Tous les articles par Guillaume Jacques

A propos du *-r- médian en chinois archaïque

Un problème à mon avis non-résolu de la reconstruction du chinois archaïque est l’origine des rimes de seconde division, des chongniu 3 de troisième division et des syllables ayant des initiales rétroflexes en chinois moyen, pour lesquelles les systèmes à 6 voyelles (Starostin, Zhengzhang, Baxter/Sagart et Schuessler) reconstruisent des médianes *-r-. Si je ne nie pas la validité de l’hypothèse que le *-r- médiane explique une grande partie de ces syllabes, il me semble néanmoins problématique de reconstruire des *-r- médians dans tous ces cas. Comme je l’ai indiqué dans cet article, les modèles qui reconstruisent les *-r- médianes de cette façon se retrouvent avec un système déséquilibré où les *-r- sont plus nombreux que dans n’importe quelle branche de la famille y compris le tibétain et le rgyalronguique, où pourtant les groupes de consonnes sont les plus élaborés.

Cette hypothèse est également problématique du point de vue comparatif, car les cognats tibétains à des mots pour lesquels un *-r- est reconstruit ont souvent plutôt un r- préinitial (voir cet article), et il en va de même avec les cognats rgyalronguiques: ainsi le chinois 顏 ŋæn « visage », reconstruit *ŋˁran, correspond au Japhug tɯ-rŋa avec un groupe rŋ- au lieu de *ŋgr- que l’on aurait attendu si le *-r- avait été médian.

Un troisième argument contre la reconstruction mécanique d’un *-r- médian provient de l’analyse que Pulleyblank (1962: 124, accessible ici) propose du toponyme 都密 (chinois moyen tu mit, avec un chongniu III dans la deuxième syllabe) attesté dans le Houhanshu: selon lui, il s’agirait de la transcription d’un toponyme qui apparaît en sanskrit bouddhique comme Taramita et en sogdien comme Tarmiδ (voir ici pour une discussion sur d’autres transcriptions) et qui correspond à l’actuelle Termez. Avec une reconstruction comme *tˁa mrit, le *-r- médian serait donc utilisé pour représenter le *-r- groupe -rm-. Comme le chinois archaïque avait aussi un *-r final, au moins jusqu’au début des Han, il est donc surprenant que le choix n’a pas été fait pour transcrire ce toponyme d’une configuration telle que *tar mit (comme *單蜜 par exemple). On peut certes objecter que la transcription a pu dater d’une époque où le *-r était déjà passé à *-n, ou que les métathèses peuvent se produire dans les transcription de toponymes (comme avec 拓跋 thak bat pour Tabɣač), et je conçois que l’argument n’est pas décisif en soi. Néanmoins, l’accumulation progressive d’indices me semble suggérer qu’une complexification de la reconstruction des syllabes rhotacisées va être nécessaire.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos du *-r- médian en chinois archaïque," Panchronica, 10/12/2018, https://panchr.hypotheses.org/2805 (ISSN 2494-775X)

Le dénominal -t en khaling

Dans ce billet, j’avais proposé d’étymologiser cet étymon pour « riz » proposé par L. Sagart par le verbe khaling अ्वाम्न्य |ʔomt| « mûrir ».
En rediscutant du sens de ce verbe avec Dhana Rai lors de son dernier passage à Paris, je me suis rendu compte qu’une étymologie interne au khaling s’impose: le sens de « mûrir » dérive en fait de celui de « jaunir », et ce verbe est dénominal de l’adjectif अ्योअ्यो:म् ʔɵʔɵ̂m « jaune », une forme rédupliquée contenant le nominalisateur -m (venant probablement du nom « homme »). La racine verbale |ʔomt| peut donc s’analyser comme composé de |ʔo-|, la racine à proprement parler, de |-m| et du dénominal |-t|. C’est la preuve que le suffixe dénominal -t (voir §3.6 dans cet article) était toujours productif même après la grammaticalisation de -m.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dénominal -t en khaling," Panchronica, 03/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2759 (ISSN 2494-775X)

Le yod initial en chinois archaïque

Le verbe 與 joX « donner » est reconstruit avec une uvulaire dans le système Baxter/Sagart *m-q(r)aʔ — et s’oppose à son homophone 予 joX en chinois moyen, qu’ils reconstruisent avec une latérale *laʔ.

