Une métonymie inattendue

Il y a quelques jours, Alex François m’a fait part d’un changement sémantique curieux de certaines langues de Vanuatu, où le verbe « dormir » vient d’une racine signifiant certainement « ronfler ». Dresser un inventaire de changements sémantiques saugrenus de ce type promet d’être à la fois amusant et instructif.

Mon fils de deux ans et demi désigne en ce moment le mucus nasal par le terme 鼻孔 bikong « narine »; une métonymie de ce type s’est apparemment produite dans le sens inverse en zbu, où le mot pour « nez » –sɲîv provient de la racine pour « mucus nasal », attestée par le japhug –ɕnaβ « mucus »(voir ma thèse p. 240); la directionalité est ici confirmée par le cognat tibétain སྣབས་ snabs de même sens. Il faut noter que l’étymon « mucus » est probablement un ancien composé dont le premier élément est « nez », -ɕna en japhug et སྣ་ sna en tibétain; la ressemblance phonétique entre « mucus » et « nez » dans l’ancêtre du zbu a pu contribuer à cette confusion.

Les lecteurs de ce blogs connaissent-ils des exemples comparables?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une métonymie inattendue," Panchronica, 24/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/961 (ISSN 2494-775X)

8 réflexions au sujet de « Une métonymie inattendue »

  1. Une developpement « ronfler » > « dormir » ne me semble pas être trop curiuex, si nous considerons le fait que « ronfler » peut signifier « dormir » en Français familier, ou l’Anglais « snooze ». Peut-être je n’ai pas compris l’éxemple?

    1. Pour « ronfler » et « snooze » signifiant « dormir » en français familier et en anglais, je n’ai pas l’impression d’avoir entendu cette expression, mais je peux l’imaginer (comme la langue familière n’est pas uniforme, il est difficile d’avoir une connaissance de toutes ses variétés). Ce serait effectivement un cas similaire à celui signalé par Alex.

  2. En naxi, ‘mucus’ se dit /ɲi˥/, et ‘nez’ se dit ɲi˥mə˞˩. He Likun, un étudiant naxi, considère que ‘nez’ est formé à partir de ‘mucus’. Mais pour ce qui est de l’origine de la syllabe /mə˞˩/, pas de pistes!

    1. C’est une question intéressante; à priori la forme du japhug tɯ-ɕnaβ et du tibétain snabs ne devrait pas correspondre à ɲi (la voyelle devrait être ɑ ou o). Donc là on aurait plutôt à priori le changement inverse.

  3. bonsoir Guillaume,

    Oui, le changement « ronfler » > « dormir » est bien attesté au Vanuatu: cf. l’entrée |ngoro| [ŋoɾo] en langue araki : http://alex.francois.free.fr/Lex/Araki-Lexicon/lexicon/11.htm#352 ; ou encore, p.185 de:
    * François, Alexandre. 2011. Where *R they all? The history and geography of *R loss in Southern Oceanic. Oceanic Linguistics 50 (1), June 2011, 142-199.
    [Tous mes articles sont téléchargeables sur ma page http://alex.francois.free.fr/AFpub_articles_f.htm%5D

    C’est d’ailleurs une des isoglosses bien intéressantes pour le travail de comparatisme dans la région…
    = isoglosse n°9 p.178 de
    * François, Alexandre. 2014. Trees, Waves and Linkages: Models of Language Diversification. In Claire Bowern & Bethwyn Evans (eds), The Routledge Handbook of Historical Linguistics. New York: Routledge, 161-189. (ISBN 978-0415527897)

    C’est vrai que ce changement sémantique est assez amusant… Mais ce n’est qu’un parmi des centaines de changements lexicaux qu’on peut reconstituer dans la région — domaine que je trouve passionnant. Il serait d’ailleurs très instructif de comparer ces glissements d’une langue à l’autre, afin d’identifier les polysémies ou changements lexicaux les plus fréquents ou les plus rares…

    C’était d’ailleurs un peu l’esprit de mon article sur la typologie lexicale, exposant un programme scientifique que je n’ai toujours pas eu l’occasion de mettre en œuvre:
    * François, Alexandre. 2008. Semantic maps and the typology of colexification: Intertwining polysemous networks across languages. In Martine Vanhove (ed.). From Polysemy to Semantic change: Towards a Typology of Lexical Semantic Associations. Studies in Language Companion Series, 106. Amsterdam, New York: Benjamins. Pp.163-215.

    Affaire à suivre……..
    Alexandre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *