Comment écrire une thèse de linguistique (2)

Suite de ce billet

(3) articles
Pour trouver un poste en linguistique après la thèse, que ce soit à l’université ou au CNRS, il est crucial d’avoir des publications dans des supports reconnus. En linguistique, les livres et les articles comptent à égalité, mais il est néanmoins préférable de commencer ses publications, pendant voire même avant la thèse, par des articles dans des revues à comité de lecture. Il est d’ailleurs important, lors du choix de son sujet de thèse, de bien réfléchir, en concertation avec son directeur et aux autres membre de l’équipe, aux articles potentiels auxquels ce sujet pourrait donner lieu — les bons sujets de thèse doivent ouvrir des perspectives de publications dans les meilleures revues du domaine.

L’auteur d’un article soumettant un article à une revue à comité de lecture, reçoit, après un délai qui peut aller de trois semaines (dans le meilleur des cas, lorsque les relecteurs sont très réactifs) à plus de 18 mois, un ou deux rapports écrits par des relecteurs anonymes, suggérant des corrections et des modifications, et indiquant si oui ou non l’article peut être accepté. Les critères de sélection dépendent de la revue. Les revues plus abordables (par lesquelles je conseille de commencer) sont celles spécialisées sur des aires géographiques particulières. Pour les revues généralistes (comme Linguistic typology ou Diachronica par exemple, il est plus rare d’avoir un article accepté sans deux séries de relectures, ce qui peut prendre près d’un an et demi au total.

La revue par les pairs ralentit considérablement la vitesse de publication, mais permet de garantir un minimum de qualité, et évite parfois des erreurs que l’auteur pourrait regretter d’avoir écrites par la suite. Les commentaires sont presque toujours constructifs (dans mon expérience) et jamais inutiles, même si le relecteur n’a pas compris un point de l’article — c’est sans doute le signe que le passage en question n’a pas été rédigé de façon assez claire. Il est crucial de ne pas se laisser démoraliser lorsque l’on a un article rejeté, cela arrive régulièrement à tous les linguistes, même chevronnés.

Je recommande aux étudiants de viser au moins trois articles parus ou acceptés à l’échéance de leur thèse. Etant donné les délais de publications en linguistique, il est important de songer à la rédaction d’un article le plus tôt possible.

Il est préférable de commencer par des revues plus spécialisées et moins sélectives dans un premier temps.

Pour les doctorants travaillant sur les langues d’Asie, je conseille en particulier pour commencer:
* Cahiers de linguistique — Asie orientale (revue dirigée par votre serviteur — soumissions bienvenues!)
* Journal of Chinese Linguistics
* Linguistics of the Tibeto-Burman Area
* Language and Linguistics

Pour les langues anciennes:
* Bulletin of the School of Asian and African Studies
*
Journal of the American Oriental Society.

Pour les langues des Amériques:
* Amérindia
* Journal de la société des américanistes
* International Journal of American Linguistics

Pour l’austronésien:
* Oceanic Linguistics
* Language and Linguistics

Il existe aussi de bonnes revues de linguistiques généralistes relativement accessibles pour des jeunes chercheurs, en particulier Transactions of the Philological Society (c’est en particulier dans cette revue que Gong Xun et Lai Yunfan ont publiés leur premier article), et en linguistique historique Folia Linguistica Historica.

Après avoir réussi à publier deux articles dans des revues de ce type, le doctorant peut songer à des revues plus sélectives, sachant que le travail sera infiniment plus exigeant, consommera plusieurs mois à temps plein, et pourra malgré tout mener à un rejet de la revue. Voici quelques revues de ce type auxquelles un doctorant peut essayer de s’attaquer:

* Glossa (remplace la défunte Lingua). Revue généraliste (y compris générativiste), sélective mais les relectures sont rapides (entre 2 et 4 mois), ce qui permet d’être fixé sur son sort sans avoir à languir de nombreux mois.
* Linguistic typology. Revue à rapidité moyenne, accepte rarement des articles sur un phénomène particulier dans une seule langue, mais peut être un bon choix si l’on observe un phénomène rarissime dans sa langue de spécialité, ou un phénomène qui contredit un universel proposé.
* Studies in Language. Je conseille en particulier de viser des articles courts dans la section News from the field.
* Diachronica. Pour un(e) doctorant(e) intéressé(e) par la diachronie, s’il(/si elle) découvre un chemin de grammaticalisation ou un changement phonétique rare.

Parvenir pour un doctorant à publier dans une revue de ce type (même comme co-auteur) est un exploit, et mérite d’être tenté.

Ecrire des articles en collaboration avec son directeur de thèse, avec les autres doctorants de l’équipe ou avec des chercheurs d’autres affiliations n’est pas encore une pratique courante chez les linguistes diachroniciens et typologues, mais j’invite vivement les doctorants à tenter cette expérience. On apprend mieux à rédiger et à problématiser ses données en travaillant en collaboration, surtout avec un chercheur plus expérimenté. On entend parfois l’affirmation selon laquelle la thèse serait un travail solitaire; je pense que si c’est le cas dans certains milieux, c’est une pratique à éviter, car un doctorant, même doué et brillant, peut difficilement s’en sortir dans les arcanes du monde académique.

Pour le moment, l’habitude de tout écrire en solitaire parmi les linguistes fait que, contrairement à d’autres domaines, il est indispensable en linguistique d’avoir quelques articles à son seul nom dans sa liste de publication.

Parallèlement aux “vrais” articles, les doctorants peuvent écrire des rapports de conférences ou des compte-rendus d’ouvrages. Ce type de publication ne dispose pas du même prestige (puisque non soumis à relecture anonyme), mais c’est néanmoins une occasion utile de se faire connaître et de présenter ses idées.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (2)," Panchronica, 31/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/997 (ISSN 2494-775X)

7 réflexions sur « Comment écrire une thèse de linguistique (2) »

  1. C’est intéressant quelles différences culturelles il y a entre les disciplines. Chez nous dans les sciences naturelles, la relecture prend six mois dans les cas vraiment extrêmes, mais c’est le délai entre acceptation et publication qui peut varier de quelques jours (chez quelques revues qui publient uniquement en ligne) à bien plus d’un an. Les livres, malheureusement, ne comptent pour rien, parce qu’ils n’ont pas de facteur d’impact; quand on les cite, personne ne le compte…

    1. Bien sûr, ce n’est pas la relecture qui jamais prend six mois; c’est la recherche des relecteurs qualifiés par le rédacteur, et la recherche d’un rédacteur qualifié par ses collègues…!

      1. Oui et non; certains relecteurs prennent vraiment leur temps, parfois ce sont les directeurs de revue qui prennent du temps pour chercher les relecteurs ou pour prendre une décision après avoir reçu tous les compte-rendus, parfois une combinaison des trois. En linguistique, il faut être patient (et s’attendre au pire).

    2. En linguistique, les livres sont indispensables car nous avons au moins les grammaires et les dictionnaires qui ne peuvent pas être publiés sous forme d’article. En outre, les volumes collectifs sont très importants dans la discipline, j’y reviendrai dans un billet ultérieur, mais en attendant, M. Haspelmath parle de cette question dans ce billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.