Comme je l’ai proposé dans cet article, je pense qu’une partie des j- du chinois moyen viennent d’un *j- primaire en chinois archaïque (une idée que soutient aussi Schuessler). Pour la série phonétique de 羊, je préfère donc des reconstructions telles que:

羊 jaŋ < *jaŋ (Japhug qaʑo < *qajaŋ)
祥 zjaŋ < *s-jaŋ (Tibétain གཡང་ gjaŋ)
癢 jaŋX < *jaŋʔ (Japhug rɤʑa < *rɐja)
etc…

à celles avec uvulaires ou latérales.

Or, dans le cas de 與 joX "donner", il existe un cognat potentiel dans les langues trans-himalayennes non-chinoises, qui suggère un *j- primaire dans cette série aussi: le jinhgpo yā « donner », le kham ya-nya, le dura hyo-i (voir Schorer 2016:287) (le STEDT regroupe ces formes ici; le thulung yak- n’est pas nécessairement cognat). Schuessler (2007) cite la forme jinghpo comme alternative à d’autres étymologies, sans pourtant en tirer la conclusion qu’implique une telle étymologie.

Si l’on admet l’existence d’un *j- primaire dans la série de 與, on peut donc proposer la reconstruction 與 joX < *jaʔ. Le verbe 舉 kjoX pourrait dans cette hypothèse s'expliquer comme venant d’un groupe *k-jaʔ (comme le suggère le tibétain བཀྱག་ bkʲag).

Notons que les séries à yod primaire initial reconstruites ici ne contiennent que des caractères de troisième division en chinois moyen, ce qui soulève le problème du traitement du *j- supposé en type A (pharyngalisé selon Baxter et Sagart). Mon point de vue est que l'opposition A/B est neutralisée avec cette initiale (donc que *j- devient j- aussi bien en type A et en type B, et probablement de même avec les groupes de consonnes).

L’idée de yod primaire initial n’est pas nécessairement contradictoire avec la théorie des uvulaires (qui dans sa formulation actuelle présente néanmoins de sérieux problèmes), mais si les deux idées sont valides, distinguer entre séries à uvulaire et série à j- sur la base exclusive du chinois moyen et des séries phonétiques peut être difficile.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Schorer, Nicholas 2016. The Dura Language: Grammar and Phylogeny. Leiden: Brill
Schuessler, Axel 2007. ABC Etymological Dictionary of Old Chinese.
Watters, David 2004. A Dictionary of Kham: Taka Dialect. Tribhuvan University.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le yod initial en chinois archaïque," Panchronica, 02/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2723 (ISSN 2494-775X)

Thèse de Gong Xun sur le zbu

La thèse de Gong Xun sur le zbu « Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Chine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative », soutenue le 22 juin 2018, est maintenant accessible sur TEL.

Le zbu est la langue parlée la plus en amont de la région Gyalrong et la moins accessible géographiquement. Contrairement à d’autres langues comme le japhug dont les locuteurs sont nombreux dans la ville de Mbarkham, dans le cas du zbu il est impossible de trouver de bons locuteurs à la ville et il est nécessaire de travailler dans des villages reculés dans des conditions matériellement difficiles en comparaison avec celles d’autres chercheurs de terrain travaillant dans des régions tibétaines de Chine.

Par ailleurs, Gong Xun n’a eu la chance de travailler avec un informateur idéal capable à la fois de raconter des histoires traditionnelles et d’expliquer la grammaire, mais a été contraint d’effectuer des recherches avec de nombreux informateurs différents. Il a passé près de deux ans avant de trouver de bons informateurs, dont l’un est malheureusement décédé durant le travail de thèse.

En outre, le zbu est une langue à la phonologie difficile, qui demande une longue pratique avant de pouvoir être transcrite avec fiabilité; la quintuple opposition entre les rimes que Gong Xun note –ut, –ot, –uˠt, –oˠt et –at est particulièrement difficile à percevoir. Gong Xun ne s’est pas laissé allé à la facilité d’une transcription simplifiée, mais a préféré être certain de maîtriser le système phonologique avant de publier la moindre donnée sur cette langue.

Enfin, il est possible d’affirmer sans le moindre doute que le zbu est la langue à la morphologie verbale de loin la plus complexe de la famille sino-tibétaine et de toutes les langues parlées en Chine, en particulier en ce qui concerne les alternances de thèmes qui sont traitées en détail dans la thèse. Aux antipodes du type ‘isolant’ représenté par les langues mieux connues de la famille telles que le chinois ou le birman, le zbu est une langue polysynthétique au verbe touffu et irrégulier (voir en particulier le chapitre 6, pp 213-280), et dont le degré de complexité peut se comparer à celui d’une langue athabasque.

