tibétaines, car la complexité de la morphologie du zbu va de pair avec un archaïsme remarquable, qui se laisse démontrer par les nombreuses comparaisons avec le tangoute qui émaillent la thèse.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Thèse de Gong Xun sur le zbu," Panchronica, 21/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2688 (ISSN 2494-775X)