Comment écrire une thèse de linguistique (1)

Ce billet s’adresse aux étudiants qui écrivent ou se destinent à écrire une thèse en linguistique descriptive, en typologie ou en linguistique historique. Les suggestions qui suivent ne s’appliquent pas à d’autres domaines, comme la phonétique ou la linguistique informatique.

(1) Travail préparatoire
En complément des connaissances en linguistique et en langues indispensables pour envisager une thèse dans ce domaine, il peut être avantageux pour le doctorant ou le futur doctorant d’acquérir un minimum de formation en informatique et dans des domaines annexes.

Tout d’abord, je conseille fortement aux doctorants d’apprendre à utiliser LaTeX pour rédiger leur mémoire de M2 et leur thèse. Si l’usage de LaTeX était confidentiel en linguistique il y a seulement dix ans, depuis qu’il est possible d’utiliser Unicode (avec XeTeX), de plus en plus de linguistes de terrain s’en servent, et la grande majorité des bonnes revues de linguistiques (au moins celles éditées par Mouton de Gruyter, Benjamins et Brill) acceptent les soumissions en LaTeX. Les avantages d’utiliser LaTeX plutôt qu’un traitement de texte sont tellement nombreux qu’il est difficile de les énumérer, mais en particulier:
(a) Avec le package gb4e, il est possible d’aligner automatiquement les exemples glosés, ce qui représente un gain de temps considérable pour quasiment tous les articles de linguistiques, surtout ceux qui portent sur la morphosyntaxe.
(b) Les références croisées, la bibliographie et l’index sont générés automatiquement sans le moindre surcroît de travail (et se modifient sans risque d’erreur).
(c) Avec le package tikz, il est possible de concevoir des figures compliquées avec un effort relativement minime.
(d) Pour les utilisateurs plus avancés, il est possible de combiner LaTeX avec des langages de programmation ou avec R.
Pour les doctorants intéressés étudiant à Paris, Thomas Pellard offre une formation LaTeX à l’INALCO au premier semestre.

Ensuite, pour ceux qui s’intéressent à la morphologie (notamment les linguiste de terrain décrivant des langues à morphologie lourde), il existe des outils tout faits pour générer ou analyser des paradigmes; si l’on peut y parvenir avec des langages tels que Python et Perl (dont la connaissance peut être utile pour tout linguiste), les transducteurs (par exemple XFST) permettent d’appliquer la quasi-totalité des alternances morphonologiques imaginables à des formes abstraites (à l’exception de la réduplication, car ils sont limités aux expressions régulières strictes). Ecrire un programme pour générer des paradigmes (comme je l’ai fait pour le khaling) a l’avantage, outre d’apporter au linguiste un gain de temps considérable, de s’assurer que l’analyse proposée est correcte, ce qui est difficile, voire impossible à faire à la main.

Enfin, des connaissances en mathématiques, en particulier en probabilité et statistique et en théorie des langages formels et automates, peuvent s’avérer très utiles même pour les linguistes typologues / diachroniciens.

(2) Choisir un sujet de thèse
Le choix du sujet de thèse est crucial, et il est préférable de le choisir en concertation avec le directeur pressenti et l’équipe dans laquelle le doctorant souhaite s’insérer. Il faut savoir non seulement éviter les sujets de thèse catastrophiques, mais également déterminer un sujet optimal adapté à soi-même en particulier, en fonction de ses compétences, de ses intérêts, de la faisabilité du projet et de l’intérêt qu’il suscite dans l’équipe. Dans la plupart des disciplines, en particulier en mathématiques, les doctorants ne choisissent pas eux-mêmes leur sujet de recherche.

En linguistique, il devrait en être de même, à une exception près: pour les linguistes de terrain, il est possible de choisir soi-même la langue sur laquelle on souhaite travailler (même si son directeur ou les autres membres de l’équipe ne connaissent aucune langue du même groupe) à condition d’avoir un minimum de garantie concernant l’accès au terrain — il serait suicidaire de choisir pour une thèse une langue inétudiable soit parce que la région étudiée est fermée aux étrangers, soit parce qu’il s’agit d’une zone de guerre ou que la communauté ne souhaite pas partager sa langue.

La description grammaticale d’une langue non-décrite est un sujet possible, qui permet au doctorant de se former en même temps dans tous les domaines de la linguistique, de la phonologie à la pragmatique. Evidemment, décrire exhaustivement une langue inconnue en trois ans est impossible, même pour le plus doué des linguistes, et la faisabilité dépend de la langue et de la communauté, en particulier la facilité à collecter des textes: le don de raconter des histoires de façon cohérente n’est pas donné à tous les informateurs, et il faut donc choisir judicieusement les personnes avec qui travailler.

Toutefois, la rédaction d’une grammaire de référence n’est pas le seul sujet de thèse possible: en fonction des intérêts du doctorant et de son directeur de thèse, combiner terrain, philologie, linguistique historique et typologie me semble également une bonne façon de procéder. Ces quatre disciplines sont en effet complémentaires:

(a) La linguistique de terrain offre au doctorant d’avoir des données originales, qui peuvent lui évitent l’écueil de ressasser inlassablement les mêmes données. C’est aussi l’occasion de découvrir des faits intéressants inattendus, et d’ouvrir son esprit sur des domaines de la linguistique nouveaux (dans mon cas par exemple, j’avoue n’avoir commencé à m’intéresser à la syntaxe qu’à partir du moment où j’ai effectué mon premier terrain sur le japhug — or, c’est maintenant mon sujet de recherche principal).
(b) Il est possible également d’apporter de nouvelles données en étudiant des textes (en particulier des documents inédits) dans des langues anciennes ou disparues. Dans certaines disciplines, comme les études indo-européennes ou sémitiques, la quasi-totalité des linguistes sont en même temps philologues, alors que la linguistique de terrain a un rôle plus marginal.
(c) La typologie permet au descripteur de langue (qu’il soit chercheur de terrain ou philologue) de ne pas commettre des erreurs élémentaires dans sa description, et aussi de déterminer quels phénomènes sont rares, et lesquels sont plus courants (ce qui est bien entendu capital ensuite pour le choix de sujets sur lesquels écrire des articles).
(d) La diachronie permet d’expliquer les irrégularités dans la morphologie, de rendre compte de certaines constructions syntaxiques étranges. En outre, selon la langue étudiée, la contribution des données collectées par le doctorant soit à la typologie des changements linguistiques soit à la reconstruction de la proto-langue et à l’éclairage qu’elle offre sur les langues voisines, mérite d’être valorisée dans la thèse.

La thèse doit être pour le doctorant non seulement l’occasion de contribuer à la linguistique, mais aussi de se former et d’acquérir le plus de nouvelles connaissances possible. A ce titre, il me semble plus formateur de se spécialiser sur une langue que d’effectuer des recherches superficielles sur un grand nombre de langues. Je ne conseille pas, pour une thèse de linguistique, un travail de typologie pure basé exclusivement sur des données de seconde main. En effet, l’expérience montre que les linguistes qui n’ont pas effectué de terrain approfondi pendant leur thèse parviennent très rarement ensuite à s’y mettre, alors que les linguistes de terrain et les philologues n’ont aucun mal à écrire des articles de typologie.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (1)," Panchronica, 31/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/979 (ISSN 2494-775X)


4 réflexions sur « Comment écrire une thèse de linguistique (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.