Les contributions de cette thèse sont très nombreuses. Gong Xun a tout d’abord mis en évidence la diversité dialectale jusqu’ici inconnue de la langue zbu, en particulier au niveau de la morphologie verbale. Cette langue, que l’on croyait jusqu’ici être relativement homogène, est en fait un continuum dialectal de plusieurs variétés à la limite de l’intercompréhension, et l’étude de Gong Xun montre que plus d’une grammaire et d’un dictionnaire seront nécessaires. Ensuite, cette thèse comble un manque dans la littérature sur les langues non-tibétaines du Sichuan: c’était jusqu’à la complétion de cette thèse la moins connue des cinq langues natives du district de Mbarkham. Par ailleurs, Gong Xun démontre l’intérêt considérable du zbu à la fois pour la typologie des relations grammaticales (en particulier concernant les systèmes direct-inverse), mais aussi pour la grammaire comparée des langues sino-tibétaines, car la complexité de la morphologie du zbu va de pair avec un archaïsme remarquable, qui se laisse démontrer par les nombreuses comparaisons avec le tangoute qui émaillent la thèse.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Thèse de Gong Xun sur le zbu," Panchronica, 21/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2688 (ISSN 2494-775X)

Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes

Pour ceux qui s’intéressent aux corpus de langues en danger, ce site, qui comprend des bibles souvent complètes, pour certaines avec enregistrements sonores intégraux, est une mine d’or, bien plus exploitable que le Jesus film mentionné dans un précédant billet.

Pour la famille trans-himalayenne, on y trouve notamment les langues suivantes:

Kiranti:
Limbu
Sunwar
Kulung/a>

Newar:
Newar

Sal:
Garo
Jinghpo (dans l’orthographe traditionnelle qui ne note malheureusement pas les tons)

Tibétain:
Dzongkha

Chinois:
De nombreuses version pour le mandarin et le cantonais, comme celle-ci et celle-là.
Hakha
Hokkien

Kuki-Chin:
Bualkhaw (sans le son)
Cho (sans le son)
Darlong (sans le son)
Hakha
Falam
Khumi
Lamkang (sans le son)
Matu
Mizo (sans le son)
Mro
Ngawn
Tiddim/Tedim
Zotung
Zokam

Rongmei:
Inpui

Nungish:
Rawang

Lolo-birman:
Akha
Birman
Bisu
Lahu
Lhaovo
Lisu
Zaiwa

Il n’y a donc maintenant plus d’excuse à ignorer le jinghpo biblique et le rawang, langues cruciales aux comparatisme trans-himalayen qui grâce à cette ressource sont devenues apprennables.

En algonquien, je n’ai trouvé que l’ojibwe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes," Panchronica, 16/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2648 (ISSN 2494-775X)

Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal

Dans la revue Cahiers de linguistique — Asie Orientale que je co-dirige avec Thomas Pellard (et dont les anciens numéros sont accessibles ici) vient de paraître un article riche et bien documenté de Selin Grollmann and Pascal Gerber, Linguistic evidence for a closer relationship between Lhokpu and Dhimal Including some remarks on the Dhimalish subgroup, qui explore la question de la classification du Lhokpu et du Dhimal au sein de la famille trans-himalayenne.

Ce travail pionnier propose un nombre considérable de comparaisons lexicales et morphologiques et de lois phonétiques potentielles. Comme j’espère que cet article sera lu et commenté, je me propose ici de discuter d’un point précis qui mérite davantage de discussion.

Les auteurs rapprochent dans cet article le comitatif –su du Lhokpu avec le collectif-réciproque –su du Dhimal, une comparaison non-triviale:

The comitative case marker -su in Lhokpu finds a cognate in the collective-reciprocal marker -su in Dhimal verbal morphology. The Dhimal marker codes a collective action of a third person non-singular subject. The semantics of the Lhokpu comitative case -su coding a collective action may conceivably be relatable to the meaning of Dhimal -su which codes collective-reciprocal action. The plausibility of this cognacy is enhanced by the fact that the Lhokpu comitative -su is also marginally used as a verbal reciprocal marker.

Il me semble qu’une interprétation alternative, à laquelle je n’ai pas pensé lorsque l’article était en cours de révision, est possible. Le collectif-réciproque du dhimal me semble un bon candidat à une comparaison avec le suffixe de réfléchi-moyen que l’on trouve dans de nombreuses langues trans-himalayennes, en particulier le kiranti (par exemple le khalingsi), le tani et même sans doute le chinois et le tibétain. Selon cette analyse, l’emploi de –su en Lhokpu comme suffixe de réciproque pourrait toujours se comparer au suffixe du Dhimal, mais en revanche être sans rapport avec son usage comme comitatif.

Le comitatif du Lhokpu, quant à lui, pourrait être plutôt comparé avec le duel du kiranti (khaling –su), qui tout comme le pluriel a des usages associatifs et pourrait avoir été réinterprété comme un comitatif.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal," Panchronica, 12/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2613 (ISSN 2494-775X)

A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque

Dans un certain nombre de textes de l’époque des Royaumes combattants, en particulier excavés dans des sites provenant de l’ancien royaume de Chu, le caractère 好, qui sert à écrire l’adjectif xawX « bon » et le verbe tropatif dérivé xawH « aimer », est écrit comme 丑+子, comme on peut le voir ici et par exemple dans cet extrait de la thèse de Li Songru (p 230):

Malgré des tentatives absurdes d’analyser [丑子] comme un idéogramme composé (会意 huìyì), l’hypothèse la plus probable est que 丑 soit ici un élément phonétique. La série phonétique de 丑 (GSR 1076, Schuessler 13-50) est clairement une série nasale, comme le montrent des mots comme 纽 ɳjuwX ← *nruʔ, contenant aussi 羞 sjuw ← *snu et bien sûr 丑 ʈʰjuwX ← *hnruʔ.

Or, l’une des origines du chinois moyen x– est *hn-, selon Baxter et Sagart (2014:112-113) dans les dialectes occidentaux du chinois archaïque (le traitement habituel de *hn- est-). Il serait donc possible de reconstruire 好 comme *hnˁuʔ(-s). Ce n’est d’ailleurs pas une idée nouvelle: Baxter lui-même la proposait en 2005 dans une présentation orale. Elle a toutefois été abandonnée sans même être mentionnée dans la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart (2014:59, 102-103;246), qui préfèrent maintenant reconstruire une uvulaire *qʰˁuʔ sur la base de rapprochements avec les séries de 休 xjuw et 畜 ʈʰjuwk/xjuwk. Le STEDT compare leur reconstruction avec diverses formes dans des langues très distantes qui ne sont probablement pas apparentées les unes aux autres.

Indépendamment des considérations internes au chinois, une raison de préférer la reconstruction *hnˁuʔ est qu’elle rend possible une comparaison avec l’étymon proto-kiranti « bon » *ʔnu reflété notamment par le Khaling |nu| न्युन्य. La nasale préglottalisée du kiranti qu’indique le wambule ɗu pourrait correspondre à la nasale sourde du chinois (il est bien connu que le thai confond en *hn- les *hn- et *ʔn- distingués par le sui, par exemple).

Références
(Je remercie Wolfgang Behr pour son aide avec les références utilisées dans ce billet).
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots. Folia Linguistica Historica 38. 177–215.
Li Songru 李松儒 2012 《战国简帛字迹研究——以上博简为中心》 thèse de doctorat de l’université du Jilin, publiée ensuite en 2015 à 上海古籍出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque," Panchronica, 05/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2534 (ISSN 2494-775X)

La relativisation du possesseur en japhug

En japhug, le possesseur d’un sujet intransitif peut être relativisé au moyen d’une relative participiale sujet, comme l’illustrent les exemples de la section 4.3 de cet article.

De même, l’exemple suivant montre qu’il est possible de relativiser le possesseur d’un objet dans une relative participiale objet en kɤ-:

(1) [ndʑi-mɲaʁ mɯ-tɤ-kɤ-rɤt] nɯni tɕetu, znde ɯ-taʁ nɯtɕu nɯnɯ pjɤ-nɯ-tu-ndʑi.
[3DU.POSS-oeil NEG-PFV-NMLS:OBJET-dessiner] DEM:DU dessu mur 3SG.POSS-sur DEM:LOC DEM IFR.IPFV-AUTO-exister-DU
« (Les dragons) dont il n’avait pas dessiné les yeux étaient toujours sur le mur. » (tiré de la traduction depuis le chinois de cette histoire)

Notons ici que si en principe la relative [ndʑi-mɲaʁ mɯ-tɤ-kɤ-rɤt] pourrait se comprendre comme une simple relative objet ‘Leurs yeux qui n’avaient pas été dessinés’, cette interprétation serait contradictoire avec le sens du verbe principal de la phrase. L’analyse de cette construction comme une relativisation du possesseur ‘(ceux dont) il n’avait pas dessiné les yeux’ est la seule possible.

Cet exemple illustre en outre l’emploi permansif du préfixe autobénéfactif nɯ- dans le verbe pjɤ-nɯ-tu-ndʑi ‘ils étaient toujours là’.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La relativisation du possesseur en japhug," Panchronica, 11/09/2018, https://panchr.hypotheses.org/2462 (ISSN 2494-775X)

Uvulaires et vélaires en chinois archaïque

La reconstruction de Baxter-Sagart adopte en la modifiant l’hypothèse de Pan Wuyun de séries uvulaires. La théorie des uvulaires dans l’ouvrage de 2014 est légèrement différente de celle présentée dans cet article accessible en ligne. Le tableau suivant (Baxter et Sagart 2014:46) récapitule les correspondances entre uvulaires simples du chinois archaïque et chinois moyen selon leur système:

Il existe néanmoins des contacts dans certaines séries phonétiques entre initiales occlusives vélaires du chinois moyen (k-, kʰ-, gj-, ŋ-) avec les x-, ɦ- et ʔ- du chinois moyen (notées h- et ‘- par Baxter et Sagart) caractéristiques des séries uvulaires. Pour expliquer ce phénomène assez courant, Baxter et Sagart (p45) diffèrent de Pan Wuyun:

Une manière d’interpréter le changement proposé est que les présyllables fortement attachées assimileraient (ou dissimileraient) les uvulaires en vélaires. Cette idée (qu’elle soit interprétée comme une assimilation ou une dissimilation) me semble problématique, car elle suppose des changements non-attestés ou quasiment non-attestés.

Certains auteurs affirment que la dissimilation d’uvularité n’existerait pas; le seul exemple que j’ai pu trouver est cet article qui mentionne des cas de « Abnormal or spontaneous cases of de-velarization or de-uvularization, like /ṣ/ > /s/, e.g., ’absar “sehen” (p. 134, < Cl.Ar. {bṣr}), siḥābī “Gespenst” (p. 540, < Cl.Ar. {ṣḥb}), sadīrah “Leitkamel” (p. 546, /t/, e.g., ratn “Kauderwelsch” (p. 430, /k/, e.g. ṭarēku “Weg” (p. 773, < Cl.Ar. {ṭrq})." La forme ṭarēku correspondant à ṭarīq(u), si elle est effectivement correctement transcrite, serait un cas où l’emphatique ṭ aurait causé la dissimilation à distance de l’uvulaire en k; toutefois, en sémitique et en berbère, c’est plutôt le changement inverse qui est habituellement observé, la dissimilation des coronales emphatiques par les uvulaires, comme dans l’algérien de Dellys triq « chemin » < ṭarīq (voir Souag 2005), et de même en berbère (voir Souag 2013). Les cas de dissimilation de type q…q > q…k en tout cas sont à ma connaissance non-attestés.

L’interprétation du changement proposé par Baxter et Sagart comme une assimilation, par exemple *k.qV > *k.kV, me semble aussi difficile, car je ne connais aucun cas de ce type.

En revanche, l’assimilation d’uvularité (vélaire > uvulaire au contact d’autres uvulaires) est bien connue, et attestée notamment en rgyalronguique, en maya et en Totonac de Misantla (MacKay 1999).

Une manière alternative de concevoir les contacts entre vélaires et uvulaires dans les séries phonétiques où les occlusives vélaires cohabitent avec les fricatives x-, ɦ- et la glottale ʔ- en chinois moyen pourrait donc être de prendre le problème à l’envers: les mots reconstruits comme uvulaires, comme 影 ʔjæŋX viendraient d’anciennes vélaires avec un préfixe uvulaire (*qə-kraŋʔ > *qraŋʔ) tandis que les vélaire seraient non-préfixées (景 kjæŋX <*kraŋʔ). Une telle solution résoudrait le problème typologique de la reconstruction de Baxter et Sagart, sans perdre le pouvoir explicatif de l'opposition entre vélaires et uvulaires en chinois archaïque.

Références
Corriente, Federico 2014 Again on the Yemenite connection of Andalusi Arabic and other Western Arabic Dialects, Folia Orientalia, 51:9-26.
MacKay, Carolyn J. (1999), A Grammar of Misantla Totonac, Salt Lake City: University of Utah Press.
Souag, Lameen. 2005. “Notes on the Algerian Arabic Dialect of Dellys” – Estudios de Dialectología Norteafricana y Andalusí 9, pp. 151-180.
Souag, Lameen. 2013. Berber and Arabic in Siwa (Egypt): A Study in Linguistic Contact. Berber Studies Vol. 37. Köln: Rüdiger Köppe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Uvulaires et vélaires en chinois archaïque," Panchronica, 06/09/2018, https://panchr.hypotheses.org/2402 (ISSN 2494-775X)

Une orthographe tibétaine pour le japhug

A l’occasion d’un cours sur les langues rgyalronguiques à Shanghai, où les étudiants étaient dans leur majorité tibétains et pour certains encore peu familiers avec l’API, j’ai dû improviser une orthographe tibétaine pour le japhug et le stau (car les questions abordées dans mes cours portaient sur la morphosyntaxe et non sur la phonologie et je ne souhaitais pas perdre du temps à faire des révisions d’API).

J’ai eu la surprise de me rendre compte qu’il était en fait assez facile de transcrire le japhug en tibétain, pour peu que l’on adopte les conventions suivantes:

(a) Utiliser le gigu et le zhabskyu pour transcrire /i/ et /u/ et non un schwa à la façon amdo’oise
(b) Représenter le /ɯ/ par le gigu log ི, le /ɤ/ par la voyelle de base, et le /a/ par un marqueur de voyelle longue ྰ
(c) Transcrire les uvulaires avec un tsha-rtags, par exemple /q/ comme ཀ༹ et /ɢ/ comme ག༹
(d) Utiliser ཝ pour la fricative /ɣ/

Voici quelques exemples:
(1) ཤྟ་ག༹ཏྀ་ཏཱ།
ɕ-tɤ-χtɯ-t-a
« Je l’ai acheté »

(2) ཏ་རྮཱབ་ནྀ་པྱ་ར་ཤྥད་།
tɤ-rʑaβ nɯ pjɤ-rɤɕpʰɤt
« La femme rapiéçait des vêtements. »

(3) འྀ་མེ་ནྀ་ཀྀ་འ་འདི་པག་ཤ་ཉི་འཙྺེ་ངུ།
ɯ-me nɯ kɯ andi paχɕi ɲɯ-ntsɣe ŋu
« Sa fille vend des pommes là-bas. »

Noter en (3) l’emploi du ཝ souscrit plutôt que du wazur pour représenter le -ɣ- médian (afin de pouvoir garder le second pour le -w- médian).

La grande souplesse que nous offre unicode pour composer des ligatures qui n’existent ni en tibétain ni même en sanskrit résout de fait toutes les difficultés qui auraient pu exister pour empêcher d’écrire le japhug avec une orthographe tibétaine. Pour les langues rgyalronguiques tonales, on peut songer au visarga (rnam bcad རྣམ་བཅད་) ༔ pour noter l’un des tons. La prochaine étape sera de composer un script permettant la conversion automatique à partir de l’API.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une orthographe tibétaine pour le japhug," Panchronica, 26/08/2018, https://panchr.hypotheses.org/2361 (ISSN 2494-775X)

La tabouisation en cantonais

Le cantonais est remarquable par la quantité de mots tabouisés qu’on y trouve. L’aversion pour les mots à sens négatif (ou homophones avec des termes pouvant avoir une interprétation non auspicieuse) a conduit les locuteurs à changer sciemment certains éléments de mots composés par des antonymes ou des termes alternatifs.

Comme exemple typique de tabouisation par antonyme, notons par exemple le terme 猪润 tsy⁵³jøn²² « foie de porc », qui remplace le terme attendu 猪肝 tsy⁵³kɔn⁵³, du fait de l’homophonie de 肝 kɔn⁵³ avec 干 kɔn⁵³ « sec », terme considéré comme négatif dans un contexte culinaire; il est remplacé par son antonyme 润 jøn²² « humide », malgré le fait que ce dernier soit immotivé pour désigner le foie de porc.

Le second type de tabouisation peut s’illustrer par le nom 凉瓜 lœŋ²¹kwa⁵³, qui désigne la « courge amère ». Ici 凉 lœŋ²¹ « frais » remplace 苦 fu³⁵ « amer », le terme originel 苦瓜 fu³⁵kwa⁵³ étant considéré comme inauspicieux à cause des connotations de l’adjectif 苦 fu³⁵ « amer » en cantonais; l’épithète 凉 lœŋ²¹ fait référence aux propriétés nutritives/médicales de ce légume dans la conception cantonaise.

Ces deux exemples sont connus des dictionnaires, mais certains locuteurs appliquent ces procédés de tabouisation à d’autres mots par jeu linguistique; certaines de ces innovations peuvent avoir un succès limité. Une des amies de notre famille affectionne par exemple de dire 赢 jɛŋ²¹ « gagner » à la place de 书 sy⁵³ « livre », du fait de l’homophonie entre 书 sy⁵³ « livre » et 输 sy⁵³ « perdre », illustrant un autre exemple de tabouisation par antonyme ( 输 sy⁵³ « perdre » et 赢 jɛŋ²¹ « gagner »).

En cantonais, ces tabous sont transparents et compris par tous les locuteurs; néanmoins, des phénomènes similaires ont pu exister à des périodes plus ancienne du chinois et d’autres langues de la région, et ces innovations sont sans doute plus difficile à mettre en évidence dans des langues dont l’histoire est moins bien connue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La tabouisation en cantonais," Panchronica, 11/08/2018, https://panchr.hypotheses.org/2328 (ISSN 2494-775X)

Les « reconstructions-poubelles »

A l’occasion d’une conférence organisée en mémoire de Li Fang-kuei qui vient d’avoir eu lieu à Taipei, j’ai appris l’existence d’une interview de lui par Randy LaPolla et Ning-Ping Chan qui a eu lieu en 1986, un an avant son décès, et dont la transcription est disponible ici.

Si Li Fang-kuei est connu pour son aversion pour les polémiques et les attaques ad hominem (voir en particulier ce témoignage), il exprime dans ce document son opinion sur les travaux de Benedict et de Matisoff (sur lesquels la base de donnée STEDT est basée), qu’il n’hésite pas à qualifier de ‘junk’.

En lisant ce document, il est possible de constater que l’histoire de la linguistique connaît parfois des retours en arrière. En comparaison avec la rigueur de Li Fang-kuei, dont les travaux en linguistique historique de l’athabasque, du tibétain, du tai et du chinois, pourtant pionniers dans chacun de ces domaines, sont toujours utiles, ceux de Benedict et Matisoff, dont les reconstructions ne sont pas reproductibles et ne permettent d’expliquer les formes d’aucune langue attestée, ont causé un immense dommage à la linguistique historique du sino-tibétain, qui ne pourra être réparé qu’en cessant de citer leur travail (comme le conseille d’ailleurs Li Fang-Kuei lui-même) et en recommençant l’entreprise de comparatisme sur des bases rigoureuses, aussi bien du point de vue de la doctrine (lois phonétiques sans exceptions, stratification des emprunts, analogie) que des données (par exemple, cesser de confondre le dictionnaire de Jäschke avec la langue tibétaine).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les « reconstructions-poubelles »," Panchronica, 15/07/2018, https://panchr.hypotheses.org/2280 (ISSN 2494-775X)

Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?

Le hmong-mien est peut-être l’une des familles d’Asie présentant le moins de trace de morphologie; néanmoins, la paire « tuer » (Mien tai5, pHM *təj C) et « mourir » (Mien tai6, pHM *dəj C, Ratliff 2010:210) montre sans ambiguïté non seulement que des alternances de voix ont dû exister, mais en plus qu’une parenté ancienne avec l’austronésien ne peut être exclue d’un revers de la main.

Je propose la paire suivante, qui me semble sémantiquement et phonologiquement assez plausible:

« sommeil, dormir », Mien pwei5, pHM *pwei C
« rêve, rêver », Mien bei5, pHM *mpei C

Ces deux étymons sont reconstructibles sans difficulté au proto-HM, et ne sont ni des emprunts au chinois, ni apparemment à aucune langue de la région. Ils partagent la même rime, le même ton et la même initiale, et ne diffèrent que par la prénasalisation (pour « rêver ») et la présence d’une médiane *-w- (pour « dormir »).

Pour le rapport entre « dormir » et « rêve », notons le cas du russe сон, сна (< *sup-no-) "sommeil, rêve", qui s'emploie dans la collocation видеть сон "rêver", le nom composé сновидение "rêve" et le dénominal сниться "rêver". On a de même en sanskrit une collocation du même type svapnam dṛś « rêver », et le dérivé duḥsvapna- « mauvais rêve ». J’ignore si la directionnalité inverse (« rêver » –> « dormir ») est possible.

Le problème pour relier ces formes est « simplement » une question de morphologie: comme la Wortbildung du HM n’est pas connue, la relation entre ces étymons peut se prêter à toutes sortes d’interprétations: la prénasalisation est assez probablement la trace d’un préfixe (dont la fonction est à déterminer, mais qui pourrait être dénominal), et la médiane *-w- dans « dormir » pourrait être la trace de labialité de la voyelle ou la consonne d’un préfixe (autrement dit, les deux formes seraient dérivées).

Ces observations sont condamnées à ne rester que des curiosités, à moins qu’un plus grand nombre de paires présentant des caractéristiques phonologiques et morphologiques similaires ne soient mises en évidence.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?," Panchronica, 19/06/2018, https://panchr.hypotheses.org/2262 (ISSN 2494-775X)

Le nom de la crinière en Hmong de Yejipo

Dans un billet écrit l’année dernière, j’avais mentionné le nom de la « crinière » pjoŋ A en hmong de 复员 Fuyuan / 野鸡坡 Yejipo (罗泊河 Luopohe) qui diffère de toutes les autres langues hmongiques, où l’on trouve un mot à initiale ts- emprunté au chinois 鬃 tsuwŋ de même sens. Tous les hmongistes analysent ce mot comme un réflexe irrégulier de l’emprunt chinois dans ce dialecte (c’est le cas par exemple de cette thèse récente) mais au vu de la correspondance pj– à ts– irrégulière et difficilement explicable (je reconnais que l’explication que j’ai proposée est assez contestable), cette comparaison est en fait assez improbable. Cette question n’est pas qu’un détail de la phonologie de hmong, et peut avoir des incidences sur la reconstruction du chinois (notamment la question de la présence ou non d’une présyllabe dans ce mot).

Une explication alternative serait que ce pjoŋ A n’aurait aucun lien avec le mot chinois et les emprunts de celui-ci dans les langues HM. Comme le hmong confond presque complètement les codas nasales *-m, *n, *-ŋ du proto-HM, il me semble possible de considérer qu’il s’agirait d’un emprunt au mot Kra-Dai pour les « cheveux », reconstruit comme *prɤm (A) par Pittayaporn (voir la discussion de ce mot aussi ici). Le passage de *-r- à -j- aurait pu être interne au hmong (comme je le précise dans le précédent billet, *Cr- passe à Cj- dans cette variété) ou bien avoir eu lieu dans la langue Kra-dai donneuse (par exemple le mak pjam¹ « cheveux »). Le seul problème est de trouver une langue kra-dai où ‘crinière’ se désigne effectivement par une expression telle que ‘chevelure de cheval’; ce n’est pas le cas en Zhuang standard, où un emprunt au chinois 鬃 tsuwŋ est employé, et je n’ai pu trouver une telle langue en fouillant rapidement dans les descriptions récentes de langues kra-dai, mais cette possibilité me semble mériter d’être considérée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom de la crinière en Hmong de Yejipo," Panchronica, 15/06/2018, https://panchr.hypotheses.org/2255 (ISSN 2494-775X)

L’un des noms du riz en ST

Laurent Sagart propose dans ce billet un étymon pour le riz domestiqué commun au sal, au dulong, au tani et au chepang (la forme dulong par exemple est am55). Cet nouvel étymon, qui semble se conformer à ce qui est connu des lois phonétiques et qui est présent dans des langues non contiguës géographiquement, est un bon candidat pour être un mot hérité de l’ancêtre commun de tous ces groupes.

La forme am55 rappelle le verb Khaling |ʔomt| « mûrir », qui peut s’employer à propos de céréales (voir ce dictionnaire, où nous l’avons traduit « ripen (of grains) »). Le -t se trouve dans un certain nombre de verbes déponents, dont certains impersonnels, une particularité partagée avec d’autres langues kiranties (voir cet article), et le o du khaling vient en partie d’une voyelle que je reconstruis *ɑ en proto-kiranti (voir ici) et ce verbe implique donc une racine verbale proto-kirantie *ʔɑm « mûrir » (dont il reste à trouver des cognats ailleurs en kiranti). Il est concevable qu’un terme désignant une céréale ait pu avoir été dérivé de cette racine, et je propose donc que l’étymon pour « riz » ci-dessus est une forme nominalisée de cette racine verbale. Si cette idée est valide, on devrait trouver des traces de cette racine verbale dans d’autres langues, y compris hors du kiranti.

PS: J’abandonne cette étymologie (2018-11-03, voir ce billet)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’un des noms du riz en ST," Panchronica, 16/05/2018, https://panchr.hypotheses.org/2245 (ISSN 2494-775X)